Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 11 Déc 2018, 14:26

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 15 Mai 2018, 11:03 
En ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18595
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Olivier se démène au sein de son entreprise pour combattre les injustices. Mais du jour au lendemain quand Laura, sa femme, quitte le domicile, il lui faut concilier éducation des enfants, vie de famille et activité professionnelle. Face à ses nouvelles responsabilités, il bataille pour trouver un nouvel équilibre, car Laura ne revient pas.

Après son excellent premier film (Keeper) on se demandait si Guillaume Senez allait réussir le cap dangereux du 2e film. Et c'est le cas: il confirme son grand talent de réalisateur et de scénariste. Sa plus grande qualité est sans doute de pouvoir tirer le meilleur de ses comédiens: Romain Duris tient là l'un des plus beaux rôles de sa carrière, et de loin. Il est superbe de justesse. A ses côtés, la merveilleuse Laure Calamy et l'excellente Laetitia Dosch. Et même les enfants sont bons. La deuxième grande qualité du film est son scénario, qui manie habilement, à l'instar du personnage de Duris, vie privée (la cellule familiale déséquilibrée du jour au lendemain) et vie professionnelle (le sous-texte social est parfaitement dépeint). Tout est crédible, sincère, authentique, jamais tire-larmes. La fin est parfaite. Senez filme le tout avec bienveillance, proche des ses personnages, sans cynisme, avec humanité.

Petit film en apparence, mais un des grands films de l'année en vérité.

5/6

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2018, 14:00 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18946
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Un peu déçu vu la réputation. En fait je m'attendais à un film plus sec et plus âpre et je trouve le scénario trop touffu, un peu brouillon même ce qui fait que le rythme est un peu vacillant et j'ai parfois le sentiment qu'on perd l'espèce de tension du quotidien très prégnante dans la première partie. Je crois que c'est le volet social du film qui est quasiment en trop et qui nous raconte une autre histoire à l'histoire principale. Tout ce truc autour des syndicats c'est quasiment pas traité. A un moment on croit comprendre que si Duris est super occupé et n'a le temps de rien c'est parce qu'il a pris sa carte du syndicat. Or on ne le verra jamais sous cette casquette (à part une réunion chez lui). Pareil pour le collègue du début, une sous-intrigue tragique, un peu traitée vite fait. Alors on peut imaginer que c'est aussi cette détresse sociale qui fait que sa femme le quitte mais c'est un peu mal intégré à l'ensemble. C'est pareil pour d'autres moments trop rapidement survolés qui n'ont finalement pas tellement d'impact sur l'ensemble du film
(l'escapade de Duris à Ouissant, la fugue des gosses, le mutisme de la petite...).
Trop de pistes lancées comme ça mais qui restent superficielles. Vrai problème de scénario à mon sens.

C'est un peu pareil pour les personnages secondaires presque trop nombreux. Il aurait à mon sens fallu amalgamer la sœur et la collègue, là je trouve qu'encore une fois ça s'éparpille un peu même si les scènes avec Laetitia Dosch sont touchantes mais le perso de Calamy est un peu sacrifié.
On comprend pas pourquoi elle craque et quitte le syndicat en pleurant, un truc qui est pas traité dans le film.


Du coup j'ai un peu l'impression d'un film schizophrène entre description des conditions de travail inhumaines dans la grande distribution, sujet hyper actuel et récit d'un père abandonné qui doit soudainement tout gérer tout seul. Et c'est vraiment sur ce deuxième aspect que le film est le plus réussi, le plus touchant et émouvant avec une espèce d'energie et de mouvement permanent du parent en train d'essayer de survivre au quotidien. C'est asphyxiant tout en offrant des moments de tendresse très beaux et le côté feel good qui apparaît en filigrane même s'il est un peu facile (cette scène de danse sur Michel Berger, ce cliché) fonctionne à fond.

Donc joli petit film mais un peu inégal et bizarrement je me suis limite emmerdé par moments.

3-4/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2018, 14:26 
En ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18595
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Art Core a écrit:
Je crois que c'est le volet social du film qui est quasiment en trop et qui nous raconte une autre histoire à l'histoire principale. Tout ce truc autour des syndicats c'est quasiment pas traité.

Ben c'est pas le sujet, c'est le contexte. Tu voulais un Dardenne, en fait?

Art Core a écrit:
(cette scène de danse sur Michel Berger, ce cliché)

:?: comment ça?

J'adore toutes les scènes avec Laetitia Dosch.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2018, 14:41 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18946
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Ça m'a semble mal équilibré en fait. On développe trop de trucs du côté social/condition de travail etc... sans que ça ne soit véritablement le sujet (encore une fois cette histoire de syndicat évoquée du bout des lèvres). En effet les Dardenne sont bien meilleurs pour parvenir à trouver l'équilibre.

Arnotte a écrit:
:?: comment ça?


Dans les drames français il y a toujours un moment où les persos, souvent un peu bourrés, vont se mettre à danser. De mémoire je peux te citer Intouchables, L'économie du couple et Gaspard va au mariage (déjà avec Leatitia Dosch) mais il y a en surement beaucoup d'autres.

Arnotte a écrit:
J'adore toutes les scènes avec Laetitia Dosch.


Elle est géniale, d'une spontanéité et d'un naturel dingue.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2018, 15:26 
En ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18595
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Art Core a écrit:
Dans les drames français il y a toujours un moment où les persos, souvent un peu bourrés, vont se mettre à danser. De mémoire je peux te citer Intouchables, L'économie du couple et Gaspard va au mariage (déjà avec Leatitia Dosch) mais il y a en surement beaucoup d'autres.

Ah! Je pensais que tu parlais de la chanson.
Par contre, si je me souviens bien, ils ne "dansent" pas, ils s'enlacent juste.
Mais bon. Cette scène est très belle.

Pour revenir au "déséquilibre" dont tu parles, c'est une question de perception car moi j'ai trouvé ça, au contraire, super bien dosé. De plus, ce petit côté "bordélique" rattache le film à une humanité plus proche de nous en fait, on n'est pas dans la mécanique morale implacable des Dardenne (dont je suis fan hein).

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Dernière édition par Arnotte le 09 Oct 2018, 08:40, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2018, 22:07 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4936
Vous avez peut-être eu la chance de voir le film en entier, j’en ai vu un qui s’arrête aux deux tiers.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2018, 07:13 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 18011
Localisation: Paris
Pour la scène de danse il y a aussi Polisse et La Loi du marché. Gaspard va au mariage je le mettrais un peu à part.

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2018, 09:27 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4936
Art Core a écrit:
C'est asphyxiant tout en offrant des moments de tendresse très beaux et le côté feel good qui apparaît en filigrane même s'il est un peu facile (cette scène de danse sur Michel Berger, ce cliché) fonctionne à fond.

En fait le moment où la musique devient off avec l'anniversaire du petit gâche ce qui précède, ça vire à la publicité pour les assurances.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2018, 09:39 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18946
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Oui il y a un peu de ça. Procédé trop facile. Sinon pas compris tu t'es barré aux deux tiers ?

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2018, 09:41 
En ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18595
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
A mon avis Déjà vu déplore que le film s'arrête à ce moment-là.
A mes yeux cette fin est parfaite (et superbe) mais bon je ne veux plus vous parler bande de pisse-froids.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2018, 09:57 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4936
Art Core a écrit:
Sinon pas compris tu t'es barré aux deux tiers ?

Ça prêtait à confusion, j'ai vu le film jusqu'au bout mais la fin m'a totalement pris de court (et je ne pense pas avoir été le seul dans la salle).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2018, 10:19 
En ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18595
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Déjà-vu a écrit:
la fin m'a totalement pris de court (et je ne pense pas avoir été le seul dans la salle).

Bizarre, t'es le premier dont j'entends ça... C'est pourtant rapidement évident
qu'on ne verra jamais le retour de la mère.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2018, 10:28 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18946
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Oui la fin ne me dérange pas plus que ça, elle me paraît assez logique aussi avec justement le petit côté feel good sympa
le vote, la peinture sur le mur (même si je comprends pas comment Duris peut encore la défendre/l'aimer)...

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 09 Oct 2018, 10:55 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4936
C'est simplement que je ne pensais pas du tout approcher de la fin avant qu'elle advienne, et je trouve le traitement de cette décision un peu léger.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Nos batailles (Guillaume Senez, 2018)

Art Core

0

117

08 Oct 2018, 10:37

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Keeper (Guillaume Senez)

Karloff

11

775

28 Nov 2016, 11:48

Jerónimo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les garçons et Guillaume, à table ! (Guillaume Gallienne - 2013)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 5, 6, 7 ]

DPSR

100

6430

23 Mar 2014, 21:35

Slacker Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Ne le dis à personne (Guillaume Canet - 2006)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Noony

62

5089

24 Mar 2009, 20:39

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Clef (Guillaume Nicloux, 2007)

Le Pingouin

8

967

05 Mai 2015, 12:43

Castorp Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Holiday (Guillaume Nicloux - 2010)

Karloff

5

812

03 Déc 2010, 23:23

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Passemerveille (Guillaume Massart - 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 6, 7, 8 ]

Mufti

107

8153

02 Mar 2014, 09:26

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Religieuse (Guillaume Nicloux - 2013)

Karloff

5

942

15 Aoû 2013, 04:14

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Tonnerre (Guillaume Brac - 2013)

DPSR

8

1149

21 Jan 2014, 17:49

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Concile de Pierre (Guillaume Nicloux - 2006)

Blissfully

1

691

30 Déc 2007, 18:33

Le Pingouin Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 8 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web