Forum de FilmDeCulte
http://forum.plan-sequence.com/

Knowing (Alex Proyas, 2009)
http://forum.plan-sequence.com/knowing-alex-proyas-2009-t11362.html
Page 1 sur 12

Auteur:  deudtens [ 25 Mar 2009, 04:42 ]
Sujet du message:  Knowing (Alex Proyas, 2009)

Image

Pour fêter l'anniversaire d'une école, une cérémonie est organisée au cours de laquelle une capsule temporelle contenant des messages écrits par des enfants 50 ans auparavant est déterrée et ouverte. Chaque enfant emporte chez lui un message, mais celui du petit Caleb est illisible, car il s'agit d'une suite incohérente de chiffres.
D'abord amusé, son père, statisticien, essaye de trouver une signification. Horrifié, il découvre peu à peu que chaque séquence de chiffres correspond à la date exacte d'une catastrophe récente. Lorsqu'il comprend que les 3 dernières séquences prophétisent des cataclysmes à venir, une course contre la montre commence.


C'EST DLA MERDE !

Pour me situer : j'aime beaucoup Dark city malgré une kitscherie assez dérangeante. Et j'aime aussi I Robot, efficace et fun. Pas vu le reste.

Tout le long c'est juste mauvais, 2/6 (un point pour chaque scène d'action), limite respectable, et puis les 15 dernières minutes, plouf, ça devient hallucinant de CONNERIE, suintant la religion à mort, gras dégoulinant comme c'est pas permis. Et quand je parle de religion, on est bien dedans : je ne parle pas de discours assez généraliste sur la foi dans Signes, ou de trips mystiques à la Contact (film que je kiffe), mais bien d'un MACHIN que le scénariste a écrit avec la bible à la main. Ça pue du fion.

Sinon, en omettant cette fin toute moisave, le film est donc mauvais. C'est chiannnnt, lonnnng, FAUUUUX, incoherennnnt, TOTALEMENT PRÉVISIBLE putain mais quelle horreur ! Pourtant vous le savez, j'ai des goûts de merde et c'est pas le genre de défaut qui me dérange d'habitude. Surnagent deux gros moments vraiment très impressionnants : deux accidents de transport en commun bien violents (sans non plus être gores), dont un en plan séquence. Vraiment super bien foutus. De ce côté là, t'assures Alex.

Le mec qui a fait la musique est à plomber. Scandaleux. Et elle participe aux 3-4 instants vraiment NANARDS du film :
Le mec tout blanc qui ouvre sa bouche lumineuse et disparait, le moment HALLUCINANT du gosse regardant la forêt en flammes (et surtout tout ce qui le précède)... Consternant.

Et pour revenir à cet fin, ça fout vraiment mal a l'aise. On a d'abord droit à une grooosse scène à effets spéciaux inutile qui dure assez longtemps et qui fait très "feu d'artifice de fin pour les gros beaufs ricains", puis ensuite on se tape un dernier trip religieux totalement fucked up.
Les ailes d'anges, Adam et Eve, l'arche de Noé a la con, l'arbre, non mais merde quoi.


Et je passerai sur toutes les grosses incohérences du scénario tellement ce n'est RIEN comparé a tout ce qui est PUANT dans ce film.

1/6 pour quelques jolis plans et Rose Byrne qui, malgré son rôle de merde, est vraiment top canon. Je t'aime Rose. Surtout quand tu fais la tête qui boude (ouais tout le temps ok).

Auteur:  Noony [ 25 Mar 2009, 09:04 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

L'image est comment? Tu l'as vu en numérique ou en peloche?

Auteur:  deudtens [ 25 Mar 2009, 13:20 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

Vu en pellicule. Image très jolie. Ya un léger aspect "plastique" à la Superman, mais moi j'aime bien. Et quand ça bouge beaucoup, on sent que le flou de mouvement est différent d'une caméra à pellicule (mais c'est pas le gros flou ultra reconnaissable à la Miami Vice). Enfin jsuis pas expert.

Auteur:  Le Cow-boy [ 25 Mar 2009, 14:08 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

deudtens a écrit:
Enfin jsuis pas expert.

Menteur, c'est écrit juste en-dessus ton avatar...

Auteur:  deudtens [ 25 Mar 2009, 14:10 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

Joli !

Auteur:  Ozymandias [ 27 Mar 2009, 21:00 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

2009 : on déterre une capsule temporelle déposée il y a cinquante ans par les élèves d’une école primaire. Dans celle-ci, une lettre remplie de chiffres sans lien apparent. Mais le père d’un des élèves, John Koestler, y lit les annonces de grandes catastrophes passées, et à venir.

TOUT CE QUE JE SAIS, C’EST QUE JE NE SAIS RIEN

En fin de compte, le grand malheur d’Alex Proyas n’est-il pas Dark City? Depuis dix ans, nous attendons un autre choc, une nouvelle claque de la part du réalisateur de cette œuvre unique, ce film brassé à la perfection. Mais rien ne se passe. Proyas n’a pas réalisé de film à gros budget depuis I, robot en 2004, et si le résultat est plus qu’honorable, l’expérience avec la Fox, sous l’égide de Tom Rothman, a été pénible. Fallait-il donc s’atteler au nouveau véhicule de Nicolas Cage ? Oui, si l’on considère les possibilités qu’offre le scénario de Prédictions en particulier son postulat de départ. L’enfant perturbée (on pense à Silent Hill), les mystérieux hommes en noir (Dark City, évidemment), une mise en scène toujours aussi soigneuse : tous participent à l’élaboration d’une atmosphère fantastique pesante, assez fascinante. Dans sa première heure, le film arrive même à étourdir, avec deux scènes de catastrophes terrifiantes, où le talent de l’Australien saute aux yeux. L’inéluctabilité des prophéties distille un malaise glacé, palpable. Mais les choses se délitent, car si Alex Proyas sait composer des plans, son scénario sombre corps et âme dans les profondeurs abyssales du cliché. La première partie n’a rien de révolutionnaire dans ses thèmes comme dans son déroulement : on regarde un film fantastique, comme il y en a tant. Malheureusement, quand les réponses arrivent dans la deuxième, elles ne nous surprennent pas, en apportant ce qu’il y a de pire dans le cinéma de genre américain : la Bible. Associée avec une solution de science-fiction, cette thématique ancien testament propose une imagerie « new age » affreuse, où surnagent les derniers avatars de Proyas, les hommes en noir transformés en aliens bleus (design sous influence I, robot), aux atours d’anges. Lors de son final apocalyptique, Prédictions apparaît tout nu, en ratage authentique, qu’un Nicolas Cage convaincant ne peut pas sauver. Ce qui blesse le plus, c’est que cet échec est appliqué dans sa mise en scène et ses effets. Or il n’y a rien de pire qu’un talent de réalisateur dilapidé par un scénario médiocre, qui nous pousse presque à remettre en question ses œuvres précédentes. Le retour d’Alex Proyas ? Non, toujours pas.

2/6

Auteur:  Le Pingouin [ 27 Mar 2009, 22:05 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

Bon, allez, y a le Herzog et Kick-Ass dans l'année là! On y croit encore!

Si tu mets 2/6, je sens que je vais même pas y aller en fait...

Toujours pas vu son précédent navet, d'ailleurs...La tristesse quand même.

Auteur:  Film Freak [ 27 Mar 2009, 22:09 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

Ouais mais après y a ass :
Image

Auteur:  Ozymandias [ 27 Mar 2009, 22:12 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

Voilà, c'est ce que j'allais dire :)

Auteur:  Le Pingouin [ 27 Mar 2009, 22:54 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

Film Freak a écrit:
Ouais mais après y a ass :
Image


LOL!!!

Comme dit un mec sur un blog : "Perhaps I am soiling my reputation by confessing my overextending appreciation of Cage’s career, but you have to respect a guy who allows himself to look and be so ridiculous for his art."

Auteur:  deudtens [ 27 Mar 2009, 23:22 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

Le Pingouin a écrit:
Bon, allez, y a le Herzog et Kick-Ass dans l'année là! On y croit encore!

Si tu mets 2/6, je sens que je vais même pas y aller en fait...

Toujours pas vu son précédent navet, d'ailleurs...La tristesse quand même.


Mwai, si Cage est le seul truc qui te donne envie d'aller voir le film. Passe ton chemin. A part lors des deux scènes d'accidents (décidément le seul bon souvenir du film), il est soit totalement fade, soit ridicule. Pour ceux (ou celui...) qui ont vu :
Entre autres, la réaction de stupeur quand le vaisseau arrive, il tombe à genoux comme un con, j'étais gêné pour lui.

Menfin il est pas aidé par le scénario et les dialogues faut dire. Là j'en peux plus du gros poncif du personnage principal prof qu'on montre en train de parler d'un évènement/fait scientifique à ses élèves passionnés (alors que normalement une bonne partie en ont rien à foutre), ce sujet étant comme par hasard ce qui va se passer dans la suite du film. Et je parle pas du fait qu'à chaque fois, ce sont des profs très intéressants, qui ont une dynamique et un bon sens du rythme (dans le film, le truc du soleil là, on est à la limite du sketch), qu'on ne rencontre quasi jamais en vrai.

Auteur:  Pandor [ 28 Mar 2009, 12:00 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

Film Freak a écrit:
Ouais mais après y a ass :
Image


c'est quoi ça ?
moi j'attends "season of the witch" avec impatience !

Auteur:  Tetsuo [ 28 Mar 2009, 12:07 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

Pandor a écrit:
c'est quoi ça ?


Ca s'appelle la déchéance.

Auteur:  Pandor [ 28 Mar 2009, 13:10 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

Tetsuo a écrit:
Pandor a écrit:
c'est quoi ça ?


Ca s'appelle la déchéance.


Enfin pour qu'il y ait déchéance, il faudrait qu'il y ait eu à un moment quelque-chose de bien.

Auteur:  Film Freak [ 28 Mar 2009, 14:33 ]
Sujet du message:  Re: Knowing (Alex Proyas, 2009)

Pandor a écrit:
Tetsuo a écrit:
Pandor a écrit:
c'est quoi ça ?


Ca s'appelle la déchéance.


Enfin pour qu'il y ait déchéance, il faudrait qu'il y ait eu à un moment quelque-chose de bien.

Il a quand même eu une bonne carrière Cage.

Page 1 sur 12 Heures au format UTC + 1 heure
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
http://www.phpbb.com/