Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 20 Aoû 2017, 18:21

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 43 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 02 Juin 2016, 13:59 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 17197
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Pas mal le palmarès de DPSR, d'après ce que j'ai vu de la sélection je serais pas loin.

_________________
Les champipi, les champignons !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 02 Juin 2016, 14:23 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 7438
Karloff a écrit:
Vous n'incitez pas à l'optimisme les amis

Le Belloccio est très bien, n'écoute pas Art qui n'a pas de coeur ;)
Plus sérieusement c'est pas son chef d'oeuvre mais c'est de très bonne tenue et Bellochio est quand-même un **** de cinéaste.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 02 Juin 2016, 14:29 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 17197
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Euh non c'est un très mauvais film. Mais vraiment. Et Bellochio est un cinéaste que je trouve sans intérêt mais j'ai pas dû voir les meilleurs.

_________________
Les champipi, les champignons !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 02 Juin 2016, 15:13 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 7438
Il faut absolument voir Vincere qui est son chef d'oeuvre Art (sans) coeur.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 02 Juin 2016, 15:15 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 17197
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Vu justement et j'ai trouvé ça très moyen. J'avais eu envie de rattraper Buongiorno Notte qui apparemment est très fort mais l'envie est passée.

_________________
Les champipi, les champignons !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 02 Juin 2016, 15:24 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8767
Il faut au moins reconnaître que la persistance avec laquelle Abyssin intervient depuis quatre ou cinq ans à tout bout de champ en étant intimement persuadé qu'il existe une personne ici qui puisse se reconnaître dans ses goûts demeure fascinante.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 02 Juin 2016, 15:27 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20412
Ne l'écoute pas Abyssin, je te lis avec plaisir, moi.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 02 Juin 2016, 15:33 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 7438
Art Core a écrit:
Vu justement et j'ai trouvé ça très moyen. J'avais eu envie de rattraper Buongiorno Notte qui apparemment est très fort mais l'envie est passée.

Je ne te conseillerais pas d'essayer, je ne suis pas sur que Bellochio soit ta tasse de thé. Après, je peux me tromper et il est possible que tu apprécie Buongiorno Notte. C'est réputé comme son meilleur film avec Vincere. Après je me suis limité à ses film après 2000, je n'ai aucune idée ce qui est bien ou pas avant dans sa filmo.

DPSR a écrit:
Il faut au moins reconnaître que la persistance avec laquelle Abyssin intervient depuis quatre ou cinq ans à tout bout de champ en étant intimement persuadé qu'il existe une personne ici qui puisse se reconnaître dans ses goûts demeure fascinante.

Ca fait provoc puéril, je t'ai connu plus tranchant DPSR ;)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 02 Juin 2016, 15:39 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 7438
Karloff a écrit:
Ne l'écoute pas Abyssin, je te lis avec plaisir, moi.

Ah mais en toute humilité je n'écris pas bien (et je m'en fous), je n'ai pas le talent de Freak pour ses textes longs dont je n'aurais pas la capacité d'écrire mais bon le but de ce forum c'est d'échanger sur les films, cinémas, découvertes,etc... (Insérer Banalités).

Je suis curieux de savoir ce que tu vas penser du Bellochio et de te lire sur le Trapero et du Kaufman que je n'ai pas vus mais qui me font furieusement envie.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 02 Juin 2016, 20:17 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 70064
Localisation: Fortress of Writing
DPSR a écrit:
Il faut au moins reconnaître que la persistance avec laquelle Abyssin intervient depuis quatre ou cinq ans à tout bout de champ en étant intimement persuadé qu'il existe une personne ici qui puisse se reconnaître dans ses goûts demeure fascinante.

Marry me.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 02 Juin 2016, 20:34 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Fév 2016, 20:06
Messages: 2291
Localisation: - L Y O N -
Sympa l'ambiance !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 24 Juil 2016, 09:40 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20412
DPSR a écrit:
Résultats en avant-première

Lion d'or: A la folie


Evidence

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Mon Festival de Venise
MessagePosté: 28 Aoû 2016, 15:45 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20412
Le grand soir du palmarès, co-établi avec DPSR mais nous étions d'accord sur les meilleurs films de la sélection. Une sélection de belle qualité, d'ailleurs, avec seulement deux films que je regrette d'avoir "vu" et beaucoup de bons films dont deux chefs d'oeuvre à mes yeux, que l'on retrouve forcément au palmarès. Je regrette de ne pas avoir trouvé de place pour le film d'Amos Gitaï, qui est une vraie proposition de cinéma.

Le palmarès

Lion d’or : A La Folie de Wang Bing

Grand prix du jury : Sous-Sols d'Ulrich Seidl

J'aime bien réserver le prix au film radical de la sélection. Celui-ci méritait bien le déplacement en salle, ou comment faire naitre du beau esthétiquement parlant dans le crade. Il reflète aussi l'absurdité de la condition humaine et a provoqué en moi une empathie au-delà du dégueulicieux.

Lion d'argent du meilleur réalisateur : Tsai Ming Liang (I Don’t Want To Sleep Alone)

Une leçon de cinéma, l'une des plus belles fins de film que j'ai vu cette année. Dans mon top 3 Tsai Ming-Liang et le premier prix pour le film.

Acteur : Fabrice Luchini (L’Hermine) et Lee Kang-sheng (I Don’t Want to Sleep Alone)
Le premier a fait l'unanimité, le second me permet de récompenser cet acteur-muse assez incroyable, sorte de Denis Lavant taiwanais qui transfère une humanité incroyable à ses personnages. Son double-rôle est quasi-muet...

Actrice : Angeliki Papoulia (Alps)
Du film étrange et un peu boursouflé de Lanthimos, un visage s'est imposé durablement, celui d'Angeliki, déjà vue dans Canine, Lobster et Blast. Quand elle rit, l'univers d'Alps retrouve soudain son humanité.

Scénario : Charlie Kaufman (Anomalisa)
Même si le film m'a un peu déçu, surtout pour sa longue première partie, il propose un vrai tour de force scénaristique : évoquer la solitude universelle avec trois fois rien. La scène du petit-dejeuner est un chef d'oeuvre de cruauté.

Contribution artistique : la photographie de Diego Garcia dans [b]Rodéo de Gabriel Mascaro[/b]
Toujours pas très bien compris l'intitulé de ce prix : une façon de saluer le beau film de Gabriel Mascaro et sa formidable photographie, surtout lors des scènes nocturnes - c'est le chef op de Cemetery of Splendour.

Espoir : Rashid Debbouze (La Désintégration)

Surpris que le cinéma français ne soit pas tombé sous le charme du frère de Jamel, qui donne une grande profondeur à son personnage. (bon il est débile ce prix)

---------
France
La Désintégration de Philippe Faucon 4/6
Mostra 2011 - Le fameux film de Philippe Faucon qui annonçait tristement l'actualité. Le ton documentaire du film fait assez froid dans le dos même si un seul personnage est suffisament brossé pour que son basculement soit crédible - Ali. Je trouve la relation avec sa mère pieuse de cet anti-héros taciturne qui plonge dans la dépression et l'Islam radical bouleversante. Rashid Debbouze (frère de Jamel) est une révélation, je comprends pas que le cinéma français n'ait pas plus fait appel à lui ensuite.

L’Hermine de Christian Vincent 5/6
Mostra 2015 - De la dentelle scénaristique magnifiquement jouée, à la fois fine initiation au droit pénal et belle histoire d'amour entre quadras timides, tout en points de suspension. Non, vraiment c'est du bel ouvrage, je trouve que l'on perd un peu de temps sur le procès - surtout qu'au final, on le laisse tomber - mais qu'il y a une vraie maîtrise du temps amoureux, les deux scènes au café sont magiques.

La Jalousie de Philippe Garrel 4/6
Mostra 2013 - Troublant ce film, comme un décalque en moins réussi de La Frontière de l'aube. Il y a des choses très belles dans les scènes avec Louis Garrel et sa fille, les scènes de séduction aussi, mais le personnage féminin est beaucoup trop chargé pour me convaincre totalement. Mon côté féministe peut-être...

Etats-Unis
Anomalisa de Charlie Kaufman 4/6
Mostra 2015 - J'aime beaucoup les scénarios de Charlie Kaufman, bombe à retardement sur la solitude qui me hante la nuit venue. Ici, je trouve que le film met quand même beaucoup de temps à démarrer et que l'on voit venir à des kilomètres le propos du film...
Reste une demi-heure vraiment magnifique, avec l'une des plus belles scènes de sexe de l'année et quelque chose de magique qui flotte dans l'air, à la fois grâce à la technique du stop motion et au sens de l'observation de Charlie Kaufman.

4h44 Dernier jour sur Terre d’Abel Ferrara 4/6
Mostra 2011. Curieux film de fin du monde, à la fois intimiste et universel, raté et bouleversant. Cela m'a rappelé l'un des films préférés de mon adolescence cinéphile, Last Night de Don McKellar. Ici, comme souvent chez Ferrara, le grotesque (le viet, les inserts) côtoie le sublime (le passage chez son dealer, la scène d'amour, le rapport à l'art). La fin est si puissante qu'elle m'a plongé dans un Mood mélancholique et a finalement renversé mon avis sur le film, jusqu'à alors plus mitigé.

Black Mass de Scott Cooper 3/6
Mostra 2015. J'avais beaucoup lu de papiers sur Bulger à son arrestation. Curieusement, le film est centré sur la partie la moins "intéressante", sa période de gloire, et zappe sa jeunesse turbulente avec son frère et John Connolly et bien sûr sa fuite pendant presque quinze ans. Le film n'est pas infamant, l'interprétation est toujours classe, mais ça manque de quelque chose, d'une mythologie particulière alors que justement Bulger avait créé un personnage terrifiant.

Europe

Francofonia d’Alexander Sokourov 3/6
Mostra 2015. Film de commande quasi expérimental qui m'a rappelé Of Time and the City en moins personnel. Cela fourmille d'idées visuelles et narratives, j'aime beaucoup comment il rend les peintures et les sculptures "réelles" mais on a l'impression qu'il tire un peu à la ligne pour faire 1h20 de film.

Alps de Yorgos Lanthimos 4/6
Mostra 2011. Mon troisième Lanthimos. J'avais adoré Canine, j'étais resté de marbre devant Lobster - bon, vu trop tôt à Cannes, peut-être. Je suis entre les deux ici. On retrouve bien sûr le goût de l'absurde, le pitch dingo et cet humour à froid malaisant... Ici le plus "beau" du film tient dans le formidable personnage de l'infirmière, qui vit sa vie par procuration. Angeliki Papoulia est assez démente dans ce rôle, faut la voir réfréner un fou-rire lors d'une scène de cuni... Le reste m'indiffére plus, surtout que les personnages sont trop esquissés pour me toucher dans leur solitude. Le film m'a presque paru trop court, surtout que la fin tient de la pirouette un peu facile. Mais bon, je ne regrette pas la découverte.

Sous-sol d’Ulrich Seidl 5/6
Mostra 2014 - L'Euro c'est bien, les sous-sols autrichiens c'est mieux. Ulrich Seidl place sa caméra dans les petits secrets autrichiens entre nazis fiers de l'être et sado-masos un peu perdu. Plus que le fond, assez classique et grinçant pour qui connait Seidl, c'est le forme qui foudroie, où comment faire du beau avec de l'édifiant.

A Bigger Splash de Luca Guadagnino 2/6
Mostra 2015 - Remake assez inutile de La Piscine avec un gros miscast en la personne de Tilda Swinton, grande actrice mais pas du tout sex-symbol. La réalisation est hyper tape à l'oeil, le discours sur les migrants embarrassants... Reste le décorum, sublime...

La Belle endormie de Marco Bellochio 4/6
Mostra 2012 - Film choral sur la question de l'euthanasie, du libre-arbitre et de l'amour, rien que ça, la belle endormie désoriente dans un premier temps - la construction narrative est assez abrupte - mais finit par émouvoir, surtout qu'il y a quelque chose de très cinématographique dans la manière qu'a Bellocchio de filmer les visages vivants ou morts. Plutôt séduit au final.

The Danish Girl de Tom Hooper 2/6
Mostra 2015 - Tout surjoue dans le film. Les acteurs, Alexandre Desplat, les costumes, la ville de Copenhague... Ce n'est jamais nul, justement tellement académique que l'on a toujours deux scènes d'avance... Je retiens le début, assez cash et rapide et la scène de l'apprentissage du corps féminin. Le reste m'a glissé dessus.

Jerichow de Christian Petzold 3/6
Mostra 2008. Moyennement convaincu. Petzold prend toujours son temps pour construire une atmosphère entre film noir et film romantique mais je trouve la "résolution" trop rapide sur que le héros est quand même d'un mutisme peu engageant. Après, il y a toujours quelque chose dans la mise en scène, l'utilisation d'un motif musical, Nina Hoss...

Amérique du Sud
El Clan de Pablo Trapero 4/6
Mostra 2015 - Pablo Trapero signe un thriller scorsesien dans l'Argentine pourri des années 80. Cela manque d'un petit quelque chose même si l'acteur qui joue le père est dément. De Trapero, je crois que je préfère Carancho et surtout Elefante Blanco.

Rodéo de Gabriel Mascaro 4/6
Mostra 2015 - Le deuxième film de Gabriel Mascaro est sensuel, fiévreux, magnifique quand la nuit tombe sur le Nordeste. Le rythme est un peu répétitif dans sa première partie, mais il y a du talent derrière tout ça. Le chef op est celui de Tabou et de Cemetery of Splendour.

Asie
Rabin, the Last Day d’Amos Gitai 4/6
Mostra 2015 - Sacré morceau de cinéma, d'engagement politique et de mise en scène. On ne va pas se mentir: c'est long, aride, répétitif, mais la démonstration est brillante et renvoie bien sûr à toutes les sociétés mangées par ses extrêmes. Amos Gitaï signe quelques plan-séquences magistraux d'évocation - la colonie, la toute fin.

Red Amnesia de Wang Xiaoshai 3/6
Mostra de Venise 2014 . Je garde un très bon souvenir de Shanghai Dreams dont Red Amnesia me paraît être une suite lointaine. On retrouve un regard sur l'histoire chinoise à hauteur humaine avec ce portrait d'une vieille femme hantée par son passé (et un peu plus). Dommage que la narration soit si lente dans la première partie et que le scénario ne joue pas franchement sur l'ambiguité de l'existence du danger, ce qui atténue la révélation finale. Plus intéressant que passionnant pour être honnète

A la folie de Wang Bing 6/6
Mostra de Venise 2014 - Quelle claque... Une plongée dans l'enfer carcérale d'un hôpital psy chinois. Sauf que c'est l'anti-Vol au-dessus d'un nid de coucou, mais un film d'une humanité renversante, où les "fous" sont observés avec une tendresse infinie. C'est un peu long - il aurait pu enlever le prisonnier avec sa femme horrible - mais des plans me restent en mémoire : la course torse nue dans la coursive, l'étreinte dans le clair obscur, l'étreinte finale, "meurs, meurs, meurs", et cet homme qui marche, qui aurait fait une fin parfaite - plan prodigieux qui synthétise l'histoire de la Chine contemporaine et du cinéma moderne.

I don’t want to sleep alone de Tsai Ming Liang 6/6
Mostra 2006 - Film absolument sublime qui confirme que Tsai Ming Liang est l'un de mes cinéastes contemporains préférés. Alors bien sûr, c'est lent, parfois à l'extrême, on ne va pas se mentir, mais c'est d'une beauté formelle insensée et quand le film prend son envol narratif comme le papillon de nuit sur l'épaule du héros cela devient absolument magnifique. Tout le film peut être vu comme une rêverie de l'homme dans le coma, une allégorie de la vie de tous les réfugiés - d'Asie et au-delà. La larme qui coule et provoque la fuite des amants est l'un des plus beaux plans que j'ai vu cette année.

Sukiyaki Western Django de Takashi Miike 3/6
Mostra de Venise 2007 - un Western chambarra spaghetti avec Quentin Tarantino en Guest. Bon, comme d'hab, Takashi Miike ne sait pas écrire un scénario si bien que la sauce spaghetti ne prend jamais vraiment. Mais faut reconnaitre que la mise en scène est bourrée d'énergie et d'idées et que la fin claque bien. Cela se laisse voir mais j'ai préféré 13 Assassins.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 43 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Venise 2011

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 8, 9, 10 ]

Prout Man

138

7173

15 Sep 2011, 10:49

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Venise 2014

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 10, 11, 12 ]

Prout Man

171

5847

08 Sep 2014, 19:51

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Venise 2015

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Qui-Gon Jinn

66

3183

13 Sep 2015, 09:25

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon Festival de Venise 2017

Karloff

5

553

15 Juin 2017, 00:39

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sélection du festival de Venise 2006

Noony

3

700

24 Juil 2006, 16:39

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Venise 2008

Noony

8

708

29 Avr 2008, 13:49

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Venise 2010

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

Noony

80

3156

12 Sep 2010, 11:40

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Venise 2012

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 7, 8, 9 ]

grunt

129

5560

15 Avr 2013, 12:53

minidou Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Venise 2013

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 6, 7, 8 ]

grunt

113

5240

09 Oct 2013, 23:32

grunt Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Venise 2016

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Qui-Gon Jinn

74

2838

11 Sep 2016, 23:24

Prout Man Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web