Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Fév 2018, 08:11

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 865 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 54, 55, 56, 57, 58
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 12 Mai 2014, 12:29 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
Retour des Molières début juin pour une cérémonie présentée par Nicolas Bedos. En gras mon vote

Comédien dans un spectacle de Théâtre public :

-Nicolas Bouchaud dans Le Misanthrope, mise en scène Jean-François Sivadier

-Olivier Martin Salvan dans Pantagruel, mise en scène Benjamin Lazar

-Stanislas Nordey dans Par les Villages, mise en scène Stanislas Nordey

-Philippe Torreton dans Cyrano de Bergerac, mise en scène Dominique Pitoiset



Comédien dans un spectacle de Théâtre privé :

-Daniel Auteuil dans Nos Femmes, mise en scène Richard Berry

-Clovis Cornillac dans La Contrebasse, mise en scène Daniel Benoin

-Michel Fau dans Le Misanthrope, mise en scène Michel Fau

-Robert Hirsch dans Le Père, mise en scène Ladislas Chollat



Comédienne dans un spectacle de Théâtre public :

-Valérie Dréville dans Les Revenants, mise en scène Thomas Ostermeier

-Cécile Garcia-Fogel dans Les Serments Indiscrets, mise en scène Christophe Rauck

-Anouk Grinberg dans Molly Bloom, mise en scène Blandine Masson

-Isabelle Huppert dans Les Fausses Confidences, mise en scène Luc Bondy



Comédienne dans un spectacle de Théâtre Privé :

-Emmanuelle Devos dans La Porte à Côté, mise en scène Bernard Murat

-Isabelle Gélinas dans Le Père, mise en scène Ladislas Chollat

-Agnès Jaoui dans Les Uns sur les Autres, mise en scènbe Catherine Schaub

-Valérie Lemercier dans UN Temps de Chien, mise en scène Jean Bouchaud



Comédien dans un second rôle :

-John Arnold dans Perturbation, mise en scène Krystian Lupa

-David Ayala dans Le Dernier Jour du Jeûne, mise en scène Simon Abkarian

-Patrick Catalifo dans Un Temps de Chien, mise en scène Jean Bouchaud

-Manuel Le Lièvre dans Le Conte d’Hiver, mise en scène Patrick Pineau

-Davy Sardou dans L’Affrontement, mise en scène Steve Suissa

-Stéphane Wojtowicz dans Un Singe en Hiver, mise en scène Stéphane Hillel



Comédienne dans un second rôle :

-Marie-Julie Baup dans Divina, mise en scène Nicolas Briançon

-Christine Bonnard dans La Chanson de l’Eléphant, mise en scèneBruno Dupuis

-Françoise Fabian dans Tartuffe, mise en scène Luc Bondy

-Valérie Mairesse dans Roméo & Juliette, mise en scène Nicolas Briançon

-Bulle Ogier dans Les Fausses Confidences, mise en scène Luc Bondy

-Isabelle Sadoyan dans L’Origine du Monde, mise en scène Jean-Michel Ribes



Seul(e) en scène :

-Mikael Chirinian dans La Liste de mes Envies, mise en scène Anne Bouvier

-Felag dans Petits Chocs des Civilisations, mise en scène Marianne Epin

-Grégory Gadebois dans Des Fleurs pour Algernon, mise en scène Anne Kessler

-François Morel dans La Fin du Monde est pour Dimanche, mise en scène Benjamin Guillard





Auteur francophone vivant :

-Simon Abkarian pour Le Dernier Jour du Jeûne

-Léonore Confino pour Ring

-Nasser Djemai pour Invisibles

-Alexis Michalik pour Le Porteur d’Histoire et Le Cercle des Illusionnistes

-Joel Pommerat pour Les Marchands

-Florian Zeller pour Le Père



Metteur en scène d’un spectacle de Théâtre public :

-Philippe Adrien pour L’Ecole des Femmes

-Jean Bellorini pour Paroles Gelée et La Bonne Ame du Se-Tchouan

-Nasser Djemai pour Invisibles

-Jean-François Sivadier pour Le Misanthrope



Metteur en scène d’un spectacle de Théâtre privé :

-Ladislas Chollat pour Le Père

-Jean-Christophe Dollé & Clotilde Morgiève pour Mangez-le si vous Voulez

-Michel Fau pour Le Misanthrope

-Alexis Michalik pour Le Porteur d’Histoire



Révélation féminine :

-Jeanne Arènes dans Le Cercle des Illusionnistes

-Anne-Elisabeth Blateau dans Le Fils du Comique

-Marion Malenfant dans Norma Jean

-Hélène Viviès dans En Travaux



Révélation masculine :

-Grégori Baquet dans Un Obus dans le Coeur

-François Deblock dans Paroles Gelées

-Jean-Baptiste Maunier dans La Chanson de l’Eléphant

-Niels Schneider dans Roméo & Juliette



Molière du théâtre public :

-Chapitres de la Chute – Saga des Lehman Brothers, mise en scène Arnaud Meunier

-Germinal, mise en scène Antoine Defoort et Halory Goerger

-Invisibles, mise en scène Nasser Djemaï

-Paroles Gelées, mise en scène Jean Bellorini



Molière du théâtre privé :

-Le Cercles des Illusionnistes, mise en scène Alexis Michalik

-Des Fleurs pour Algernon, mise en scène Anne Kessler

-Le Père, mise en scène Ladislas Chollat

-Le Porteur d’Histoires, mise en scène Alexis Michalik



Molière de la comédie :

-Dernier Coup de Ciseaux, mise en scène Sébastien Azzopardi

-Le Fils du Comique, mise en scène Agnès Boury

-Hier Est un Autre Jour, mise en scène Eric Civanyan

-Nina, mise en scène Bernard Murat



Molière du théâtre musical :

-La Belle & la Bête, mise en scène Glenn Casale

-Le Crocodile Trompeur / Didon & Enée, mise en scène Samuel Achache & Jeanne Candrel

-La Framboise Frivole, de Peter Hens & Bart Van Caenegem

-Ménélas Rebétiko, mise en scène Simon Abkarian



Molière de la création visuelle (scénographie, lumières, costumes):

-Le Cercle des Illusionnistes, mise en scène Alexis Michalik

-Mangez-Le Si Vous Voulez, mise en scène Jean-Christophe Dollé & Clotilde Morgiève

-Ne M’Oublie Pas – Forget Me Not, mise en scène Mary Underwood

-Tabac Rouge, mise en scène James Thierrée


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 12 Mai 2014, 12:35 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 17958
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Valérie Mairesse dans Roméo et Juliette :shock:. Elle est absolument affreuse dans un rôle de servante/poissonnière.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 19 Juin 2014, 00:04 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
ATTENTION CHEF D'OEUVRE

Image

James Thierrée reprend Raoul pour Paris Quartiers d'été du 19 au 25 juillet à l'opéra comique.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 16 Déc 2014, 14:22 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 24350
Localisation: Paris
Il y a une pièce de théâtre Elephant Man à Broadway en ce moment avec Bradley Cooper dans le rôle-titre et Alessandro Nivola dans le rôle du docteur. Je me demandais comment ils allaient le jouer niveau maquillage, et en fait, ils font ça de manière hyper simple:

Image
Image

Pourquoi ce choix ? Car Bradley Cooper le joue différemment selon comment les autres personnages le perçoivent. Si c'est un monstre il le joue déformé, et si c'est comme un homme il le fait normal.

Image

Bref, j'ai trouvé ça intéressant comme parti-pris.

_________________
Ma série télé sur la rivalité Jacques Chirac/Edouard Balladur !
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 16 Déc 2014, 15:54 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71229
Localisation: Fortress of Writing
Pas mal.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 04 Mai 2015, 13:38 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
Après Henry VI, Richard III... Et Huppert de retour chez Warlikowski

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 04 Mai 2015, 14:03 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18185
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Qui-Gon Jinn a écrit:
Il y a une pièce de théâtre Elephant Man à Broadway en ce moment avec Bradley Cooper dans le rôle-titre et Alessandro Nivola dans le rôle du docteur. Je me demandais comment ils allaient le jouer niveau maquillage, et en fait, ils font ça de manière hyper simple:

Pourquoi ce choix ? Car Bradley Cooper le joue différemment selon comment les autres personnages le perçoivent. Si c'est un monstre il le joue déformé, et si c'est comme un homme il le fait normal.

Image

Bref, j'ai trouvé ça intéressant comme parti-pris.

Hey! Intéressant en effet. Pas con.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 21 Oct 2017, 14:31 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1422
Vu "Retour à Reims, sur fond rouge", adaptation du livre de Didier Eribon, par Stéphane Arcas, au théâtre Varia à Bruxelles. La musique est signée Michel Cloup (souvenez-vous Diabologum).


Des bonnes idées (très beau décors, plusieurs acteurs, dans un dispositif qui évoque Todd Haynes, pour la même subjectivité dans différents situations, chacunes conformes à un code : l'émancipation gay et la vie sentimentale, à la fois affirmée et contrariée ; l'histoire de sa famille, l'ancrage politique et la nostalgie du PCF ; la critique de l'ancrage sociétal bourgeois du PS et le besoin d'un populisme de gauche ; le père figuré par une marionette ventriloquente, bloquée sur son homphobie, plus par réflexe que par méchanceté : il est est finalement déréglé et dissolu par la reconnaissance de l'autre, c'est à dire du fils, joué par un acteur aux inflexion dewaeriennes), d'autre moins (monologue final de la marionnette sur la sexualité et l'amour comme salut mystérieux, qui fait penser à du Barthes, qui atténue les tensions et aspérités de la pièce.
Indirectement la pièce pointe peut-être alors une des limites (mais une limite inévitable, structurante) du livre.
Récemment j'ai lu la préface de l'Histoire de la Révolution française de François Furet, un historien apparemment politiquement opposé à ce que défend Eribon. J'ai été rebuté. Furet reproche aux historiens communistes (dont il fut lui-même) d'avoir écrit une histoire sociale de la révolution (pour prolonger les catégories marxistes et l'idée de la lutte des classes comme moteur historique) au détriment d'une histoire politique (ce qu'il définissait comme "les rapports des Français au pouvoir), comme si les deux dimensions étaient opposées. La préface avait une tonalité paradoxalement encore plus idéologique que les textes de Marx sur 1848.

Mais peut-être qu'Eribon maintient aussi, à gauche, la même opposition du social et du politique. Les déterminismes qui expliquent la pauvreté de sa famille et ses limite culturelles sont sociaux, et ancrés sur le temps long (remontée vers la seconde guerre mondiale), alors que la lutte est sur un plan politique messianique ("s'ils cessaient de voter F.N., il y aurait peut-être un espoir"; "ils attendent juste d'être représentés"). Il y a des constats percutants ("les extrêmes se rejoignent en fait au centre") mais aussi une limite (les luttes politiques ne sont pas les luttes sociales, et seules les premières sont valorisées et collectivisées, le seul sujet social étant l'individu).
Sur la thématique des réfugiés, l'opposition entre compassion et rejet n'est pas structurée actuellement par des partis (comme c'était peut-être le cas à l'époque de Saint Bernard en 1996). Le mouvement de contestation des réformes de Macron a l'heure actuelle me paraît aussi plus venir de la base et est peu relayé politiquement, ni par MMélenchon, ni d'ailleurs (c'est idéoloquement peu suprenant, mais tactiquement intéressant) par le F.N.
Il me semble qu'Eribon considère que le pouvoir ne relève que du côté politique de l'alternatibve, et non du social (qui est avant tout un champ de déterminisme subi), on comprend alors le sens du monlogue sur l'amour à la fin (par ailleurs assez beau) : assigner à la politique le but, peut-être irréaliste, de restituer aux sujets leurs corps, leur sexualité, que la domination (culturelle avant d'etre économique) leur a volé (dès lors qu'ils entraient dans l'âge adullte). Mais il me semble que ce choix de mise en scène cotnredit justement ce qu'Eribon décrit comme un doute ou une incertitude le tenaillant : Retour à Reims est le récrit d'un éveil à l'autee, d'une prise en compte de sa souffrance, amenée par l'impuissance et la compréhension d'un aveuglement. La pièce continue à transférer le discours du rachat et de l'émancipation de l'ordre éconoimique vers le sexuel (et mécomprend la valorisation du populisme par Eribon, qui préfigure le discours actuel de la gauche).
Il me semble également que le retour sur sa famille d'Eribon est aussi une prise de distance sur le Michel Foucault de l'après bio-pouvoir, qui énonce- justement la péremption du clivage entre champ social et champ politique et le basculement d'un régie politique contractuel (fondé sur l'aurotiré et la représentation) vers des normes immanentes, diffuses et omniprésentes.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 29 Oct 2017, 18:27 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1422
Ceci dit, la suite du texte de Furet contient un commentaire intéressant du Contrat Social de Rousseau. Mais extrêmement abstrait, encore plus que les commentaires de Leo Strauss sur le droit naturel. En substance, Furet dit que puisque le Tiers Etat et Sieyes tenaient un discours dont ils savaient qu'il relevait de l'histoire des idées et de l'idéologie, la révolution n'a pas eu besoin de rupture sociale pour prendre place, et n'en a crée aucune, ce fut un évènement politique, non un évènement social. L'idéologie est simplement le discours qui ne tolère pas l'oubli entre la conscience des valeurs qui le fondent et son application, ou encore une forme de conscience de soi transférée du sujet vers son discours.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Topic Théâtre
MessagePosté: 09 Fév 2018, 09:45 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2012, 13:20
Messages: 4549
Image

Très bonne pièce de théâtre de Cambrai. Adaptation brillante pour le théâtre du roman d' Oscar Wilde grâce une très bonne mise en scène pourtant économe en décor mais utilisant parfaitement les jeux de lumière. Les 4 acteurs jouant sur scène ( et non 6 comme le laisse suggérer l'affiche car pour le rôle de Dorian Gray et celui féminin, les acteurs peuvent changer selon les dates de tournée) sont tous bons. Particulièrement Arnaud Denis ( jouant ici Gray) et Thomas Le Douarec qui signe aussi la mise en scène.
Cela chante parfois, est glaçant tout en faisant rire aussi. Sans oublier de mettre en avant les bons mots de Wilde.

A voir


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 865 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 54, 55, 56, 57, 58

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Théâtre

Innamoramento

0

679

20 Avr 2006, 00:35

Innamoramento Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. places gratuites pour le théâtre

Zad

1

604

12 Avr 2007, 13:05

jaimebonlesflutes Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web