Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 17 Sep 2019, 03:23

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Mon festival de Venise 2019
MessagePosté: 04 Juil 2019, 21:15 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20859
Oh, mais nous sommes l'été... Voici donc mon auto-Festival de Venise qui revient... je n'ai pas totalement vu tous les films coréens et d'animation que je voulais mais il est temps de passer à la Mostra. Vingt films passés par Venise, donc.... et plutôt des gros noms.

Mon Festival de Venise 2019

Amérique du Nord  (5)
3 - Bienvenue à Suburbicon de George Clooney
La confirmation à mes yeux que George Clooney n'est pas un très bon réalisateur. Le scénario (que l'on doit aux frères Coen) est pourtant pas mal, métaphore de l'Amérique de Trump transposée dans une banlieue des années 50, avec une scène assez angoissante qui donne une étrangeité au premier tiers. Hélas, la suite est moins réjouissante, tout est vite expliqué et cela tourne au jeu de massacre grimaçant. Je retiens quand même le beau plan final et techniquement le film est irréprochable. Mais c'est besogneux.

5 - Traîné sur le bitume de S. Craig Zahler
La confirmation après Bone Tomahawk (le meilleur western de ces dix dernières années), que Craig Zahler est un putain de bon réal. Polar bien noir servi par des acteurs excellents, tension parfaite avec de bonnes flambées de violence. Je couperai bien un petit peu dans le gras (la banquière, bon, c'est jubilatoire mais gratuit) mais je ne suis pas sûr d'avoir dix meilleurs films que ce dernier au cinéma cette année (et de pester contre son absence de distribution). La dernière heure en temps quasi-réel mérite à elle-seule la séance. Et les personnages sont vraiment bien construits.

4 - Ad Astra de James Gray

5 - Monrovia, Indiana de Frederick Wiseman
Un documentaire miraculeux sur l'Amérique qui vote Trump, parfois beau comme du Terrence Malick, toujours tendre avec les habitants alors que l'on devine en creux les motivations du vote Trump : une profonde peur du changement, d'une Amérique arcboutée sur ses racines communautaires et religieuses. On y chasse le daim, on célèbre les joueurs locaux et on vote pour un nouveau banc. Les problèmes du monde semble loin, très loin mais il suffit d'une propagande dans une fête foraine pour que l'on comprenne que la simplicité du discours Trump vaut mieux que toutes les idées progressites des démocrates. Grand film, formidable doc.

2 - Ville neuve de Félix Dufour-Laperrière  (Canada)
Film d'animation expérimental très très particulier qui parle à la fois de l'engagement politique et de la désagrégation d'un couple. On ne va pas se mentir : j'ai été surpris de découvrir la courte durée du film au générique final, ce qui est un critère d'appréciation en soi... La technique d'animation est très particulière aussi avec beaucoup d'images superposées. Bon, je suis resté à quai.

France (3)
3 - Doubles vies d’Olivier Assayas
Sur le papier (haha), je suis le coeur de cible : journaliste web cultureux dont la femme a travaillé dans le milieu de l'édition et qui donc comprend les enjeux de l'évolution numérique comme personne. Bon, je n'écris pas d'autofiction et aucune actrice n'abuse de mon corps pendant un film de Michael Haneke... La partie Vincent Macaigne est la plus réussie, déjà car elle révèle l'actrice Nora Hamzawi que je ne connaissais pas et aussi pour le ton ironico-dépressif que j'appréciais dans Rien sur Robert de Pascal Bonitzer. Mais l'autre partie plombe le récit : j'ai un gros problème avec le personnage incarné par Christa Theret auquel je ne crois jamais, dont les dialogues sonnent atrocement faux. Du coup, le film me parait trop long pour ce qu'il dit - 1h45 quand même sur la transformation du numérique et l'ère de la transparence - mais sans être jamais désagréable. Olivier Assayas réussit même une très belle scène finale.

4 - La Villa de Robert Guédiguian
Cela fait longtemps que je n'avais pas vu un film de Robert Guédiguian, il a fallu que je me réhabitue à la forme très théatrale des dialogues, à la sérénité de la mise en scène et aux intentions si marquées à gauche qu'elles prêtent d'abord à sourire puis au respect. Tout n'est pas réussi dans le film, le personnage de Sagamore Stévenin est atroce, je n'aime guère Angèle et ce qui tourne autour de sa fille. Mais il y a aussi des choses très belles, le décor filmé comme le coeur du monde, le personnage du jeune médecin, que je trouve très bien écrit et les vingt dernières minutes, dont le discours tient de l'évidence.

4 - Marguerite de Xavier Giannoli
Quel film particulier... Cela part comme une comédie un peu grincante à gueule, puis ça tourne au film d'amour avec des séquences bizarres (ce majordome noir qui prend des photos là... pourquoi ?), je ne sais pas trop si j'ai aimé, au-delà de la performance émouvante de Catherine Frot, mais on peut reconnaitre au film son audace et son ton particulier.


Europe (9)
2 - 11 Minutes de Jerzy Skolimowski (Pologne)
Jerzy Skolimowski se fourvoie avec ce film d'étudiant totalement superflu qui ne vaut que pour son final misanthrope plutôt réjouissant. Bof bof, il a fait mieux (Deep End notamment). Par contre, j'ai eu un petit coup de coeur pour le charisme de l'actrice qui joue la femme au chien... et je viens de trouver qu'elle s'appelait Ifi Ulde et qu'elle avait chanté pour l'Eurovision.

4 - L’Homme en plus de Paolo Sorrentino (Italie)
Le premier film de Paolo Sorrentino (c'est en gros sur l'affiche), où l'on retrouve son génial acteur Toni Servillo, sa grandiloquence, son goût du contrepoint musical et sa vision profondément machiste de la femme, object sexuel qui n'a guère le droit à la parole... Mais les deux personnages principaux sont "réjouissants", croqués avec un mélange de tendresse et de méchanceté, surtout le chanteur de charme (le footballeur est plus caricatural). Ce n'est pas forcément ma came, mais j'ai pris du plaisir à le découvrir, surtout qu'il y a moins le côté grand style toc des suivants.

2 - Palerme d'Emma Dante (Italie)
Un premier film italien sélectionné pour le Lion d'or en 2012. Bon, cela a son charme le temps d'installer l'intrigue et le face à face, le plan final est fort mais ça s'enlise au bout de 40 minutes et la métaphore est bien appuyée. Positif cite Leone sur la jaquette (sans doute l'aspect western) mais cela m'a fait plus penser à Nadine Labaki.

5 - La Ronde de nuit de Peter Greenaway (Angleterre)
Voilà un sacré morceau de cinéma. J'aime bien le cinéma érudit de Peter Greenaway, je rêve de découvrir un jour la saga Tulse Luper Suitcases et si parfois son cinéma m'ennuie (ou plutôt m'endort), quand cela fonctionne, c'est un émerveillement des sens. J'avais été très impressionné par le tableau de Rembrandt quand je l'avais découvert à Amsterdam mais je ne connaissais pas du tout l'histoire du peintre. Je ne sais pas non plus si ce qui est raconté ici est vrai ou faux, mais qu'importe. On sort du film totalement rassassié, ému aussi (tout ce qui tourne autour de sa femme est sublime). Martin Freeman est incroyable dans le rôle et s'il faut beaucoup s'accrocher pour suivre le fil narratif, le film mérite le voyage.

4- Joy de Subadeh Mortezai (Allemagne)
Oh un film d'auteur sur Netflix. Et plutôt pas mal, le portrait d'une prostituée nigérianne en Autriche qui tente de se sortir de sa situation mais reste sous l'emprise du Juju, la sorcellerie locale. La mise en scène s'approche du documentaire et l'actrice qui interprète le rôle principal parvient à transmettre les émotions qui traversent un personnage complexe.

2 - Gebo et l’ombre de Manoel de Oliveira
Le dernier film de Manoel de Oliveira, mythique réalisateur portugais dont l'oeuvre ne me passionne pas toujours - mais je m'accroche. Bon, j'ai beau être habitué à la lenteur et à l'économie de moyens, la première demi-heure est assez effrayante. Les acteurs parlent lentement, ils ne passent pas grand chose et les changements d'axe se comptent sur les doigts d'une seule main (le travail sur la lumière est intéressant par contre). Cela s'améliore avec l'arrivée du fils mais c'est trop démonstratif pour moi (et trop figé aussi).

4 - Adultère de Kirill Serebrennikov
Un film de Kirill Serebrennikov, l'auteur de Leto, passé en compétition à Venise et inédit en France. Et bien c'est pas mal du tout. Si le scénario est un peu trop hitchcokinfluencé autour de son personnage de blonde bafouée, c'est la mise en scène qui impressionne avec une ellipse sublime au trois quart. Cela se voit sur un site que je crois légal, Soviet Movies Online.

Asie (4)
2 - Human Flow d’Ai Weiwei (Chine)
Curieux documentaire d'Ai Weiwei pointure de l'art contemporain, figure de l'opposition à Pékin, qui s'intéresse aux réfugiés du monde entier à coup de sentences poétiques (oh Adonis) et de plans en drone de visages apeurés. Le problème, c'est qu'il survole (normal vu l'usage du drone) toutes les situations, si bien qu'il rend anonyme les réfugiés quand lui, par contre, se donne le bon rôle (Ai Weiwei sert du thé, Ai Weiwei danse à Gaza, Ai Weiwei fait des brochettes...). Reste la puissance des images (oui, quand même), la mélopée finale façon Malick by Unicef et l'enregistrement d'une désintégration mondiale qui n'a pas fini de provoquer des conséuqences et que l'on ne résoudrera pas par des murs et des barbelés. Mais sinon, comme documentaire, on est plus proche de BHL que de Guillaume Massart.

4 - The Age of Shadows de Kim Jee woon (Corée du Sud)
Un film d'espionnage majuscule réalisé par l'un des grands formalistes sud-coréens du moment, Kim Jee-Woon. Si la narration baffouille un peu son roisième acte trop vite expédié (et pourtant ça dure 2h20), les scènes d'action sont des merveilles du genre (l'ouverture, le train, la gare) et valaient bien le cinéma (hélas, pas en France). Song Kang-oh est bien sûr parfait même si son personnage aurait peut-être mérité plus de complexité mais c'est Gong Yoo qui crève l'écran, après Dernier train pour Busan.

4 - Béthléem de Yudav Adler (Israël) (scénario)
Bon film d'espionnage israélien du réalisateur de The Operative, qui sort cette semaine. On retrouve l'approche réaliste de ce dernier film, le sacrifice moral et intime que doit faire chaque espion. Et si on peut regretter un certain manque d'ampleur dans les scènes d'action (un "défaut volontaire" que l'on retrouve aussi dans The Operative), la fin est très forte.

4 - Les Tombeaux sans nom de Rithy Panh (Cambodge)
Documentaire très personnel de Rithy Panh qui retourne sur les lieux où des membres de sa famille ont été tués par le régime Khmer rouge afin de leur offrir une sépulture. Des témoignages de villageois qui ont assisté impuissants au massacre commis accompagnent cette quête alors que Rithy Panh déploie des artifices de mise en scène qui rapprochent le film d'une installation d'art contemporain. La fin est très forte mais le film est peut-être moins "abouti" que son chef d'oeuvre, l'image manquante.


Amérique latine (1)
3 - Nuestro Tiempo de Carlos Reygadas (Mexique)
A l'instar de Bruno Dumont, Carlos Reygadas est un réalisateur dont je vois tous les films alors que je n'apprécie que moyemment son cinéma. Moins WTF que Post Tenebras Lux, plus proche du cinéma de Nuri Bilge Ceylan Nuestro Tiempo aurait pu être un très grand film s'il n'était pas aussi démonstratif et inexplicablement long (3h pour une histoire assez simple de jalousie et d'adultère). La mise en scène est par moment sublime (l'ouverture, la séquence finale, l'attaque du taureau), j'aime certains aspects narratifs (la voix off de l'enfant par ex) mais Carlos Reygadas n'aurait pas dû se confier le rôle principal tant il a dû mal à exprimer une émotion. Pour le coup, je comprends mieux pourquoi Thierry Frémaux a fait l'impasse. J'espère que Reygadas parviendra à revenir à une plus grande simplicité, comme pour Lumière silencieuse.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Juil 2019, 23:37 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10100
J'adore Skolimoowski et 11minutes est loin d'être un de ces meilleurs pour rester poli. La fin osée est sympa mais ça reste un exercice de style mineur;


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Juil 2019, 15:37 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20859
Oui, je viens de le voir là.... C'est pas trop, on dirait un premier film mal fagotté.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Juil 2019, 15:55 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10100
C'est pas honteux, ça se regarde et j'aime bien la fin osée même si totalement gadget. Mais quand tu penses aux films de Skolimowski et l'écart qualitatif avec son précédent film avec Vincent Gallo.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Juil 2019, 18:00 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 17755
Localisation: Paris
Bon courage pour la France !

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Juil 2019, 07:12 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18630
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Cosmo a écrit:
Bon courage pour la France !

Me suis fait la même réflexion... Quelle sélection moisie..

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Juil 2019, 10:02 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10100
Même le reste du monde c'est pas terrible.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Juil 2019, 10:19 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18630
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
A part les Français je n'en ai vu que deux, le très beau Oeuvre sans auteur et le raté Downsizing..

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Juil 2019, 10:28 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10100
Disons que les autres titres sont pas très bandants.

Et Karloff, l'Assayas est une horreur. J'adore le cinéaste mais là c'est un de ses plus faibles où il tombe dans un style comédie bobo parisien insupportable. Faut vraiment en vouloir pour se l'imposer.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Juil 2019, 11:07 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20859
les gars, vous faites pas envie là ;-)

mais je respecte mes propres règles : voir les films en compétition que j'ai manqués puis me faire plaisir un peu plus sur le reste....

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Juil 2019, 11:07 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20859
les gars, vous faites pas envie là ;-)

mais je respecte mes propres règles : voir les films en compétition que j'ai manqués puis me faire plaisir un peu plus sur le reste....

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Sep 2019, 22:01 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20859
et donc le palmarès tant attendu d'une compétition pas incroyable...

Lion d'or : La Ronde de nuit de Peter Greenaway

Lion d'argent : Traîné sur le bitume de S. Craig Zahler

Lion d'argent du meilleur réalisateur : James Gray (Ad Astra)

Coupe Volpi pour la meilleure interprétation masculine : Toni Servillo (L’homme de plus)

Coupe Volpi pour la meilleure interprétation féminine : Catherine Frot (Marguerite)

Prix Osella pour le meilleur scénario : Béthléem de Yudav Adler

Prix Marcello-Mastroianni du meilleur espoir : Anwulika Alphonsus (Joy)

Prix spécial du jury : Monrovia Indiana de Frederick Wiseman et Les Tombeaux sans nom de Rithy Panh

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Sep 2019, 01:41 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10100
Karloff a écrit:

O
4 - L’Homme en plus de Paolo Sorrentino (Italie)
Le premier film de Paolo Sorrentino (c'est en gros sur l'affiche), où l'on retrouve son génial acteur Toni Servillo, sa grandiloquence, son goût du contrepoint musical et sa vision profondément machiste de la femme, object sexuel qui n'a guère le droit à la parole... Mais les deux personnages principaux sont "réjouissants", croqués avec un mélange de tendresse et de méchanceté, surtout le chanteur de charme (le footballeur est plus caricatural). Ce n'est pas forcément ma came, mais j'ai pris du plaisir à le découvrir, surtout qu'il y a moins le côté grand style toc des suivants.

Vu il y a pas longtemps, bien aimé et c'est le film que je conseillerais à ceux qui n'aiment pas d'habitude Sorrentino. C'est moins "clip" que d'habitude et il y a une vraie amertume et mélancolie qu'on ne retrouvera pas dans ses prochains films. Pas un grand film mais une oeuvre très attachante.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 14 Sep 2019, 10:58 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20859
Je pense que c'est mon Sorrentino préféré, aussi. La partie du joueur de foot est moins bien même si le personnage est bien trouvé mais il y a vraiment une nostalgie qui se dégage.

sinon, rien à voir mais je croyais que Frémaux l'avait "découvert" alors qu'il était déjà en compétition à Venise, en fait.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon Festival de Venise

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Karloff

42

3111

28 Aoû 2016, 15:45

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Venise 2011

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 8, 9, 10 ]

Prout Man

138

9415

15 Sep 2011, 10:49

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Venise 2014

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 10, 11, 12 ]

Prout Man

171

8532

08 Sep 2014, 19:51

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Venise 2015

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Qui-Gon Jinn

66

4759

13 Sep 2015, 09:25

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon Festival de Venise 2017

Karloff

8

1765

30 Aoû 2017, 14:09

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sélection du festival de Venise 2006

Noony

3

997

24 Juil 2006, 16:39

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon étrange Festival 2019

Karloff

9

236

16 Sep 2019, 15:08

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon Festival de Cannes d'hiver 2019

Karloff

6

390

27 Jan 2019, 23:34

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon Festival de Cannes 2019 de printemps

Karloff

9

916

14 Mai 2019, 11:03

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Venise 2008

Noony

8

1053

29 Avr 2008, 13:49

Blissfully Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web