Forum de FilmDeCulte
https://forum.plan-sequence.com/

Vos dernières lectures
https://forum.plan-sequence.com/vos-dernieres-lectures-t2135-3255.html
Page 218 sur 218

Auteur:  Castorp [ 14 Mai 2024, 16:10 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

Art Core a écrit:
Comment ça "fragment" ? Pour le coup ce sont deux romans entiers.


Par exemple, il manque le début de "Guerre", et les éditeurs de Gallimard ont reconstitué la chronologie alors que les séquences ne s'enchaînent pas forcément.
Ce sont deux romans pas tout à fait finis, quoi.

Auteur:  Art Core [ 14 Mai 2024, 16:17 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

Je me souvenais même plus qu'il manquait le début de Guerre. Mais sincèrement ça se sent pas du tout.

Auteur:  Vieux-Gontrand [ 14 Mai 2024, 16:36 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

Guerre pas mal, on dirait une dimension intermédiaire entre le Bardamu du voyage et quelque-chose de plus autobiographique. De moins politique et idéologique, plus existentiel et picatesque aussi finalement, d'où peut-être le fait qu'il l'ait abandonné, la conscience du dérisoire des situations et actions ne s'est pas encore transformée en flux de haine tous azimuth.

Meilleure description d'un gros acouphène de la litterature universelle, cela m'a beaucoup parlé, et pourtant je n'ai pas choppé le mien lors de la bataille de l'Yser

Auteur:  Art Core [ 14 Mai 2024, 16:37 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

Il en reparle encore très bien dans Londes de son acouphène qui le laisse pas dormir.

Auteur:  Müller [ 17 Mai 2024, 17:17 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

Song of Kali, Dan Simmons

Dan Simmons et Dean Koontz, deux auteurs qui existent dans l’ombre de Stephen King : même génération, même créneau, overlap sans doute du lectorat.

Koontz c’est de la merde en barres. Une écriture paresseuse et opportuniste, intrigues, persos et thèmes lissés à l’extrême, tout est du niveau d’un téléfilm 90’s diffusé sur M6.

Simmons est plus intriguant : je l’ai découvert tard, il y a 3 ou 4 ans, en lisant les deux premiers Hyperion, pastiche tantôt de hard SF, de cyberpunk et de pulp d’aventure de l’espace, avec une vraie ampleur, un bel univers bien vaste, des influences classiques digérées avec finesse (Geoffrey Chaucer et John Keats principalement). Puis j’ai lu Summer of Night, incroyable pastiche du It de King. Puis Hard Case, très bon pastiche de Donald Westlake. Puis j’ai regardé la version HBO de The Terror, pas mal du tout, qui laissait deviner un roman qui serait un riff sur le journal de bord d’une expédition bien réelle… Une tendance se dessinait, celle d’un auteur qui assume ses points de départ ultra-référencés pour faire sa propre sauce.

Simmons a disparu des radars au fil des dernières années, suite sans doute à sa radicalisation un peu ridicule anti-Obama façon boomer néo-conservateur au cœur notamment de son roman de 2012 Flashback (commencé mais pas fini), et une brouille aussi avec son traducteur en français vraisemblablement à cause de tout ça en partie (on trouve plus de détails en fouinant du côté des forums de la littérature dite « de l’imaginaire » (pire nom de catégorie)). Song of Kali est son premier roman, et se traîne déjà une réputation épineuse.

Raconté à la première personne, on y suit l’arrivée en Inde d’une sorte d’agent littéraire américain pour une petite revue de poésie, accompagné de son épouse Indienne et de leur bébé, pour récupérer la dernière œuvre d’un mystérieux poète bengali porté disparu depuis des années, voire présumé mort. Sauf que cette œuvre vient juste d’être adressée par ce poète lui-même (ou pas ?...) à un groupe d’intellectuels locaux désireux de la faire publier aux US. Bien sûr, rien ne se passe comme prévu.

Clairement, Simmons y dépeint, à travers son narrateur, une Inde de cauchemar — Calcutta y est un dépotoir à ciel ouvert, un marasme de saleté, de pollution, de misère et de folie. Un épouvantable puit de noirceur. Tout ça vaut au roman des accusations de racisme, bien entendu. Loin de moi l’intention de décréter si c’est raciste ou non, en tout cas je me suis retrouvé dans ce portrait du choc incommensurable que représente, pour un occidental, la découverte d’un pays du tiers-monde hors des sentiers battus. L’exposition à la violence, au dénuement, à des codes diamétralement opposés aux nôtres, climat, conditions de vie (et de mort), bruits, saveurs, odeurs, rapports hommes/femmes, adultes/enfants… Il y a là-dedans la possibilité, ou la menace, même, du dégoût, de la répréhension, de la rupture dans une rencontre entre sa culture et une autre — pour le coup complètement « autre » — qui peut être insupportable, surtout en allant au fond du fond, et Simmons exploite bien cette possibilité en la poussant au max dans un récit qui va de noirceur en noirceur avec une très belle habileté horrifique (bien des scénaristes dans le genre devraient s’en inspirer), un style déjà bien élégant, discret et efficace, et ce sens de l'imagerie cauchemardesque sans affèteries.

Et là c’est un pastiche de quoi ? De Heart of Darkness bien sûr. Simmons remue à grands coups de spatule en bois les éléments les plus parlants et évidents de ce que Conrad suggère concernant l’effet de cet « autre monde » sur l’esprit occidental, une menace plus terrible encore que celle évoquée plus haut, ce dégoût qui peut protéger : la menace d’un engloutissement. Simmons pulpise ces éléments, rend ça plus safe, plus vulgos, mais comme il faut, avec humilité. Court, sec comme un coup de trique, pertinent. Bien.

Auteur:  Mr Degryse [ 17 Mai 2024, 17:22 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

J'ai plutôt un bon souvenir de l'échiquier du mal du même Simmons. par contre, Hépérion m'était tombé des mains.

Auteur:  oeil-de-lynx [ 17 Mai 2024, 18:04 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

Simmons à son meilleur, je trouve que c'est vraiment LE meilleur, mais c'est aussi très inégal. Je viens justement d'en lire un qui passait aussi par l'Inde avec une description du même niveau, Phases of Gravity.
Dans la veine horreur, historique Terreur est le sommet. Je ferai un petit top si je trouve le temps.

Auteur:  Müller [ 17 Mai 2024, 18:24 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

Je dis pas non, même s'il y a des chances que je tente de tout lire.

Auteur:  Castorp [ 18 Mai 2024, 17:04 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

Mr Degryse a écrit:
J'ai plutôt un bon souvenir de l'échiquier du mal du même Simmons. par contre, Hépérion m'était tombé des mains.


L'échiquier du mal, j'avais trouvé ça très amusant, mais aussi profondément con. Du coup, j'avais pas enchaîné sur les Hypérion, alors que je les avais achetés.

Là, j'ai démarré Libra de Don DeLillo. C'est violemment bon pour le moment, je reviendrai en parler.

Auteur:  Mr Degryse [ 18 Mai 2024, 18:42 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

C'est presque un court roman par rapport à son pavé outremondes :mrgreen:

Auteur:  Castorp [ 18 Mai 2024, 19:40 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

Que j'ai hâte de lire aussi.
Jusque là, j'avais juste lu L'étoile de Ratner, truc autiste et impénétrable qui m'avait laissé un peu circonspect (mais j'étais jeune). Là, je suis bien conquis.

Auteur:  Baptiste [ 18 Mai 2024, 20:51 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

oeil-de-lynx a écrit:
Simmons à son meilleur, je trouve que c'est vraiment LE meilleur, mais c'est aussi très inégal. Je viens justement d'en lire un qui passait aussi par l'Inde avec une description du même niveau, Phases of Gravity.
Dans la veine horreur, historique Terreur est le sommet. Je ferai un petit top si je trouve le temps.


Oui Terreur est marquant, bien qu'un peu long sur la fin. Je verrais bien la série avec cet acteur formidable vu dans Mad Men et The Crown. Série passée inaperçue en tout cas en France.

Hypérion est aussi très original mais j'ai trouvé que le soufflé retombait dès le troisième tiers du premier livre. Ca ne tient pas tout à fait ses promesses de mystère et d'aventure.

Auteur:  bmntmp [ 03 Juin 2024, 08:10 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

La somme de Jean Norton Cru sur les témoignages de soldats ayant pris part à la seconde guerre mondiale... où il recense un par un, méthodiquement, tous ces témoignages (journaux, romans, etc), jugent des défauts et des qualités... Pour un amateur de ce genre de travail totalisant, en forme de dictionnaire mais avec une vraie dimension critique, c'est une mine. J'avais déjà entendu le nom passer mais j'étais loin d'imaginer cette précision maniaque, qui ne s'empêche pas les jugements très assertifs.

Auteur:  Müller [ 14 Juin 2024, 15:13 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

DMV, Bentley Little

Un autre second couteau de l'horreur US, moins ambitieux que Dan Simmons et moins médiocre que Dean Koontz.

Le mec est marrant et assume à fond son côté one trick poney : quasiment tous ses titres de roman sont des trucs en "The— " : The Haunted, The Vanishing, The Academy, The Handyman, The Policy etc. Et ce à raison de sûrement un roman par an depuis le milieu/fin des années 80.

Je n'en avais lu que deux jusqu'à présent, choisis au hasard, The Association et The Store, qui m'ont permis d'avoir une bonne idée de ce à quoi il s'amuse (parce que c'est vraiment ce qui se dégage de ce qu'il écrit) : partir d'une situation ou d'une institution du quotidien avec laquelle tout le monde est familier, au moins par procuration, et en décrire crescendo le dysfonctionnement épouvantable cachant un sinistre secret révélé à la fin. Dans The Association, c'est un jeune couple qui achète une maison dans une sorte de co-propriété de rêve et qui se font harceler de manière de plus en plus bizarre et odieuse par les membres de la co-pro, avec force incrédulité, impuissance, outrance et compagnie. Pour The Store, puisque ça parlait media literacy dans je sais plus quel topic, je vous laisse en imaginer les grandes lignes. Stylistiquement c'est à l'image du créneau choisi, à l'os, dans la recherche surtout de familiarité arhcétypale et des manières les plus dérangeantes de la pervertir. Ca ne cherche pas tant à fonctionner en matière d'intrigue que d'effets, et en tant que lecteur je me surprenais à être pris d'une vraie excitation à attendre le prochain coup porté aux personnages, toujours à la limite du grotesque, avec une vraie méchanceté. On est à fond dans le quotidien qui vrille de manière sordide, façon Society un peu. C'est aussi très programmatique, limite du Chair de Poules pour adulte.

DMV traite de l'administration du même nom, Department of Motor Vehicles, sorte d'équivalent de nos prefectures mais entièrement dédié à tout ce qui entoure la conduite et ses régulations et qui est connue notoirement pour être une des pires émanations de l'absurdité, de l'incompétence et de la cruauté administrative. Plusieurs personnages sont confrontés à des comportements de plus en plus anormaux et inquiétants de la part de cette entité et de ces agents, dans un crescendo d'angoisse qui finit par se résoudre de manière pas terrible, mais expédié sur peu de pages. On est pas là pour de la résolution de mystère, mais pour le plaisir d'une formule qui repose sur le fantasme macabre d'un abus de pouvoir avec des éléments surnaturels à la fois diffus et brutaux. Et de ce point de vue c'est réussi : il se passe exactement ce qu'on pourrait imaginer si une administration aussi incontournable devenait ouvertement malveillante et agressive (absurdité cruelle dans le parcours administratif, tests impossibles à passer, menaces proférées à voix basse que personne d'autre n'entend, invasion de la vie privée, bizarrerie et violence croissantes, paranoïa etc.). Little est un bon boomer à succès comme les auteurs précités, et contrairement à Simmons qui a vrillé néo-conservateur après le 11 septembre sans recevoir le memo que la ligne Cheney/Rumsfeld était déjà rincée sous le premier mandat Obama, lui semble plutôt sur la ligne King, dans l'obsession autour d'un autoritarisme rampant qu'il imagine sans doute fasciste à 100% mais qui pourrait aussi bien s'appliquer aux régimes communistes. Etant en train de lire L'échiquier du mal, qui est effectivement complètement débile (mais rigolo aussi, dans un autre genre), je me fais un bon panorama de l'inanité intellectuelle de cette génération d'auteurs populaires dont les outils ne sont plus adaptés à l'époque, peu importe vers quoi ils penchent.

The Consultant a été adapté en série avec Christoph Waltz dans le rôle titre.

Auteur:  Vieux-Gontrand [ 17 Juin 2024, 19:47 ]
Sujet du message:  Re: Vos dernières lectures

Je suis en train de lire La Science en action et (sur un plan plus politique) Politiques de la nature de Bruno Latour, livres plus si récents que cela (1991 et 1999).
Agaçants(ton un peu à la Baudrillard du penseur qui surpasse toutes les théories et courants passés alors qu'il ne fait que les renvoyer dos-à-dos.Toutefois sa verve polémique mobilise une bibliographie intéressante qu'il commente alors) mais informé et parfois stimulant (mais sur des aspects marginaux par rapport à son propos principal, comme la critique de l'ethnocentrisme et d'une forme d'orientalisme implicite des anthropologue plaçant les autres cultures dans une pratique écologique spontanée-il vise je crois Lévi-Strauss, et se rapproche alord de certains propos de Derrida dans la Grammatologie et de l'Animal que donc je suis sans les nommer).
Assez éloigné aussi de l'image à laquelle il est réduit, il n'y a pas plus hostile à la Deep Ecology et à la mystique de gaïa que lui (il est bien trop expressément catholique que pour éprouver une affinit avec la veine panthéiste de ces courants
À l'inverse, pour la même raison, il a tendance à présenter le réalisme auquel nous forcent les crises écologies comme une forme d'expiation de notre foi passée envers les idéologies, à l'expliquer par un point de vue moral externe et antérieur à son propos - il s'agit de vivre dans un monde jugé et dès lors fini).

Page 218 sur 218 Heures au format UTC + 1 heure
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
http://www.phpbb.com/