Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 04 Déc 2021, 05:56

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 25 Jan 2019, 19:57 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 3615
Hongrie, 1981. "Colorado" est un groupe de rockabilly, chevelu, rude et entier, sillonnant dans un van multicolore et defraîchi la campagne hongroise. Les 5 musiciens reprennent des standards rock américains (Chuck Berry, Gene Vincent, Muddy Waters) en version (très) musclée.

En décalage avec tout public possible, ils suscitent une certaine méfiance, et les pneus de leur camionnette sont crevés suite à un énième concert donné devant un public âgé, alcoolisé, aussi indifférent que clairsemé. Pendant que le reste du groupe change les roues, leur "Andy Warhol" (aucun personnage n'a de nom), faisant office d'impresario, de producteur et de tête pensante à catogan et perfecto a une vision d'Allen Ginsberg méditant de la nécessite d'éprouver un amour absolu du profane et du bas-monde, où tout se perd dans la pluie et la boue, amour qui est à la fois un secret, une évidence et un sacerdoce. Ils se tapent deux groupies paumées prises en stop. Puis ils retournent chez leurs femmes, qui ont de plus en plus de mal à les supporter. Le groupe est en fait en train d'exploser.

L'impresario suggère alors au groupe de chanter des textes plus personnels et proches du monde où ils vivent, de changer de nom (ils adoptent un chien sauvé de la fourrière qui va leur servir d'emblème) puis décide d'embaucher un deuxième chanteur, obèse et unijambiste. L'impresar leur promet aussi un passage télé ; un de ses anciens amis étant chauffeur de camion pour la chaîne nationale....


Image

Image

Image

Je pensais initialement que le fait de regarder ce film allait combler un pur sentiment de curiosité historique, comme une sorte de prequel artisanal, marginal mais historiquement contemporain au récit de "Leto" . Le contexte politique et de façon génrale les univers des deux films sont très proche.

La mise en scène, ponctuée par des cartons en trois langues (hongrois, russe, anglais) alignant des citations hyper pointues (mais bien chosies au demeurant) de Sinatra, Ray Davies , Yoko Ono et des Beatles (et d'autres musiciens moins connus) laissait présager un film un peu snob et poseur, plus proche de l'inspiration de l'encyclopédie du rock d'Assayas que du MC5.

Puis le grain de la pellicule, la nervosité de la mise en scène, le fait qu'après 3 minutes du premier concert, une reprise de Johnny B Goode, le guitariste, traverse la scène d'une grange en imitant le pas de cabri d'Angus Young et en claquant un excellent solo, pendant que l'impresario à catogan part dans une danse 1/3 Jagger 1/3 Elvis 1/3 Jeanne Mas faisant tournoyer son micro-phallus entre les fesses, le tout dans une grange, mais filmé comme Jonathan Demme le ferait des Talking Heads, cela m'a donné l'envie d'aller au bout.

Je n'ai pas été déçu, c'est peut-être le meilleur film sur le rock que j'ai vu, même si l'intrigue est assez prévisible et fini sur l'obligatoire super-concert en plein-air (mais avec une note assez amère), on devine que c'est un véhicule pour un groupe qui a eu l'air d'avoir été important en Hongrie.
Beaucoup de plus de gniack et de franchise que Leto, c'est étonnament cru : les groupies trahissent la loose, le mal de vivre authentique et l'énergie desperée, quand celles de Leto semblent, en comparaison, sorties d'une pub Cacharel, et engluées dans des amourettes de princesses dignes des personnages d'arrière-plan d'un roman de Tolstoï.

Ce que l'on comprend des textes est assez bon.
Le film est aussi assez franc politiquement : les rockeurs approchent tout doucement de la quarantaine, mais trouvent finalement un public d'adolescents, déclassés et appartenant au lumpen-prolétariat, dont ils sont finalement eux-mêmes en train de s'extraire en devenant des "intellectuels", et ils sentent le risque démagogie lié à ce décalage, qui se cristalise autour de la question du service d'ordre lors des concerts (envahir une scène dans la Hongrie de Kadar était apparemment le tabou absolu, embarrassant tout le monde, car c'est un geste de rupture avec la logique de spectacle, politique et intentionnel), scène d'ailleurs un peu pompée dans Belgica. En exprimant ce doute, ils finissent par raisonner eux-mêmes d'un point de vue comparable avec celui du régime. Ce qui rend le film paradoxalement juste c'est que les rockeurs sont peu indivualisés, ils n'ont pas de vie privée. Ils ne disposent juste que de leur art et du temps de la même manière que les politiciens ont le pouvoir et une idéologie ils sont marginal, mais trop techniciens pour être des provocateurs.

J'ai apprécié les prestations scéniques, alors que le rockabilly et le garage ne sont (sauf exceptions comme Link Wray) pas trop ma tasse de thé. On peut percevoir le style musical du groupe comme retardé et maniériste, du fait de l'isolement politique, mais ce retard peut être aussi "dialectiquement" une force : les musiciens établissent un pont historiquement légitime et conscient, (qui n'était pas visible en occident à cause de la fabrication du mouvement) entre le punk (la new wave à la
fois absente et imitée est le point aveugle du film) et le blues, et il y a dans le film un mélange, délibéré, mais pas facile à cerner, entre la sincérité prolétarienne et la roublardise commerciale un peu fabriquée, qui est très intéressant.

Dans le local où le groupe répète on voit un graffiti "Polirock", et je me suis dit "amusant que ce groupe complètement garage porte presque le même nom que le vrai-faux groupe de New Wave très apprêté de Philip Glass" mais quand le batteur se décale une importante lettre manquante est restituée : "Prolirock".

Le film est direct, à la fois enfantin et mal-pensant, pas très "MeeToo" compatible. Certaines scènes avec le chien mascotte du groupe (vraisemblablement sourd) balancé dans le public sont aussi aux antipodes de la précaution d'usage aucun animal n'a été maltraité pendant ... .
La mise en scène, sans être du Orson Welles, est assez efficace, la brève (non-) rencontre avec Allen Ginsberg est une belle scène, une telle idée aurait rendu un peu plus subtil un film comme Patterson.

Sur son versant le plus sombre et nihiliste, le film n'est pas si éloigné des premiers Bela Tarr (c'est le le même univers banlieusard, à la fois critique,éteint et paranoïaque, que Rapports Préfabriqués, où le couple, qui ne devient jamais famille, prolonge l'aliénation politique), et dans sa veine plus caustique, on n'est pas loin de l'esprit des meilleures BD de Franck Margerin.

Le film a l'air d'avoir été culte en Hongrie, White Dog de Kornél Mundruczó est sans doute en partie un hommage à l'esprit de résistance de Chien Chauve Rock et à la chanson emblématique du groupe.

les trois premières minutes :
https://www.dailymotion.com/video/x670ylu

_________________
...car la pollution est une forme d'humour à l'envers

Mary Douglas


Dernière édition par Vieux-Gontrand le 26 Jan 2019, 13:11, édité 6 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Jan 2019, 23:01 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 3615
Bon, le frère du chanteur était quand-même le chef du parti socialiste lors de la chute du Mur de Berlin, auteur de "Histoire politique de l'endettement, 1957-1986", Directeur du Sciences-Po hongrois depuis 30 ans, tandis que leur père était un héros de la résistance lors de la seconde guerre mondiale (et accessoirement apparatchik stalinien lors de la repression en 1956).

_________________
...car la pollution est une forme d'humour à l'envers

Mary Douglas


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Taxidermie (György Palfi - 2006)

Blissfully

8

1112

20 Mar 2021, 18:04

1critique Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Taxidermie (Gyorgy Palfi -2006)

Noony

1

848

28 Aoû 2006, 10:08

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Final cut (György Pàlfi - 2012)

DPSR

10

1216

29 Sep 2019, 20:11

bmntmp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Chien (Samuel Benchetrit, 2017)

Abyssin

2

121

14 Nov 2021, 15:02

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Nuit de chien (Werner Schroeter, 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Art Core

16

2069

11 Mai 2009, 22:03

Mr.Orange Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Chien jaune de Mongolie (Byambasuren Davaa - 2006)

Blissfully

8

1026

13 Mar 2006, 00:04

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Comme un chien enragé (James Foley, 1986)

Cosmo

1

880

12 Avr 2009, 19:23

mannhunter Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Femme entre chien et loup (André Delvaux, 1979)

Mr Chow

0

1081

19 Jan 2013, 16:57

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. At Close Range / Comme un chien enragé (James Foley - 1986)

Mr Chow

2

1164

07 Avr 2006, 09:57

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Rock (Michael Bay - 1996)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Puck

63

5843

26 Oct 2017, 09:19

questel Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web