Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 04 Déc 2021, 04:50

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Madhumati (Bimal Roy - 1958)
MessagePosté: 28 Nov 2013, 11:00 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11665
मधुमती en VO.

Image

Par une nuit d'orage, Devendra trouve refuge dans un vieux manoir isolé. Alors que la tempête fait rage, il reconnaît inexplicablement chaque recoin du lieu, et soudain, les souvenirs lui reviennent : celle de sa vie antérieure, et de Madhumati, une jeune femme qu'il y aima à la folie.


Je l'avais sur mon ordi depuis un moment, sans me résoudre à me lancer les 2h40 : à chaque fois que j'allais regarder un petit plan ou passage au hasard, je trouvais ça très peu séduisant, à l'unité. Au final, le film est plutôt magnifique, et ce malentendu est assez révélateur de ce qui fait la singularité de Bimal Roy (le dernier que je découvre des quatre grands cinéastes de l'âge d'or du cinéma hindi). Que ce soit via le lyrisme virtuose de Guru Dutt, la boursoufflure flamboyante de Mehboob Khan où l'élan narratif démesuré de Raj Kapoor, l'envie généreuse de démontrer l'étendue de ses capacités domine (pour le meilleur) le cinéma de ses trois collègues. Bimal Roy s'avère à côté de cela étonnamment sobre, ou peut-être en tout cas plus subtil. Tout va se passer dans l'imperceptible, dans le mouvement entre deux plans (c'est particulièrement visible dans les danses, mouvements harmonieux pourtant issus d'une série de cadre statiques), dans l'espoir ou la peur d'une situation à venir ou dans le regret d'une situation passée : rarement à l'instant T qui se donnerait en spectacle. Il n'y a pour ainsi dire par de "grande scène" dans le film, de passage qui aimerait se donner à voir comme un tour de force. Son mouvement général prévaut, et même les chansons (pas toutes réussies, par ailleurs) sont approchées sur un mode tranquille.

Madhumati est une romance teintée de fantastique mortifère, c'est sa première originalité (au-delà de sa genèse tordue : film fantastique d'un cinéaste hindi néoréaliste, scénarisé par un cinéaste bengali - et pas n'importe lequel : Ritwik Ghatak !). La fille aimée n'apparaît et ne disparaît pas du film d'un coup : avant que n'ait lieu le premier vrai échange avec son personnage principal, elle émerge progressivement d'apparitions plus ou moins fantomatiques, comme l'effet de l'imagination du héros. Elle repart tout aussi progressivement, fantasme ambulant et visage reconnu ailleurs : l'amour est, en quelques sortes, un "phénomène". La grande forêt aux hauts troncs, qui se remplit à l'occasion de brumes, joue le trait d'union entre la réalité de la dramaturgique (territoire à l'origine des conflits de frontières entre propriétaires qui mèneront au drame, raison de la venue et du travail du héros) et prétexte à verser dans le fantasme (lieu non topographié où les personnages et la mise en scène se perdent, où l'on vit terré dans sa cabane cachée, où l'on tue, où l'on a des hallucinations, et terre de rendez-vous secrets faisant de leur amour une histoire vécue un peu abstraitement, à l'écart du monde).

La délicatesse tendre avec laquelle est manié cet amour naissant fait de Madhumati un film sublime dans ses deux premiers tiers. Je ne saurais pas trop expliquer pourquoi et comment, mais c'est un enchantement. La suite est plus problématique. D'un côté, j'aime beaucoup la façon dont Bimal Roy fait du fantastique une continuation logique de son histoire d'amour. De l'autre, le film souffre, je trouve, du fait que l'irréel ne constitue qu'une bordure, qu'un post-scriptum. En perdant sa romance, le film perd une certaine force qui le muait jusque là, et peine à retomber correctement sur ses pattes : l'omniprésence soudaine de Johnny Walker (pourtant à la lisière du supportable, ici), et la fin toute molle et toute éteinte, en témoignent. Même si on trouve dans ce derniers tiers parmi les plus beaux passages, le mouvement général est brisé : une découpe en deux moitiés et en face à face (amour / fantastique) aurait peut-être donné un poids et une existence propre au manque (et à ses fantômes).

Ça reste à voir absolument, un des plus beaux films découverts cette année pour moi. Et Dilip Kumar, à l'image du film (discrètement et posément, en sourdine et sans grand morceau de bravoure), s'impose direct comme le meilleur comédien de tous les films hindi de la période que j'ai pu voir.


Concernant la copie : la seule trouvable (et encore, difficilement, je ne sais pas s'il existe un DVD quelque part) est vraiment naze : floue, hypra-compressée... Attendez une diffusion en salle.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Nov 2013, 11:11 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 23984
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
M'est avis qu'on peut l'attendre longtemps la projo en salles.
Sinon ça donne envie ton texte.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Nov 2013, 11:13 
Hors ligne
Expert

Inscription: 24 Juin 2013, 09:48
Messages: 221
Malgré mes réticences et mes a priori sur toute cette production cinématographique spécifique (que je ne connais vraiment pas), ton texte sur celui-ci me dit qu'il est peut-être temps d'y jeter un oeil.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Nov 2013, 11:22 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11665
J'essaie de vous mettre un extrait, même si je doute que ça marche à l'extrait (comme je vous disais, ça m'avait pas séduit de prime abord).

Mais je viens de voir qu'il était passé à la cinémathèque lors de la rétro Ritwik Ghatak, peut-on être en ont-ils une copie ressortable à l'occasion (j'en profite pour prévenir qu'il y a une rétro Raj Kapoor à la cinémathèque dans quelques jours, avec notamment Awaara dont j'avais parlé ; mais je sais pas dans quel état sont leurs peloches, c'est les seuls films du festival "Toute la mémoire du monde" qui soient pas marqués comme restaurés).

Harry White a écrit:
Malgré mes réticences et mes a priori sur toute cette production cinématographique spécifique

Ah ça après, je suppose qu'il faut pas être allergique oui (ce que je conçois tout à fait). Disons au moins : si vous avez aimé un autre film de la période, je pense que vous serez conquis par celui-là.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Nov 2013, 11:54 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11665
Voilà, je crains de plus vous faire peur qu'autre chose, mais bon :



Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Deux hectares de terre (Bimal Roy - 1953)

Castorp

1

983

12 Mar 2016, 19:22

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Dos au mur (Edouard Molinaro, 1958)

bmntmp

0

284

26 Jan 2021, 15:59

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Fleurs d'équinoxe (Yasujiro Ozu - 1958)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Blissfully

22

2585

27 Jan 2014, 10:37

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Nuages d'été (Mikio Naruse - 1958)

Blissfully

1

1191

30 Juil 2008, 22:24

Bub Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Salon de musique (Satyajit Ray - 1958)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Blissfully

15

2072

16 Avr 2015, 17:23

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Visage (Ingmar Bergman - 1958)

Tom

8

1346

12 Avr 2011, 02:54

David Swinton Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Some Came Running (Vincente Minnelli, 1958)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Gontrand

21

1908

08 Mai 2015, 18:52

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Vertigo (Alfred Hitchcock, 1958)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Film Freak

45

2982

02 Mai 2020, 07:57

Mickey Willis Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Eroica (Andrzej Munk, 1958)

Gontrand

1

976

12 Juin 2017, 16:33

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Vikings (Richard Fleischer - 1958)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Castorp

17

884

01 Mai 2021, 22:09

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 11 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web