Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 16 Mai 2022, 06:48

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2823 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 180, 181, 182, 183, 184, 185, 186 ... 189  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 04 Jan 2022, 23:31 
Hors ligne
Sir Flashball
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 21514
Allez, tiens, ça me motive pour parler de quelques lectures récentes.

Image

Beau roman sur la Première guerre mondiale, parfois un peu lourd dans son délire sur la fougue adolescente et les déchirements entre hommes (pour une femme, bien sûr, et pas très finaudement caractérisée), mais un bel hommage aux soldats de la Grande Guerre, et une juste reproduction de l'esprit sacrificiel qui régnait à l'époque chez beaucoup d'appelés. Quelques belles pages sur l'aviation également, même si ça reste très en-deça de Saint-Exupéry.
Mais Kessel, auquel je n'avais pas touché depuis le collège, me semble être un auteur intéressant.

Image

Mon premier Manchette, et si j'étais pas à fond, j'ai quand même trouvé ça très sympathique, surtout par le côté extrêmement français de l'ensemble, malgré la fascination parfois un peu lourdingue pour l'Amérique que l'on sent poindre dans la prose sèche et assez étriquée de Manchette. Un auteur auquel je ne renonce donc pas, mais je n'en fais pas une priorité. J'ai été beaucoup plus convaincu par Simenon récemment.

Image

Même si c'est un véritable page-turner (roman terminé en une après-midi), j'ai quand même été déçu par l'incapacité de Ballard de sortir du système qu'il crée lui-même, comme s'il se laissait emporter par l'absurdité de ce qu'il décrit, jusqu'à un final ridicule dans sa radicalité. Au début, ça marche franchement bien, mais plus on avance, plus on sent que la métaphore plie sous le poids de la péripétie, et finalement, le jusqu'au boutisme du truc transforme la fable absurde en une espèce de roman de genre pas désagréable, mais assez vain. Dommage.

Image

Merveilleux roman de cosmic horror même pas traduit en français, beaucoup plus feutré que du Lovecraft : l'histoire de la mort étrange d'un professeur d'université, consommé par un feu inexplicable, et l'apparition concomitante d'une femme étrange, froide comme la glace. J'ai trouvé ça superbe, tant ça prend son temps pour poser une ambiance, pour donner corps à son mystère, avec une fin plus mélancolique qu'horrifique. Je conseille à ceux qui lisent l'anglais.

_________________
"Je vois ce que tu veux dire, mais..."
"Je me suis mal exprimé, pardon."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 05 Jan 2022, 10:42 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 00:06
Messages: 5403
Castorp a écrit:
J'ai commencé à peu près 5 fois The Crying of Lot 49 pour laisser tomber à chaque fois.

Oui, j'ai eu beaucoup de mal à le lire aussi. Du coup, je n'ai jamais commencé L'arc-en-ciel de la gravité acheté en même temps.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 05 Jan 2022, 11:55 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 3824
C'est un peu une arnaque Pynchon, Gore Vidal lui avait réglé son compte à l'époque dans son article sur les auteurs post-modernes américains même s'il lui reconnaît, avec Gass, plus de qualités qu'à d'autres. En plus quand tu commences La vente à la criée du lot 49, tu n'es déjà pas très loin de la fin, contrairement à ses autres de lui, alors ne pas le finir, ça préjuge mal du reste.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 05 Jan 2022, 14:32 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 4436
J'ai fini les Buddenbrooks et c'est quand-même une tuerie. La mort de Thomas Buddenbrook puis celle de son fils. La boucle entre la première et la dernière phrase
petite prophétesse couroucée et enthousiaste, les pages sur Schopenhauer et la musique. Et Thomas Mann a écrit cela à 25 ans. Ce n'est pas le sens du livre, très riche, mais il est étonnant de voir qu'il témoigne d'une sympathie envers les socialistes et une distance envers le nationalisme allemand paradoxalement plus forte que dans le Docteur Faustus. Les deux livres sont très liés, Hanno et Adrien Leverkuhn sont deux incarnations du même personnage, et Mann écrit déjà en 1903 sur l'atonalité.


Sinon je lis cela, petit livre (je n'avais rien lu de lui)
Image



J'avoue que je suis assez sceptique quant à sa manière de renvoyer dos à dos l'ensemble des courants anthropologiques à part son oeuvre. Sa démarche me paraît très proche de celle de Lyotard dans la Condition Postmoderne qu'il ne cite pas jusqu'ici. L'opposition nature culture est considérée comme un récit, avec la même idée d'un sens efficace et facilement accessible mais historique et d'une légitimité du discours transhistorique mais en crise. Comme Lyotard il cible aussi l'idéalisme allemand de la fin du XIXème siècle, avec l'idée que les institutions comme l'Université et la recherche sont à la fois la traduction directe de valeurs symboliques et morales et des quasi-organes perceptifs.
Mais sa présentation des courants anthropologiques récents est très intéressante. Il valorise pas mal Salhins et Culture et Raison pratiue d'ailleurs

_________________
...car la pollution est une forme d'humour à l'envers

Mary Douglas


Dernière édition par Vieux-Gontrand le 05 Jan 2022, 15:31, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 05 Jan 2022, 14:50 
Hors ligne
Sir Flashball
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 21514
Vieux-Gontrand a écrit:
J'ai fini les Buddenbrooks et c'est quand-même une tuerie.


C'est juste mon roman préféré.

Vieux-Gontrand a écrit:

Sinon je lis cela, petit livre (je n'avais rien lu de lui)


Tu peux mettre l'image en spoiler ? Elle est trop grosse.

_________________
"Je vois ce que tu veux dire, mais..."
"Je me suis mal exprimé, pardon."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 05 Jan 2022, 15:18 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 24799
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Très peu lu en 2021, dernièrement j'ai lu deux nouveautés :

L'inconnu de la poste de Florence Aubenas, qui revient sur le fait-divers fascinant du meurtre d'une postière dans un petit village où le suspect principal est Gérald Thomassin, acteur révélé par Téchiné et qui a sombré dans une quasi clochardisation. C'est très intéressant, bien documenté mais je me rends compte que ce genre littéraire du "true crime" ne m'attire pas plus que ça. Au final tu n'apprends pas grand-chose de plus que ce qu'on a déjà pu lire dans les différents articles sur cette affaire étrange qui se conclut par la disparition pure et simple de Thomassin.

Les vies de Jacob de Christophe Boltanski. Là encore un point de départ fascinant. L'auteur tombe par hasard sur un cahier remplis de photos de photomaton d'une seule et même personne s'étalant sur plusieurs décennies. Le livre alors prend deux chemins, d'un côté une espèce d'essai sur l'image, la photo, sur cette oeuvre proche de la performance artistique et de l'autre plus simplement il essaie de retracer la vie de cet homme inconnu. C'est très bien écrit (un peu ampoulé parfois). Il y a une vraie filiation avec l'oeuvre de son oncle Christian, sur la mémoire. Bon après ça m'a pas transcendé non plus.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 06 Jan 2022, 13:09 
Hors ligne
Expert

Inscription: 23 Nov 2020, 14:16
Messages: 444
Tonton a écrit:
Castorp a écrit:
J'ai commencé à peu près 5 fois The Crying of Lot 49 pour laisser tomber à chaque fois.

Oui, j'ai eu beaucoup de mal à le lire aussi. Du coup, je n'ai jamais commencé L'arc-en-ciel de la gravité acheté en même temps.


Vice Caché c'est le plus simple, et très drole aussi.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 06 Jan 2022, 18:38 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Déc 2018, 23:08
Messages: 4436
J'ai terminé le petit livre de Philippe Descola.
D'après lui l'anthropologie devrait se limiter à présent à un programme descriptif : déceler des invariants et des régularités. Aller au-delà serait un forçage idéologique. Les formes de l'imaginaire humain sont limitée et identiques partout, et c'est cette limitation qu'il s'agît de reconnaître d'établir voire de prouver.
Il reprend la critique de Sahlins contre l'usage de l'adaptation darwinienne en sociobiologie, tout en operant une réduction biologique plus radicale que ce qu'elle visait : l'adaptation est un mythe possibiliste. Tout comme Freud dans Totem et Tabou, il émet aussi l'idée d'un principe commun à toute l'humanité, non plus sur les conduites (universalité de la culpabilité devant le meurtre du père, avec l'idée que la science est une herméneutique aussi efficace pour la société que ce déni ne l'est pour l'individu, logée finalement à la même place - la honte et le refoulement sont aussi extérieurs et en surplomb de la situation que le savoir) mais plutôt concernant les représentations et l'imaginaire.
Pour les anthropologues ce mythe freudien de la culpabilité oedipienne généralisée et placée au seuil de l'humanité n'est pas une rationnalisation mais un mythe comparable aux récits d'élection des peuples "non-modernes" (pour reprendre le terme de Descola). Comme le dit Sahlins :après tout l'homme occidental est le seul à se croire issu d'une nature déchue ou d'une faute plutôt que d'origine divine. D'où son positivisme finalement l'idée valorisante que la connaissance (mais aussi sa raison pratique) lui préexistent dans sa cosmologie et qu'il les mediatise ensuite plutôt qu'il ne les produit pour Sahlins (ou Godelier quand il pointe les ressemblances entre le récit des origines des Baruya et notre mythe du jardin d'Eden). Mais ce positivisme devient l'idée d'une supposée insuffisance heuristique de la psychologie que l'on comble (tant l'observateur que l'observé) par un récit comme un manque voire une honte pour Descola. En cela il est encore proche de Lyotard : la notion d'investissement d'un sens est elle-même une croyance, circulant dans la dichotomie entre culture et nature.

Paradoxalement, plus l'homme s'abandonne à l'imaginaire, se crée un monde de concepts, plus il manifeste sa finitude et sa relativité. Le symbolique est en somme l'idée qu'il lui faut être initié à cette impuissance. Cela résonne bizarrement avec les pages très post-romantiques que Mann consacre à Schopenhauer dans les Buddenbrook (avec une certaine ironie, le personnage d'Hanno, l'artiste, est opposé à son père, Schopenhauer parle comme le marchant d'un destin de la valeur, et le cycle impersonnel de la vie éternel fonctionne comme un investissement à intérêt capitaliste, quand l'artiste endosse seul et de manière secrète l'absurde et l'incommunicable) voire avec la présence médiatique actuelle de Houellebecq (autre schopenhauerien mais qui retourne le mysticisme océanique que Mann repère quand-même, en commentaire sociologique individuel)

_________________
...car la pollution est une forme d'humour à l'envers

Mary Douglas


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 18 Jan 2022, 17:58 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Aoû 2021, 19:41
Messages: 625
Image

Petit roman d'un écrivain largement oublié, que le géographe Mike Davis cite beaucoup dans sa collection d'essais Dead Cities.

Publié en 1885, c'est censé être parmi les premiers exemples d'anticipation post-apocalyptique... Et wow. La courte première partie est stupéfiante par son tableau très précis de la manière dont la nature reprend sa place après une catastrophe jamais identifiée qui a causé la disparition d'une grosse partie de la population. Champs, forêts, villages, animaux domestiques et tout le reste de la faune et de la flore sont explorés dans leur processus de reconquête et de retour à l'état sauvage, prenant à contre-pied les attentes cauchemardesques pour laisser la place à quelque chose d'à la fois bucolique et triomphant.

La seconde partie, narrative, embraye sur une quête initiatique classique dans ce futur médiéval fait de bastions, factions plus ou moins ennemies, escarmouches entre nomades et sédentaires, et de perpétuation d'un système de classes, voire de castes, où l'on suit un jeune homme en quête d'aventure. Stylistiquement, on est loin du pittoresque minutieux et verbeux de Dickens, on est dans quelque chose de plus direct bien que contemplatif. Plus classique aussi, même si les dernières pages et la découverte, pour le coup cauchemardesque, des vestiges marécageux et toxiques de Londres, dégagent quelque chose de très moderne (la pollution, l'humour à l'envers etc.).

Très dommage qu'il n'ait, à ma connaissance, jamais été traduit.

En tout cas avec Dead Cities de Davis ça comble bien la déception globale qu'était Homo Disparitus, même s'il y avait des passages très intéressants sur le système de pompes de New York et de la spéculation bien documentée sur ce qui arriverait à nos raffineries sans entretien régulier.

_________________
Looks like meat's back on the menu, boys!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 18 Jan 2022, 18:50 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 24799
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Tiens je me le note ça a l'air bien. Mais j'ai environ 500 bouquins à lire avant donc bon...

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 20 Jan 2022, 10:13 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Sep 2007, 09:31
Messages: 3392
Image
M. Mizuno coule une retraite heureuse après une vie sans histoire. Du moins c’est l’image qu’il s’applique à donner. Car son vrai nom est Yasukazu Sanso, ancien activiste de l’Armée rouge japonaise ayant déjà tué, et de sang-froid. La rencontre fortuite, à Bangkok, avec un vieux camarade va déclencher la mécanique implacable du souvenir. Comment, en quête d’idéal, s’est-il laissé embrigader dans les mouvements universitaires des années 1960 ? Comment, suite aux dérives d’une faction se livrant à des purges insensées, a-t-il rejoint les camps d’entraînement palestiniens au Liban, dans l’espoir de prouver qu’il est un vrai communiste ?
Michaël Prazan livre ici, avec l’acuité psychologique qu’on lui connaît, un roman haletant sur la grande époque du terrorisme international des années 1970.


Intrigué par le sujet alors que je ne suis pas trop l'actu littéraire. Une hhistoire de l'armée rouge japonaise qui va se diviser en deux factions, nationale et internationale, chacune partant à la dérive meurtrière, l'une finissant par s'entretuer dans un huis-clos paranoïaque glaçant et l'autre se laissant embarquer dans la cause palestinienne à laquelle les japonais ne comprennent pas grand chose au nom de l'anti-impérialisme. Comment devient-on terroriste, comment des étudiants japonais d'après-guerre en révolte contre les crimes de leurs pères, contre la société japonaise corrompue et l'imperialisme américain vont sombrer dans leur propre radicalisme, commettre leurs propres crimes et se laisser corrompre au nom de causes et d'idéaux toujours plus fuyants? Et bien, on ne saura pas trop, mais y'a-t-il vraiment une réponse? Le faits vérididiques relatés et la plongée dans une époque où l'extrémisme était au nom du communisme et de l'anti-impérialisme justifient la lecture de ce roman qui échappe de justesse au livre-wikipedia qui name-droppe à tire-larigot, et bon courage avec les noms japonais, on note quand même Koji Wakamatsu qui revient en filigrane et l'inévitable Carlos en guest-star.

Michael Prazan est plus un documentariste qu'un romancier et ça se sent. Il donne corps à cette révolution via à un personnage fictif qui se rend complice et réchappe miraculeusement à toute une série d'événements horrifiques. Sans doute pour ne pas le rendre détestable et faciliter l'identification, le destin fait qu'il ne commettra lui-même jamais le pire. Bien qu'étant présent lors de plusieurs attentats, il échappera à chaque fois au châtiment de manière invraisemblable. De même, bien que présenté comme fervent communiste, il n'apparaît jamais vraiment passionné ni par l'idéologie ni par l'action et ne semble jamais bien comprendre ce qu'il fait là. Présenté comme un soldat aguerri, il semble toujours être un glandu les bras ballants qui assiste aux crimes des autres. C'est un peu facile.

Bref, le livre tente quelques réponses dan l'après-Guerre, dresse des parrallèles avec le terrorisme islamique et décrit bien le malestrom idéologique de cette époque et la cristallisation de la violence révolutionnaire dont on sait bien quelle partie intéressait le plus ses partisans. Mais je reste quand même sur ma faim avec ce personnage trop lisse, trop page blanche et les desciption de toutes ces horreurs tellement clinique sans vraiment de point de vue. J'aurais aimé savoir à quoi pense quelqu'un qui va mitrailler des touristes à l'aéroport ou balancer une grenade du haut le mezzanine au Drugstore-Publicis, mais nenni.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 12 Fév 2022, 12:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 7141
Je m'arrête dans ma lecture de La horde du contrevent pour souligner que la Horde vient d'arriver dans une cité où vit un maitre du langage et où les nobles de la ville se noment... Les Tourangeaux. Une coïncidence Castorp ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 15 Fév 2022, 17:32 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Fév 2016, 20:06
Messages: 7324
N'EMPÊCHE QU'ON L'ENTEND PAS TA GRANDE GUEULE ICI CASTORP HEIN !?!?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 15 Fév 2022, 17:38 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 24799
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Tiens d'ailleurs grâce à Castorp je me suis lancé dans la biographie énorme de Hitler et c'est passionnant (on verra si je me lasse à la longue). J'alterne ça avec le dernier Houellebecq autant dire que c'est bonne ambiance les lectures en ce moment.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Vos dernières lectures
MessagePosté: 15 Fév 2022, 17:44 
Hors ligne
Sir Flashball
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 21514
Jerónimo a écrit:
N'EMPÊCHE QU'ON L'ENTEND PAS TA GRANDE GUEULE ICI CASTORP HEIN !?!?


Haha. Le message de Mickey m'a fait rire, j'aurais dû lui mettre un smiley.

Art Core a écrit:
Tiens d'ailleurs grâce à Castorp je me suis lancé dans la biographie énorme de Hitler et c'est passionnant (on verra si je me lasse à la longue).


Cool ! J'ai quasiment terminé le premier volume. Et ouais, c'est passionnant, et surtout hallucinant. Je posterai une bafouille dessus quand je l'aurai terminé.

_________________
"Je vois ce que tu veux dire, mais..."
"Je me suis mal exprimé, pardon."


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2823 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 180, 181, 182, 183, 184, 185, 186 ... 189  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Lectures de juillet

darkangel

0

1885

03 Aoû 2005, 17:28

darkangel Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Top Lectures 2015

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Castorp

25

3317

09 Juin 2016, 10:59

Xavierovitch Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Top lectures 2017

Baptiste

10

1362

02 Jan 2018, 22:04

Gontrand Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web