Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 18 Nov 2019, 14:24

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 136 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 28 Aoû 2015, 11:57 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 2021
Un peu peur du truc indigeste mais je vais quand même tenter


Dernière édition par Cantal le 28 Aoû 2015, 16:00, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Aoû 2015, 12:28 
Hors ligne
Expert

Inscription: 25 Sep 2012, 15:31
Messages: 2130
Castorp a écrit:
Caribou a écrit:
Je l'avais commencé mais j'ai arrêté car je trouvais ça nul.


CQFD


Pas forcément, ça n'engage surtout que moi.
Je suis toujours resté étranger à l'engouement autour de DFW. J'ai pu feuilleter ses recueils d'articles où il évoque Lynch ou Federer. Indigeste est le mot.

Très récemment je suis tombé sur cette liste de ses livres préférés:

http://www.openculture.com/2014/02/davi ... books.html

C'est honnêtement d'un snobisme et d'un humour lamentables.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Aoû 2015, 12:40 
Hors ligne
Sir Flashball
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 12807
Très envie de lire les deux premiers de la liste, tiens.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Aoû 2015, 12:55 
Hors ligne
Expert

Inscription: 25 Sep 2012, 15:31
Messages: 2130
Moi j'étais curieux de lire The Ball and the Cross de Chesterton, dans le genre livre apologétique.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Aoû 2015, 15:01 
Hors ligne
Expert

Inscription: 28 Mar 2014, 10:03
Messages: 283
Caribou a écrit:
Je l'avais commencé mais j'ai arrêté car je trouvais ça nul.


Caribou a écrit:
Pas forcément, ça n'engage surtout que moi.
Je suis toujours resté étranger à l'engouement autour de DFW. J'ai pu feuilleter ses recueils d'articles où il évoque Lynch ou Federer. Indigeste est le mot.

Très récemment je suis tombé sur cette liste de ses livres préférés:

http://www.openculture.com/2014/02/davi ... books.html

C'est honnêtement d'un snobisme et d'un humour lamentables.


Et ça taxe DFW de snobisme :roll:

_________________
ART: Ça mène à l'hôpital. A quoi ça sert, puisqu'on le remplace par la mécanique qui fait mieux et plus vite.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Aoû 2015, 15:51 
Hors ligne
Expert

Inscription: 25 Sep 2012, 15:31
Messages: 2130
Tu vas aller voir le film avec Jason Eisenberg et Jason Segel dans le rôle de DFW? ça a l'air bouleversant.

Que penses-tu de la relation entre Franzen et DFW sinon?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Aoû 2015, 10:28 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20872
Comme chaque année, je me tente les livres évènements de la rentrée pour mes papiers prix littéraires afin de ne pas recopier l'afp

so... tenu 30 pages devant le Angot. Franchement, je pige pas. Je déteste le style et je trouve l'histoire racontée d'un basique... Parait que la fin est bouleversante.

Il était une ville de Thomas Reverdy, intéressante description de Detroit, mais je trouve que le récit principal manque un peu de nerf... ça se lit très vite.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Aoû 2015, 13:21 
Hors ligne
Expert

Inscription: 25 Sep 2012, 15:31
Messages: 2130
Sans vouloir paraître trop injonctif, il faut sortir des sentiers battus, donner leur chance aux jeunes auteurs!

Premier livre de la rentrée littéraire que j'ai lu, et c'était très bien, ce qui est rare

Image

Vivarium de Thomas Kryzaniac, dont c'est le deuxième roman.

C'est l'histoire d'un journaliste qui rend visite à un vieil écrivain raté et aigri, lequel s'est installé avec sa jeune compagne sur une île perdue des Caraïbes, dans l'espoir de faire un reportage sur lui; ça ressemble plus à du Gombrowicz qu'à du Conrad, la première parti, qui touche à la découverte de l'île, à sa description et à la mise en place du mystère, est excellente et très drôle dans une sorte d'humour pince-sans-rire.

http://www.lagedhomme.com/ouvrages/thom ... arium/4175


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Aoû 2015, 10:14 
Hors ligne
Expert

Inscription: 25 Sep 2012, 15:31
Messages: 2130
Wow, je regarde Houellebecq sur ONPC (aucun intérêt au passage).
Yann Moix est abyssal. Qu'il est bête!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Sep 2015, 13:23 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8712
Pour l'instant, je trouve les romans dont on parle cette rentrée plutôt pas mal du tout.

Finalement, j'ai aussi lu le Angot quasi d'une traite. Ca faisait un bail que je n'avais pas lu un de ses romans, sans doute depuis Pourquoi le Bresil, alors que fondamentalement je n'ai rien contre son écriture parlée, martelée, sans doute lassé par l'image qu'elle renvoie dans les médias de femme butée et sectaire. Par exemple, je n'ai pas lu L'inceste, qui est évoqué de manière brève dans son nouveau roman, cet amour impossible qui raconte sa relation avec sa mère, femme juive volontaire et self-made-woman bossant à la secu qui va s'enticher d'un bourgeois en acceptant de le voir à la sauvette, lui refusant de se marier, lui faisant un enfant mais sans le reconnaître.

Effectivement, la clé est dans les trente dernières pages, très fortes, à clé, où Angot, qu'on lit enfant joyeuse et enamourachée de sa mère, soudées et seules, puis adulte cherchant à la repousser, davantage dans l'image taciturne et patibulaire qu'on croit avoir d'elle, finalement revient vers elle et réfléchit sur la clé de tout ça, sur la manière dont ce père immonde a utilisé cette relation. Ca pourrait être de la psychologie de bazar, mais non, ça se tient, dans une logique redoutable et odieuse, et c'est toujours bouleversant, ces fins de roman qui rentrent dans le coeur du problème, où tu sens que les personnages auraient tout pu foirer jusqu'au bout et finalement se regardent en face pour une explication franche, ultime, courageuse, en déplaçant un sujet qu'on croyait cousu de fil blanc vers quelque chose au coeur de l'intime le plus vif. Très fort.

Lu aussi le bouquin de Simon Liberati sur Eva Ionesco, dont tu sens vraiment qu'il veut marcher dans les pas de son maître, Jean-Jacques Schul et son chef d'oeuvre de pop art spectrale Ingrid Caven. Mais il l'avoue un peu trop lourdement et même pire, confesse ne pas utiliser certaines choses qu'il sait d'elle parce que Ionesco veut garder le matériau frais pour son propre travail... On croit rêver... Du coup, son roman ressemble un peu à ces mecs qui essaient de se suicider trente fois mais qui se ratent toujours, et dont on finit un peu de se lasser du côté faux amants tragiques de pacotille qui prétendent avoir une ampleur qui ne masque pas une certaine vacuité, malgré quelques bribes de belles pages d'ici de là.

Le Toni Morrison est un beau mélo et un vrai page turner , et le nouveau Laurent Binet qui vient de recevoir le prix du roman fnac, une savoureuse fausse enquête sur la mort de Roland Barthes qui vire roman d'aventures sous fond de dialectique pedago avec ses confréries secrètes qui s'affrontent en joutes oratoires dans la France de VGE et Mitterrand, et où on ridiculise BHL et surtout Philippe Sollers qui se voit subir tous les outrages.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Sep 2015, 13:40 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 20180
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
J'ai justement fini le Angot ce matin.
Contrairement à quasi tout le monde, j'ai eu le sentiment que c'était l'un de ses romans les moins intéressants. Je suis loin d'avoir tout lu (pas lu L'inceste non plus) mais là je trouve que la matière est un peu fragile, je peine à m'y impliquer comme j'ai pu le faire dans d'autres romans. Alors on retrouve cette manière assez unique qu'elle a de raconter sa vie avec cette froideur et cette distance caractéristique. Ce qu'il y a de fort chez Angot c'est cette manière d'émouvoir avec cette narration purement factuelle. Ca marche à quelques reprises dans la relation qu'elle entretient avec sa mère mais c'est un peu léger.
Et contrairement à DPSR je trouve justement cette explication finale, très "psychologie pour les nuls". J'avais du mal à savoir si elle était sincère dans son discours
(son père l'aurait violée pour assoir sa domination de classe)
ou si elle essayait de se convaincre elle-même des raisons de ses actes. Bref, c'est une lecture courte, assez forte malgré tout comme toujours chez elle, mais j'avais largement préféré son précédent.

_________________
CroqAnimement votre


Dernière édition par Art Core le 02 Sep 2015, 13:54, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Sep 2015, 13:44 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8712
Ah les joies du mec qui spoile le truc pour dire que c'est de la merde. Malausa du pauvre va!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Sep 2015, 13:56 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 20180
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Bon j'ai édité mais presque tout le monde le sait !
Sinon même si j'ai pas adoré je dois bien reconnaître que c'est assez impressionnant cet espèce de Shared Universe à la Marvel qu'est la vie d'Angot en livre. On retrouve bien évidemment les personnages, là elle évoque un truc développé dans un autre roman, là c'est un autre point de vue etc... Je me demande jusqu'où elle peut aller comme ça, s'il lui reste des trucs à écrire.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Sep 2015, 12:52 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 5184
Art Core a écrit:
J'avais du mal à savoir si elle était sincère dans son discours
(son père l'aurait violée pour assoir sa domination de classe)
ou si elle essayait de se convaincre elle-même des raisons de ses actes.


Cela fait surtout appel du pied à un certain nombre de critiques.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Sep 2015, 14:51 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 2021
15 titres pour le Goncourt

Un amour impossible, par Christine Angot (Flammarion)
Soudain, seuls, par Isabelle Autissier (Stock)
Titus n’aimait pas Bérénice, par Nathalie Azoulai (P.O.L)
Discours d’un arbre sur la fragilité des hommes, par Olivier Bleys (Albin Michel)
Boussole, par Mathias Enard (Actes Sud)
Au pays du p’tit, par Nicolas Fargues (P.O.L)
Un papa de sang, par Jean Hatzfeld (Gallimard)
Les Prépondérants, par Hédi Kaddour (Gallimard)
Eva, par Simon Liberati (Stock)
Petit piment, par Alain Mabanckou (Seuil)
Ce pays qui te ressemble, par Tobie Nathan (Stock)
Il était une ville, par Thomas B. Reverdy (Flammarion)
2084, par Boualem Sansal (Gallimard)
Retiens ma nuit, par Denis Tillinac (Plon)
D'après une histoire vraie, par Delphine de Vigan (JC Lattès)

Bon je pense qu'Angot, Tilinac et De Vigan, Simon Liberati vont jarter.

Prédiction pas facile...Je mets une pièce sur Mathias Enard...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 136 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web