Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 24 Juil 2024, 03:35

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 82 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Francis Ford Coppola
MessagePosté: 05 Juil 2024, 09:41 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 85948
Localisation: Fortress of Précarité
Mec qui avait créé le topic mais jamais répondu parce que je voulais justement tout rattraper d'abord...en 2007.

1963 : Dementia 13
C'est chaud quand même. Bon, c'est tourné avec des restes pour faire un sous-PSYCHOSE mais c'est tellement cheap qu'on dirait un film de 1932 et pas 1963. Le seul truc intéressant c'est la présence dès ce premier Coppola du thème de l'oppression familiale.

1966 : Big Boy (You're a Big Boy Now)
Gap fou avec ce proto-LE LAURÉAT à la mise en scène fraîche et enlevée malgré un trop plein d'effets de style "ludiques" qui trahit le débutantisme '60s. Le carcan familial, étouffant, oppressant, dirigiste, est encore au cœur du récit, dans une veine plus comique.

1968 : La Vallée du bonheur (Finian's Rainbow)
Improbable musical entre conte de fées et droits civiques (un irlandais enterre l'or volé à un lutin aux US croyant le sol magique, l'or va transformer un sénateur raciste en noir :shock: ) coincé entre 2 époques, jusque dans la forme mi-old school mi-clip. 2 bonnes chansons sinon Zzzz.

1969 : Les Gens de la pluie (The Rain People)
Charmé par la première partie de ce road movie sur une femme étouffée par le rôle qu'elle se sent imposé et son improbable rencontre avec un James Caan à contre-emploi en simplet. Écriture originale, mise en scène fraîche et enfin assurée. Puis ça devient répétitif et la fin force de ouf.

1972 : Le Parrain (The Godfather)
Long mais pas lent, opératique en ampleur mais pas dans l'outrance, réaliste mais d'une théâtralité achevée. En un sens, c'est un film de cour. LE film de l'auteur sur le poids écrasant de la famille, qui est aussi La Famille. Et cette famille c'est l'Amérique. Et c'est la meilleure fin ever.

1974 : Conversation secrète (The Conversation)
Character study '70s se désintéressant régulièrement de l'intrigue préoccupant le protagoniste pour s'attarder sur sa solitude, son enfermement, son incapacité à faire confiance à autrui, à part son prêtre mais ni Dieu ni ses enregistrements censément objectifs ne le sauveront.

1974 : Le Parrain, 2e partie (Mario Puzo's The Godfather: Part II)
L'ascension du père et la chute du fils, à la tête de la Famille mais qui n'a plus la sienne. Coppola surenchérit son allégorie de tout un pays en racontant une dynastie de 1901 à 1974 liée à son histoire politique, des immigrés à Ellis Island jusqu'à la création de Las Vegas.

1979 : Apocalypse Now
Meilleure version, le FINAL CUT rabote les longueurs de REDUX et garde sa richesse et complexité. La fiévreuse descente en Enfer d'un homme parti tuer un Dieu. L'apocalypse devait marquer l'avènement du royaume des dieux mais ici, les dieux ont perdu leur âme. Lourd.

1982 : Coup de cœur (One from the Heart)
Exercice de style "drame 2 pièces-cuisine x fantasmagorie friquée" aussi formellement sublime que narrativement faiblard. Ouvrage musical où les images chantent et riment. Doux rêve au néon à l'artificialité affichée assumant la relecture fantasmée de sa romance.

1983 : Outsiders (The Outsiders)
Le coming of age '60s rappelle souvent STAND BY ME en moins bien. Coppola vise la tragédie, renouant avec le thème de la prédestination familiale, mais la forme iconique ne transcende pas l'écriture didactique et démonstrative. Peu touché, même en version longue.

1983 : Rusty James (Rumble Fish)
Le film adapte la même autrice que le précédent mais troque l'iconisme suranné pour un style subjectif sous influence d'expressionnisme allemand avec une BO atypique. Une mythification empruntant au western pour raconter l'histoire touchante d'un frère suivant les mauvais pas d'un autre.

1984 : Cotton Club (The Cotton Club)
La première heure chorale séduit avec un sense of place immersif et une énergie enivrante mais la chronique fonctionne autant que le film de gangsters déçoit, limité à des clichés inintéressants, les numéros répétitifs ne pouvant maintenir l'intérêt sur 2h20 (vu en version ENCORE).

1986 : Captain Eo (court-métrage)
Malgré la présence de George Lucas au générique, le résultat est plus proche de Bioman que de Star Wars.

1986 : Peggy Sue s'est mariée (Peggy Sue Got Married)
Comme la performance et le look outrancier de Cage, plus grossiers que sa caractérisation étonnamment nuancée, le film est trop décousu et superficiel pour convaincre mais garde toutefois la mélancolie d'un regard à la fois nostalgique et revanchard sur le passé.

1987 : Jardins de pierre (Gardens of Stone)
Le film aborde l'armée et la guerre par un angle original pertinent : les soldats chargés des funérailles. Le perso de Caan a des contradictions bienvenues et le film privilégie l'humain au tract politique convenu mais le drame ne convainc pas dans sa deuxième moitié attendue.

1988 : Tucker (Tucker : The Man and His Dream)
Titre hagiographique, procès final de showman, générique de conte Disney et voix off de bobine d'info à l'ancienne, c'est une ode capraesque aux rêveurs servi par une esthétique art déco et une imagerie iconique, écho du parcours d'auteur brimé de Coppola.

1989 : New York Stories, segment La vie sans Zoé (Life Without Zoe)
Le segment est co-écrit par Sofia et c'est (wait for it) l'histoire d'une petite fille riche qui s'ennuie :mrgreen: Mais surtout c'est nul. Simili-fable bordélique avec bijou à rendre à une princesse, braquage et crise entre papa flûtiste et maman mondaine.

1990 : Le Parrain, 3e partie (Mario Puzo's The Godfather: Part III)
Redécouvrant dans sa version mieux nommée ÉPILOGUE : LA MORT DE MICHAEL CORLEONE, je revois à la hausse ce film bancal sur une quête de rédemption et de légalité qu'une Église corrompue ne peut apporter. Redite parfois didactique mais regard métatextuel sur le diptyque original.

1992 : Dracula (Bram Stoker's Dracula)
Coppola goes full opera, des costumes à la DA, photo expressionniste af et SFX vintage, les effets de style kitschs deviennent sémiologiques, créant leur propre icône de l'union en ode au romantisme et au sexe. Fuck religion. Fuck science. Fuck each other. 5 stars. No notes.

1996 : Jack
Toujours eu de l'affection pour ce film, pas le ratage ridicule vanté par sa réputation mais en dépit de quelques scènes tristes un peu plus audacieuses, ça reste attendu et simplet dans son traitement et peu inspiré formellement. Il aurait fallu viser BENJAMIN BUTTON et non BIG.

1997 : L'Idéaliste (The Rainmaker)
Une élégante adaptation molle de fou et longuette de Grisham où les deux trames ne s'articulent jamais harmonieusement et n'ont rien à proposer d'un peu surprenant. Damon campe bien le héros coppolien type risquant de se perdre dans la corruption de son milieu mais bof.

2007 : L'Homme sans âge (Youth Without Youth)
Troisième fois que Coppola raconte l'histoire d'un perso qui rajeunit pour donner une deuxième chance à l'amour de sa vie mais en dépit d'une cascade fascinante de thèmes et de genres évoqués, le film finit par se perdre en parlant plutôt qu'en incarnant ses idées.

2009 : Tetro
Le film d'un jeune cinéaste dans ce que ça peut avoir de maladroit : histoire personnelle mais pas incarnée, références affichées et non digérées, mise en abyme grossière... Un retour aux origines, esthétique et thématique, qui rejoue RUMBLE FISH en moins bien 25 ans plus tard.

2011 : Twixt
B'TWIXT NOW & SUNRISE : THE AUTHENTIC CUT rabote 10min mais ne peut sauver cette autothérapie (RIP Gian-Carlo) à base de Poepoepoepoe d'une laideur achevée, dans son image vidéo et ses effets de style amateur, rarement poétique et lâchement comique, parfois involontairement.

2024 : Megalopolis
Film-somme inférieur à la somme de ses parties disjointes qui se perd entre satire outrée et fable bavarde. Des fulgurances grandiloquentes demeurent au sein du kitsch mais le film ne parvient pas à formuler correctement un propos pertinent sur la création et le pouvoir.


Top :
1. Dracula
2. Le Parrain
3. Le Parrain, 2ème partie
4. Apocalypse Now
5. Tucker
6. Coup de coeur
7. Conversation secrète
8. Rusty James
9. Le Parrain III
10. L'Homme sans âge

11. Les Gens de la pluie
12. Peggy Sue s'est mariée
13. Cotton Club
14. Outsiders
15. Megalopolis
16. L'Idéaliste
17. Jardins de pierre
18. Jack
19. Big Boy
20. La Vallée du bonheur
21. Tetro
22. Twixt
23. Dementia 13

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Francis Ford Coppola
MessagePosté: 05 Juil 2024, 10:38 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 23767
1969 : Les Gens de la pluie (The Rain People)
J'en garde un bon souvenir de vendu même si je suis pas très fan des persos de simplet. je me souviens surtout de la photo (à moins que je confonde avec les Eastwood.

1972 : Le Parrain (The Godfather)
Comme tout le monde, film extraordinaire, j'avais même essayé de lire le roman après l'avoir vu, dans un état fiévreux de "bordel c'est ça le grand cinéma en fait ?"

1974 : Conversation secrète (The Conversation)
Là aussi sur-adoré. Gene Hackman, l'ambiance paranoiaque, mon absence de culture ciné quand je l'ai vu...

1974 : Le Parrain, 2e partie (Mario Puzo's The Godfather: Part II)
Là on touche vraiment au chef d'oeuvre ultime, surtout la partie avec De Niro. Me souviens plus de la fin, ça me donne envie de le revoir.

1979 : Apocalypse Now
Je me souviens avoir vu le Redux au Gaumont Italie avec toi, Freak. Bien sûr génial, avec la zik des Doors, le passage de la fête dans la jungle...

1982 : Coup de cœur (One from the Heart)
J'étais vendu, donc j'avais bien aimé mais il faudrait que je le revois...

1983 : Outsiders (The Outsiders) et Rusty James (Rumble Fish)
J'avoue, je les confonds bcp. J'avais bien aimé, dans mon souvenir, pour le cast et les persos. pas bcp de souvenirs de l'intrigue.

1984 : Cotton Club (The Cotton Club)
Celui-là par contre, souvenir d'un ennui total.

1986 : Peggy Sue s'est mariée (Peggy Sue Got Married)
Souvenir que j'avais revisé un examen de droit fiscal en le matant de loin. Pas ma came du tout.

1987 : Jardins de pierre (Gardens of Stone)
Celui là en revanche, je l'avais bcp aimé. James Caan est génial, la thématique m'avait parlé.

1988 : Tucker (Tucker : The Man and His Dream)
Le film que l'on se force un peu à aimer non ? Pas sûr de vouloir le revoir.

1990 : Le Parrain, 3e partie (Mario Puzo's The Godfather: Part III)
J'avais beaucoup aimé, je ne comprenais pas ce qu'on trouvait de raté dans la prestation de Sofia Coppola.. et ce final opératique... C'est le film qui m'a donné de l'espoir pour Megalopolis.

1992 : Dracula (Bram Stoker's Dracula)``
Un de grands sommets érotiques de ma vie, je l'ai vu à 16 ans en groupe, nous étions tout émoustillés, il faisait une chaleur dans cette salle du Palace. Trouve toujours le film dément.

1996 : Jack
j'avais trouvé ça nul

1997 : L'Idéaliste (The Rainmaker)
je m'en souviens à peine, sinon un bof général et une incompréhension devant la critique des Cahiers de l'époque.

2007 : L'Homme sans âge (Youth Without Youth)
Il faut que je le revois, j'avais beaucoup dormi devant (et pas compris grand chose). Mais Tim Roth, l'atmosphère....

2009 : Tetro
J'avais bien aimé, Gallo était encore fréquentable, le noir et blanc... je l'avais vu à Cannes, à la quinzaine, c'est marrant comme c'était passé inaperçu.

2011 : Twixt
J'aime bien certains trucs mais je suis trop vendu pour reconnaitre que c'est à la limiote du regardable

2024 : Megalopolis
Tellement attendu... excessif, baroque, grotesque, raté et vieux mais aussi unique et fou. Envie de le revoir.

Mon top
1. La trilogie du Parrain
2. Conversation secrète
3. Apocalypse Now

4. Dracula
5. Jardins de pierre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Francis Ford Coppola
MessagePosté: 05 Juil 2024, 10:43 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 85948
Localisation: Fortress of Précarité
Karloff a écrit:
1997 : L'Idéaliste (The Rainmaker)
je m'en souviens à peine, sinon un bof général et une incompréhension devant la critique des Cahiers de l'époque.

Tetro et Twixt étaient également dans leurs tops de fin d'année.

J'imagine que tous les autres Coppola aussi.

#RIPlesCahiers

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Francis Ford Coppola
MessagePosté: 05 Juil 2024, 10:46 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2012, 13:20
Messages: 10931
Citation:
1988 : Tucker (Tucker : The Man and His Dream)
Le film que l'on se force un peu à aimer non ? Pas sûr de vouloir le revoir.


non, non


1) Dracula
2) Conversation secrète
3) Tucker
4) La parrain 1 = Apocalypse now
5)Parrain 2
6) Rusty James
7) Parrain 3
8 ) Outsiders

après je suis loin d'être un grand client de Coppola dont seul Dracula serait dans mes immanquables ( peut être conversation secrète aussi).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Francis Ford Coppola
MessagePosté: 07 Juil 2024, 17:30 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Nov 2014, 00:49
Messages: 1993
Plein que je n'ai pas vu alors que je suis client.
Je suradore les Parrains, Dracula et Apocalypse Now.

AN, c'est en fait depuis le Final Cut. Peut-être vu l'original trop jeune ou le côté petit écran mais souvenir d'une déception malgré des séquences marquantes. Préféré le Redux (grand écran) mais quand même, ya un truc qui va pas. Le FC (grand écran), j'ai trouvé ça parfait (aucun problème avec les remontages par principe).

Je crois alors que c'est mon préféré.

Top :
1. Apocalypse Now FC
2. Trilogie Le Parrain
(1. II - 2. I - 3. III)
3. Dracula
4. Conversation secrète
5. L'homme sans âge

Dû voir que la moitié des autres et ça s'emmêle pour tout ce qui arrive avant Jack et ça ne m'a pas laissé des envies de les revoir.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Francis Ford Coppola
MessagePosté: 07 Juil 2024, 18:21 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 5572
Il faut voir Rusty James, qui peut encore parler à la partie adolescente du coeur.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Francis Ford Coppola
MessagePosté: 08 Juil 2024, 09:16 
Hors ligne
Expert

Inscription: 23 Nov 2020, 14:16
Messages: 762
Mr Degryse a écrit:
3) Tucker
4) La parrain 1 = Apocalypse now
5)Parrain 2


wat


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 82 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Top Sofia Coppola

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Azuma

21

2562

27 Avr 2009, 14:38

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Francis Veber

Walt

5

1655

29 Aoû 2014, 16:58

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Top John Ford

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Tom

40

6974

06 Oct 2019, 16:07

Lohmann Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Harrison Ford

Arnotte

2

1519

30 Nov 2010, 17:08

Arnotte Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web