Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Mai 2018, 23:45

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 111 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 16 Sep 2014, 15:52 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 9813
Purifions l'horrible poème de Tom :twisted: avec de la poésie américaine :

The Dance of Life, de Conrad Aiken

Gracious and lovable and sweet,
She made his jaded pulses beat,
And made the glare of streets grow dim
And life more soft and hushed for him....
Over her shoulder now she smiled
Trustfully to him, like a child,
The while her fingers gayly moved
Along these white keys dearly loved,
Making them laugh a jocund measure,
Making them show and sing her pleasure....
A smile that dwelt upon his eyes,
To see what mood might therein rise,--
What point of soft light seen afar
Which might dilate to moon or star....
A smile that for a second space
Brooded wistfully on her face,
Opening soft her spirit's door,
Disclosing depths undreamed before:
Passionate depths of half-seen flame,
Young loveliness despising shame,
Desire that trembled to meet desire,
And fire that yearned to fuse with fire....
And lightly then she turned away,
Ironic music rippled gay,--
Subtle sarcastic flippancies
Disguising speechless ecstasies...
"Play something else..." He rose to turn
The pages, while the deep nocturne
Struck slow rich chords of plangent pain,
Beautiful, into heart and brain;
A tortured, anguished, suffering thing
That seemed at once to cry and sing;
Despairing love that strove to find
The face beloved with fingers blind.
He saw her body's slender grace,
This drooping shoulder, shadowed face;
All of her body, hidden so
In saffron satin's flush and flow,--
Its white and simple loveliness,--
Came on his heart like giddiness,
Seductive as this music came;
Until her body seemed like flame,--
Intense white flame, so swiftly moving
That it gave scarcely time for loving;
But rapid as the sun she seemed,
A blinding light that flowed and streamed
And sang and shone through roaring space....
The sun itself! for now her face,
Wherein this music's whole soul dwelt,
Drew him like helpless star, he felt
A fierce compulsion, reckless, mad,
A sweet compulsion, troubled, glad,
His trembling hands went out to her,
Her cool flesh made his senses blur;
While, head thrown backward, sinking dim,
She opened wide her soul to him....
Past his life went whirls of lights,
Chaos of music, days and nights,
Her wild eyes yearned to lure him in
And close him up in dark of sin,
To lure him in and drink him down
And all his soul in love to drown....
Her nakedness he seemed to see.
And breast to breast, and knee to knee,
Tremulous, breathless, swaying, burning,
Body to beautiful body yearning,
In joy and terror, flesh to flesh,
They flamed in passion's fine red mesh,--
Living in one short breath again
The cosmic tide's whole bliss and pain,
Darkness and ether, nebulous fire,
Vast suns whirled forth by vast desire,
Huge moons flung out with monstrous mirth
And stars in glorious hells of birth,
All jubilating, blazing, reeling,
An orgiastic splendor wheeling,
Moon torn from earth and star from sun
In screaming pain, titanic fun,
And stars whirled back to sun again
To be consumed in flaming pain!...
In them at last all life was met:
They were God's self! This earth had set.
Mad fires of life sang through their veins,
Ruinous blisses, joyous pains,
Life the destroyer, life the breaker,
And death, the everlasting maker....

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Sep 2014, 17:45 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 19:55
Messages: 5526
J'aime bien, sans plus.

Dans un genre proche de Houellebecq mais en vrai poète, Gottfried Benn, médecin militaire allemand qui fut ensuite spécialiste des maladies vénériennes, poète expressionniste à ses heures, dont certains des leitmotifs étaient les alcooliques, les prostituées et les cadavres. Je suis pas un fan absolu (sur la longueur, c'est un peu la charogne de Baudelaire à répétition), mais là, même traduit, il y a quelque chose.

Cycle

La molaire solitaire d'une putain
morte ignorée
était aurifiée.
Les autres dents s'étaient détachées comme sur un
accord tacite.
L'employé de la morgue arracha celle-là aussi,
la mit en gage et puis alla danser,
car, dit-il,
seule la terre doit retourner à la terre.
Belle jeunesse

La bouche d'une fillette qui avait séjourné
longtemps dans les roseaux
paraissait si rongée.
Lorsqu'on ouvrit sa poitrine l'œsophage était
si criblé.
On trouva finalement dans une tonnelle sous le diaphragme
un nid de jeunes rats.
L'un des tout petits frères était mort.
Les autres se nourrissaient du foie et des reins,
buvaient le sang glacé et avaient
passé là une belle jeunesse.
Belle et rapide vint aussi leur mort
On les jeta tous ensemble dans l'eau.
Ah, il fallait voir comme les petits museaux piaulaient!
Requiem

Deux sur chaque table. Hommes et femmes
tête-bêche. Proches, nus, néanmoins sans souffrance.
Le crâne ouvert. La poitrine béante.
Les corps enfantent à présent pour une ultime fois.
Chacun trois jattes pleines : de la cervelle aux testicules.
Et le temple de Dieu et l'écurie du Diable,
poitrine contre poitrine à présent au fond
d'un baquet,
ricanent du Golgotha et du péché.

Le reste dans des cercueils. Rien que des nouveau-nés
jambes d'hommes, poitrines d'enfants et poils de femme.
J'ai vu le fruit de deux qui un jour forniquèrent
posé là, comme s'il sortait d'un ventre de mère.

_________________
Nothing and no one can save you! Abandon hope now! Here's what you can do :
1. Admit you are a semi-evolved ape-thing mercifully ignorant of the sanity-blasting truths of the greater cosmos.
2. Die.
3. Rot.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Sep 2014, 17:47 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 19:55
Messages: 5526
Tom a écrit:
Et celui de papadoc, en première page, qu'en pensez-vous ?

Il est plutôt représentatif de ce que la poésie est devenue : un truc d'amateurs, avec une blagounette à la fin.

_________________
Nothing and no one can save you! Abandon hope now! Here's what you can do :
1. Admit you are a semi-evolved ape-thing mercifully ignorant of the sanity-blasting truths of the greater cosmos.
2. Die.
3. Rot.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Sep 2014, 17:51 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18207
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Très bon Gottfried Benn je connaissais pas.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Sep 2014, 18:12 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 9813
Scythe, tu as lu de la poésie russe ? Akhmatova, Mandelstam, Pasternak, tu aimes ?

Ne pas parler russe est un de mes grands regrets, je l'avoue. Faudrait que je m'y mette.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Sep 2014, 18:18 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11830
Vous lisez de la poésie traduite ? Il reste vraiment quelque chose de l'original ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Sep 2014, 18:24 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 9813
Tom a écrit:
Vous lisez de la poésie traduite ? Il reste vraiment quelque chose de l'original ?


Pour traduire de la poésie, il faut un grand traducteur. C'est une rencontre rare, mais pas impossible.

(Il y a de très belles traduction d'Akhmatova trouvables sur le net anglophone, par exemple)

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Sep 2014, 21:30 
Hors ligne
Expert

Inscription: 28 Mar 2014, 10:03
Messages: 283
Vu qu'on ne cite que des joyeux (et fameux) lurons, on peut faire écho à Aiken avec son copain, T.S. Elliot (on doit toujours lire un homme qui a le bon goût de citer Conrad en introduction )

The hollow men, le poème dont tout le monde connaît la fin et pas grand monde le reste.

T.S.Elliot a écrit:

Mistah Kurtz—he dead.

A penny for the Old Guy

I
We are the hollow men
We are the stuffed men
Leaning together
Headpiece filled with straw. Alas!
Our dried voices, when
We whisper together
Are quiet and meaningless
As wind in dry grass
Or rats' feet over broken glass
In our dry cellar

Shape without form, shade without colour,
Paralysed force, gesture without motion;

Those who have crossed
With direct eyes, to death's other Kingdom
Remember us—if at all—not as lost
Violent souls, but only
As the hollow men
The stuffed men.

II
Eyes I dare not meet in dreams
In death's dream kingdom
These do not appear:
There, the eyes are
Sunlight on a broken column
There, is a tree swinging
And voices are
In the wind's singing
More distant and more solemn
Than a fading star.

Let me be no nearer
In death's dream kingdom
Let me also wear
Such deliberate disguises
Rat's coat, crowskin, crossed staves
In a field
Behaving as the wind behaves
No nearer—

Not that final meeting
In the twilight kingdom

III
This is the dead land
This is cactus land
Here the stone images
Are raised, here they receive
The supplication of a dead man's hand
Under the twinkle of a fading star.

Is it like this
In death's other kingdom
Waking alone
At the hour when we are
Trembling with tenderness
Lips that would kiss
Form prayers to broken stone.

IV
The eyes are not here
There are no eyes here
In this valley of dying stars
In this hollow valley
This broken jaw of our lost kingdoms

In this last of meeting places
We grope together
And avoid speech
Gathered on this beach of the tumid river

Sightless, unless
The eyes reappear
As the perpetual star
Multifoliate rose
Of death's twilight kingdom
The hope only
Of empty men.

V
Here we go round the prickly pear
Prickly pear prickly pear
Here we go round the prickly pear
At five o'clock in the morning.

Between the idea
And the reality
Between the motion
And the act
Falls the Shadow
For Thine is the Kingdom

Between the conception
And the creation
Between the emotion
And the response
Falls the Shadow
Life is very long

Between the desire
And the spasm
Between the potency
And the existence
Between the essence
And the descent
Falls the Shadow
For Thine is the Kingdom

For Thine is
Life is
For Thine is the

This is the way the world ends
This is the way the world ends
This is the way the world ends
Not with a bang but a whimper.

_________________
ART: Ça mène à l'hôpital. A quoi ça sert, puisqu'on le remplace par la mécanique qui fait mieux et plus vite.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Sep 2014, 23:51 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11830
Tiens, je me demande si les whisper men de Doctor Who,

Image

personnage qui d'ailleurs ne s'expriment qu'en vers, ne sont pas inspirés de ce poème : y a des ressemblances troublantes, tant sur les personnages que concernant le paysage décrit (et ce serait pas la première fois que la série prendrait appui sur la poésie anglaise, y avait déjà eu du Christina Rossetti).

MON APPORT.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 17 Sep 2014, 08:48 
Hors ligne
Expert

Inscription: 28 Mar 2014, 10:03
Messages: 283
Hm, je ne connais pas Doctor Who ( :oops: ) du coup, je suis bien incapable de te le dire, mais il y a de fortes chances que ce soit le cas. Le nombre de reprises/citations de ce poème est incroyable (dans le ciné, je pense immédiatement à Southland Tales, a Coppola, je l'ai entendu dans un episode de mad men également, mais c'est cité à foison dans tous les domaines et, en cherchant bien, on pourrait faire une liste assez impressionnante à mon avis)

C'est intéressant que tu évoques les reprises/citations puisqu'on ne compte plus les références aux textes/poèmes "importants" dans les objets culturels contemporains (surtout destiné à un grand public) mais, à côté de cela, le genre poésie apparaît quelque peu dévitalisé aujourd'hui.

Je connais peu la poésie contemporaine, ceci explique peut être cela, mais je n'ai pas connaissance d'artistes majeurs, ou de courant bien défini actuel. La "poésie" s'est déplacé vers d''autres supports: le spoken word, le slam, le cinéma, des choses plus "mainstream", en se "dégradant" d'une certaine façon. Il n'y a qu'à voir les critiques de ciné, on ne compte plus le nombre de film/mise en scène/etc etc.. "poétique". (ou onirique/envoûtant/rayer la mention inutile)

Ça va avec une économie et une politique des maisons d'éditions aussi, ce n'est pas rentable de publier des recueils de poèmes, qui en lit aujourd'hui ? Et il n'y a qu'à voir la majorité des "choses" (je vais éviter d'être trop péjoratif, mais bon...) de la rentrée littéraire pour confirmer cela..

"everybody is clever nowadays", comme on dit...

_________________
ART: Ça mène à l'hôpital. A quoi ça sert, puisqu'on le remplace par la mécanique qui fait mieux et plus vite.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 17 Sep 2014, 18:49 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11830
Ce n'est pas simplement parce que la poésie a été reprise dans la chanson ? (un croisement, tout bêtement, du poème et de la musique ?)

Bon, peut-être plus probablement parce que le récit étant absent, ça demande un effort de lecture qui a pas survécu au désintérêt croissant pour les livres.

Coppola, tu penses à quoi ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 17 Sep 2014, 18:57 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4436
Tom a écrit:
Coppola, tu penses à quoi ?

Récité par Kurtz dans Apocalypse Now.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 17 Sep 2014, 19:02 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11830
Ah oui, effectivement !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 18 Sep 2014, 00:25 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 1573
Ce que je viens de lire...et comme le topic vient de remonter. Ce n'est pas classé en poésie mais ça pourrait l'être. C'est très beau

Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Nov 2014, 00:14 
Hors ligne
Expert

Inscription: 28 Mar 2014, 10:03
Messages: 283
Je redécouvre Celan (oui, il est temps), qui me frustre de ne pas connaître l'allemand. "Il y a encore des chants à chanter au-delà des hommes."

“Speak you too,
speak as the last,
say out your say.

Speak-
But don’t split off No from Yes.
Give your say this meaning too:
Give it the shadow.

Give it shadow enough,
Give it as much
As you know is spread round you from
Midnight to midday and midnight.

Look around:
See how things all come alive-
By death! Alive!
Speaks true who speaks shadow.

But now the place shrinks, where you stand:
Where now, shadow-stripped, where?
Climb. Grope upwards.
Thinner you grow, less knowable, finer!
Finer: a thread
The star wants to descend on:
So as to swim down beliow, down here
Where it sees itself shimmer:in the swell
Of wandering words.”

_________________
ART: Ça mène à l'hôpital. A quoi ça sert, puisqu'on le remplace par la mécanique qui fait mieux et plus vite.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 111 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web