Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 22 Sep 2019, 23:25

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 54 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Sunset (László Nemes, 2019)
MessagePosté: 21 Mar 2019, 18:05 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 19901
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Image

1913, au cœur de l’empire austro-hongrois.
Irisz Leiter revient à Budapest après avoir passé son enfance dans un orphelinat.
Son rêve de travailler dans le célèbre magasin de chapeaux, autrefois tenu par ses parents, est brutalement brisé par Oszkar Brill le nouveau propriétaire.
Lorsqu’Írisz apprend qu'elle a un frère dont elle ne sait rien, elle cherche à clarifier les mystères de son passé.
A la veille de la guerre, cette quête sur ses origines familiales va entraîner Irisz dans les méandres d’un monde au bord du chaos.


Beaucoup moins facile à appréhender que Le fils de Saul, Sunset n'en reste pas moins un sacré morceau de cinéma. Cependant le contexte historico-politique est flou (Budapest, 1913), les circonvolutions du récit (pourtant simple) sont nimbées de mystères et de choses inexpliquées, le personnage principal est difficilement lisible etc... Je me disais pendant la séance que ça aurait dû être ça le premier film de Nemes tant tout son système y est mais que le film est naturellement handicapé par son côté brutalement austère alors que Le fils de Saul a un aspect évidemment plus immédiatement universel.

En tout cas c'est un deuxième film à l'image du réalisateur, radical et sans compromis qui développe son style et son "système" si l'on peut dire d'une magnifique manière. On retrouve donc cette mise en scène faite de plans longs qui sont tous composés autour de la figure principale. Toujours ce jeu permanent entre le premier plan, elle, et tout l'univers du film qu se déploie au second dans un jeu de flou/net constant qui laisse entrevoir cet impressionnant bouillonnement budapestois du début du siècle. Surtout comme dans Le fils de Saul, le personnage principal est un personnage investi d'une mission et qui est sans cesse en mouvement, qui ne parvient pas à rester en place. Ce qui rend le film parfois difficile à cerner est que justement cette mission paraît obscure, on a du mal à comprendre, ce qu'elle veut, ce qu'elle cherche autre que le fait de découvrir qui elle est, de démêler la vérité du mensonge, la réalité de la fiction.

Toutefois tranquillement le film déroule peu à peu quelque chose de fascinant, une espèce de chaos social qui gronde et qui est prêt à exploser à la moindre étincelle. On pense pas mal au Ruban Blanc, où on retrouve un peu cette sensation d'une guerre qui gronde et où un village devient métonymique de l'Europe entière. C'est un peu la même chose ici. La course effrénée du personnage semble être parallèle à la marche de l'Histoire, inarrêtable vers une inévitable chute dans un conflit sans honneur ni gloire. Ici les révolutionnaires sont des bêtes sanguinaires et les bourgeois décadents des dévoreurs de femmes. On sait tous que Nemes a été assistant de Bela Tarr pendant L'homme de Londres et difficile de ne pas y penser dans la description presque onirique de ce monde qui s'effondre peu à peu. Il y a d'ailleurs un moment quasiment emprunté aux Harmonies Werckmeister quand soudain la foule révolutionnaire se met à marcher en avant et que la caméra suit le mouvement avec le personnage principal emporté à l'avant comme dans une vague. L'effet est très impressionnant.

Que dire de ce dernier plan qui impose définitivement Nemes comme un réalisateur mégalo comme on en fait plus. Comment a-t-il bien pu convaincre des producteurs de créer ce décors magnifique, ces tranchées immédiatement si réelles et horribles pour un seul plan (mais quel plan) qui termine le film de façon magistral et rattrape soudainement les wagons de l'histoire. Seul plan qui va chercher le personnage d'ailleurs et dans la dialectique du film ça veut soudain tout dire. Elle a trouvé ce qu'elle cherchait (sa place) et elle n'a plus besoin de la force vive du film pour la porter en avant.

Je mentirai si je disais que le film n'est pas un poil trop long ou parfois distendu mais le geste de cinéma qu'il représente me semble tellement puissant que je suis totalement sous le charme. Quoiqu'on en dise (Nemes est déjà catégorisé "grand auteur pompeux") c'est quelque chose d'assez unique et d'une absence de concession que je trouve férocement admirable. En fait si j'étais chômeur longue durée en fin de de droits je retournerai le voir avec plaisir pour être encore pris dans son mouvement, pour pouvoir mieux m'imprégner de cette manière de nous faire vivre l'épopée intime de ce magnifique personnage de femme. On utilise souvent cette horrible expression "portrait de femme" pour parler des films avec des persos féminins principaux (est-ce qu'on dit c'est un beau portrait d'homme ?) sauf qu'ici le portrait est littéral, c'est vraiment la manière de saisir un visage, une nuque, un chignon, d'essayer de lire ce visage, cette nuque, ce chignon. D'y déceler, parmi sa dureté, le trouble, le tressaillement, la sidération. Rien que ça, fait que la vision de ce portrait vivant est passionnant et forcément bouleversant (je repense à ce premier plan aussi d'ailleurs, où elle semble ailleurs, n'écoutant pas les vendeuses qui lui présentent les chapeaux comme le pressentiment d'une trajectoire hors sol).

Quelle tristesse que ce film sorte si fraîchement, il va faire dix fois moins d'entrées que Le fils de Saul (200 000). Là s'il en fait 30 000 ce sera déjà bien. C'est pourtant parmi ce que vous verrez de plus beau et fort au cinéma cette année. Mais continuez de vous astiquer sur Marvel pas de soucis :roll: .

5/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Mar 2019, 18:14 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10124
Art Core a écrit:

Quelle tristesse que ce film sorte si fraîchement, il va faire dix fois moins d'entrées que Le fils de Saul (200 000). Là s'il en fait 30 000 ce sera déjà bien. C'est pourtant parmi ce que vous verrez de plus beau et fort au cinéma cette année. Mais continuez de vous astiquer sur Marvel pas de soucis :roll: .
Liam préfère mater Gaston Lagaffe 8)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Mar 2019, 18:18 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 19901
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
lol, j'ai failli le mettre en plus (déjà que ma remarqu sur Marvel est un troll).

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Mar 2019, 18:35 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 5721
Tu trolles à peine, j’ai vu passer un sondage où le prochain Avengers est deux ou trois fois plus attendu que Dune, Once Upon ou le Nolan. Ces gens existent.

Autrement j’irai le voir sur ton conseil (n’aimant pas Le Fils de Saul), LOL pour le « chômeur en fin de droits », et il faut que tu écrives quelque part.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Mar 2019, 19:56 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 17765
Localisation: Paris
Déjà-vu a écrit:
et il faut que tu écrives quelque part.


FDC lui tend les bras !

Sinon énorme attente pour ce film, encore plus après avoir lu le message de Artcore.

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Mar 2019, 20:00 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 19901
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Déjà-vu a écrit:
Tu trolles à peine, j’ai vu passer un sondage où le prochain Avengers est deux ou trois fois plus attendu que Dune, Once Upon ou le Nolan. Ces gens existent.

Autrement j’irai le voir sur ton conseil (n’aimant pas Le Fils de Saul), LOL pour le « chômeur en fin de droits », et il faut que tu écrives quelque part.


Hé hé merci mais j'écris ici c'est déjà bien suffisant :o.

Sinon si t'as pas aimé son premier j'ai du mal à croire que tu aimes celui là mais à toi de voir.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Mar 2019, 20:08 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10124
Moi j'ai aimé son premier et tu m'as convaincu. J'y vais ce week-end.


Dernière édition par Abyssin le 21 Mar 2019, 22:48, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Mar 2019, 21:56 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18631
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Pour moi Le Fils de Saul c’est du 6/6, déjà.
Le scénar m’était un peu tombé des mains et certains échos de Venise ne m’ont pas rassuré, mais j’ai vraiment hâte de le découvrir. Chauffé par Art Core!
Je le vois demain.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Mar 2019, 10:09 
Hors ligne
Titilleur

Inscription: 06 Juin 2018, 09:02
Messages: 68
Je n'ai jamais vraiment été convaincu par le Fils de Saul, mais voilà un retour qui donne envie.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Mar 2019, 10:30 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 19901
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Vous êtes gentils mais vraiment si vous avez pas aimé Le fils de Saul, les possibilités que vous aimiez celui-là me semblent infimes (mais allez-y quand même hein).

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Mar 2019, 11:06 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 10124
J'ai adoré Le fils de Saul et j'ignorais totalement que son nouveau film était sorti donc je te remercie.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Mar 2019, 11:08 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18631
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Abyssin a écrit:
j'ignorais totalement que son nouveau film était sorti

:shock: :?:
Tu ne suis pas un peu l'actu des sorties, des festivals..? WTF

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Mar 2019, 11:10 
Hors ligne
Sir Flashball
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 12430
Arnotte a écrit:
Abyssin a écrit:
j'ignorais totalement que son nouveau film était sorti

:shock: :?:
Tu ne suis pas un peu l'actu des sorties, des festivals..? WTF


Il pensait que c'était un film de Richard Linklater.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Mar 2019, 11:12 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Fév 2016, 20:06
Messages: 3704
Localisation: - L Y O N -
Castorp a écrit:
Arnotte a écrit:
Abyssin a écrit:
j'ignorais totalement que son nouveau film était sorti

:shock: :?:
Tu ne suis pas un peu l'actu des sorties, des festivals..? WTF


Il pensait que c'était un film de Richard Linklater.


Ou le remake par le réal de La Tour Montparnasse Infernale.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Mar 2019, 11:21 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 19901
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Honnêtement en France on en a quasiment pas parlé, j'ai pas vu une seule affiche dans Paris (alors que je vois partout des affiches de ce film au titre horrible, Du miel plein la tête), il sort dans l'indifférence d'un film hongrois de 2h20, il est pas passé par Cannes etc...

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 54 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le fils de Saul (Laszlo Nemes - 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

DPSR

77

4490

27 Sep 2016, 13:09

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Équipée sauvage (Laszlo Benedek, 1953)

Mister Zob

1

521

27 Aoû 2007, 21:50

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Before Sunrise /Before Sunset (Richard Linklater)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Mr Chow

43

3353

22 Juil 2013, 14:22

The Xcapist Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Before sunset (Richard Lindtaker - 2005)

Cosmo

10

1178

10 Sep 2008, 23:18

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sunset Song (Terence Davies - 2015)

DPSR

7

744

04 Avr 2016, 10:32

Lohmann Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Border (Ali Abassi, 2019)

Abyssin

9

584

25 Mar 2019, 11:44

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Us (Jordan Peele, 2019)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Film Freak

31

1890

10 Sep 2019, 12:31

Billy Budd Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Kid Who Would Be King (Joe Cornish, 2019)

Film Freak

2

413

30 Jan 2019, 11:07

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Dumbo (Tim Burton, 2019)

Film Freak

5

617

30 Mar 2019, 11:17

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Dead Don't Die (Jim Jarmusch - 2019)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Qui-Gon Jinn

25

1272

03 Juin 2019, 16:47

Slacker Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 12 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web