Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 18 Oct 2018, 15:48

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 07 Juin 2018, 20:18 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72379
Localisation: Fortress of Writing
Même si la question du cinéma en soi, ou plus exactement du droit de filmer/montrer, n'est plus sur le devant de la scène, comme dans le faux-doc Ceci n'est pas un film ou le ludique Taxi Téhéran, je trouve toujours aussi fascinant la façon dont Panahi entretient le doute entre vie réelle et vie mise en scène (big up à la première séquence tout droit sortie d'un film d'horreur), incluant cette ambigüité directement dans ce récit où tout le monde joue son propre rôle et où la protagoniste se demande si elle est le pantin du cinéaste.

C'est une actrice, donc elle le sera toujours dans une certaine mesure, et c'est une femme en Iran, donc elle ne jouira jamais pleinement de son libre arbitre. Avec ce film, Panahi signe un beau portrait d'actrices, chacune à trois étapes différentes de carrières forcément rendues difficiles par le pays dans lequel elles ont exercé, elles exercent ou elles veulent exercer.

Ça s'étire un peu dans le dernier tiers, une fois que certaines questions qui motivaient les deux premiers ont trouvé une réponse, mais, une fois de plus après les deux films suscités, le dernier plan vient parachever le propos en toute beauté et simplicité, dans un élan à la fois triste et allant de l'avant.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Juin 2018, 21:33 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4869
Un élan allant de l’avant ?

Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Juin 2018, 21:38 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72379
Localisation: Fortress of Writing
Ouais j'étais pas sûr non plus. À la base c'était "un élan à la fois triste et optimiste" puis "optimiste" m'a paru trop fort donc j'ai mis ça sans changer élan mais bon...faut bien que je donne une raison à des no-life comme Castorp et Billy Budd de poster sinon ils ne posteraient jamais.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Juin 2018, 21:43 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4869
Oui du coup je m’en veux de l’avoir fait pour eux.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 07 Juin 2018, 23:41 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 4933
Déjà-vu a écrit:
Oui du coup je m’en veux de l’avoir fait pour eux.


Tu mens très mal.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Juin 2018, 07:46 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4869
C’était simplement pour voir si tu suivais, et évidemment, tu suis.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Juin 2018, 22:52 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2007, 11:11
Messages: 5990
J'ai pris énormément de plaisir à regarder ce film, où tout m'a semblé d'une justesse assez sidérante. Les drames qu'il révèle ne sont jamais exacerbés, l'humour n'est jamais trop imposant (tout en étant pourtant assez grivois par moments) et tombe toujours de façon opportune et la tendresse plane continuellement au dessus du film. Un jeu d'équilibriste mené de façon géniale et qui permet à Panahi de trouver le ton idéal pour raconter cette histoire je trouve.

Par ailleurs la découverte de la vie du village, les rencontres qui s’enchaînent, les ballades en montagne, toutes ces choses offrent un côté lumineux au film, et autorisent Panahi de discuter de sujets graves mais avec recul et douceur. Sans apitoiement. Et avec un côté ludique également avec ce jeu de piste qui nous emmène d'un personnage à un autre, et qui rend le film hautement sympathique.

On se croirait dans Taxi Téhéran par moments lors de caméras embarqués dans la voiture, et dans le fait de déballer une galerie de personnages les uns après les autres. ça doit jouer également dans ce flou entretenu entre réalité et fiction mentionné par FF, mais personnellement je lui préfère nettement Trois Visages !

5/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 10 Juin 2018, 22:54 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 1188
Film Freak a écrit:
Même si la question du cinéma en soi, ou plus exactement du droit de filmer/montrer, n'est plus sur le devant de la scène, comme dans le faux-doc Ceci n'est pas un film ou le ludique Taxi Téhéran
Je trouve pourtant que la question est toujours aussi présente, que ce soit le coup de téléphone à sa mère (qui lui demande expressément de confirmer qu'il n'est pas en plein tournage, qui s'il ment aux autres au moins ne lui cache pas à elle la vérité), ou au travers des doutes de Jafari qui demande ouvertement à Panahi s'il n'est pas en train de la mener en bateau
et ne serait pas de mèche avec Marziyeh, d'autant qu'il lui a soumis précédemment un scénario avec pour thème principal le suicide, scène qui sert non seulement de brouillage entre réalité et fiction, mais vient également rappeler que Panahi a nécessairement besoin de subterfuge pour pouvoir réaliser. Marziyeh pourrait d'ailleurs être un double de Panahi, obligé de se cacher pour filmer, de leurrer pour continuer à faire ce qu'il désire avant tout, réaliser des films, comme elle veut devenir actrice.
Ça n'est pas non plus un hasard si le film (après la scène de Marziyeh) débute dans son Pajero, comme une continuité de Taxi Téhéran, pas plus que si la caméra se concentre pendant de longue minutes sur Jafari avant d'enfin faire entrer le réalisateur dans son champs, comme une manière de répondre au narcissisme dont on a pu l'accuser. Pajero qu'il va finalement peu quitter, où il préfère attendre l'arrivée de la cousine plutôt que rester chez les parents de Marziyeh, où il va également dormir plutôt que de profiter du logis d'un des villageois. On est donc très peu éloigné de son précédent opus.
Il n'est enfin pas sans parler de censure, des désirs contrariés d'une jeune femme à devenir actrice à toute une génération d'acteurs (celle pré-révolution islamique) qui a dû soit s'exiler, soit vivre au ban de la société.

Ce qu'il y a de fascinant avec Panahi, c'est sa capacité à être à la fois corrosif et tendre avec les hommes qu'ils filment. Tous ces villageois sont à la fois serviables, généreux, véritablement attachant mais en tant que détenteurs du pouvoir patriarcal sont néanmoins ridiculisés, de cette règle variable des coups de klaxon pour savoir qui doit laisser la priorité (je me suis d'ailleurs demandé si l'acceptation de cette règle lors de la séquence finale n'était pas un aveu de Panahi que d'une certaine manière il accepte de se mettre au pas du pouvoir qui le censure) au prépuce religieusement gardé afin d'assurer la virilité du fils aîné, jusqu'au taureau gisant au milieu de la route, véritable incarnation du pouvoir phallocrate, mal en point mais encore suffisamment vaillant pour que l'on dusse faire demi-tour face à son immobilisme.
A l'inverse les femmes représentent la force émancipatrice qui pourra faire évoluer l'Iran, de celles qui l'ont fait par le passé et résistent à l'ostracisme qui les frappe (Shahrzad) jusqu'à le jeune génération qui s'oppose au diktat de la communauté (Marziyeh). C'était déjà le cas dans Taxi Téhéran avec l'histoire de ce groupe de femmes qui étaient aller voir un match de volley-ball, à l'encontre de la loi. C'est ce qui parcours 3 Visages de bout en bout, ça n'est pas uniquement par humilité que Panahi est en retrait, laissant les femmes s'écharper ou danser ensemble au milieu de la nuit, c'est aussi parce qu'en tant qu'homme il est ne peut participer de ce mouvement qui devra faire tomber les barrières qui les contraignent. Souhaitons pour elle que ce soit le plus tôt possible.

J'avais découvert et apprécié Panahi avec Taxi Téhéran, 3 Visages a un côté plus austère mais je crois que le préfère encore au précédent, peut être aussi parce qu'il fait revivre d'une certaine manière le cinéma de Kiarostami, ses routes sinueuses de montagne qui rappellent la Trilogie de Koker, cette grand-mère qui prépare sa place dans l'autre monde comme une réponse facétieuse à la quête du personnage principal du Goût de la Cerise.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Juin 2018, 01:46 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1812
Lohmann a écrit:
(qui lui demande expressément de confirmer qu'il n'est pas en plein tournage, qui s'il ment aux autres au moins ne lui cache pas à elle la vérité), ou au travers des doutes de Jafari qui demande ouvertement à Panahi s'il n'est pas en train de la mener en bateau . .


Étrangement c'est déjà central,il y a plus de 20 ans,dans le très beau Miroir (ou la mère est dans la fiction,mais absente,quand sa fille, présente,refuse le tournage,quitte son faux plâtre et trace dans Téhéran,suivie par une seconde équipe de tournage). Pas rncoee vu le film,mais c'est étonnant comme la situation actuelle de Panahi l'amène à prolonger un de ses premiers films.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juil 2018, 00:26 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1812
Le film m'a plu, mais m'a semblé un peu mineur, et posséder un enjeu formel et politique moins fort que Taxi, dont il est une sorte de prolongation. J'ai aussi préféré, l'âpreté d'un Homme Intègre de Rasoulof, sorti à la fin de l'année passée, qui organise la même confrontation entre monde urbain et rural (même si le film de Panahi est intéressant pour le regard sur la minorité azérie turcophone).
L'effort de Panahi d'aller vers une forme de comédie (déjà sous-jacente dans Taxi et dans le Miroir, qui est est peut-être, comme chez Kiarostami, la raison profonde de leur goût pour le dispositif. Copie Conforme, un des films les plus désincarnés et abstraits de Kiarostami est aussi très drôle), est néanmoins salubre.
Le début du film m'a semblé discrètement et agréablement remaké à partir de l'Antre de la Folie de Carpenter (même rapport de séduction à part égale entre homme et femme permis par la voiture, et en même temps annulé et gelé par la bizarrerie du monde extérieur), et la film m'a par moment un peu penser à la Cité de l'Indicible Peur de Mocky (le village pourrait lui)aussi s'appeler "Barges"). A vrai dire ces références étaient en fait plus présentes dans mon esprit pendant la projection que Kiarostami.


Comme souvent dans le cinéma iranien, tout part d'un élégant point aveugle, donné dès le début, et qui épuise immédiatement les enjeux du film, qui continue quand-même. Ce point aveugle est aussi l'espace du jeu et d'une double dissimulation, opérée vis-à-vis de l'ordre social dominant mais aussi dans un second temops vis-à)vis du réalisateur, alors qu'il prétendait percer avec l'acteur cet ordre . Ce point d'aveugle est donc la condition d'existence de la liberté et de l'intégrité politique, que le film montre comme pareillement nécessaires, mais aussi différenciées: la première luttant contre le réalisateur, la seconde contre le réel.

L'actrice et Panahi se disputent autour du film de l'adolescente, glosant sur les toutes dernières secondes pour y trouver un faux raccord, qui attesterait la véracité du suicide. Panahi s'amuse à confirmer son amie dans son angoisse, en s'appuyant sur son autorité de cinéaste pour dire qu'un montage est impossible , mais personne ne relève que le film n'a tout simplement pas besoin d'être monté, la jeune fille a pu tout bêtement jeter elle-même son téléphone, indépendamment d'une simulation ou non. Ce sadisme, mensonge opposé à la fiction (qu'il iimite), fait basculer le fim dans une sorte de théâtre existentiel sartrien, sceptique et émancipateur - il rappelle , transféré sur des adultes, la dispute qu'il avait avec sa nièce à propos d'un commentaire scolaire de film dans Taxi, mais dans Taxi la nièce tenait bon sur son sens esthétique, et empêchait cette référence encombrante à Sartre).
Il y a une sorte d'accord politique, de consensus sur un ordre que le film place de manière un peu magique à un moment originaire, placé avant le plan, avant l'intrigue, qui est ensuite volontairement oublié,. Cet oubli étant une forme de double neutre et factice d'une chute morale. De manière intéressante, le film inverse alors une perspective attendue : le couple urbain et émancipé vit dans la fiction de ce consensus, fasciné par les bizarreries du village qu'il gobe entièrement (tout le monde sait probablement où est la jeune fille, et semble plutôt fatigué que vengeur vis à vis de ses frasques, Panahi voudrait qu'il y ait une sorte de secret surnaturel ou de sorcellerie impliquant les vieux du village derrière la règle de coups de klaxons, alors qu'il s'agît tout simplement d'indiquer qu'on va croiser dans un virage aveugle et qu'on s'estime prioritaire... ), quand le village, apparement plus patricarcal et réactionnaire (mais aussi lié à une minorité nationale et linguistique, ce qui explique peut-être une forme de recul et d'insoumission discrète par rapport à l'ordre dominant), est très conscient que tout ça relève d'une part non négligeable de plaisanterie et du bluff (la jeune fille explique que l'histoire du coup de klaxon est la seule loi du village qui ne soit pas modifiée chaque jour... et encore...) , un monde un peu à la Lewis Carroll, où la fantaisie est le recul sur soi d'une psyché conservatrice, qui ne peut être contestée que par des hommes et des femmes qui eux sont condamés au premier degré (définition de la gauche pour Sartre d'ailleurs) : la croyance est un rapport extérieur à un ordre qui en nous concerne pas, tandis que le scepticisme et l'ironie ne le caractérisent au contraire que de l'intérieur, sans offrir de perspective de sortie.

Belle fin du film où les deux plus jeunes femmes partent ensemble, solidaires et réconcilliées, mais sans intérêts communs (alors qu'au contraire, l'actrice vielissante ne peut transmettre un objet esthétique qu'à Panahi avec lequel elle est brouillée, ils sont tous deux également des témoins) : pour quitter le carcan patriarcal à la fois étouffant et attachant qui les entourent, il faut peut-être que ces femmes prennent le risque d'opposer ce qui relève du même, de la ressemblance et de la projection de soi-même en l'autre, et ce qui relève de l'intérêt et du récit.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juil 2018, 06:19 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18517
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Quelqu’un lit?

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juil 2018, 07:49 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4869
Oui, Gontrand.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juil 2018, 08:14 
Hors ligne
Oberkampf Führer
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 14:38
Messages: 15658
Scroll down systématique pour ma part.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juil 2018, 08:48 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 1188
Arnotte a écrit:
Quelqu’un lit?

Oui, même si parfois il me perd


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Juil 2018, 11:52 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1812
De toute manière
1) on ne peut pas dire que les discussions et échanges soient vivants sur ce forum depuis quelques mois,. La constuction à la fois individuelle et collective d'un regard sur un film est de plus en plus rare. Les oeuvres sont justes évaluées, sans rejet ni défense. Peut-être pour plusieurs raisons privées (vie de famille ou conscience de se répéter) et collective (viellissement du forum correspondant au viellissement du public du cinéma, disparition des relais informels entre professionels du cinéma, discours académique et public, esprit du temps politique diffus donnant l'impression qu'un discours au centre n'a pas besoin d'être justifié mais, à la fois au pouvoir et minoritaire, doit quand-même se défendre agressivement)

2) les nouveaux intervenants (qui sont forcément à un moment ou à un autre des lecteurs) ne sont pas encouragés à écrire. Chacun a une niche et beaucoup sont prêts à dénigrer qui empiète dessus, même involontairement. Ce qui est d'autant plus regrettable que les forums de discussions cinéphiles s'épuisent et disparaissent.

3) rien n'empêche d'Arnotte, déja-vu et ozy de voir le film (Panahi est certes mal, voire pas du tout, distribué en Belgique alors que Bruxelles ne possède pratiquement que des salles de cinéma d'auteur. Il est vrai qu'il coche les mauvaises cases : il ne peut bénéficier d'aucun Tax Shelter ayant permis un tournage local, ou une coproduction, le féminisme est à l'intérieur du film et non sur l'affiche, et il ne repose pas sur un mcguffin érotico-bidon et faussement transgressif à La Rejión Salvaje) et de pondre un avis, si vous en avez un, ou une recension dessus.
En son temps (2000) "le Cercle" etait par exemple sorti dans une salle de cinéma d'une commune du Brabant Wallon, et l'assistance n'était pas ridicule.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ceci n'est pas un film (Jafar Panahi - 2011)

Karloff

8

712

27 Déc 2011, 14:53

Gerry Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Taxi Téhéran (Jafar Panahi - 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

DPSR

22

1573

03 Mai 2015, 12:59

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Closed Curtain (Jafar Panahi, Kambozia Partovi - 2013)

DPSR

0

666

16 Oct 2013, 22:38

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Trois visages de la peur (Mario Bava, 1963)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Mister Zob

48

1751

26 Mai 2013, 00:21

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Vengeance aux deux visages (Marlon Brando, 1961)

Tetsuo

2

378

21 Déc 2006, 11:12

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'homme au 1000 visages (Joseph Pevney, 1957)

Cosmo

0

309

14 Juin 2009, 18:24

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Duo à trois (Ron Shelton - 1988)

Cosmo

0

604

27 Avr 2007, 09:24

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. A trois on y va (Jérôme Bonnell - 2015)

DPSR

2

605

01 Avr 2015, 14:22

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Trois Enterrements (Tommy Lee Jones - 2005)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Jericho Cane

36

1990

03 Juil 2006, 16:15

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Mariage à trois (Jacques Doillon - 2009)

Zad

9

632

04 Mai 2011, 15:50

Z Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 15 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web