Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 12 Aoû 2022, 23:06

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 17 Mai 2014, 07:55 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 8820
Localisation: Ile-de-France
Image


Sébastien n'a qu'une ambition dans la vie : ne rien faire. Son horizon, c'est son canapé. Sa vie il ne veut pas la vivre mais la contempler. Mais aujourd’hui, si tu ne fais rien... Tu n’es rien. Alors poussé par ses deux colocs, qui enchaînent stages et petits boulots, la décidée Anna et le pas tout à fait décidé Bruno, Sébastien va devoir faire ... Un peu.


SPOILERS (mais sans grande conséquence)

Ca fait plaisir de voir ce genre de film en France, qui sous ses airs humbles et légers s'attaque à un problème existentiel et sa résonnance sur le corps social de façon convaincante. Un film qui arrive à faire ressentir la différence d'un personnage, sa réelle liberté, pour ensuite nous faire douter sur son revirement: la pression de la société a-t-elle été trop forte ou son envie de travailler est-elle sincère? Dans le scénario, le film finit par ménager un entre-deux vu l'originalité du projet du personnage, ce qui est presque décevant (bien que crédible). Mais c'est dans la mise en scène qu'il faut chercher le sens de la fin. Le plan final est très réussi, un de ceux qui sortent un peu de l'ordinaire et qui parsèment le film (qui en dehors de ça est filmé de manière plutôt sage même si pas dégueu): en plongée radicale, la caméra suit en travelling la progression des deux personnages contre le flot des actifs de la société, avant que ces derniers ne changent et suivent le mouvement des personnages et de la caméra.

Rien de virtuose ou de renversant esthétiquement parlant. Mais c'est bien vu; plutôt que de faire l'inverse (le personnage a compris ses erreurs et change de sens), Guedj montre là que bien que son personnage ait changé, psychologiquement il ne renie pas ses choix passés, ne pense pas que sa liberté d'avant était factice et n'a que peu subi la pression d'une société conformiste et abêtissante: il a évolué et dans son évolution, fait changer le cours de la société telle qu'elle lui apparaît, il décide du cours de sa vie qui en retour définit son rapport apaisé avec la société.

Je m'arrête sur ce plan car il est la preuve, et le film avec lui, que même sans génie cinématographique, on peut faire des films originaux, qui ne marqueront certes pas l'histoire, mais qui ont une forte cohérence au service d'un propos abouti. Le film réalise en plus l'exploit d'alterner séquences drôlatiques et humour qui tombe à plat, sans conséquence, puisque les moments ratés sont clairement montrés comme symptômatiques d'un personnage qui est à prendre entièrement, sans gêne. Voilà en outre un film qui par son ton décalé, son refus du réalisme des situations, n'en parle pas moins très justement, parfois via l'absurde, de la société française telle qu'elle est aujourd'hui. J'en suis sorti réjoui (et amoureux de Charlotte Le Bon, qui dans ce film, est à croquer).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 17 Mai 2014, 08:46 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Nov 2013, 23:05
Messages: 3533
Marrant, j'ai été le voir aussi hier et j'ai beaucoup aimé, bon ca souffre de pas mal de défauts mais pour une fois qu'on a une comédie un tant soi peu originale avec un sujet de fond et quelque chose à raconter, on va pas se plaindre.

4/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 18 Mai 2014, 23:42 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 79970
Localisation: Fortress of Writing
Un tant soit peu originale, mouais, le personnage principal est vaguement original mais dans l'ensemble, ça change pas vraiment de la vague des films de trentenaires - dont je suis friand - comme l'était Ma vie en l'air dont j'ai eu l'impression de voir un ersatz faiblard ici.

Le film est relativement plaisant, notamment grâce à quelques conversations cash et réalistes entre mecs et surtout grâce au personnage joué par un Félix Moati très bon, mais est narrativement aussi inerte que son protagoniste antipathique (le film est d'ailleurs assez malhonnête dans le portrait de "la société qui fait pression" caractérisé par les anciens potes de fac qui font la leçon) campé par un Baptiste Lecaplain miscast en lead (et sa voix off insupportable).

Que l'aspect chronique se justifie par la nature du personnage central, je veux bien, mais avoir recours aussi systématiquement à des scènes de remplissage qui paraissent aussi sincères qu'une pub (les photobombs de touristes, les glissades sur le parquet), c'est de la paresse plus que de la liberté.

Et y a un peu trop de blagues pourries (le running gag sur l'avocat, j'avais envie de me flinguer).

Donc voilà, c'est pas méchant, mais bon, on est plus proche du Payet que du Chamoux.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Mai 2014, 20:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 8820
Localisation: Ile-de-France
ah bah effectivement si t'a pas accroché sur le perso principal tu peux pas aimer le film. Je le trouve réussi, personnellement, un vrai personnage de rêveur, campé entre candeur et effronterie.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Mai 2014, 22:33 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8712
Moi aussi je trouve Lecaplain très bon en anti-Marlo, le trio est d'ailleurs pour beaucoup dans la sympathie qu'on éprouve devant ce Blier de la glande de la génération Y vu que le réalisateur ne se foule même pas pour tenter qui que ce soit rayon mise en scène. Et puis voilà, y a une fraîcheur, dans le sens à la fraîche, pas formaté, une douceur de ton sans leçon ni morale. C'est clairement pas grand chose mais ça donne le sourire (pas comme neuf comédies françaises sur dix donc).
4/6 même si objectivement ça vaut moins


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Mai 2014, 23:08 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mai 2013, 14:55
Messages: 771
ils sont à la fraîche, genre ils font rien de leur journée ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Mai 2014, 23:34 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mai 2013, 14:55
Messages: 771
Léo a écrit:
Je rappelle que "à la fraîche" veut dire "de bonne heure".


ha bon ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Mai 2014, 23:49 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mai 2013, 14:55
Messages: 771
je dois confondre avec l'expression "avoir les doigts de pieds en éventail"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Mai 2014, 09:14 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8712
Le film cite explicitement les Valseuses dans une scène d'ailleurs, après tout le côté cul ait évacué. Oui le pitch c'est un personnage qui décide de glander à vie.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Mai 2014, 20:39 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 8820
Localisation: Ile-de-France
Y a juste une fulgurance crue de Charlotte Le Bon qui, vénère, lâche qu'elle aurait voulu que le héros "vienne la baiser, la toucher là et là le soir dans sa chambre". C'est pas du cul mais le regard et la rage du perso à ce moment-là, en contraste avec sa bonne humeur habituelle, est ultra sexy. T'as envie de tuer le mec pour ne pas avoir fait tout ça, en fait. Surtout vu la meuf qu'il se tape après (qui pour le coup, est une sorte de miscast, on comprend pas).

(et puis y a l'anecdote sur la branlette face au miroir, ainsi que l'ouverture sur la branlette tout court, quand même)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Mai 2014, 20:50 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 21029
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Je veux voir ce film rien que pour Charlotte Le Bon. Et Lecaplain aussi, en espérant que soit pas une cata a la Gad Elmaleh, que je trouve irrésistible sur scene mais tout naze au cinéma.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 20 Mai 2014, 21:08 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 8820
Localisation: Ile-de-France
Ca faisait longtemps qu'une fille ne m'avait pas autant émoustillé au cinéma :D
(non non mon avis sur le film en est pas DU TOUT influencé)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Mai 2014, 00:38 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 79970
Localisation: Fortress of Writing
Baptiste a écrit:
Y a juste une fulgurance crue de Charlotte Le Bon qui, vénère, lâche qu'elle aurait voulu que le héros "vienne la baiser, la toucher là et là le soir dans sa chambre". C'est pas du cul mais le regard et la rage du perso à ce moment-là, en contraste avec sa bonne humeur habituelle, est ultra sexy. T'as envie de tuer le mec pour ne pas avoir fait tout ça, en fait.

Moi j'ai surtout envie de dire ses quatre vérités à LeBon!
La meuf n'a RIEN FAIT NON PLUS. Elle lui propose de venir vivre en coloc avec elle...et c'est tout. Elle flirte vaguement mais ne fait jamais aucun move concret, elle attend que ça vienne du mec, ce qui est déjà con en soi mais encore plus con ici vu la nature du mec (qu'elle connaît pourtant).
Et après elle ose l'engueuler parce qu'il est pas attiré par elle????

Le reste de son speech est sensé mais ce truc-là, c'est juste honteux de la part du personnage et le fait que le protagoniste (et donc le scénariste-réalisateur) le laisse passer, c'est aussi un des trucs qui me fait pas trop aimer le film.

Citation:
(et puis y a l'anecdote sur la branlette face au miroir, ainsi que l'ouverture sur la branlette tout court, quand même)

Les rares blagues où le film tape dans quelque chose de juste...c'est autre chose que "Placido Domingo le ténor du barreau".

Baptiste a écrit:
Ca faisait longtemps qu'une fille ne m'avait pas autant émoustillé au cinéma :D
(non non mon avis sur le film en est pas DU TOUT influencé)

Le perso, vaguement coincé, tendance bourge dans sa diction, m'a totalement horripilé perso. Même Lebon n'y peut rien.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Mai 2014, 08:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 8820
Localisation: Ile-de-France
Film Freak a écrit:
Moi j'ai surtout envie de dire ses quatre vérités à LeBon!
La meuf n'a RIEN FAIT NON PLUS. Elle lui propose de venir vivre en coloc avec elle...et c'est tout. Elle flirte vaguement mais ne fait jamais aucun move concret, elle attend que ça vienne du mec, ce qui est déjà con en soi mais encore plus con ici vu la nature du mec (qu'elle connaît pourtant).
Et après elle ose l'engueuler parce qu'il est pas attiré par elle????

Le reste de son speech est sensé mais ce truc-là, c'est juste honteux de la part du personnage et le fait que le protagoniste (et donc le scénariste-réalisateur) le laisse passer, c'est aussi un des trucs qui me fait pas trop aimer le film.


Euh c'est pourtant assez clair qu'elle est amoureuse de lui, c'est lui qui est aveugle là quand même. Je connais tes théories sur le sujet mais là elle peut pas faire grand chose de plus: elle le défend même devant tous leurs potes et lui dit de lui faire des enfants! Certes en rigolant, mais ça passe souvent par là chez une fille.
Citation:
Citation:
(et puis y a l'anecdote sur la branlette face au miroir, ainsi que l'ouverture sur la branlette tout court, quand même)

Les rares blagues où le film tape dans quelque chose de juste...c'est autre chose que "Placido Domingo le ténor du barreau".


Ca c'est bidon mais c'est l'immaturité du personnage qui est ainsi mise en exergue... Le film foisonne de fausses blagues comme ça qui sont moins destinées à faire rire le spectateur comme dans un film à sketches qu'à caractériser le personnage.

Citation:
Baptiste a écrit:
Ca faisait longtemps qu'une fille ne m'avait pas autant émoustillé au cinéma :D
(non non mon avis sur le film en est pas DU TOUT influencé)

Le perso, vaguement coincé, tendance bourge dans sa diction, m'a totalement horripilé perso. Même Lebon n'y peut rien.


Ben c'est son accent québecquois non? En tout cas c'est pas un accent de bourge c'est un accent d'étrangère.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Mai 2014, 11:02 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 79970
Localisation: Fortress of Writing
Elle le défend et parle d'enfants, c'est de la drague, ça? Et elle peut pas faire plus? Nan mais sérieux...
Et elle est "clairement amoureuse" à NOS yeux, parce qu'on s'attend à ce cliché, parce que la réa nous le montre...et lui, c'est pas tant qu'il est aveugle, c'est surtout qu'il s'en fout (comme de toutes les meufs) mais Lebon le prend perso et l'engueule en lui reprochant ce dont elle est coupable aussi.

Quant à l'accent, jusqu'au bout j'ai pas su si c'était voulu ou non.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 20 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Nacho Libre (Jared Hess, 2006)

Film Freak

13

1782

06 Juin 2010, 21:50

Le Pingouin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Libre arbitre (Matthias Glasner - 2005)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

DPSR

36

2875

10 Mai 2015, 23:49

Caribou Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Elève libre (Joachim Lafosse - 2008)

Blissfully

11

1421

04 Fév 2009, 21:40

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Comme un homme libre / The Jericho Mile (Michael Mann, 1979)

mannhunter

0

1176

10 Aoû 2006, 11:00

mannhunter Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le braqueur (Benjamin Heisenberg - 2010)

DPSR

0

1268

04 Jan 2011, 19:32

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Häxan (Benjamin Christensen - 1922)

Tom

2

1321

12 Mai 2011, 07:29

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Antigang (Benjamin Rocher, 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

15

2927

05 Mar 2016, 00:34

Jerónimo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Rojo (Benjamin Naishtat, 2019)

Abyssin

4

780

18 Juil 2019, 16:38

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Lads & Jockeys (Benjamin Marquet - 2008)

Blissfully

0

1371

23 Sep 2008, 23:03

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Enfance clandestine (Benjamin Avila - 2012)

DPSR

1

1067

07 Juin 2012, 21:38

Art Core Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot], Film Freak et 12 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web