Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 17 Sep 2019, 03:12

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 28 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
MessagePosté: 30 Mar 2017, 10:22 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2007, 08:23
Messages: 928
Vu hier soir aux Halles, entouré de trois-quatre personnes qui riaient à chaque fois que ça traitait un peu frontalement l'homosexualité - et pas des gamins de banlieues hein, non, des quadras bien gras incapables de masquer autrement leur gêne. Y'a encore du boulot, putain.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mar 2017, 10:23 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 73347
Localisation: Fortress of Writing
"C'est comme ça, ça changera jamais." - karateced

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mar 2017, 12:26 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 25620
Localisation: Paris
C'est dingue tant le film n'aborde quasiment pas l'homosexualité...

_________________
Liam Engle: réalisateur de comédie, publicité, série, cinéma !
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mar 2017, 14:20 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 73347
Localisation: Fortress of Writing
Euuuh...c'est une blague ?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mar 2017, 14:49 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2007, 08:23
Messages: 928
Disons qu'il ne l'aborde frontalement qu'à travers une scène, et que, dans le fond, le héros est un outcast aussi, et peut-être surtout, pour plein d'autres raisons. C'est pas un film de revendication queer quoi, le thème c'est la mise en adéquation entre sa nature intrinsèque et son rôle dans la société, et on le retrouve autant dans le dealer-sympatoche, la mère-junkie et l'homo devenu père de famille que chez le héros.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mar 2017, 16:10 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 73347
Localisation: Fortress of Writing
What's a faggot?
Branlette sur la plage.
No one has ever touched me since you.

Les mecs...ça parle de tout ce que tu dis mais le protagoniste est gay et c'est au coeur du film.

"Ça parle quasiment pas d'homosexualité"? Poussez pas.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mar 2017, 16:40 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 19885
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Non mais je vois ce qu'ils veulent dire, c'est pas un film avec des mecs à poils, c'est pas L'inconnu du lac. C'est un traitement hyper léger et pudique.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mar 2017, 17:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Fév 2016, 20:06
Messages: 3685
Localisation: - L Y O N -
Dire que le héros est outcast aussi et surtout pour plein d'autres raisons, ca me semble excessif. Le film réussit à ne pas en faire un martyr façon Submarino ou Precious (pas vu ce dernier), en empilant la merde sur la merde de manière complaisante, et malgré la mère junkie et la pauvreté on garde une certaine "aération", une certaine "légèreté" du propos. Le film a le bon goût de coller au plus de son perso, et l'attachement que l'on ressent pour lui dépasse le simple sujet de l'homosexualité, mais ca me semble quand même au coeur de son parcours à lui. Le "No one has ever touched me since you." est d'ailleurs très émouvant.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mar 2017, 17:27 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 73347
Localisation: Fortress of Writing
Art Core a écrit:
Non mais je vois ce qu'ils veulent dire, c'est pas un film avec des mecs à poils, c'est pas L'inconnu du lac. C'est un traitement hyper léger et pudique.

À ce moment-là, y a quasiment aucun film qui parle d'homosexualité.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mar 2017, 17:35 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 19885
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Non mais bien sûr que c'est le sujet, c'est juste pas le film qui prête le plus à rire de la part de beaufs homophobes. Là les mecs qui rigolent à la séance de Boultan, mets-les devant le Guiraudie, les mecs se mettent direct en PLS les mains sur les oreilles.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Mar 2017, 18:10 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 25620
Localisation: Paris
Tout pareil que Art Core. Ca PARLE d'homosexualité mais finalement une fois que t'enlèves les "faggot" et autres insultes qu'on entend dans tous les films y a pas de matériau filmique typiquement gay qui pourrait "justifier" des rires (seulement un bisou gay, pas de baise, pas de détails, pas d'eunuques...)

_________________
Liam Engle: réalisateur de comédie, publicité, série, cinéma !
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Mar 2017, 09:47 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2007, 08:23
Messages: 928
Film Freak a écrit:
What's a faggot?
Branlette sur la plage.
No one has ever touched me since you.

Les mecs...ça parle de tout ce que tu dis mais le protagoniste est gay et c'est au coeur du film.

"Ça parle quasiment pas d'homosexualité"? Poussez pas.


J'ai forcé le trait mais là où le film est malin c'est qu'il ne part pas d'une follasse, il part d'un gamin "soft", comme beaucoup de gamins/spectateurs ont pu l'être sans pour autant avoir été homosexuels (déjà qu'à 8 ans, hein, ça reste assez théorique tout ça). Le gamin se retrouve un peu ostracisé d'abord pour ça, parce qu'il est little, soft, quasi-muet et que sa mère taille des pipes pour se payer du crack, pas parce qu'il rêve de bites, et il se fait défoncer sans même avoir été vu avec un mec, et surtout parce qu'il ne répond pas aux stéréotypes de virilité. Sa "différence" ne se limite pas à un penchant sexuel, du coup le film gagne en ampleur, je trouve.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 25 Avr 2019, 22:26 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 5134
Art Core a écrit:
Non mais je vois ce qu'ils veulent dire, c'est pas un film avec des mecs à poils, c'est pas L'inconnu du lac. C'est un traitement hyper léger et pudique.


Non, c’est un traitement doloriste totalement improbable en 2017 ; ce qui était tolérable en 1993 dans Philadelphia, l’est nettement moins aujourd’hui.

C’est d’autant plus dommage qu’il y a de belles choses.


boultan a écrit:
J'ai forcé le trait mais là où le film est malin c'est qu'il ne part pas d'une follasse, il part d'un gamin "soft", comme beaucoup de gamins/spectateurs ont pu l'être sans pour autant avoir été homosexuels (déjà qu'à 8 ans, hein, ça reste assez théorique tout ça). Le gamin se retrouve un peu ostracisé d'abord pour ça, parce qu'il est little, soft, quasi-muet et que sa mère taille des pipes pour se payer du crack, pas parce qu'il rêve de bites, et il se fait défoncer sans même avoir été vu avec un mec, et surtout parce qu'il ne répond pas aux stéréotypes de virilité. Sa "différence" ne se limite pas à un penchant sexuel, du coup le film gagne en ampleur, je trouve.


1. Sa mère évoque sa façon de marcher.
2. A huit ans, ce n’est pas si théorique que cela.
3. Il est little et soft parce qu’il est pédé.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 28 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Si Beale Street pouvait parler (Barry Jenkins, 2019)

Art Core

0

374

31 Jan 2019, 12:07

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Wonder Woman (Patty Jenkins, 2017)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Film Freak

53

4132

04 Nov 2017, 23:34

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Barry Seal : American Traffic (Doug Liman, 2017)

Film Freak

7

956

18 Jan 2018, 13:05

Fire walk with me Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Famille Savage (Tamara Jenkins - 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Blissfully

22

1099

20 Mai 2009, 21:44

Le Pingouin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Magic in the moonlight (Woody Allen - 2014)

TeLeTuBiieS

14

1735

12 Nov 2014, 07:25

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Bay (Barry Levinson, 2013)

Abyssin

10

958

02 Juil 2013, 12:23

Papadoc Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. What just happened (Barry Levinson - 2008)

DPSR

6

874

03 Fév 2009, 12:32

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Rain Man (Barry Levinson - 1988)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Tom

27

1978

10 Jan 2011, 12:38

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Men in Black 3 (Barry Sonnenfeld, 2012)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Film Freak

39

3212

22 Jan 2016, 13:00

Tetsuo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Men in Black (Barry Sonnenfeld, 1997)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Walt

37

2279

17 Jan 2016, 01:41

Film Freak Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web