Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 18 Oct 2018, 17:18

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 26 Sep 2018, 19:01 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72379
Localisation: Fortress of Writing
Cas sans précédent dans l'Histoire du cinéma, un scénariste embauché en tant qu'acteur dans un second rôle dans l'espoir, avéré vain, qu'il réécrirait le scénario, en écrit et réalise 30 ans plus tard la troisième suite (et sixième film de la franchise).

Le choix de Shane Black pour ressusciter la licence Predator est d'autant plus étonnant que l'auteur s'est plutôt spécialisé dans l'écriture de polars, souvent d'action. Toutefois, ce serait oublier que son premier scénario, écrit avant L'Arme fatale mais sorti après, était le méconnu Monster Squad de Fred Dekker, qui co-signait le script de ce "Les Goonies x les monstres Universal".
Pour le meilleur et pour le pire, Black retrouve Dekker à l'écriture de cette nouvelle incursion dans l'horreur et cette réunion en dit long à elle seule sur la nature du projet.

En effet, alors que le cinéaste disait vouloir en faire un "événement", avec un budget similaire à celui de son propre Iron Man 3, The Predator, aussi fun soit-il, ne propose rien d'aussi intelligent que le précédent blockbuster de Black, un film à la fois estampillé de la marque de son auteur et qui peut se targuer d'être le meilleur Marvel et un des meilleurs film de super-héros.
S'il lance quelques pistes intéressantes, The Predator semble se satisfaire de n'être qu'une grosse série B.

Dans ma bouche, le terme n'est absolument pas péjoratif mais sert à situer les ambitions et par conséquent les limites du film. D'ailleurs, durant toute la première heure, je me suis régalé (après, je préviens, on est genre 3 sur 50 à rire). Une fois de plus, l'humour cher à Black caractérise le film et sert à nouveau le parti-pris du scénariste, visant toujours plus loin dans la désacralisation de la figure du héros, des has been de Kiss Kiss Bang Bang aux détectives ratés de The Nice Guys en passant par un super-héros handicapé par son alter ego et en proie au stress post-traumatique. Ce qui était jadis une idée novatrice (Martin Riggs veuf et suicidaire dans L'Arme fatale) est devenu un cliché à tourner en dérision (le fils que Jack Slater n'a pas réussi à sauver dans Last Action Hero) mais cette notion a continué de travailler Black (l'agent amnésique d'Au revoir à jamais) jusqu'à exploser dans The Predator qui remplace les super soldats bodybuildés du film de 1987 et la compilation des "meilleurs tueurs sur Terre" de Predators par une bande de vétérans tarés et un gamin autiste. Du pur Black qui fait ainsi une entorse aux codes du genre et s'approprie le matériau avec son humour. Le film de John McTiernan s'amusait déjà à déviriliser des parangons de machisme en les rendant totalement impuissants face à la bête et Black creuse à la fois cette idée et sa propre question sur ce qu'est un héros.

De plus, le récit s'amuse à jouer un tant soit peu avec la mythologie, tantôt pour l'étendre en exploitant un détail, tantôt de façon plus iconoclaste.
Géniale blague sur le nom même de la créature.
Montré clairement d'entrée, le Predator passe même par un laboratoire - rien de plus risqué vis-à-vis du mythe que de le foutre sous des néons cliniques et de disserter dessus - mais sans que cela n'enlève jamais rien du badass de la créature. Joyeusement sanglant, le film regorge d'ailleurs de petites idées jouissives dans les scènes où le Predator s'attaque aux humains.

Toutefois, le film abandonne toute réflexion à mi-chemin. Il décide par exemple de ne presque rien faire de ce personnage d'enfant, une donnée devenue invariable dans les scénarios de Black depuis Le Dernier samaritain, à l'exception de Kiss Kiss Bang Bang. Comme presque tous les autistes de fiction, c'est un savant qui apprend ici la langue des extra-terrestres tel un Rain Man mais alors que le rapport au langage est une thématique récurrente de l’œuvre de McTiernan, le film ne s'en sert que comme raccourci scénaristique.

Apparemment, le troisième acte se déroulait initialement en plein jour et suite aux projections-test, il n'a été intégralement retourné que pour situer l'action de nuit, mais on en vient à se demander si d'autres choses n'ont pas disparu en route tant cette deuxième moitié de film ne sait plus quoi faire à part clore une intrigue relativement basique dans un climax fonctionnel. On sait d'ailleurs qu'un personnage de général interprété par Edward James Olmos a été entièrement coupé au montage et les premières séquences du film paraissent également se précipiter.

Réalisant que tout le monde avait remarqué qu'il situait toujours ses films à Noël, une période d'exacerbation des émotions, positives comme négatives, et donc de réflexion selon l'auteur, Black a voulu changer et décide de situer l'action de The Predator durant Halloween. Un choix plutôt représentatif de sa démarche au final qui semble être "on va se déguiser et on va faire des farces et s'amuser". Cela a le mérite de marcher un temps au moins.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 26 Sep 2018, 20:52 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Nov 2015, 05:09
Messages: 719
Pour celui qui n'est pas familier avec l'univers de Shane Black, ce film est quand même une abomination. Je vois bien les références amusantes avec les précédents films qu'il a scénarisé ou réalisé. Mais j'en suis encore à me demander en quoi cela apporte un impact et surtout une cohérence à ce nouveau Predator, même en le situant dans la filmographie du cinéaste.

J'ai vraiment eu l'impression que le réalisateur s'est retrouvé piégé dans ce projet, soit contre son gré, soit de façon tout à fait volontaire (peut-être a t-il voulu en faire trop). À un certain moment du film, on se demande même si Shane Black n'est pas en train d'auto-détruire volontairement son propre film (ou bien est-ce le spectateur qu'il essaie de troller?). Les 45 dernières minutes sont les plus chaotiques que j'ai vu ces dernières années. J'imaginais Shane Black, la tête dans une montagne de cocaĩne entre chaque prise, tellement tout est survolté et incompréhensible. Les réactions des personnages et les retournements de situation sont tellement "WTF" qu'il est absolument impossible de ressentir quoi que ce soit. L'avalanche des plans ne fait aucun sens, et les actions des personnages sont précipités, sans développement aucun. On ne comprend que dalle. Et le dernier plan sur le Predator, et sa finalité, est d'un risible effarant (oui oui, le fondu enchaîné ultra rapide). La gestion du rythme et des ambiances est abominable dans l'ensemble. Et on ne sait pas ce que le film raconte dans tout ça. Il n'y a aucun sous-texte, c'est bien ça le pire.

Le McTiernan était drôle, mais les ambiances étaient aussi travaillées, et le propos était subtil. Ici, la gestion de l'horreur est complètement foiré du début à la fin. Et il n'y a aucun propos. Je ne comprend pas ce qu'est ce film.

Je mets 1/6, car l'équipe de cinglés fonctionne bien à certains moments. J'ai quand même ri ici et là. Mais ça ne fait pas un film.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Iron Man 3 (Shane Black, 2013)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 14, 15, 16 ]

Film Freak

227

8146

29 Avr 2015, 10:37

Castorp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Nice Guys (Shane Black, 2016)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

27

1991

01 Nov 2016, 18:50

Massinfect Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Black Panther (Ryan Coogler, 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 5, 6, 7 ]

Film Freak

104

6193

21 Juil 2018, 22:03

deudtens Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Kiss Kiss, Bang Bang (Shane Black - 2005)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Ozymandias

35

4298

23 Mai 2016, 11:54

Jerónimo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Predator (John McTiernan, 1987)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Mickey Willis

25

2404

11 Jan 2014, 19:23

noisette 7 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Primer (Shane Carruth, 2004)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Le Pingouin

27

1693

04 Oct 2017, 08:45

Jerónimo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. This is England (Shane Meadows, 2007)

Jericho Cane

4

842

25 Nov 2007, 19:47

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Numéro 9 (Shane Acker, 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Art Core

18

1315

18 Jan 2010, 11:10

Pandor Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Somers Town (Shane Meadows - 2009)

Blissfully

12

605

18 Juin 2009, 15:22

sponge Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Upstream color (Shane Carruth - 2013)

DPSR

8

1162

13 Sep 2017, 22:58

Puck Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web