Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 13 Déc 2018, 10:44

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 04 Juil 2018, 21:31 
En ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 24935
Localisation: Paris
Voilà encore un film qui mériterait une nomination en Meilleure photo qu'il n'aura pas car il s'est planté au box-office. Bon, esthétiquement le film est sublime, d'une richesse folle: à plats de couleurs, couleurs primaires, décors de garages giscardiens un peu dégueu, grain de l'image, rêveries porno cheap, impers luisants à la MATRIX... C'est un festival et c'est génial.

Thématiquement, c'est là aussi très touffu, plein de références: du Argento, du DePalma, du porno gay, des cinéastes français plus poseys de l'époque... On sent que Gonzalez est un vrai fétichiste qui convoque tout, des films polissons de Jean-François Davy à Jacques Nolot, en passant par le giallo et tout le reste.

Problème: dans cette quête effrénée du pastiche, le film fait des choix de direction d'acteur quelque peu déroutants qui résultent en un jeu souvent rétro, un peu ringard. Couplé avec une histoire d'amour distante et stérile, on ne peut pas dire que l'émotion pointe vraiment.

Au final, dans la deuxième partie, on avance à travers le film de kif en kif, essayant de survoler une histoire dont on se fiche un peu et une love story qui ne nous émeut pas.

Le générique de fin est pas mal (sus aux gens qui sont partis dès les premiers panneaux) mais j'aurais aimé que ça se termine sur le bisou, TITANIC-style.

_________________
Ma série télé sur la rivalité Jacques Chirac/Edouard Balladur !
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Juil 2018, 00:03 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 4966
Tu veux dire Hustler White style.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Juil 2018, 08:36 
En ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 24935
Localisation: Paris
Mon Bruce LaBruce...

_________________
Ma série télé sur la rivalité Jacques Chirac/Edouard Balladur !
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Juil 2018, 08:42 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 702
Le dernier Bruce LaBruce a l'air d'ailleurs sympa au passage.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Juil 2018, 00:02 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72662
Localisation: Fortress of Writing
Qui-Gon Jinn a écrit:
Bon, esthétiquement le film est sublime, d'une richesse folle: à plats de couleurs, couleurs primaires, décors de garages giscardiens un peu dégueu, grain de l'image, rêveries porno cheap, impers luisants à la MATRIX... C'est un festival et c'est génial.

Thématiquement, c'est là aussi très touffu, plein de références: du Argento, du DePalma, du porno gay, des cinéastes français plus poseys de l'époque... On sent que Gonzalez est un vrai fétichiste qui convoque tout, des films polissons de Jean-François Davy à Jacques Nolot, en passant par le giallo et tout le reste.

Pareil. L'univers du film et sa mise en image, de la direction artistique à la direction de la photo, a quelque chose d'enivrant et tout ce qui touche au tueur, son look, son arme, ses meurtres, ses motivations, est fort et même touchant...mais le reste...

Citation:
Problème: dans cette quête effrénée du pastiche, le film fait des choix de direction d'acteur quelque peu déroutants qui résultent en un jeu souvent rétro, un peu ringard. Couplé avec une histoire d'amour distante et stérile, on ne peut pas dire que l'émotion pointe vraiment.

Voilà, la direction d'acteurs, c'est pas ça. Que les jeunes gays inconnus qui jouent des acteurs de pornos gay cheap soient mauvais, à la limite, ça cadre...que Paradis soit exécrable et que Moran nique tout avec son accent ou que Gonzalez prenne Mandico parce que c'est son pote (wahlala ce look et cette gueule), c'est moins acceptable. Maury fait du Maury, comme d'hab.

Faut dire qu'ils ne sont pas aidés par des dialogues qui redéfinissent l'expression "trop écrits". C'est indébitable donc à entendre c'est pas possible.

Et effectivement, tout ce qui concerne l'histoire d'amour de Paradis et Moran tombe par conséquent complètement à plat.

Citation:
Le générique de fin est pas mal (sus aux gens qui sont partis dès les premiers panneaux) mais j'aurais aimé que ça se termine sur le bisou, TITANIC-style.

Nan c'est cette extinction graduée qui tue.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Juil 2018, 15:24 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1943
Deux films en un. L'un donne dans le cinéma le cinéma abstrait référentiel et fétichiste (façon Cattet - Forzani, avec de Palma et Friedkin à la place d'Argento), avec un dispositif perpétuellement dans l'exposition. L'autre à la Guiraudie façon "Inconnu du Lac", plus narratif, plus "classique", plus politique aussi (l'enjeu est de lier tout le monde, même l'apparemment monstrueux , que son histoire, humaine, peut sauver, dans un même rapport commun à la fois sexuel et social, ouvert et inclusif mais réglé par une police) où la franchise politique impose au contraire le refus des scènes d'exposition. L'originalité du film est que la première veine,abstraite et nostalgique, est placée en surface, tandis que le versant réaliste et narratif fonctionne quant à lui comme un sous-texte, trahi par des motifs. La mayonnaise ne prend pas toujours bien, le film est un peu trop programmatique, mais il y a des trouées ménagées dans le dispositif qui lui donnent un certain charme, honnête et parfois touchant.
Le film aurait peut-être gagné à utiliser la même forme tout en étant situé dans le présent.

Les acteurs sont bons. Bien aimé Kate Moran ainsi que les films dans le film. Belle scène où Vanessa Paradis entre dans la soirée, rien que pour voir son ex, anonyme et vaincue, fatiguée de la société du spectacle, mais défendue par le film.

De manière inattendue, cela m'a beaucoup rappelé the Phantom Thread. Même manière de raconter de façon désincarnée une passion à la fois dévorante et calculée, même figure de l'artiste comme démiurge tyrannique, mais en même temps affaibli par son sens inné du juste (le "bon" sens moral devient finalement un secret et le rappel d'une sorte de finitude commune à une oeuvre et à son créateur) et même recontextualisation de ces topos dans un passé récent mais achevé.

3.5 (peut-être 4)/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Nov 2018, 11:02 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18955
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
J'ai trouvé ça hyper décevant en regard du premier film de Gonzalez. En fait tous les ingrédients étaient déjà dans son premier film et parvenaient à y trouver une vraie singularité là où je n'ai vu qu'une oeuvre de copisme fade dans Un couteau dans le coeur. Parce que c'est vraiment du Argento/De Palma/Friedkin (de Cruising) illustré sans que le film parvienne vraiment à trouver sa voix. Impression d'un film inutile qui existe déjà ailleurs en beaucoup mieux. On retrouve bien le romantisme total de Gonzalez aussi naïf que touchant, le problème c'est que la romance principale entre Paradis et Moran est nulle à chier. Et comme les acteurs en font des caisses en mode caricature (Maury que j'aime beaucoup notamment) on a quand même du mal à prendre tout ça au sérieux.
Reste quelques belles idées (Paradis qui gratte la peloche), de beaux plans, de touches d'humour réussies (le gros qui suce) aussi mais blindé de moments nuls (le passage dans l'auberge avec Romane Bohringer Zzzzzzz). Même la BO de M83 paraît fadasse, sans vraie relief dans un style évidemment très #Goblin".
Le pire je crois c'est le côté totalement aseptisé. Je m'attendais à un film très cul, très sale, très violent et en fait pas du tout. Le monde du porno est abordé du bout des lèvres et Gonzalez est finalement très prude avec cet univers ça m'a beaucoup surpris. Pareil pour tout l'aspect giallo et meurtres, c'est ultra soft (même si le deuxième meurtre est bien graphique).

Vraie déception par rapport à son premier film bien plus original et je comprends l'accueil relativement froid à Cannes et le flop en salles. Le film échoue totalement là où Cattet/Forzani ou Mandico réussissent brillamment. Son court-métrage, Les îles, réalisé l'année dernière est largement meilleur, plus trash, plus bizarre, plus personnel.

2/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Nov 2018, 13:51 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4944
Art Core a écrit:
le gros qui suce

bon titre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Nov 2018, 18:19 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72662
Localisation: Fortress of Writing
Niquez-vous.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Nov 2018, 17:06 
Hors ligne
Sweet Home
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:46
Messages: 7464
Localisation: Au soleil !
Ouch j'ai eu du mal en ce qui me concerne à rentrer dans le film, à rentrer dans l'histoire et à supporter le jeu des acteurs. Je n'ai pas aimé et les points que je mets sont pour l'ambiance musicale et le style Argento.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Rencontres d'après minuit (Yann Gonzalez - 2013)

DPSR

3

1056

07 Déc 2013, 01:06

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Si tu voyais son coeur (Joan Chemla, 2018)

bmntmp

0

163

01 Oct 2018, 10:21

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Grand couteau (Robert Aldrich, 1955)

Cosmo

3

615

26 Juin 2009, 14:08

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Couteau dans l'eau (Roman Polanski, 1962)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Mickey Willis

37

1672

09 Jan 2017, 15:12

supergontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Babel (Alejandro González Iñárritu - 2006)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 8, 9, 10 ]

Mufti

141

8635

06 Sep 2010, 14:24

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 21 grammes (Alejandro González Iñárritu, 2003)

_ZaZaZa_

6

634

05 Sep 2011, 15:25

Mickey Willis Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Biutiful (Alejandro González Iñárritu - 2010)

Karloff

5

1169

22 Jan 2015, 03:35

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Birdman (Alejandro Gonzalez Iñárritu - 2014)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Arnotte

46

3521

17 Mar 2015, 14:54

crevardinho Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Inori (Pedro Gonzalez-Rubio - 2012)

Karloff

0

427

14 Sep 2015, 21:32

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Revenant (Alejandro Gonzalez Inarritu - 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Karloff

56

3205

04 Mar 2016, 11:07

karateced Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 7 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web