Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 17 Nov 2017, 20:29

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Mon Festival de Cannes 2017
MessagePosté: 21 Avr 2017, 20:39 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20553
Vous connaissez le principe ? Vingt films pour me contraindre à une rétro pré-cannoise histoire de préparer papiers et interviews. Et ensuite un palmarès... c'est parti, voici ma sélection, avec quelques intrus....

France (5)
Mes séances de lutte de Jacques Doillon 1/6
La caricature ultime du film français chiant. Horriblement prétentieux dans le discours - surtout que la métaphore est expliquée très vite -, répétitif, sur-écrit, avec deux acteurs qui se débattent comme ils peuvent - lui est meilleur qu'elle. J'ai peur pour Rodin...

Ricky de François Ozon 2/6
Quel film étrange.... Il y a un côté totalement nanar, mais peut-être assumé ? Un mélange des genres, des tonalités - fantastique, social, horreur presque et puis comédie ? La narration est super mal foutu, avec cette intro qui te mène sur une piste, cette fin qui n'a pas de sens si l'on suit la piste de l'intro.... Après, le côté WTF du truc m'a tenu éveillé, je trouve qu'il y a quelque chose de tellement insensée dans le film, sa production même, qui m'a vraiment intrigué. Je trouve Lamy toujours intéressante... Mais bon, un bébé qui vole se cogne contre une fenêtre.

Retour à Ithaque de Laurent Cantet 4/6
Surprenante trajectoire de Laurent Cantet, Palmé d'or par surprise et qui n'a pas la récompense cinéphile qu'il mérite. Car ce film confirme son grand talent de scénariste. Récit des retrouvailles d'une bande d'amis nostalgiques à Cuba, le film touche par la fausse simplicité de son dispositif formel et la grande place qu'il laisse aux acteurs, tous parfaits.

L'ombre des femmes de Philippe Garrel 5/6
Très beau film sur l'amour, le couple (les vaches). J'ai été surpris par Clotilde Courau, tellement je la trouve sublime dans le rôle et extrêmement émouvante. J'ai un peu plus de mal avec lui, que je trouve un peu figé, mais il y a vraiment de belles choses - les scènes avec les amants/l'utilisation de la musique, la scène où il l'observe.

Ava de Léa Mysius 4/6
Un beau premier film qui révèle une jeune actrice Noée Abita - encore une future nommée aux César - mais aussi une cinéaste de 25 ans avec une maturité assez folle. Tout n'est pas réussi - le scénario part un peu trop dans tous les sens, le rythme ondule parfois jusqu'à l'ennui et les intentions sont un peu trop marquées - mais il y a une vraie sensualité qui affleure, une vraie liberté aussi, dans la manière justement de faire prendre au récit des tangentes surprenantes - je redoutais que ce soit plus frontal sur la cécité.

Europe (4)
The Young Pope, épisodes 1 et 2 de Paolo Sorrentino 4/6
Ok, ce n'est pas un film mais une série. Mais j'avais lu quelque part que les deux premiers épisodes pouvaient s'apprécier comme un long métrage. Et c'est en partie vrai tant un arc du début du premier épisode se résous dans la dernière séquence du second. Pour le reste, on retrouve la vulgarité de Paolo Sorrentino dans l'écriture de ses monstres, sa mise en scène cliquante, la zik sacrée placée un peu partout. Cela fonctionne pas mal car le sujet s'y prête - un peu comme pour Il Divo et La Grande Bellezza. Et j'ai presque envie de voir la suite, du coup mais j'ai peur d'être lassé par les tics du cinéaste sur la longueur. Jude Law est pas mal, il a un côté arrogant qui colle bien au perso.

Pleasant Days de Kornel Mundruczo 4/6
Deuxième film de Kornel Mundruczo qui change donc de style à chaque film. Ici, il croque la vie de jeunes marginaux - caméra à l'épaule bien sûr -, avec ce qu'il faut d'érotisme et de violence psychologique. Je trouve la fin un peu trop écrite pour impressionner le spectacteur mais le Hongrois sait faire monter la tension dans une scène et dans un film.

Ratcatcher de Lynne Ramsay 5/6
Beau premier film, entre les premiers Loach, avant que ça ne devienne des tracts pro-Mélenchon et L'Enfance nue de Pialat. Le lyrisme de la mise en scène, la pudeur, le côté presque fantastique de certains aspects du film m'ont vraiment conquis.

La Colonie et Letter de Sergei Loznitsa 5/6
Deux films sur le même sujet : un asile en Russie, où des gens perdus semblent vivre en totale autarcie. J’ai trouvé ça absolument fascinant, comme si on regardait un film d’un autre temps. Alors bien sûr, ce n’est pas « divertissant » mais cela m’a donné envie de regarder d’autres documentaires de Loznitsa. Le premier - La Colonie - est plus long, plus « brut » aussi, mais les dix dernières minutes sont d'une force harassante donnant un nouveau sens au film - c'est un goulag qui n'a jamais été exhumé, en fait ? Le second - Letter - tient de l’exercice de style esthétique avec un travail sur l’image quasi-expérimental. Des scènes se répètent d’un film à l’autre, comme pour montrer que rien n’a changé. Et que rien ne changera jamais là-bas, comme un enfer où l'on répéterait les mêmes situations jusqu'à l'effacement.

Asie (3)
Le Client d’Asghar Farhadi 4/6
Même si ce n'est pas mon préféré de l'Iranien (en fait je préfère ses films avant Une Séparation), c'est quand même le haut du panier en terme de scénario et de direction d'acteur - le double prix à Cannes paraît gros vu le niveau de la compétition mais peut se comprendre. Je trouve qu'il y a toute une partie métaphorique qu'il aurait pu presque expliciter davantage - l'agresseur qui est le double du metteur en scène, l'appartement comme scène de théâtre, l'effondrement d'une ville, l'effondrement du couple - et le récit prend un peu trop son temps, surtout dans sa première partie. Mais la fin est très forte - il est fort l'ami Farhadi pour les fins.

Adieu Mandalay de Midi Z 3/6
Film âpre, dur, entre Tsai Ming-Liang (sans le lyrisme, hélas) et Amat Escalante (sans l'humour macabre). J'avais préféré Ice Poison du même auteur, mais Midi Z est à suivre.

Creepy de Kiyoshi Kurosawa 4/6
Kiyoshi Kurosawa en belle forme pour ce polar cinglé présenté à Berlin l'an passé. Plus le méchant est bon, plus le film est bon... et bien le méchant ici est d'anthologie, interprété par Teruyuki Kagawa (Tokyo Sonata). C'est un peu long, il faut accepter les multiples rebondissements, mais c'est jubilatoire.

Etats-Unis (5)
Mad Love in New York des frères Safdie 2/6
J'ai tellement vu de films indés sur des camés à Deauville que je pourrai écrire un mémoire sur le sujet... Bon, pas convaincu par celui-ci, beaucoup trop d'effets - dont la zik atroce - et j'ai dû mal avec l'acteur principal. Elle, par contre, est très bien - elle rejoue sa propre vie, si j'ai bien compris.

Margaret de Kenneth Lonegan 5/6
Le film maudit de l'auteur de Manchester By The Sea, dont Liam Engle vantait les mérites à sa sortie. Merci Liam... C'est un vrai grand film malade, parfois bizarrement raconté, avec du gras sur le bord, des ruptures de ton surprenantes - que l'on retrouvera dans le suivant mais en plus maîtrisées -, des trucs WTF - Jean Reno en séducteur colombien, Matthew Broderick en prof irascible. Mais à la fin du film, on a envie de serrer très fort Lisa dans ses bras tellement elle est agaçante et humaine, bref d'être plus connecté aux vivants - c'est de cela dont parle le film, dans ce New York post 11 septembre où les avions volent bas dans le ciel.

Greenberg de Noah Baumbach 4/6
C'est dommage pour Baumbach, quand même, d'avoir été sélectionné à Cannes pour son film le plus faible. Portrait d'un odieux connard (et en même temps fragile donc attachant), Greenberg possède quelques moments de grâce suspendus - avec Greta Gerwig, bien sûr. C'est un peu long, un peu sur-écrit (le chien, la fête avec les ados), mais j'ai été saisi pour ce spleen existentiel. La photo est beaucoup plus travaillée que pour son dernier film d'ailleurs, il a dû changer de chef op.

Last Face de Sean Penn 1/6
Je me méfie toujours un peu des accueils cannois... Bon, celui-là n'était pas usurpé, c'est effectivement un nanar de luxe hollywoodien puissance mille au moins pendant 1h30. C'est écrit comme les pieds, le propos est extrêmement douteux tant on a l'impression que Sean Penn cherche une approbation à sa trajectoire personnelle - méritoire quand il s'investit en Haïti. Après, on ne va pas se mentir : le dernier tiers est meilleur, la photo toujours classe et il y a toujours pire... Mais certains dialogues et scènes resteront dans mon panthéon personnel du nawak : toute l'intro, les personnages d'Adèle Exarchopoulos et de Jean Reno, l'utilisation embarrassante de la zik, la vision occidentale sur nos amis africains.

Voyage of Time de Terrence Malick 6/6
C'est tellement mon absolu de cinéma... j'ai trouvé le film extraordinaire, une grande expérience mystico-cinéphile qui m'a réconcilié avec Terrence Malick. La fluidité du montage, la beauté de certaines séquences, la poèsie qui s'en dégage, l'humanité qui transpire de tous les plans. Cela aurait pu durer encore dix heures.

Amérique du Sud (1)
Paulina de Santiago Mitre 4/6
Etude de caractère portée par son duo d'acteurs - la fille et le père, formidables. C'est un petit peu trop "théorique", mais il y a du talent dans la mise en scène et l'écriture.

Afrique (1)
Le Challat de Tunis de Kaouther Ben Hania 2/6
L'affiche est géniale, le film beaucoup moins. Le propos est inattaquable, mais je suis pas du tout fan de la forme choisie, surtout que tu grilles le documenteur dès les premières minutes...

Australie (1)
War Machine de David Michod 2/6
Comédie absurde entre MASH et la Guerre selon Charlie Wilson, War Machine ne m'a jamais convaincu. Ce n'est pas très drôle - je sauve Ben Kingsley en Karzaï -, il y a pas vraiment de suspense - on sait que l'Afghanistan fut un bourbier poussiéreux et bon, même si ça se regarde, l'intérêt se dilue.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 21 Avr 2017, 20:54 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18067
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Le Cantet est passé quasi inaperçu mais c'est vachement bien. Je crois que ça te plaira.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Avr 2017, 09:30 
Hors ligne
Successful superfucker
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Déc 2006, 21:20
Messages: 8809
Que des daubes ou presque. Bonne chance!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Avr 2017, 09:34 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 944
Le Guerman c'est un gourmandise, parce que je ne vois pas quelle contribution il pourrait avoir dans n'importe lequel de tes papiers. Si tu veux en prendre plein les mirettes il passe à la cinémathèque en Mai.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Avr 2017, 10:34 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20553
Oui, oui, le Guerman, c'est plus pour me "forcer" à le voir.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Juin 2017, 11:30 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20553
et d'ailleurs je ne l'ai pas vu au final...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Juin 2017, 11:36 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 944
Karloff a écrit:
et d'ailleurs je ne l'ai pas vu au final...

Je ne te félicite pas. Pourquoi le Midi Z, il avait un nouveau film à Cannes cette année?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Juin 2017, 11:53 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20553
C'est le grand moment du palmarès et de l'ego-trip. Vingt films, 3,45/6 de moyenne, pas terrible, mais Dpsr m'avait fait craindre le pire... L'exercice reste jouissif, ça me force vraiment à voir des films d'auteur, je vous le conseille.

Bon, le palmarès maintenant.

Palme d'or : Voyage of Time de Terrence Malick
C'est tellement mon absolu de cinéma... j'ai trouvé le film extraordinaire, une grande expérience mystico-cinéphile qui m'a réconcilié avec Terrence Malick. La fluidité du montage, la beauté de certaines séquences, la poésie qui s'en dégage, l'humanité qui transpire de tous les plans. Cela aurait pu durer encore dix heures.

Grand prix : La Colonie et Letter de Sergei Loznitsa
Deux films sur le même sujet : un asile en Russie, où des gens perdus semblent vivre en totale autarcie. J’ai trouvé ça absolument fascinant, comme si on regardait un film d’un autre temps. Alors bien sûr, ce n’est pas « divertissant » mais cela m’a donné envie de regarder d’autres documentaires de Loznitsa. Le premier - La Colonie - est plus long, plus « brut » aussi, mais les dix dernières minutes sont d'une force harassante donnant un nouveau sens au film - c'est un goulag qui n'a jamais été exhumé, en fait ? Le second - Letter - tient de l’exercice de style esthétique avec un travail sur l’image quasi-expérimental. Des scènes se répètent d’un film à l’autre, comme pour montrer que rien n’a changé. Et que rien ne changera jamais là-bas, comme un enfer où l'on répéterait les mêmes situations jusqu'à l'effacement.

Prix du jury : Ratcatcher de Lynne Ramsay
Beau premier film, entre les premiers Loach, avant que ça ne devienne des tracts pro-Mélenchon et L'Enfance nue de Pialat. Le lyrisme de la mise en scène, la pudeur, le côté presque fantastique de certains aspects du film m'ont vraiment conquis.

Prix de la mise en scène :
Ex-aequo :
Philippe Garrel pour L'ombre des femmes
Très beau film sur l'amour, le couple (les vaches). J'ai été surpris par Clotilde Courau, tellement je la trouve sublime dans le rôle et extrêmement émouvante. J'ai un peu plus de mal avec lui, que je trouve un peu figé, mais il y a vraiment de belles choses - les scènes avec les amants/l'utilisation de la musique, la scène où il l'observe.

Kiyoshi Kurosawa pour Creepy
Kiyoshi Kurosawa en belle forme pour ce polar cinglé présenté à Berlin l'an passé. Plus le méchant est bon, plus le film est bon... et bien le méchant ici est d'anthologie, interprété par Teruyuki Kagawa (Tokyo Sonata). C'est un peu long, il faut accepter les multiples rebondissements, mais c'est jubilatoire et la mise en scène est bien sûr parfaite, avec de vrais moments de flippe et de tension.

Scénario : Le Client d’Asghar Farhadi
Même si ce n'est pas mon préféré de l'Iranien (en fait je préfère ses films avant Une Séparation), c'est quand même le haut du panier en terme de scénario et de direction d'acteur - le double prix à Cannes paraît gros vu le niveau de la compétition mais peut se comprendre. Je trouve qu'il y a toute une partie métaphorique qu'il aurait pu presque expliciter davantage - l'agresseur qui est le double du metteur en scène, l'appartement comme scène de théâtre, l'effondrement d'une ville, l'effondrement du couple - et le récit prend un peu trop son temps, surtout dans sa première partie. Mais la fin est très forte - il est fort l'ami Farhadi pour les fins.

Actrice : Anna Paquin dans Margaret de Kenneth Lonegan
Le film maudit de l'auteur de Manchester By The Sea, dont Liam Engle vantait les mérites à sa sortie. Merci Liam... C'est un vrai grand film malade, parfois bizarrement raconté, avec du gras sur le bord, des ruptures de ton surprenantes - que l'on retrouvera dans le suivant mais en plus maîtrisées -, des trucs WTF - Jean Reno en séducteur colombien, Matthew Broderick en prof irascible. Mais à la fin du film, on a envie de serrer très fort Lisa dans ses bras tellement elle est agaçante et humaine, bref d'être plus connecté aux vivants - c'est de cela dont parle le film, dans ce New York post 11 septembre où les avions volent bas dans le ciel.

Acteur : Ben Stiller dans Greenberg de Noah Baumbach
Portrait d'un odieux connard (et en même temps fragile donc attachant), Greenberg possède quelques moments de grâce suspendus - avec Greta Gerwig, bien sûr. C'est un peu long, un peu sur-écrit (le chien, la fête avec les ados), mais j'ai été saisi pour ce spleen existentiel. La photo est sublime et Ben Stiller bluffant.

-----

Les autres films vus par ordre de préférence
Retour à Ithaque de Laurent Cantet
Surprenante trajectoire de Laurent Cantet, Palmé d'or par surprise et qui n'a pas la récompense cinéphile qu'il mérite. Car ce film confirme son grand talent de scénariste. Récit des retrouvailles d'une bande d'amis nostalgiques à Cuba, le film touche par la fausse simplicité de son dispositif formel et la grande place qu'il laisse aux acteurs, tous parfaits.

Ava de Léa Mysius
Un beau premier film qui révèle une jeune actrice Noée Abita - encore une future nommée aux César - mais aussi une cinéaste de 25 ans avec une maturité assez folle. Tout n'est pas réussi - le scénario part un peu trop dans tous les sens, le rythme ondule parfois jusqu'à l'ennui et les intentions sont un peu trop marquées - mais il y a une vraie sensualité qui affleure, une vraie liberté aussi, dans la manière justement de faire prendre au récit des tangentes surprenantes - je redoutais que ce soit plus frontal sur la cécité.

Pleasant Days de Kornel Mundruczo
Deuxième film de Kornel Mundruczo qui change donc de style à chaque film. Ici, il croque la vie de jeunes marginaux - caméra à l'épaule bien sûr -, avec ce qu'il faut d'érotisme et de violence psychologique. Je trouve la fin un peu trop écrite pour impressionner le spectateur mais le Hongrois sait faire monter la tension dans une scène et dans un film.

The Young Pope, épisodes 1 et 2 de Paolo Sorrentino
Ok, ce n'est pas un film mais une série. Mais j'avais lu quelque part que les deux premiers épisodes pouvaient s'apprécier comme un long métrage. Et c'est en partie vrai tant un arc du début du premier épisode se résous dans la dernière séquence du second. Pour le reste, on retrouve la vulgarité de Paolo Sorrentino dans l'écriture de ses monstres, sa mise en scène cliquante, la zik sacrée placée un peu partout. Cela fonctionne pas mal car le sujet s'y prête - un peu comme pour Il Divo et La Grande Bellezza. Et j'ai presque envie de voir la suite, du coup mais j'ai peur d'être lassé par les tics du cinéaste sur la longueur. Jude Law est pas mal, il a un côté arrogant qui colle bien au perso.

Paulina de Santiago Mitre
Etude de caractère portée par son duo d'acteurs - la fille et le père, formidables. C'est un petit peu trop "théorique", mais il y a du talent dans la mise en scène et l'écriture.

Adieu Mandalay de Midi Z
Film âpre, dur, entre Tsai Ming-Liang (sans le lyrisme, hélas) et Amat Escalante (sans l'humour macabre). J'avais préféré Ice Poison du même auteur, mais Midi Z est à suivre.

War Machine de David Michod
Comédie absurde entre MASH et la Guerre selon Charlie Wilson, War Machine ne m'a jamais convaincu. Ce n'est pas très drôle - je sauve Ben Kingsley en Karzaï -, il y a pas vraiment de suspense - on sait que l'Afghanistan fut un bourbier poussiéreux et bon, même si ça se regarde, l'intérêt se dilue.

Ricky de François Ozon
Quel film étrange.... Il y a un côté totalement nanar, mais peut-être assumé ? Un mélange des genres, des tonalités - fantastique, social, horreur presque et puis comédie ? La narration est super mal foutu, avec cette intro qui te mène sur une piste, cette fin qui n'a pas de sens si l'on suit la piste de l'intro.... Après, le côté WTF du truc m'a tenu éveillé, je trouve qu'il y a quelque chose de tellement insensée dans le film, sa production même, qui m'a vraiment intrigué. Je trouve Lamy toujours intéressante... Mais bon, un bébé qui vole se cogne contre une fenêtre.

Mad Love in New York des frères Safdie
J'ai tellement vu de films indés sur des camés à Deauville que je pourrai écrire un mémoire sur le sujet... Bon, pas convaincu par celui-ci, beaucoup trop d'effets - dont la zik atroce - et j'ai dû mal avec l'acteur principal. Elle, par contre, est très bien - elle rejoue sa propre vie, si j'ai bien compris.

Le Challat de Tunis de Kaouther Ben Hania
L'affiche est géniale, le film beaucoup moins. Le propos est inattaquable, mais je ne suis pas du tout fan de la forme choisie, surtout que tu grilles le documenteur dès les premières minutes...

Mes séances de lutte de Jacques Doillon
La caricature ultime du film français chiant. Horriblement prétentieux dans le discours - surtout que la métaphore est expliquée très vite -, répétitif, sur-écrit, avec deux acteurs qui se débattent comme ils peuvent - lui est meilleur qu'elle.

Last Face de Sean Penn
Je me méfie toujours un peu des accueils cannois... Bon, celui-là n'était pas usurpé, c'est effectivement un nanar de luxe hollywoodien puissance mille au moins pendant 1h30. C'est écrit comme les pieds, le propos est extrêmement douteux tant on a l'impression que Sean Penn cherche une approbation à sa trajectoire personnelle - méritoire quand il s'investit en Haïti. Après, on ne va pas se mentir : le dernier tiers est meilleur, la photo toujours classe et il y a toujours pire... Mais certains dialogues et scènes resteront dans mon panthéon personnel du nawak : toute l'intro, les personnages d'Adèle Exarchopoulos et de Jean Reno, l'utilisation embarrassante de la zik, la vision occidentale sur nos amis africains.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Juin 2017, 11:54 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20553
Lohmann a écrit:
Karloff a écrit:
et d'ailleurs je ne l'ai pas vu au final...

Je ne te félicite pas. Pourquoi le Midi Z, il avait un nouveau film à Cannes cette année?


Bah... ça fait partie de mes "entorses", histoire de m'obliger à voir les films... Et en l'occurence, je pense qu'il finira dans des gros festivals, donc c'est bien de voir ses premiers films.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Juin 2017, 12:06 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 944
Karloff a écrit:
Lohmann a écrit:
Karloff a écrit:
et d'ailleurs je ne l'ai pas vu au final...

Je ne te félicite pas. Pourquoi le Midi Z, il avait un nouveau film à Cannes cette année?


Bah... ça fait partie de mes "entorses", histoire de m'obliger à voir les films... Et en l'occurence, je pense qu'il finira dans des gros festivals, donc c'est bien de voir ses premiers films.
je pense aussi, personnellement c'est mon préféré de l'année en cours


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Juin 2017, 20:50 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20553
J'aurais dû le voir en salles, surtout. Là, chez moi, ce fut vu dans un état semi-comateux... Tu en as vu d'autres de lui ?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Juin 2017, 21:34 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 944
Karloff a écrit:
J'aurais dû le voir en salles, surtout. Là, chez moi, ce fut vu dans un état semi-comateux... Tu en as vu d'autres de lui ?
Non, découverte de l'année, faudra que je rattrape les précédents


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Juin 2017, 21:02 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20553
bcp aimé Ice Poison. J'espère qu'ils sortiront un jour

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cannes 2017

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 14, 15, 16 ]

Karloff

237

17876

30 Mai 2017, 17:04

Gontrand Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cannes à Paris 2017

DPSR

0

667

22 Mai 2017, 17:39

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon Festival de Cannes

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Qui-Gon Jinn

67

6780

10 Juin 2007, 13:11

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon Festival de Cannes

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

Karloff

77

3798

11 Mai 2015, 17:05

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Logement Festival de Cannes

deckard21

5

1462

18 Mar 2012, 12:52

The Xcapist Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Cannes en statistiques

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Karloff

29

3167

26 Mai 2014, 10:43

Cantal Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Cannes 2010

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 45, 46, 47 ]

Karloff

699

29148

19 Mai 2010, 00:49

Z Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Cannes 2011

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 115, 116, 117 ]

Karloff

1746

49727

26 Oct 2011, 10:50

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Cannes 2012

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 43, 44, 45 ]

Karloff

670

24545

12 Juin 2012, 11:02

Prout Man Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Cannes 2013

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 94, 95, 96 ]

Karloff

1429

40765

02 Juil 2013, 09:38

Prout Man Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web