Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 23 Oct 2018, 02:43

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 200 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 10, 11, 12, 13, 14
Auteur Message
MessagePosté: 11 Sep 2017, 09:41 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 1670
Vu des bouts. ça marche pour la fin mais bon.. je ne crois pas que cela soit intentionnel


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Sep 2017, 12:20 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Oct 2012, 14:47
Messages: 6110
Localisation: Paris
Et surtout, ça sert à quoi ?

_________________
Quel désordre !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Sep 2017, 13:14 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 1670
Cela ne m'étonnerait pas qu'on en arrive à ça

Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Aoû 2018, 10:30 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1821
Kyle McLachlan (en alter ego inattendu de Dennis Hooper dans Blue Velvet) et Naomi Watts (dans une fibre comique rare chez elle) sont bons. La photo, la lumière et le cadre sont super-chadiés, cela rappelle le grain fascinant des films vidéos d'artistes comme Stan Douglas ou Pierre Huygues. Mais 8 heures pour aboutir à ce qui ressemble à un concert chicos de Nine Inch Nails à la fondation Cartier ou inventer Koyaanisqatsi filmé par Caro et Jeunet
, ça m'a semblé un peu long.

Je crois bien préférer le dernier Ossang qui recèle un peu plus d'enjeux et est plus ancré dans le contemporain.


Comprends pas les Cahiers qui dénoncent fortement la complaisance morbide devant le pompérisme de l'esthétique des ruines et s'extasient en zélateur éblouis devant ce truc, alors que c'est strictement la même chose : ici la ruine est l'image telle qu'elle fût dans les années 90, dans le cinéma américain. La scène du meurtre de Dariah est un remake de la fin de Jackie Browne (ce qui en désamorce le contenu), des blocs de films ressemblent à U-Turn d'Oliver Stone, à Fargo des Coen, voire Tim Burton, ou même Cronenberg (de manière bizarrement moins directe, en transformant en symbole et en énigme delphique ce qui chez Cronenberg est incarné dans un être) peut-être plus réussi esthétiquement que l'original. Cette esthétique baroque était finalement celle de l'introuvable "milieu" sociologique entre film industriel et film d'art. Il faut reconnaître à Lynch le mérite d'avoir une vision d'ensemble de cette époque qu'il pense comme une école esthétique, de façon finalement assez proche des peintres du XIXème siècle).

Mais il n'y a pas l'équivalent de la scène de crise de nerf des parents dans le tout premier pilote, où le style finalement naturaliste (c'est à dire un style où le personnage est entièrement construit et sans hors-champ) de Lynch retrouvait une terreur cachée du réel, en un moment de bascule indicible mais reconnissable (que tout le reste de la série enfouissait sous terre comme un os) sinon peut-être la scène de l'interrogatoire au début (mais qui est justement un équivalent trop parfait et trop intentionnel)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Aoû 2018, 22:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1821
L'oeuvre a deux notes, deux notes éternelles qui chantent ensemble : la blancheur des puretés premières, des coeurs tendres et les ténèbres épaisses des premiers meurtres, des âmes noires et cruelles. Les spectacles se suivent, ils sont tout lumière ou tout ombre. L'artiste a cru devoir appuyer sur ce double caractère, et il est arrivé que son talent se prêtait singulièrement à rendre les clartés pures de l'Eden et les obscurités des champs de bataille envahis par la nuit et la mort, les blancheurs de Gabriel et de Marie dans l'éblouissement de l'Annonciation, et les horreurs livides, les éclairs sombres, l'immense pitié sinistre du Golgotha.
Je ne puis le suivre dans sa longue vision. Il n'a mis que deux ou trois ans pour rêver ce monde, et sa main a dû, au jour le jour, improviser les mille scènes diverses du drame. Chaque gravure n'est, je le répète, que le songe particulier que l'artiste a fait après avoir lu un verset de la Bible ; je ne puis appeler cela qu'un songe, parce que la gravure ne vit pas de notre vie, qu'elle est trop blanche ou trop noire, qu'elle semble être le dessin d'un décor de théâtre, pris lorsque la féerie se termine dans les gloires rayonnantes de l'apothéose. L'improvisateur a écrit sur les marges ses impressions, en dehors de toute réalité et de toute étude, et son talent merveilleux a donné, à certains dessins, une sorte d'existence étrange qui n'est point la vie, mais qui est tout au moins le mouvement.
J'ai encore devant les yeux le dessin intitulé Achan lapidé : Achan est étendu, les bras ouverts, au fond d'un ravin, les jambes et le ventre écrasés, broyés sous d'énormes dalles, et du ciel noir, des profondeurs effrayantes de l'horizon, arrivent lentement, un à un, en une file démesurée, les oiseaux de proie qui vont se disputer les entrailles que les pierres ont fait jaillir. Tout le talent de Gustave Doré est dans cette gravure qui est un cauchemar merveilleusement traduit et mis en relief. Je citerai encore la page où l'arche, arrêtée sur le sommet du mont Ararat, se profile sur le ciel clair en une silhouette énorme, et cette autre page qui montre la fille de Jephté au milieu de ses compagnes, pleurant, dans une aurore douce, sa jeunesse et ses belles amours qu'elle n'aura point le temps d'aimer.
Je devrais tout citer, tout analyser, pour me mieux faire entendre. L'oeuvre part des douceurs de l'Eden ; son premier cri de douleur et d'effroi est le déluge, cri bientôt apaisé par la vie sereine des patriarches, dont les blanches filles s'en vont aux fontaines, dans leur sourire et leur tranquille virginité. Puis vient l'étrange terre d'Egypte, avec ses monuments et ses horizons ; l'histoire de Joseph et celle de Moïse nous sont contées avec un luxe inouï de costumes et d'architectures, avec toute la douceur du jeune enfant de Jacob, toute l'horreur des dix plaies et du passage de la mer Rouge. Alors commence l'histoire rude et poignante de cette terre de Judée, qui a bu plus de sang humain que d'eau de pluie : Samson et Dalila, David et Goliath, Judith et Holopherne, les géants bêtes et les femmes cruelles, les terreurs de la trahison et du meurtre. La légende d'Elie est le premier rayon divin et prophétique trouant cette nuit sanglante ; puis viennent les doux contes de Tobie et d'Esther et ce sanglot de douleur, ce sanglot si profondément humain dans sa désespérance, que pousse Job raclant ses plaies sur le fumier de sa misère. Les vengeurs se dressent alors, la bouche pleine de lamentations et de menaces, ces vengeurs de Dieu, Isaïe, Jérémie, Ezéchiel, Baruch, Daniel, Amos, sombres figures qui dominent Israël, maudissant l'humanité féroce, annonçant la Rédemption.
La Rédemption est cette idylle austère et attendrie qui va des rayonnements de l'Annonciation aux larmes du Calvaire. Voici la Crèche et la Fuite en Egypte, Jésus dans le Temple, disant ses premières vérités, et Jésus aux noces de Cana, faisant son premier miracle. J'aime moins cette seconde partie de l'oeuvre ; l'artiste avait à lutter contre la banalité de sujets traités par plus de dix générations de peintres et de dessinateurs, et il paraît s'être plu, par je ne sais quel sentiment, à atténuer son originalité, à nous donner le Jésus, la Sainte Vierge, les Apôtres de tout le monde. Sa femme adultère, son Hérodiade, sa Transfiguration, toutes ces scènes et tous ces types connus se présentent à nous comme de vieilles gravures aimées de notre enfance, que nous reconnaissons et que nous accueillons volontiers. Il ne s'est pas assez affranchi de la tradition. Lorsque commence le drame de la Croix, Gustave Doré se retrouve avec ses larges ombres, ses terreurs noires et raides traversées d'éclairs livides. Au dénouement, l'artiste retrace les visions de saint Jean, et le coup de trompette solennel et terrible du Jugement dernier termine l'oeuvre dont le début a été le geste large de Jéhovah emplissant le monde de lumière.
Telle est l'oeuvre. J'espère que ce résumé rapide la fera connaître à ceux qui sont familiers avec le talent de Gustave Doré. Ce talent consiste surtout dans les qualités pittoresques et dramatiques de la vue intérieure. L'artiste, dans son intuition rapide, saisit toujours le point intéressant du drame, le caractère dominant, les lignes sur lesquelles il faut appuyer. Cette sorte de vision est servie par une main habile, qui rend avec relief et puissance la pensée du dessinateur à l'instant même où elle se formule. De là ce mouvement tragique ou comique qui emplit les gravures ; de là ces fortes oppositions, ces belles taches qui s'enlèvent sur le fond, cette apparence étrange et attachante des dessins, qui se creusent et s'agitent dans une sorte de rêve bizarre et grandiose.
e là aussi les défauts. L'artiste n'a que deux songes : le songe pâle et tendre qui emplit l'horizon de brouillards, efface les figures, lave les teintes, noie la réalité dans les visions du demi-sommeil, et le songe cauchemar, tout noir, avec des éclairs blancs, la nuit profonde éclairée par de minces jets de lumière électrique. On dirait par instants, je l'ai déjà dit, assister au cinquième acte d'une féerie, lorsque l'apothéose resplendit aux lueurs des feux de Bengale. Du noir et du blanc, par plaques ; un monde de carton, sinistre, il est vrai, et animé par d'effrayantes hallucinations.
L'effet est terrible, les yeux sont charmés ou terrifiés, l'imagination est conquise ; mais n'approchez pas trop de la gravure, ne l'étudiez pas, car vous verriez alors qu'il n'y a que du relief et de l'étrangeté, que tout n'est qu'ombres et reflets. Ces hommes ne peuvent vivre, parce qu'ils n'ont ni os ni muscles ; ces paysages et ces cieux n'existent pas, parce que le sommeil seul a ces horizons bizarres peuplés de figures fantastiques, ces pays merveilleux dont les arbres et les rocs ont une majestueuse ampleur ou une raideur sinistre. La folle du logis est maîtresse ; elle est la bonne muse qui, de sa baguette, crée les terres que l'artiste rêve en face des poèmes.
S'il me fallait conclure - ce dont Dieu me garde - je supplierais Gustave Doré d'avoir pitié de son étrange talent, de ses facultés merveilleuses. Qu'il ne les surmène pas, qu'il prenne son temps et travaille ses sujets. Il est certainement un des artistes les plus singulièrement doués de notre époque ; il pourrait en être un des plus vivants, s'il voulait reprendre des forces dans l'étude de la nature vraie et puissante, autrement grande que tous ses songes. S'il est tellement en dehors de la vie qu'il se sente mal à l'aise en face des vérités, qu'il s'en tienne à son monde menteur, et je l'admirerai comme une personnalité curieuse et particulière. Mais s'il pense lui-même que l'étude du vrai doive le grandir, qu'il se hâte de rendre son talent plus solide et plus profond, et il gagnera en génie ce qu'il aura gagné en réalité.
Tel est le jugement d'un réaliste sur l'idéaliste Gustave Doré.


Zola sur Gustave Doré (= David Lynch pour moi)

Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 200 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 10, 11, 12, 13, 14

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cycle "Cinéma TRASH" sur ARTE - le retour !

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Jerry Lewis

27

2146

26 Avr 2008, 00:30

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. "Doctor Horrible's Sing-Along Blog" (Joss Whedon)

CamillaVelvet

2

609

17 Juil 2008, 14:49

CamillaVelvet Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. "Amaters of Horror" Saison 2 Bande annonce enfin d

cinefan84

1

498

27 Aoû 2008, 17:35

cinefan84 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. "Starsky et Hutch" made in France ! Au secours !

Jerry Lewis

7

1039

25 Nov 2005, 19:04

Mon Colonel Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Personne a matté la soirée "club do'" sur Ab1 avan

karateced

1

643

18 Mai 2006, 18:46

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. France 4 ose les "séries culte" le samedi soir !!!

Jerry Lewis

3

734

17 Juin 2006, 20:22

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. "l'homme politique publique" de Marie Drucker

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Mr Chow

16

1219

14 Déc 2006, 20:31

Z Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. "Clair & Net" sur LA LOCALE (pour Qui-Gon Jinn

2be3

0

566

31 Aoû 2005, 21:17

2be3 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. DIRECT 8 va faire "bouger" le cinéma !!!

Jerry Lewis

2

662

05 Oct 2005, 15:19

SwingKid Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. [ FTV ] Ardisson et Fogiel quittent le "navire" !

Jerry Lewis

5

764

15 Mai 2006, 23:14

Jerry Lewis Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web