Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 20 Juin 2018, 01:25

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 42 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 26 Fév 2015, 23:45 
Hors ligne
Connaisseur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Déc 2013, 03:31
Messages: 109
C'est encore l’inénarrable Nicolas Cliet-Marrel...
http://www.columboy.com/


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 10:38 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10588
Localisation: Previously on Premiere
Puck a écrit:
Bonne réa, le film est naturel et propose une ambiance intéressante, même si déjà vue.


J'aime bien le plan lointain des deux gars qui se bastonnent (façon The Yards) et le champ contre/champ inversé dans la voiture (le passager de derrière qui regarde à gauche, le conducteur qui regarde à droite). La fin est toute mignonne et je n'ai pas spécialement d'avis sur le ralenti = il marche donc c'est sûrement bien.

Globalement, je trouve le film sympathique, trop long bien sûr, trop lisible, bref trop trop par petites touches = pas assez quelque chose. Mais sans faute de goût ! Il manque un truc pour vraiment accrocher - un sujet ? - même si ton comédien principal est assez chouette, vraiment. Il me fait penser à Duvauchelle jeune, et ton film a d'ailleurs des airs de Petit Voleur de Zonca. En fait je trouve qu'il manque peut-être la ville elle-même, où t'as tourné, comme personnage du film.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 11:26 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18333
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Ton film a beaucoup de qualités je trouve. En premier lieu les acteurs sont vraiment bons. Tu arrives à obtenir d'eux quelque chose d'assez intense et juste. Ton acteur principal parvient même à être sincèrement émouvant dans la dernière partie. Ensuite c'est la manière dont tu les filmes, on sent une vraie sensibilité, quelque chose d'un peu fiévreux, d'un peu à fleur de peau et dans les meilleurs moments du film ça fonctionne vraiment très bien.

Le plus gros problème de ton film est simple : c'est tout ce que tu rajoutes par dessus tes personnages et l'émotion que tu veux atteindre. Notamment toute cette histoire de deal culminant avec cette séquence montage sans intérêt et trop longue au milieu de ton film. En fait tu tombes dans un piège que tu te tends toi-même. C'est selon moi le piège du genre. En France et probablement de manière plus générale, le genre est l'ennemi du court métrage. Les courts métrages de genre sont souvent super ratés. Les seuls bons courts métrages polar/action que j'ai pu voir se comptent sur les doigts de la main (notamment les films de Massinfect) mais la plupart du temps c'est naze, c'est totalement vampirisé par ses références, obsédé par une esthétique qui n'est pas la sienne et par une ambition toute déplacée.

Et là toute cette histoire de deal affaiblit bien trop ton film le faisant sortir par moments (heureusement de manière suffisamment sporadique pour ne pas le gâcher totalement) de son sujet principal que sont les personnages, leurs relations, leurs fêlures. J'ai en tête deux exemples vus très récemment. Essaie de mourir jeune où c'est la relation d'un jeune avec son père voleur, magouilleur. On ne sort jamais de la relation, on a pas besoin d'inventer une canevas scénaristique autour des personnages. Le seul qu'on invente vraiment (une histoire de meuf assez glauque) vient apporter de l'épaisseur à la relation, creuser le sujet du film. Un autre c'est le grand prix de Clermont Ton coeur au hasard, un moyen métrage de 40 minutes basé essentiellement sur deux très longues scènes de dialogues. Et ça marche parce que les acteurs sont super bons et que la mise en scène parvient à explorer quelque chose d'assez profond dans les personnages sans qu'on ait besoin de créer un récit tout autour de ça. Alors je ne te dis pas comment tu aurais du faire ton film, les deux exemples que je te cite sont peut-être des films que tu détesterais d'ailleurs. Mais simplement que tu t'éloignes beaucoup trop du coeur de ton sujet à travers un canevas "deal/drogue" sans intérêt déjà vu 5000 fois etc...

J'aurais aimé qu'on reste dans la voiture avec les deux personnages, qu'on se focalise sur eux, sur ce qu'ils ont à dire sur le grand absent etc... C'est plus difficile dans l'écriture parce que ça demande de construire une vraie dramaturgie étendue dans les dialogues et dans la mise en scène. Mais ça paye beaucoup plus. Ça permet d'atteindre des choses beaucoup plus intenses et plus fortes. Et surtout, surtout ça permet de voir une personnalité de cinéaste. Quand on tente de faire du genre comme je l'ai dit on se perd souvent dans une mise en scène qui copie, une mise en scène qui cherche ses références, qui fait appel à etc... Alors que lorsque tu te débarrasses de toutes ses couches superficielles on atteint une forme de vérité brute. Tu la touches dans ton film par moment il n'y a pas de problèmes, c'est juste que selon moi tu t'égares à d'autres. C'est pour ça que je tique un peu quand je lis "mon dernier court avant le long" tellement pour moi je ne vois pas du tout un réalisateur prêt pour le long quand je vois ton film (je te dis pas ça contre toi c'est juste un sentiment). Mais il ne tient qu'à toi de me prouver le contraire.

Après je te dis ça mais j'ai trouvé ton court plaisant, vraiment bien joué une fois de plus et surtout bien écrit avec des choses un peu artificielles sur le papier mais qui fonctionnent très bien
l'histoire de la course racontée au début qui revient à la fin, la révélation sur la mort du frère.
L'émotion finale est brève mais réelle et c'est déjà beaucoup. J'aime bien le plan final au ralenti moi, je le trouve vraiment bien même si peut-être trop court finalement.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 11:39 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Aoû 2005, 23:40
Messages: 16417
Localisation: Lyon
Art Core a écrit:
4
l'histoire de la course racontée au début qui revient à la fin


Ce que j'aime surtout là dedans c'est que ça revient avec un perso qui n'était pas là quand ils en parlent au début. Genre souvenir/devise collectif.

_________________
Hashtag Chaton
Dragon Boules


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 14:05 
Hors ligne
Connaisseur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Déc 2013, 03:31
Messages: 109
Citation:
J'aime bien le plan lointain des deux gars qui se bastonnent (façon The Yards) et le champ contre/champ inversé dans la voiture (le passager de derrière qui regarde à gauche, le conducteur qui regarde à droite). La fin est toute mignonne et je n'ai pas spécialement d'avis sur le ralenti = il marche donc c'est sûrement bien.


J'ai pensé à The Yards quand on l'a fait! Pour le 180, je commence un peu à le malmené avant, durant le dialogue avec Hubert dans l'appart et je le rompt complètement dans la voiture.

Citation:
Il manque un truc pour vraiment accrocher - un sujet ? -

De mon point de vue, je parle de deuil et de déni. Mais tu parles peut-être d'autre chose.

Citation:
même si ton comédien principal est assez chouette, vraiment. Il me fait penser à Duvauchelle jeune, et ton film a d'ailleurs des airs de Petit Voleur de Zonca.

Merci pour lui. C'est vrai! On est proche de ce ton là!

Citation:
En fait je trouve qu'il manque peut-être la ville elle-même, où t'as tourné, comme personnage du film.
Ce qui manque, c'est des boobs!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 14:15 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71772
Localisation: Fortress of Writing
Blaze a écrit:
Citation:
J'aime bien le plan lointain des deux gars qui se bastonnent (façon The Yards) et le champ contre/champ inversé dans la voiture (le passager de derrière qui regarde à gauche, le conducteur qui regarde à droite). La fin est toute mignonne et je n'ai pas spécialement d'avis sur le ralenti = il marche donc c'est sûrement bien.


J'ai pensé à The Yards quand on l'a fait! Pour le 180, je commence un peu à le malmené avant, durant le dialogue avec Hubert dans l'appart et je le rompt complètement dans la voiture.

Je me demandais si c'était volontaire justement... Puis-je demander quelle était la motivation?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 14:49 
Hors ligne
Connaisseur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Déc 2013, 03:31
Messages: 109
Citation:
Ton film a beaucoup de qualités je trouve. En premier lieu les acteurs sont vraiment bons. Tu arrives à obtenir d'eux quelque chose d'assez intense et juste. Ton acteur principal parvient même à être sincèrement émouvant dans la dernière partie. Ensuite c'est la manière dont tu les filmes, on sent une vraie sensibilité, quelque chose d'un peu fiévreux, d'un peu à fleur de peau et dans les meilleurs moments du film ça fonctionne vraiment très bien.

Merci merci!
Citation:
Le plus gros problème de ton film est simple : c'est tout ce que tu rajoutes par dessus tes personnages et l'émotion que tu veux atteindre. Notamment toute cette histoire de deal culminant avec cette séquence montage sans intérêt et trop longue au milieu de ton film. En fait tu tombes dans un piège que tu te tends toi-même.

Je mets pas de bannière spoil, c'est un court, on s'en tape (mais j'évite d'en faire, promis). L'histoire de deal vient pour moi grandement définir en premier lieu qui ils sont, je veux dire qu'on part de l'activité avec le moins d'avenir possible. (J'avoue que j'ai pas choisi l'originalité :) )
Un "métier" dangereux qui a envoyé le grand frère en taule et pourtant le petit fait la même chose. Sauf qu'il ne le fait pas pour l'argent ou une quelconque question sociale (qui serait la cause logique), il le fait pour se foutre la tête dans le mur, pour faire payer à son frère son absence en se servant du seul héritage qu'il lui a laissé selon lui. J'aimais le fait d'utiliser le deal or de la raison sociale (qui devait être celle de son frère - je place un petit mot sur l'absence de la mère qui joue une chouille sur l'aspect social)
La longue séquence de la voiture étant la séquence du plongeon où Hubert, impuissant et lâche, après la séquence de dialogue où je rompt la communication brisant la nuque des 180, voit Morgan s'enfoncer dans son autisme, dans son déni, répétant inlassablement ce qui à coûté la liberté à son frère. Je la vois comme un aspect fantomatique de la présence de Samuel (notamment avec les superpositions d'images qui sont souvent perdues de toute temporalité ou de lieu). Donc je vois le deal comme ce qui rapproche les personnages thématiquement mais les éloigne narrativement.

Citation:
C'est selon moi le piège du genre. En France et probablement de manière plus générale, le genre est l'ennemi du court métrage. Les courts métrages de genre sont souvent super ratés. Les seuls bons courts métrages polar/action que j'ai pu voir se comptent sur les doigts de la main (notamment les films de Massinfect) mais la plupart du temps c'est naze, c'est totalement vampirisé par ses références, obsédé par une esthétique qui n'est pas la sienne et par une ambition toute déplacée.

J'ai pas pensé au genre en le faisant, je cherche toujours la sensibilité. Mais je l'ai peut-être fait de manière inconsciente, honnêtement j'en sais rien, je fais juste des images qui touchent ma sensibilité personnelle et qui me parlent en rapport avec les personnages, leur univers et le thème.
Par contre je te suis totalement sur les "courts de genre", je trouve ça presque tout le temps à chier et boeuf.
Pour les films de Mass, je prends un tout petit merci là dedans, étant le co-auteur de Matriarche.

Citation:
Et là toute cette histoire de deal affaiblit bien trop ton film le faisant sortir par moments (heureusement de manière suffisamment sporadique pour ne pas le gâcher totalement) de son sujet principal que sont les personnages, leurs relations, leurs fêlures. J'ai en tête deux exemples vus très récemment. Essaie de mourir jeune où c'est la relation d'un jeune avec son père voleur, magouilleur. On ne sort jamais de la relation, on a pas besoin d'inventer une canevas scénaristique autour des personnages. Le seul qu'on invente vraiment (une histoire de meuf assez glauque) vient apporter de l'épaisseur à la relation, creuser le sujet du film. Un autre c'est le grand prix de Clermont Ton coeur au hasard, un moyen métrage de 40 minutes basé essentiellement sur deux très longues scènes de dialogues. Et ça marche parce que les acteurs sont super bons et que la mise en scène parvient à explorer quelque chose d'assez profond dans les personnages sans qu'on ait besoin de créer un récit tout autour de ça. Alors je ne te dis pas comment tu aurais du faire ton film, les deux exemples que je te cite sont peut-être des films que tu détesterais d'ailleurs. Mais simplement que tu t'éloignes beaucoup trop du coeur de ton sujet à travers un canevas "deal/drogue" sans intérêt déjà vu 5000 fois etc...

Je pense pas que je détesterai du tout, au contraire, ça me parle beaucoup. J'ai vu Essaie de mourir jeune, j'ai trouvé ça très bon! Même si assez prévisible à mon sens. Mais très bien!

Citation:
J'aurais aimé qu'on reste dans la voiture avec les deux personnages, qu'on se focalise sur eux, sur ce qu'ils ont à dire sur le grand absent etc... C'est plus difficile dans l'écriture parce que ça demande de construire une vraie dramaturgie étendue dans les dialogues et dans la mise en scène. Mais ça paye beaucoup plus. Ça permet d'atteindre des choses beaucoup plus intenses et plus fortes. Et surtout, surtout ça permet de voir une personnalité de cinéaste. Quand on tente de faire du genre comme je l'ai dit on se perd souvent dans une mise en scène qui copie, une mise en scène qui cherche ses références, qui fait appel à etc... Alors que lorsque tu te débarrasses de toutes ses couches superficielles on atteint une forme de vérité brute. Tu la touches dans ton film par moment il n'y a pas de problèmes, c'est juste que selon moi tu t'égares à d'autres.

Je sais pas trop quoi te dire. Ca aurait été un autre film fait par quelqu'un d'autre ou que je ferai plus tard.
Une fois de plus, je ne m'attache pas du tout à un genre. J'admets bien entendu que la training sequence de deal est une chose vu 1 milliard de fois dans tous les films possibles. Mais je ne voulais pas l'utiliser comme un gimmick mais bel et bien raconter ce que je dis plus haut, pas faire un truc simplement stylistique mais vraiment raconter quelque chose sur l'état d'esprit des deux types dans la caisse.
Citation:
C'est pour ça que je tique un peu quand je lis "mon dernier court avant le long" tellement pour moi je ne vois pas du tout un réalisateur prêt pour le long quand je vois ton film (je te dis pas ça contre toi c'est juste un sentiment). Mais il ne tient qu'à toi de me prouver le contraire.

Je le prends pas personnellement, Je te ferai juste peut-être tiquer plus longuement :)

Citation:
Après je te dis ça mais j'ai trouvé ton court plaisant, vraiment bien joué une fois de plus et surtout bien écrit avec des choses un peu artificielles sur le papier mais qui fonctionnent très bien
l'histoire de la course racontée au début qui revient à la fin, la révélation sur la mort du frère.
L'émotion finale est brève mais réelle et c'est déjà beaucoup. J'aime bien le plan final au ralenti moi, je le trouve vraiment bien même si peut-être trop court finalement.

Merci! Et merci pour mon ralenti de tata! :p


Dernière édition par Blaze le 27 Fév 2015, 15:02, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 14:51 
Hors ligne
Connaisseur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Déc 2013, 03:31
Messages: 109
Film Freak a écrit:
Je me demandais si c'était volontaire justement... Puis-je demander quelle était la motivation?


Tu parles du plan large ou bien du champ contre champ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 14:59 
Hors ligne
Connaisseur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Déc 2013, 03:31
Messages: 109
deudtens a écrit:
Art Core a écrit:
4
l'histoire de la course racontée au début qui revient à la fin


Ce que j'aime surtout là dedans c'est que ça revient avec un perso qui n'était pas là quand ils en parlent au début. Genre souvenir/devise collectif.

Tout à fait, j'adorais cette idée, il y a d'ailleurs le petit coup d'oeil d'Hubert en l'air vers le ciel quand Morgan lui sort la devise (Hubert étant croyant - cf sa petite médaille - petit détail que j'aime). J'avais peur que ça ne passe pas mais on ne vient pas me le reprocher donc pfiou (sinon je chiais ma fin quoi....)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 15:32 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Aoû 2005, 23:40
Messages: 16417
Localisation: Lyon
Ah oui j'avais pas vu le coup d'oeil et la médaille, sinon j'aurais crié à la biondieuserie de merde :D

_________________
Hashtag Chaton
Dragon Boules


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 16:00 
Hors ligne
Connaisseur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Déc 2013, 03:31
Messages: 109
doublon...


Dernière édition par Blaze le 27 Fév 2015, 19:28, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 16:04 
Hors ligne
Connaisseur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Déc 2013, 03:31
Messages: 109
Film Freak a écrit:
J'aime que certains effets un peu plus "voyants" (genre la surimpression du visage d'Hubert et de la main qui deale) viennent s'immiscer dans un ensemble plus "film urbain"

Tu parles du plan de deal avec le vieux à vélo


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 17:40 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71772
Localisation: Fortress of Writing
Blaze a écrit:
Film Freak a écrit:
Je me demandais si c'était volontaire justement... Puis-je demander quelle était la motivation?


Tu parles du plan large ou bien du champ contre champ?

Euuuh je sais plus excatement, mais je me rappelle m'être fait la réflexion dans la scène à 3 au début et dans la scène en voiture que tu franchissais la ligne des 180.

Mais tu as répondu (pour la scène de la voiture) dans un autre message.

Blaze a écrit:
Film Freak a écrit:
J'aime que certains effets un peu plus "voyants" (genre la surimpression du visage d'Hubert et de la main qui deale) viennent s'immiscer dans un ensemble plus "film urbain"

Tu parles du plan de deal avec le vieux à vélo

Possible, je sais plus c'est où.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 27 Fév 2015, 20:30 
Hors ligne
Connaisseur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Déc 2013, 03:31
Messages: 109
En effet, je commence à la franchir durant la discussion avec Hubert et Rody. C'est un point de vue sur leur non-communication. Dans le découpage, la caméra devait même panoter entre Hubert et Saïd pour les unir (contre Morgan) mais j'ai pas pu. Arrivé dans la voiture, je la franchis complètement, c'est même une symétrie par rapport à un point, la caméra est à l'exacte opposée. A ce moment, chaque dialogue devient un reproche ou une attaque, communication zéro, l'impression qu'ils ne parlent même pas de la même personne. Le tout ajouté au fait qu'ils ne se regardent pas, que l'un est assis devant, l'autre derrière blablabla.
L'isolement progressif de Morgan quoi (qui est toujours seul dans ses cadres, quand quelqu'un rentre dedans, Morgan s'enfuit, cf qd il quitte l'appart.)

Si tu parlais du plan avec le vieux, c'est un vrai plan en longue focale.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Fév 2015, 11:00 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 4874
Je veux bien un lien.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 42 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon dernier film

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Tetsuo

49

4162

17 Avr 2006, 15:12

darkangel Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Vidéos - Any Given Film

Gabnec

6

637

18 Sep 2012, 15:30

questel Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cherche un film

Oliviah

10

434

05 Avr 2016, 20:19

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Nietzsche, concept d'un film philosophique

olDBoy

11

949

23 Fév 2007, 20:45

ForgetMeNot Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. LE PORTAIL - un film de Liam Engle

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 26, 27, 28 ]

Qui-Gon Jinn

416

20774

08 Mar 2016, 17:49

Erik Vonk Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. LES BALOCHES - un film de Robert Hospyan

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 59, 60, 61 ]

Film Freak

910

26451

04 Avr 2018, 19:32

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Nana Secure Fit (fausse pub de Qui-Gon et Film Freak)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 12, 13, 14 ]

Film Freak

203

7208

29 Fév 2016, 17:39

Le Cow-boy Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le film dont tous le monde parle

cinélove

7

788

11 Juin 2009, 20:05

Bub Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. MECS MEUFS - un film de Liam Engle

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 51, 52, 53 ]

Qui-Gon Jinn

793

23151

08 Avr 2016, 19:50

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. De Charybde en Scylla - un film de Thierry Ramoin

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Qui-Gon Jinn

33

2089

15 Mai 2013, 14:00

Le Cow-boy Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web