Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 19 Nov 2018, 16:27

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 46 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: 07 Déc 2007, 00:28 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 16:48
Messages: 11777
Localisation: in the forest of the Iroquois
Je suis exactement comme Bliss.

J'ai pris extrêmement cher au niveau ennui et j'ai eu l'impression d'avoir une note d'intention devant moi. Je trouvais le projet excitant à mort mais j'ai toujours eu le sentiment d'avoir devant moi un objet toc et arty, trop branché pour le pauvre paysan que je suis et évoquant le destin de Dylan comme celui d'un Dieu. J'ai pas d'accroche particulière pour le chanteur, j'aime beaucoup de ses chansons et je trouve la BO du film à tomber, mais comme le dit mieux Bliss, le film se cantonne à la perf. La séquence docu est édifiante à ce niveau. Le petit plan de coupe de Julianne Moore qui vire son chat du fauteuil... On a l'impression que Todd Haynes va dire: "on la refait, le chat est mal placé!"

Sur les différentes sections, je trouve celle du petit black la plus intéressante. Probablement avec mes prédispositions pour le blues... Mais surtout parceque le reste m'apparait ultra faux. La Palme à Blanchett, tout dans la technicité, l'imitation des mimiques... BRRRR. Et puis cette séquence est d'un long. Les réfs aux Beatles et aux Stones dans ce simili swinging London fantasmé. Souffrance physique. La séquence de Gere m'aurait paru plus "sensée" (cette évocation poétique de l'enfance de Dylan... si j'ai bien compris...) si elle n'était pas arrivée après 2h de film et que je n'attendais plus que la fin, espérant au détour de chaque plan un générique final qui n'arrive jamais.

Non non non. Ca ne m'a pas plu du tout.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 07 Déc 2007, 00:37 
Bon, ok, je vais me tourner vers le docu de Scorsese. Paraît qu'il est beaucoup mieux.


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Déc 2007, 01:09 
Enfin vu...
Totalement impressionnant et totalement frustrant.

3/6

(et 6/6 pour la musique)


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Déc 2007, 10:18 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007, 12:27
Messages: 12962
Localisation: Actresses
Hal5 a écrit:
0,5/6


Wow :shock:
Tu pensais quoi des autres Haynes ? Que j'anticipe, soit c'est une différence de goût, soit le film craint vraiment.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Déc 2007, 11:01 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18832
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Un peu surpris par les avis également. J'adore Haynes, cinéaste protéiforme et talentueux (il y a un abysse entre Velvet Goldmine et Safe, mais ce sont deux merveilles). Peut-être qu'il s'est laissé manger par son propre-concept (le plus gros problèmes de films concept). J'attends de voir ça mais je suis super inquiet quand même :?

_________________
CroqAnimement votre


Dernière édition par Art Core le 08 Déc 2007, 11:21, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Déc 2007, 11:17 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007, 12:27
Messages: 12962
Localisation: Actresses
Art Core a écrit:
Un peu surpris par les avis également. J'adore Haynes, cinéaste protéiforme et talentueux (il y a un abysse entre Velvet Goldmine et Safe, mes ce sont deux merveilles). Peut-être qu'il s'est laissé manger par son propre-concept (le plus gros problèmes de films concept). J'attends de voir ça mais je suis super inquiet quand même :?


L'inquiétude est grave.
Pourtant se film sonnait comme un retour aux sources, un entrelacement d'histoires et de temporalités comme dans Poison. J'ai peur.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Déc 2007, 14:02 
the black addiction a écrit:
Pourtant se film sonnait comme un retour aux sources, un entrelacement d'histoires et de temporalités comme dans Poison. J'ai peur.

Ca arrive aux meilleurs de se casser les dents... Reste que c'est un ratage assez passionnant qui montre bien la difficulté de construire un tel personnage au cinéma, même avec des partis-pris aussi originaux.

Le film porte très bien son titre : Bob Dylan n'est pas là.


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 08 Déc 2007, 20:09 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72496
Localisation: Fortress of Writing
Bah à ma grande surprise, j'ai plutôt bien aimé.
Je connais mais alors QUEDALLE à Dylan, si ce n'est les trois-quatre chansons les plus célèbres et c'est tout...quant à Haynes, j'ai aucun souvenir de Velvet Goldmine et je mets 4,5/6 à Loin du Paradis.

En fait, je me suis pas ennuyé une seconde, malgré quelques longueurs dans la deuxième moitié.
En fait, je trouve le concept bon, voire fascinant, je voulais constamment voir ce qui arrivait après, tout le premier acte est super entraînant, notamment avec ce gamin (qui dans 40 ans sera Denzel Washington à moins d'un manque de chatte comme beaucoup d'autres enfants acteurs) que j'aurai cependant aimé voir davantage, au même titre que le Dylan-Bale dont le parcours passe trop pas les mots d'autrui plutôt que par des images à lui, surtout qu'il est le seul à être vu à DEUX époques différentes...ce qui est un peu TROP déroutant.

D'ailleurs, je trouve le film moins bon quand il se fait trop décousu par la suite, avec aussi certains passages "délires" auxquels j'accroche moyen (la première partie du "clip" Mr. Jones notamment). Et les deux derniers monologues sont vraiment un peu trop lourdingues.

Mais le reste, je trouve ça assez intéressant à suivre, comme une espèce de film-schizophrène polyforme qui va de Ray à Forgotten Silver à JFK à Pat Garrett et Billy le Kid, etc...avec une galerie d'acteurs tous très bons (ne connaissant pas Dylan, le mimétisme de Bale et Blanchett ne m'a pas gêné) comme le gamin donc mais aussi mon pote Heath Ledger et même Gere.

Enfin voilà...le côté expérimentalodémonstratif est peut-être aussi ce qui, malgré la pertinence, empêche de rentrer à fond dedans vu que t'es constamment en train de recomposer le puzzle d'où mon regard presque clinique (même s'il y a des scènes très belles tout le long).

4/6

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Déc 2007, 14:34 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8810
La bonne blague.
Curieux de ne pas voir autre chose que de la créativité débridée et de la passion humble pour son sujet... Quand on lit vos avis, le film devrait presque s'excuser de sa virtuosité, dire mais non je ne suis pas si bon toi aussi tu peux le faire à la maison. Parce que la progression, la manière d'aller d'un point A à un point B, bien comprendre que la fin est dans cinq minutes, c'est très important tout ça.

Et encore une fois quel montage de fou, quelle bande originale qui fait parler la poudre. Pas déçu une seule seconde.

5/6


Dernière édition par DPSR le 09 Déc 2007, 18:50, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Déc 2007, 15:30 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 24865
Localisation: Paris
Deuxième vision et je confirme, je trouve ça brillant et pas DU TOUT prétentieux, alors que c'est vraiment ce que je redoutais.

Le film est finalement tout simple et tout beau. Contrairement à ce que disait, euuh je crois que c'est Hal5, au contraire, pour moi Dylan est là tout le long.

Le film parvient à réussir le truc incroyablement casse-gueule d'ILLUSTRER l'univers du chanteur, et on retrouve dans le film tout un tas de truc fascinants qui donne l'impression de voir les chansons à l'écran.

Vraiment je trouve ça brillant. Et en plus il y a tellement de scènes superbes, à tomber.

Sinon moi mon Dylan préféré reste le Richard Gere. Je le trouve incroyable, j'adore l'univers dans lequel il évolue, le parti-pris formel qui l'accompagne, ainsi que la fin de son parcours. Et vous ?

_________________
Ma série télé sur la rivalité Jacques Chirac/Edouard Balladur !
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 09 Déc 2007, 17:33 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 16:48
Messages: 11777
Localisation: in the forest of the Iroquois
DPSR a écrit:
Quand on lit vos avis, le film devrait presque s'excuser de sa virtuosité, dire mais non je ne suis pas si bon toi aussi tu peux le faire à la maison. Parce que la progression, la manière d'aller d'un point A à un point B, bien comprendre que la fin est dans cinq minutes, c'est très important tout ça.


Pardonne nous d'être teubés, ô spectateur éclairé.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 10 Déc 2007, 01:09 
DPSR a écrit:
Quand on lit vos avis, le film devrait presque s'excuser de sa virtuosité, dire mais non je ne suis pas si bon toi aussi tu peux le faire à la maison. Parce que la progression, la manière d'aller d'un point A à un point B, bien comprendre que la fin est dans cinq minutes, c'est très important tout ça.

On va se calmer et on respire un peu.


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 12 Déc 2007, 10:52 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2007, 08:23
Messages: 901
Noony a écrit:
Je suis exactement comme Bliss.

J'ai pris extrêmement cher au niveau ennui et j'ai eu l'impression d'avoir une note d'intention devant moi. Je trouvais le projet excitant à mort mais j'ai toujours eu le sentiment d'avoir devant moi un objet toc et arty, trop branché pour le pauvre paysan que je suis et évoquant le destin de Dylan comme celui d'un Dieu. J'ai pas d'accroche particulière pour le chanteur, j'aime beaucoup de ses chansons et je trouve la BO du film à tomber, mais comme le dit mieux Bliss, le film se cantonne à la perf. La séquence docu est édifiante à ce niveau. Le petit plan de coupe de Julianne Moore qui vire son chat du fauteuil... On a l'impression que Todd Haynes va dire: "on la refait, le chat est mal placé!"

Sur les différentes sections, je trouve celle du petit black la plus intéressante. Probablement avec mes prédispositions pour le blues... Mais surtout parceque le reste m'apparait ultra faux. La Palme à Blanchett, tout dans la technicité, l'imitation des mimiques... BRRRR. Et puis cette séquence est d'un long. Les réfs aux Beatles et aux Stones dans ce simili swinging London fantasmé. Souffrance physique. La séquence de Gere m'aurait paru plus "sensée" (cette évocation poétique de l'enfance de Dylan... si j'ai bien compris...) si elle n'était pas arrivée après 2h de film et que je n'attendais plus que la fin, espérant au détour de chaque plan un générique final qui n'arrive jamais.


Je serai sur la même ligne. C'est superbe, virtuose, très bel objet, acteurs formidables, pas de souci, à exposer dans toutes les bonnes salles d'art contemporain. Le souci de ce kaleïdoscope qui se targue de brasser 20 ans d'histoire américaine et 20 ans de Dylan, c'est qu'il ne sort pas vraiment du montage malin pour raconter une histoire, une vraie. Comme je l'ai compris, c'est précisément le sujet du film : I'm not there, Dylan n'est jamais où on l'attend, l'Amérique est une mosaïque plus qu'un ensemble fini et résumable, et tout ça sent l'arnaque à plein nez, tant pis pour ceux qui y croient et qui veulent y plaquer leurs propres fantasmes. Sauf qu'in fine on a l'impression de regarder un tableau impressioniste de trop près, et les patés de couleur ne font pas sens. Le film ne me semble pas tendre avec Dylan, qui, neuf fois sur dix, est présenté comme un poseur nombriliste qui ne répond que par des aphorismes faciles et des propos pseudo-nihilistes qui ne passeront pour des traits de génie qu'auprès de ceux qui en sont déjà convaincus - la lecture des dialogues doit dégager une impression de fatuité assez complète. Encore une fois, c'est peut-être le but du film, d'avancer que Dylan et l'Amérique sont inabordables et que les apparences ne sont que du vent, sauf qu'on se demande où est la substance. J'en suis sorti à la fois ébloui par la maitrise graphique et sonore et en me demandant "so what ?". Un peu comme ces films qui traitent si bien de l'ennui qu'on s'y fait chier comme des rats morts. Mais bon, s'il fallait noter, je mettrais un 3/6 quand même, pour le bel objet.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 12 Déc 2007, 17:26 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007, 12:27
Messages: 12962
Localisation: Actresses
Bon alors je suis partagé.
Comme Bliss et Nonny je trouve que l'on ressent un peu trop la note d'intention, la poesie se perd par moment.
Par contre il y a des séquences d'une fulgurance magnifique, par exemple la scène d'amour entre l'acteur et charlotte gainsboug (que je rouve assez en place) où le montage s'emballe aux premières notes de I Want You. C'est là qu'on prend conscience de la déclaration d'amour en train de se faire sous nos yeux. Dylan sert Haynes autant que l'inverse, la musique est libératrice de formes multiples.
Bref...Je comprends ceux qui n'adhèrent pas au trip expérimental de Haynes mais il a au moins le mérite de pousser son dispositif au maximum. je pense qu'il ne faut pas oublier la phrase présente au début du film, c'est un film inspiré de la musique de Bob Dylan, ce n'est pas biopic total. C'est plus la transmission de la vision d'un artiste que Haynes à voulu faire passer.
Bon c'est vrai que l'ennuie m'a touché aussi a certains moments. Ce n'est quand même pas le grand film que j'attendais tant (trop?).

4/6

_________________
Image


Dernière édition par the black addiction le 13 Déc 2007, 13:31, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 12 Déc 2007, 17:37 
Hors ligne
Matou miteux
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Juil 2005, 13:48
Messages: 12991
Localisation: From a little shell, at the bottom of the sea
the black addiction a écrit:
Par contre il y a des séquences d'une fulgurance magnifique, par exemple la scène d'amour entre l'acteur et charlotte gainsboug (que je rouve assez en place) où le montage s'emballe aux premières notes de I Want You.


C'est un joli moment, mais c'est aussi un des plus simples (justement - peut-être), après je me suis surtout dit qu'avec ce passage amoureux-là, illustré par une chanson aussi géniale, et Charlotte Gainsbourg, bah faudrait vraiment être un cancrelat poisseux pour foirer la scène (un peu comme quand Love Will Tear Us Apart arrive dans Control). Bon ben au moins elle est belle, ça je lui retire pas.

_________________
Doll, it's a heartbreaking affair


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 46 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Safe (Todd Haynes - 1995)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Jericho Cane

23

1535

05 Oct 2018, 13:54

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Wonderstruck (Todd Haynes - 2017)

Qui-Gon Jinn

12

956

27 Nov 2017, 00:41

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Carol (Todd Haynes, 2015)

Film Freak

4

902

19 Fév 2016, 17:48

Lohmann Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Little Children (Todd Field - 2007)

Blissfully

13

1186

09 Déc 2007, 00:38

Janet Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Another Gay Movie (Todd Stephens - 2007)

Blissfully

0

407

31 Mai 2007, 00:03

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sweeney Todd (Tim Burton, 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 6, 7, 8 ]

Janet

111

6560

31 Aoû 2017, 07:27

elmergantry Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Old school (2003 - Todd Phillips)

Zad

11

847

29 Déc 2008, 08:36

Noony Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Very Bad Trip (Todd Phillips, 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 5, 6, 7 ]

Film Freak

101

5169

17 Oct 2010, 19:18

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Very Bad Trip 2 (Todd Phillips, 2011)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Film Freak

47

2722

05 Juin 2011, 09:04

Prout Man Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Very Bad Trip 3 (Todd Phillips, 2013)

Film Freak

3

905

09 Déc 2013, 15:51

Kost Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web