Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 18 Fév 2018, 09:20

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
MessagePosté: 16 Jan 2014, 14:48 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 14:47
Messages: 3553
Tetsuo a écrit:
Jack Griffin a écrit:
HS dans le HS mais comme je regardais hier le doc sur la vie de Jean Seberg, c'est marrant de voir après quel événement Romain Gary écrit White Dog.


A savoir ?


En gros que Gary aurait écrit Chien Blanc alors qu'il était en rogne car Seberg sortait avec le leader des Black Panthers.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Jan 2014, 14:50 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 22956
Localisation: Arkham Asylum
lol !

_________________
Minecraft mon amour


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Jan 2014, 14:54 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2012, 13:20
Messages: 4549
Citation:
Non c'est Shock Corridor


Ah autant pour moi.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Jan 2014, 15:01 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Nov 2013, 23:05
Messages: 3462
Et Shock Corridor c'est trés bien (même si il a un peu pompé Mankiewicz sur certains trucs).

_________________
ImageImageImage

Bomcast, le Podcast Bimensuel


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Jan 2014, 15:15 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 14:47
Messages: 3553
Mais moins que "Pickup on south street" qui est dans ses meilleurs pour le coup. Shock Corridor est intéressant mais il souffre un peu de son côté catalogue et "état des lieux de l'histoire américaine"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 16 Jan 2014, 15:17 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 22956
Localisation: Arkham Asylum
C'est un peu démonstratif, oui.

_________________
Minecraft mon amour


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2014, 15:58 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1416
"the Steel Helmet" le plus beau Fuller pour moi .
La matrice de The Big Red One (certaine scènes sont à la fois identiques et inversées dans les deux film, comme le meurtre du prisonnier et la tentative de le sauver), superbe mise en scène, à la fois fond humaniste et modestie du film de genre. Superbe idée, un soldat qui devient fou en essayant d'écrire et de raconter ce qu'il voit, s'arrête sur les morts qu'il a aimé, en s'enfonçant de plus en plus dans le shellshock, on sent qu'il est ce que Fuller serait devnu sans le cinéma. Il dépassera lui-même son personnage en faisant de the Big Red One un livre meilleur que le film. Politiquement très fort sur la question du racisme anti-noir, l'internement des Japonais, l'ambiguïté du communisme (qui ne ment pas, dit la vérité sur l'oppression, mais confère de l'extérieur une valeur politique à ses victimes et en fait un instrument de centralisation du pouvoir et des discours). Après ce film Fuller était dans le collimateur de McCarthy et a droitisé son discours ensuite.
L'équivalent filmique de "Clavel Soldat" de Léon Werth.

7/6


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2014, 19:05 
Hors ligne
Le quoteur fou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2005, 17:40
Messages: 12116
Localisation: Hill Valley
Cooper a écrit:
chaque scène à son importance et fais avancer l'intrigue

N'est ce pas le cahier de charges de base d'une scène de film ?

_________________
Image Tennis de Table Bordeaux


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2014, 20:24 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Nov 2013, 23:05
Messages: 3462
Ouais enfin ce serait cool de placer le morceau de phrase dans le contexte de mon analyse pour pas me faire passer pour un teubé ^^

Ce que je veux dire c'est qu'ici chaque scéne va droit au bout, sans fioriture et privilégie le rythme comme pouvais le faire le pré code à l'époque.

_________________
ImageImageImage

Bomcast, le Podcast Bimensuel


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2014, 20:54 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1416
<iframe width="420" height="315" src="//www.youtube.com/embed/aqcwo9qMuzM" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 19 Jan 2014, 23:34 
Hors ligne
Teacher

Inscription: 13 Mai 2010, 11:50
Messages: 11830
inserer-une-fenetre-youtube-dans-message-t15617.html


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Aoû 2015, 21:22 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1416
J'ai apprécié les mouvements de caméras et ka composition des plans et les idées de mises en scène (travelling, flous, fondus, surimpression), superbes et en même temps efficaces et sobres (à part le gimmick du viseur, pompé par James Bond), les dialogues sont très bons, l'idée que le pardon est la pointe de la violence et de la vengeance est très belle (et se retrouve souvent chez Fuller), mais un j'ai été un peu déçu par la situation, et le notamment par le personnage de Jessica, que j'ai trouvé paradoxalement faible et schématique, elle est avant tout une idée morale et un archétype dramtique. Stanwyck est très bien (apparemment elle a d'ailleurs eu une jeunesse proche de celle de son personnage), mais la rapidité avec laquelle elle tombe amoureuse de Biff n'est pas très crédible (même si le plan de la tablée des 40 tueurs quand Biff se rend chez elle, qu'elle congédie en une seconde, l'insistance sur son visage quand elle se mord la lèvre, tout ces plans hyper-baroques restent en tête). En fait elle est probablement fatiguée de sa propre violence et décidée à abdiquer avant que le film commence. ce qui est assez crédible psychologiquement, du coup les personnages n'évoluent pas, la msie en scène est très moderne, très baroque, mais c'est une dramaturgie complètement classique, aristotélicienne (fondée d'ailleurs plus sur la reconnaissance que la péripétie - la seule péripétie c'est la d'ailleurs la tempête, plus que les règlements de comptes). Chez Fuller je préfère "the Steel Helmet" ou "the Big Red One", où on sent que la violence et l'absurdité de la guerre déclenchent un cheminement intérieur pénible et pleins de doute chez les personnages, qui les amène à sortir d'eux-même et à refuser (ou plutôt dépasser) leur condition de soldat. 40 Guns est peut-être un peu trop post-moderne (quand Biff dit à son frère "I'm a freak, something from the past" ça semble sortir de nulle part), les personnages sont comme dissous dans les évènements et situations morales qu'ils construisent, ça va un peu trop vite.
Un peu sur la même histoire (le vengeur craint mais fatigué de mettre à mort les gens, qui doit recadrer un shérif marron , qui voudrait se comporter de façon humaniste, mais qui doit malgré tout tuer et devient de plus en plus seul à mesure qu'il essaye d'avoir un discours moral et politique construit), "Warlock" de Dmytryck m'avait semblé plus fort, sans doute parce que Fonda, Quinn et Widmark ont plus d'épaisseur que Barry Sullivan, même si la mise en scène de Dmytryck est plus plan-plan que celle de Fuller.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 28 Aoû 2015, 21:41 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1416
A noter: un Rubrique a Brac de Gotlib que j'avais lu enfant (sans me souvenir de quel film il s'agissait) m'a bien spoilé la fin (même si Gotlib en parlait et la dessinait bien).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Aoû 2015, 11:55 
Hors ligne
Expert

Inscription: 25 Sep 2012, 15:31
Messages: 2130
Gontrand a écrit:
"the Steel Helmet" le plus beau Fuller pour moi .
La matrice de The Big Red One (certaine scènes sont à la fois identiques et inversées dans les deux film, comme le meurtre du prisonnier et la tentative de le sauver), superbe mise en scène, à la fois fond humaniste et modestie du film de genre. Superbe idée, un soldat qui devient fou en essayant d'écrire et de raconter ce qu'il voit, s'arrête sur les morts qu'il a aimé, en s'enfonçant de plus en plus dans le shellshock, on sent qu'il est ce que Fuller serait devnu sans le cinéma. Il dépassera lui-même son personnage en faisant de the Big Red One un livre meilleur que le film. Politiquement très fort sur la question du racisme anti-noir, l'internement des Japonais, l'ambiguïté du communisme (qui ne ment pas, dit la vérité sur l'oppression, mais confère de l'extérieur une valeur politique à ses victimes et en fait un instrument de centralisation du pouvoir et des discours). Après ce film Fuller était dans le collimateur de McCarthy et a droitisé son discours ensuite.
L'équivalent filmique de "Clavel Soldat" de Léon Werth.

7/6


On a le droit de mettre des 7/6? :?



rotary [Bot] a écrit:
Cooper a écrit:
chaque scène à son importance et fais avancer l'intrigue

N'est ce pas le cahier de charges de base d'une scène de film ?


Pas forcément, c'est d'ailleurs pas nécessairement un défaut si ça n'est pas le cas.
Après il y a le plaisir rare des films dont chaque plan est tiré au cordeau et où il semble impossible de pouvoir ajouter ou retrancher une seule seconde.
A l'inverse, le plaisir des films lâches, qui prennent leur temps, et ne sont pas dans l'efficacité narrative, formelle à tout prix.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Baïonnette au canon (Samuel Fuller, 1951)

Cosmo

2

563

18 Jan 2013, 15:47

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Maison de bambou (Samuel Fuller - 1955)

DPSR

3

478

05 Juil 2009, 22:43

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Police spéciale (Samuel Fuller - 1964)

DPSR

8

691

09 Avr 2013, 07:34

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Shock corridor (Samuel Fuller, 1963)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

the black addiction

16

597

11 Mai 2012, 00:32

Jerzy Pericolosospore Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Port de la drogue (Samuel Fuller - 1953)

Tom

14

576

16 Mar 2013, 19:14

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Dressé pour tuer (Samuel Fuller, 1982)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

the black addiction

51

2062

30 Juin 2016, 11:10

Tetsuo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ordre secret aux espions nazis (Samuel Fuller, 1958)

the black addiction

0

265

03 Fév 2009, 17:33

the black addiction Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les 13 tueurs (Eiichi Kudo - 1963)

Tom

4

442

19 Fév 2013, 11:45

Jack Griffin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Piranha 2 : les tueurs volants (James Cameron, 1981)

Cosmo

2

373

04 Jan 2008, 09:22

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Tueurs (François Troukens, Jean-François Hengens - 2017)

Qui-Gon Jinn

5

314

12 Déc 2017, 18:12

Gontrand Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web