Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 18 Oct 2018, 12:17

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
MessagePosté: 28 Sep 2018, 11:51 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18695
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
J'ai été très très impressionné par la première partie du film, espèce de montée progressive dans un malaise épais et sans retour où s'accumulent les signes de l'horreur qui vient comme une épée de Damoclès au dessus de la tête des personnages. Je suis un peu moins convaincu par la seconde partie qui retombe dans un espèce de récit fantastique trop brouillon pour fonctionner totalement mais qui n'en demeure pas moins tout aussi horriblement glauque. En fait le film ne cessait de me faire penser à l'autre récent sommet de glauque Mise à mort du cerf sacré, où on retrouve un peu ce cocon familial gangrénée par une mort omniprésente qui rôde et qui finit par dévorer peu à peu tout le monde.

Et force est de constater que c'est particulièrement bien mis en scène, avec une superbe photo et des idées de réal simples mais qui donnent au film toute sa singularité (le cadrage "à distance" en effet, les reflets de lumière etc...). J'aime vraiment le côté cauchemar sans fin qui prend aux tripes et qui semble ne jamais lâcher ce personnage de mère (excellente Toni Collette) au bord de la folie. Alors si j'ai des réserves sur la dernière partie un peu trop abusée dans son imagerie horrifique qui à mon sens dénote un peu trop avec le côté horreur psychologique du reste, j'en reste pas moins admiratif devant la puissance évocatrice des images. Surtout qu'on évite tout le folklore habituel du ciné d'horreur (jumpscare, sound design etc...).

Puis mine de rien la métaphore, même si forcément presque trop évidente à cause du titre, de la maladie mentale et de sa tragique transmission héréditaire est quelque chose de plutôt passionnant et donne au film un éclat particulier. Vraiment une belle découverte. Je vois sur IMDB qu'Ari Aster est déjà en postprod de son prochain, très curieux de le suivre, il fait clairement partie des petits génies à suivre.

4.5/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Sep 2018, 11:54 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18695
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Autre bémol :
Ann Dowd, la sorcière préférée de Hollywood, elle est tellement typecasté que tu crames qu'elle est pas nette dès sa première scène.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Att
MessagePosté: 28 Sep 2018, 13:52 
Hors ligne
Petit joueur

Inscription: 09 Nov 2011, 16:07
Messages: 36
Jerzy Pericolosospore a écrit:
- J'ai parlé ici d’œdipe en relation avec la tragédie antique et ses mythes tournant autour du fatum et de la prophétie: accomplir son destin en essayant de le fuir ou de le contrecarrer. Et non pas au sens "freudien" restrictif de relations "psycho-pathologiques" entre mère et fils etc. Mais même en ce sens restrictif, il n'y a aucune contradiction ou incompatibilité entre la dimension tragique antique et les probs de psycho-pathologie familiale.
Donc je ne vois pas où tu veux en venir avec ta correction au sujet de l’œdipe.


Je croyais que tu parlais du complexe d'Oedipe. Si tu ne gardes que "pure tragédie païenne et œdipienne à base d'énigmes, d'aveuglements et de yeux finalement ouverts puis crevés" sans évoquer la situation particulière d'Oedipe, je sais pas si c'est bien la peine de convoquer le mythe. Et si tu y veux l'évoquer je vois pas trop le rapport avec la relation entre la mère et le fils (terrifié par celle-ci et absolument pas amoureux de celle-ci).

Citation:
- Que ce que tu appelles des "longueurs" (moi j'ai parlé de "lenteur", c'est pas la même chose ni à tout le moins la même expérience du temps) te fasse chier, c'est ton problème. Mais préciser qu'elles sont chiantes "pour ce type de film", c'est un non-sens: c'est préjuger que ce "type de film" doit progresser selon un rythme déterminé exempt de "lenteur" (ce que tu nommes "longueurs"). Pour moi, le rythme rapide façon dossiers Warren, qui enquille climax sur climax dès l'intro, est la cause fondamentale de l'annulation de toute expérience de l'angoisse, laquelle réclame temps et lenteur (sauf à confondre angoisse et jumpscare). J'ai d'ailleurs tendance à penser que les films d'horreurs "rapides" sont à 99% ratés.


Que tu considères que c'est un non-sens c'est ton problème, etc etc etc... je pense au contraire en effet qu'un film de ce type gagne souvent à être court, mais il est vrai que c'est certainement plus difficile de faire bien avec une durée courte qu'avec une durée longue qui prend tout son temps pour installer et fignoler une ambiance, des personnages, etc., au prix de devenir rasoir si ça tient pas la route, ce qui veut dire si c'est fait complètement n'importe comment, mais aussi si ça se veut trop bien pensé et construit (ce qui est selon moi le cas ici). La peur n'est pas, pour moi, une émotion qui nécessite les fioritures et les falbalas. Mais bon, je vois que tu cites Nolan comme modèle, donc on est clairement pas sur la même longueur d'onde...

Citation:
Citation:
ça aurait pu durer au moins une bonne demi-heure de moins à mon avis si le cinéaste ne se livrait pas à tout un tas d'affèteries inutiles, en plus systématiquement bousillées par du grand-guignol, certes disséminé de manière parcimonieuse...



Faudrait savoir: y a trop de longueurs insupportablement chiantes ou y a un tas d'affèteries systématiquement plombées par des effets grand-guignolesques? Anyway, tu parles d'affèteries inutiles. Pourquoi "inutiles" (et dès lors: pourquoi "affèteries")? On est en droit de se demander si avec toutes ces longueurs chiantes, ton attention n'a pas décliné vers l'endormissement, car si il y a bien quelque chose qu'elles ne sont pas, les "longueurs" autant que les "affèteries", c'est inutiles.. C'est bien pourquoi j'évoquais ce jeu permanent sur le fatum hyperdéterministe de la prophétie: chaque plan, chaque scène ont un sens, font signe.


oui, oui, tout fait sens, tout a été pensé. Mais rien n'y fait, ça me laisse indifférent, je ne vois qu'un final grand-guignolesque qui ne me donne absolument pas envie de retourner en arrière pour comprendre ce qui faisait sens pour éclairer ou justifier cette tarte à la crème finale énooorme.


Citation:
Citation:
Tout le monde ici a l'air de trouver l'actrice qui joue la mère géniale


Pas moi. Mais "yeux exorbités, rictus cramoisi, voix pleurnicharde...": on n'est pas dans du Robert Bresson. Le jeu de Nicholson dans Shining aussi est outré et caricatural au possible. Est-ce que ça nuit au film?


Probablement encore "les goûts et les couleurs", j'avoue assez bien me laisser saisir par la folie qui suinte du visage Nicholson, et pas du tout par le visage qui joue la folie de l'actrice d'"Hereditary". Il faut dire qu'en face de Nicholson il y avait Shelley Duvall, car la terreur se lit toujours autant dans le visage du bourreau que dans celui de sa victime... Là en face on a un jeune acteur au visage expressif comme une endive et exagérément grimé pour simuler la dépression. On ne va pas revenir sur "Shining" ici, mais c'est loin d'être un film que je considère sans défauts...

Citation:
Citation:
Passons sur la fin qui est complètement débile en nous faisant basculer intégralement du côté du surnaturel (là encore avec une bonne dose d'esthétique grotesque) plutôt que de la pathologie psychiatrique. On n'y croit pas une seconde, et on se dit "tout ça pour ça"...


C'est dommage de passer ainsi sur la fin, surtout si c'est pour en parler quand-même, et surtout si, en en parlant, tu additionnes les syllogismes de la mauvaise foi:
- "complètement débile": c'est ton avis, dans la mesure où ce qui t'aurait plu, à toi, c''est qu'on soit confiné dans de la "pathologie psychiatrique": or basculer intégralement du côté du surnaturel, c'est justement en cela que je trouve cette fin géniale, pour ma part. Elle brise un code narratif qui, à force, est devenu un stéréotype (à la base, surprendre le spectateur en lui suggérant que le "surnaturel" s'explique en fait par le réalisme: les persos sont dingues, etc, ou laisser planer une ambiguïté qui, au final, "crédibilise" le récit).
L'audace, payante, est ici de balayer le psycho-pathologique: du coup, "on n'y croit pas une seconde", dis-tu. Dans un sens plus positif: justement, on n'en croit pas ses yeux, littéralement, et là est toute la sidération, et pour moi la grande réussite de cette fin. D'autant que rien dans cette fin n'est gratuit: vu qu'elle s'annonçait depuis le début, et comme de plus en plus inéluctable (en piégeant, accessoirement, le spectateur, dans le sentiment d'une issue psychopathologique que ruine le dernier tiers).


Attends, cette fin est hyper-caricaturale, vraiment rien de neuf sous le soleil du film d'épouvante quoi dans lequel les sorcières et le Mal ont toujours naturellement existé. J'ai vu un film de ce genre il y a qq temps qui se finissait de la même manière, dans une sorte de délire visuel gratuit comme ça, j'arrive pas à me souvenir de quel film il s'agissait.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Sep 2018, 13:56 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4869
eczéma c'est Jerzy qui se parle à lui-même.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Sep 2018, 15:06 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 02:22
Messages: 1293
Je ne vais pas engager une joute qui s'annoncerait infinie au vu de l'usage systématique de sophismes franchement honteux chez scienezma (du genre pignolage purement rhétorique pour sauver la face), et qui se multiplieraient nécessairement dans sa réponse suivante (puisque c'est un gars - j'ai goûté au papy - qui ne reconnaît jamais ses erreurs, qui prolifèrent dans ses propres textes comme des micro-tumeurs cancéreuses jamais traitées).

Donc: à quoi bon, la vie est courte, et on me reprocherait à la fois de troller le topic par de longues tartines illisibles et de ne parler qu'à moi-même. :D


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Sep 2018, 01:28 
Hors ligne
Petit joueur

Inscription: 09 Nov 2011, 16:07
Messages: 36
Jerzy Pericolosospore a écrit:
Je ne vais pas engager une joute qui s'annoncerait infinie au vu de l'usage systématique de sophismes franchement honteux chez scienezma (du genre pignolage purement rhétorique pour sauver la face), et qui se multiplieraient nécessairement dans sa réponse suivante (puisque c'est un gars - j'ai goûté au papy - qui ne reconnaît jamais ses erreurs, qui prolifèrent dans ses propres textes comme des micro-tumeurs cancéreuses jamais traitées).


Tu sais effectivement de quoi tu parles... ! lol

Je reconnais volontiers que ce que j'ai écrit à une époque sur le film de Romero était largement inutile car et en effet guidé par des éléments du film sans doute trop surlignés dans le film pour avoir une portée esthétique véritablement politique, au-delà du simple clin d'oeil et du cahier des charges du scénario. Enfin, je préfère tjs ce genre de film au "surdéterminisme" et au retour des sorcières d'un "Hereditary"...

Je crois qu'il y a plus qu'un pignolage de ma part, il semble y avoir un (ou des) dissensus esthétique(s) de fond concernant le film d'épouvante.

Citation:
Donc: à quoi bon, la vie est courte, et on me reprocherait à la fois de troller le topic par de longues tartines illisibles et de ne parler qu'à moi-même. :D


Perso, je l'avoue, il y a bien longtemps que j'ai renoncé à communiquer véritablement (dans le sens interagir) avec qui que ce soit sur les forums. A quoi bon se faire croire le contraire ? J'y donne encore qqfois mon avis...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Sep 2018, 19:30 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 02:22
Messages: 1293
Je peux t'assurer que je bride mon goût pour l'argumentation, en me retenant de relever les petits raccourcis sophistiques de ton avant-dernière réponse.

Mais on est bien d'accord que je fais bien, puisque d'une part tu n'as pas véritablement l'intention d'échanger ici de manière rigoureuse avec moi- sur l'essence des films d'épouvante ou autre -, et que de l'autre, je tends désormais - autant que faire se peut hein - à simplifier le contenu et la taille de mes interventions (dans le but d'être lu et compris).

D'avance merci.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Sep 2018, 06:32 
Hors ligne
Petit joueur

Inscription: 09 Nov 2011, 16:07
Messages: 36
Jerzy Pericolosospore a écrit:
D'avance merci.


Voilà, ça c'est un truc vraiment sobre et flippant, tu es dans la série B ! Qu'est-ce que ça vient faire avec le reste, dans le contexte de ton post tout à fait anodin !? Il y a là un élément apparemment normal qui peut provoquer du trouble, voire épouvanter, car il est anormalement utilisé ! Element décalé, qui questionne, chargé de sous-entendus, de non dit, sur l'usager !

A moi de te remercier pour cet exemple de ma conception du film d'épouvante par la rhétorique ! :lol:


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 9 doigts (J.F. Ossang, 2018 )

Gontrand

0

341

01 Avr 2018, 23:58

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Looking Glass (Tim Hunter, 2018)

bmntmp

2

628

13 Mar 2018, 17:08

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon ket (François Damiens - 2018)

Qui-Gon Jinn

0

307

03 Juin 2018, 14:56

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Solo (Ron Howard - 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

Qui-Gon Jinn

88

3923

20 Sep 2018, 06:29

deudtens Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Death Wish (Eli Roth, 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Abyssin

20

886

22 Juil 2018, 22:50

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Arctic (Joe Penna, 2018)

Arnotte

0

221

14 Mai 2018, 21:08

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Affamés (Léa Frédeval - 2018)

Qui-Gon Jinn

4

263

10 Juil 2018, 19:58

Le Cow-boy Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Guy (Alex Lutz, 2018)

Film Freak

5

432

17 Sep 2018, 08:00

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. BlacKkKlansman (Spike Lee - 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Qui-Gon Jinn

15

939

21 Sep 2018, 22:01

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Climax (Gaspar Noé, 2018)

Film Freak

14

631

24 Sep 2018, 15:12

Déjà-vu Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 20 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web