Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 14 Aoû 2018, 16:58

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Mon Festival de Cannes 2016
MessagePosté: 29 Fév 2016, 22:07 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20727
Berlin passé, il est temps de se projeter sur le prochain Festival de Cannes... Voici donc mon troisième auto-Festival, avec des films projetés sur la Croisette que j'ai manqué dont huit films passés en compétition. La sélection changera peut-être après l'annonce de la vraie sélection (tout le monde s'en fiche, mais je précise)... Tous les films sont facilement trouvables en vod.

Pour les haters, c'est juste deux messages désormais...

Amérique du Nord (3)

Polytechnique de Denis Villeneuve (QR) 4/6
Film étrange, je le trouve à la fois beau quand il ne veut pas faire du sens, avec une vraie mise en scène et des choses très belles - les plans de nature morte, la trajectoire du héros masculine, et un peu concon avec son insistance sur le propos féministe et ce plan sur Guernica.

The Disapperance of Eleanor Rigby de Ned Benson (UCR) 3/6
Vu la version Them. Le couple fonctionne moyennement car Jessica Chastain irradie totalement ce pâle James McAvoy. Après, il y a de belles choses, surtout dans la dernière demi-heure, où l'on atteint une certaine grâce. Mais si tu as vu beaucoup de films indés ricains, tu te demandes pourquoi ce dernier a eu le droit à une sélection à Cannes.

Crimson Peak de Guillermo del Toro 2/6
Déception. Malgré une direction artistique au top, je trouve que le film ne raconte pas grand chose et surtout ce pas grand chose, il le raconte mal et lentement. On devrait écarter Del Toro d'un stylo tant il peine à écrire des personnages crédibles - cela fonctionne mieux quand il écrit sur des "monstres" ou des robots. Je retiens le combat final bitchy, le côté cash de la violence et Tom Hiddleston

France (3)
Suzanne de Katell Quillévéré (SiC) 4/6
Etrange ce film, je trouve le scénario très chargé, souvent improbable dans la réaction de ses personnages, surligné dans ses intentions, mais il dégage un vrai lyrisme. Les acteurs sont tous très bons, surtout François Damiens, qui me touche toujours dans les rôles dramatiques. Il y a du talent derrière tout ça, c'est évident.

La Frontière de l'aube de Philippe Garrel (C) 5/6
Le fameux film hué à Cannes en 2008. Incompréhension totale pour ma part, j'ai trouvé ça très beau, casse-gueule sans doute, dans son "autisme" et sa noirceur, mais toujours contrebalancé par une foi inouïe et palpable dans la rédemption par le cinéma. J'aime bcp ce que que fait Louis Garrel dans le film, moins Laura Smet qui surjoue un peu trop les scènes d'alcool - les dialogues sont parfois chargés... Toute la seconde partie est sublime, ça m'a beaucoup fait penser à Two Lovers, effectivement. Et l'irruption du fantastique ne m'a pas du tout gêné, bien au contraire.

Un Balcon sur la mer de Nicole Garcia 3/6
J'avais quitté Nicole Garcia sur l'horrible Selon Charlie. Je la retrouve avec ce mélodrame bourgeois, plein de tics d'écriture - les flashbacks à base de le perso réfléchit les yeux dans le vague, et paf, vingt ans en arrière, le mec - il ne boit jamais et paf on le voit ivre la scène suivante car cela ne va pas bien dans sa tête, tout ce qui tourne autour Iphigénie, l'accent sudiste des seconds rôles prolos.... Le film réussit aussi l'exploit de parler de l'Algérie sans montrer UN ARABE. Ceci étant dit, le film dégage quand même un petit parfum pas désagréable. Dujardin est très bon, Servillo aussi. Et le choix de Marie-Josée Croze en femme fatale hitchcokienne - le film est une lointaine variation de Vertigo - plutôt pertinent, car elle amène une fragilité à son rôle supposé de mante religieuse.

Europe (4)

Moloch d'Alexander Sokourov (C) 4/6
Un sacré morceau de cinéma. Pas sûr d'avoir tout le background historico-philosophique pour bien comprendre les intentions d'Alexander Sokourov - pour le coup, j'étais plus à l'aise avec l'histoire japonaise. La première partie est sublime, hors du temps, avec la danse macabre d'Eva Braun, cette vision esthétique du romantisme allemand que l'on retrouvera dans Faust. J'aime moins la suite, avec ces nazis d'opérette que le cinéaste prend bien soin de ne jamais faire apprécier, mais ça reste toujours une splendeur visuelle. La fin est très forte - Sokourov sait finir ses films...

Everyone Else de Maren Ade (C) 4/6
Bel exercice de style avec deux jeunes acteurs épatants. L'écriture est brillante - la scène de la porte vitrée ! -, après je trouve ça un peu long par rapport au propos du film, ce qui me fait peur pour le suivant qui fait quand même 2h45...

Le Temps du loup de Michael Haneke (HC) 3/6
Film très étrange de la part de Haneke. La première partie est très intrigante, la fin plutôt réussie, mais le milieu du film impose un curieux surplace - et pour être honnête, j'ai regardé toutes les cinq minutes le temps qu'il restait à subir ça. Je trouve aussi que les acteurs jouent très mal à l'exception d'Isabelle Huppert et Anaïs Desmoutier, vraie révélation du film.

La Mort de Dante Lazarescu de Cristi Puiu (UCR) 5/6
La grosse claque. Mon premier film de Cristi Puiu et sûrement pas le dernier, un thriller social terrifiant et à la fois totalement empathique. Tellement bien écrit et joué. Je ne comprends pas comment et pourquoi la Roumanie fournit autant de bons scénaristes et réalisateurs.

Amérique du Sud (4)
La Sainte Fille de Lucrecia Martel (C) 3/6
Etude de caractère qui prend son temps pour déployer toute sa perversité. Je reconnais la qualité de l'écriture cinématographique mais je me suis pas mal ennuyé devant. Les vingt dernières minutes sont très fortes.

Les Bruits de Recife de Filho Kleber Mendoça 5/6
Premier film hyper maîtrisé sur la classe bourgeoise du Brésil, entre parano et culpabilité. La mise en scène est brillante, le scénario habile dans sa manière de mêler les genres. Très hâte de découvrir Aquarius.

Tony Manero de Pablo Larrain (UCR) 4/6
Malsain, glauque, profondément sombre et porté par un acteur dément, Tony Manero est un parfait résumé du travail de Pablo Larrain. C'est noir et c'est fort. L'immoralité du régime de Pinochet finit par transformer les hommes en monstre.

L'étreinte du serpent de Ciro Guerra (QR) 4/6
Du beau cinéma chamanique, sublimé par le noir et blanc et le travail sur le son. J'adore la partie avec le chaman jeune, moins celle avec le vieux chaman, surtout que Brionne Davis joue pas très bien. Les dix dernières minutes sont sublimes.

Asie (4)
Lola de Brillante Mendoza 5/6
On m'avait parlé de Lola après Taklub (que j'ai beaucoup aimé), en m'expliquant que c'était encore plus fort. Et bien c'est vrai: c'est juste un film extraordinaire, tellement beau que j'ai eu les larmes aux yeux presque du début jusqu'à la fin - les hormones peut-être. Le regard de Brillante Mendoza peut être d'une tendresse infinie et du dur comme l'acier. Grand film, grand cinéaste.

Purple Butterfly de Lou Ye (C) 2/6
On comprend mieux pourquoi le film est resté dans les tiroirs... En compétition à Cannes en 2003, Purple Butterfly a été massacré au montage si bien que l'histoire est à la limite du compréhensible, surtout dans sa première partie. Quelques séquences sont très réussies - la scène de la fusillade sur le quai de la gare par exemple, j'aime bien l'assassinat du frère aussi -, Zhang Ziyi est toujours aussi intéressante comme actrice - les mecs ont plus de mal -, mais la narration éclatée limite l'émotion et je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire. Les cinq dernières minutes sont à la limite de la propagande mais je me doute que Lou Ye n'a peut-être pas trop eu le choix...

Au revoir l'été de Koji Fukada 4/6
Film délicat entre Conte d'été et Notre petite sœur, on s'y sent très bien, la jeune héroïne est craquante et ses émois amoureux magnifiquement restitués - je suis moins fan de la partie Love Hotel... La mise en scène laisse tout cela évoluer sans heurt, mais il y a quand même quelques très beaux plans bien composés, c'est plus élaboré que la simple approche naturaliste.

La Fête du Feu d'Asghar Farhadi 5/6
Une leçon d'écriture, de mise en scène et de direction d'acteurs. C'est assez fascinant de voir à quel point le film est une sorte de brouillon d'une Séparation (d'ailleurs je le trouve moins "mécanique"). Le film diffuse une vraie mélancolie, un vrai regard désabusé sur l'amour.

Océanie (1)
Charlie's Country de Rolf de Heer (UCR) 4/6
Beau film simple sur un homme qui ne trouve pas sa place dans une société de blanc. Je trouve parfois la mise en scène moyennement inspirée mais David Gulpilil est énorme dans le rôle principal.

Afrique (1)
Les Chevaux de Dieu de Nabil Ayouch (UCR) 4/6
Largement supérieur à Made in France, même si la radicalisation des jeunes marocains est trop expédiée. La première partie dans le bidonville est très belle et si le film est très linéaire, Nabil Ayouch parvient à provoquer une vraie empathie pour les deux frères.

Allez, je vais profiter de mes vacances pour en voir un max.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Fév 2016, 22:17 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 1170
bon visionnage de Norte! :D


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Mar 2016, 16:37 
Hors ligne
Expert

Inscription: 23 Mar 2010, 16:54
Messages: 212
Norte est le Lav Diaz le plus "accessible" (et l'un des moins longs), mais pas forcément le plus beau.

A l'exception de Purple Butterfly, j'ai vu tous les films de "ton" festival et mes 2 coups de coeur sont L'institutrice et La Niña Santa de Martel (et j'aime BEAUCOUP aussi le Bellocchio). Il y a aussi deux bonnes daubasses dans ta liste, mais je te laisse les découvrir!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Mar 2016, 21:14 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20727
J'espère que ce n'est pas le Garrel, j'ai beaucoup aimé.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 02 Mar 2016, 09:23 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 8653
Polytechnique de Villeneuve est un film québécois pas US.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Mar 2016, 09:19 
Hors ligne
Expert

Inscription: 19 Avr 2015, 17:38
Messages: 208
Localisation: Jarden, Texas
Abyssin a écrit:
Polytechnique de Villeneuve est un film québécois pas US.


Il l'a mis dans Amérique du Nord et le Québec est en Amérique du Nord... Donc c'est bon.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Mar 2016, 09:25 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72045
Localisation: Fortress of Writing
Rajdevaincre a écrit:
Donc c'est bon.

Contrairement au film.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Mai 2016, 21:02 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20727
C'est l'heure du bilan. J'ai plutôt bien aimé ma sélection, faite de films passés à Cannes et de films réalisés par des metteurs en scène sélectionnés cette année à Cannes, à l'exception de Del Toro. Vingt films donc, seul deux m'ont déçu sans tomber non plus dans l'excès. Je regrette de ne pas avoir trouvé certains films "sélectionnés", la VoD a encore des progrès à faire même si le moteur de recherche du CNC est très pratique. Netflix a coupé le son de son catalogue US à mi-Lav Diaz, c'est dommage...

Enfin, bref, vous l'attendez tous, ou pas, voici mon palmarès.

Palme d'or: La Mort de Dante Lazarescu de Cristi Puiu
La grosse claque. Mon premier film de Cristi Puiu et sûrement pas le dernier, un thriller social terrifiant et à la fois totalement empathique. Tellement bien écrit et joué. Je ne comprends pas comment et pourquoi la Roumanie fournit autant de bons scénaristes et réalisateurs.

Grand prix du jury: Lola de Brillante Mendoza
On m'avait parlé de Lola après Taklub (que j'ai beaucoup aimé), en m'expliquant que c'était encore plus fort. Et bien c'est vrai: c'est juste un film extraordinaire, tellement beau que j'ai eu les larmes aux yeux presque du début jusqu'à la fin - les hormones peut-être. Le regard de Brillante Mendoza peut être d'une tendresse infinie et du dur comme l'acier. Grand film, grand cinéaste.

Prix de la mise en scène ex-aequo: La Frontière de l'aube de Philippe Garrel et Les Bruits de Recife de Filho Kleber Mendoça
Le premier est ke fameux film hué à Cannes en 2008. Incompréhension totale pour ma part, j'ai trouvé ça très beau, casse-gueule sans doute, dans son "autisme" et sa noirceur, mais toujours contrebalancé par une foi inouïe et palpable dans la rédemption par le cinéma. J'aime bcp ce que que fait Louis Garrel dans le film, moins Laura Smet qui surjoue un peu trop les scènes d'alcool - les dialogues sont parfois chargés... Toute la seconde partie est sublime, ça m'a beaucoup fait penser à Two Lovers, effectivement. Et l'irruption du fantastique ne m'a pas du tout gêné, bien au contraire.

Le second est un premier film hyper maîtrisé sur la classe bourgeoise du Brésil, entre parano et culpabilité. La mise en scène est brillante, le scénario habile dans sa manière de mêler les genres - on passe du film social au thriller, de Miguel Gomes à John Carpenter, avec des personnages jamais noirs ou blancs. Très hâte de découvrir Aquarius.

Prix du meilleur scénario: Au revoir l'été de Koji Fukada
Film délicat entre Conte d'été et Notre petite sœur, on s'y sent très bien, la jeune héroïne est craquante et ses émois amoureux magnifiquement restitués - je suis moins fan de la partie Love Hotel... La mise en scène laisse tout cela évoluer sans heurt, mais il y a quand même quelques très beaux plans bien composés, c'est plus élaboré que la simple approche naturaliste.

Meilleur acteur: Alfredo Castro dans Tony Manero de Pablo Larrain
Malsain, glauque, profondément sombre et porté par un acteur dément, Tony Manero est un parfait résumé du travail de Pablo Larrain. C'est noir et c'est fort. L'immoralité du régime de Pinochet finit par transformer les hommes en monstre.

Meilleure actrice: Taraneh Allidousti, Hedieh Tehrani et Pantea Bahram dans La Fête du Feu d'Asghar Farhadi
Une leçon d'écriture, de mise en scène et de direction d'acteurs. C'est assez fascinant de voir à quel point le film est une sorte de brouillon d'une Séparation (d'ailleurs je le trouve moins "mécanique"). Le film diffuse une vraie mélancolie, un vrai regard désabusé sur l'amour.

Prix du jury: L'étreinte du serpent de Ciro Guerra
Du beau cinéma chamanique, sublimé par le noir et blanc et le travail sur le son. J'adore la partie avec le chaman jeune, moins celle avec le vieux chaman, surtout que Brionne Davis joue pas très bien. Les dix dernières minutes sont sublimes.

Films sans prix par ordre de préférence

Moloch d'Alexander Sokourov
Un sacré morceau de cinéma. Pas sûr d'avoir tout le background historico-philosophique pour bien comprendre les intentions d'Alexander Sokourov - pour le coup, j'étais plus à l'aise avec l'histoire japonaise. La première partie est sublime, hors du temps, avec la danse macabre d'Eva Braun, cette vision esthétique du romantisme allemand que l'on retrouvera dans Faust. J'aime moins la suite, avec ces nazis d'opérette que le cinéaste prend bien soin de ne jamais faire apprécier, mais ça reste toujours une splendeur visuelle. La fin est très forte - Sokourov sait finir ses films...

Everyone Else de Maren Ade
Bel exercice de style avec deux jeunes acteurs épatants. L'écriture est brillante - la scène de la porte vitrée ! -, après je trouve ça un peu long par rapport au propos du film, ce qui me fait peur pour le suivant qui fait quand même 2h45...

Les Chevaux de Dieu de Nabil Ayouch
Largement supérieur à Made in France, même si la radicalisation des jeunes marocains est trop expédiée. La première partie dans le bidonville est très belle et si le film est très linéaire, Nabil Ayouch parvient à provoquer une vraie empathie pour les deux frères.

Polytechnique de Denis Villeneuve
Film étrange, je le trouve à la fois beau quand il ne veut pas faire du sens, avec une vraie mise en scène et des choses très belles - les plans de nature morte, la trajectoire du héros masculine, et un peu concon avec son insistance sur le propos féministe et ce plan sur Guernica.

Suzanne de Katell Quillévéré
Etrange ce film, je trouve le scénario très chargé, souvent improbable dans la réaction de ses personnages, surligné dans ses intentions, mais il dégage un vrai lyrisme. Les acteurs sont tous très bons, surtout François Damiens, qui me touche toujours dans les rôles dramatiques. Il y a du talent derrière tout ça, c'est évident.

Charlie's Country de Rolf de Heer
Beau film simple sur un homme qui ne trouve pas sa place dans une société de blanc. Je trouve parfois la mise en scène moyennement inspirée mais David Gulpilil est énorme dans le rôle principal.

La Sainte Fille de Lucrecia Martel
Etude de caractère qui prend son temps pour déployer toute sa perversité. Je reconnais la qualité de l'écriture cinématographique mais je me suis pas mal ennuyé devant. Les vingt dernières minutes sont très fortes.

The Disapperance of Eleanor Rigby de Ned Benson
Vu la version Them. Le couple fonctionne moyennement car Jessica Chastain irradie totalement ce pâle James McAvoy. Après, il y a de belles choses, surtout dans la dernière demi-heure, où l'on atteint une certaine grâce. Mais si tu as vu beaucoup de films indés ricains, tu te demandes pourquoi ce dernier a eu le droit à une sélection à Cannes.

Le Temps du loup de Michael Haneke
Film très étrange de la part de Haneke. La première partie est très intrigante, la fin plutôt réussie, mais le milieu du film impose un curieux surplace - et pour être honnête, j'ai regardé toutes les cinq minutes le temps qu'il restait à subir ça. Je trouve aussi que les acteurs jouent très mal à l'exception d'Isabelle Huppert et Anaïs Desmoutier, vraie révélation du film.

Un Balcon sur la mer de Nicole Garcia
J'avais quitté Nicole Garcia sur l'horrible Selon Charlie. Je la retrouve avec ce mélodrame bourgeois, plein de tics d'écriture - les flashbacks à base de le perso réfléchit les yeux dans le vague, et paf, vingt ans en arrière, le mec - il ne boit jamais et paf on le voit ivre la scène suivante car cela ne va pas bien dans sa tête, tout ce qui tourne autour Iphigénie, l'accent sudiste des seconds rôles prolos.... Le film réussit aussi l'exploit de parler de l'Algérie sans montrer UN ARABE. Ceci étant dit, le film dégage quand même un petit parfum pas désagréable. Dujardin est très bon, Servillo aussi. Et le choix de Marie-Josée Croze en femme fatale hitchcokienne - le film est une lointaine variation de Vertigo - plutôt pertinent, car elle amène une fragilité à son rôle supposé de mante religieuse.

Crimson Peak de Guillermo del Toro
Déception. Malgré une direction artistique au top, je trouve que le film ne raconte pas grand chose et surtout ce pas grand chose, il le raconte mal et lentement. On devrait écarter Del Toro d'un stylo tant il peine à écrire des personnages crédibles - cela fonctionne mieux quand il écrit sur des "monstres" ou des robots. Je retiens le combat final bitchy, le côté cash de la violence et Tom Hiddleston.

Purple Butterfly de Lou Ye
On comprend mieux pourquoi le film est resté dans les tiroirs... En compétition à Cannes en 2003, Purple Butterfly a été massacré au montage si bien que l'histoire est à la limite du compréhensible, surtout dans sa première partie. Quelques séquences sont très réussies - la scène de la fusillade sur le quai de la gare par exemple, j'aime bien l'assassinat du frère aussi -, Zhang Ziyi est toujours aussi intéressante comme actrice - les mecs ont plus de mal -, mais la narration éclatée limite l'émotion et je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire. Les cinq dernières minutes sont à la limite de la propagande mais je me doute que Lou Ye n'a peut-être pas trop eu le choix...

Maintenant, place au vrai festival de cannes.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mai 2016, 11:22 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 1630
Faudrait peut être ouvrir un blog

Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mai 2016, 15:45 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20727
Oh, ça va. Prenez ça comme un court métrage amateur

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mai 2016, 16:25 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18488
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Moi j'aime bien, sympa à lire.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mai 2016, 16:37 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20727
ah c'est gentil. En tout cas, j'adore me prêter à cet exercice car cela "me force" à voir des films au-delà de tous les préjugés que l'on peut avoir sur la chiantitude supposée du cinéma d'auteur.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mai 2016, 17:22 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 8653
Citation:
Tu le positionnes comment par rapport à Santiago 73, post mortem, sachant que je considère ce dernier comme un chef d'oeuvre. .

c'est le seul de lui que je n'ai pas aimé...

Citation:
C'est marrant ce genre de charcutage c'est typique des productions asiats surtout pour l'export. J'avais vu un film taïwanais qui était initialement en 2 parties et qu'ils avaient dû passer de 5 à 2 heures 30. J'avais rien compris à part que les méchants japonais luttaient contre les gentils indigènes et que cette guerre avait été aussi gore qu'un abattoir Bigard. T'avais aussi Les trois royaumes de John Woo qui était passé de 288 à 148 minutes pour l'export.


Seddiq Bale avec la chasse aux têtes et ses ellipses de vingt ans sans prévenir


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mai 2016, 17:32 
Hors ligne
Expert

Inscription: 19 Avr 2015, 17:38
Messages: 208
Localisation: Jarden, Texas
J'aime beaucoup le concept aussi.
Du coup je m'en suis inspiré et j'ai fait un peu pareil il y a un mois avec une vingtaine de films... :)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 06 Mai 2016, 17:40 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Juil 2011, 12:46
Messages: 8653
Moi je plaide pour la création du topic Le cinéma de Caribou :P

Non mais là ça va même si ça fait un peu blog.
C'était chiant quand Kokoff mettait un post pour chaque film vu quand existait un topic dédié au film (et qu'il remplissait aussi heureusement)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon Festival de Cannes

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Qui-Gon Jinn

67

7241

10 Juin 2007, 13:11

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon Festival de Cannes

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 4, 5, 6 ]

Karloff

77

4409

11 Mai 2015, 17:05

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Logement Festival de Cannes

deckard21

5

1576

18 Mar 2012, 12:52

The Xcapist Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Cannes en statistiques

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Karloff

29

3403

26 Mai 2014, 10:43

Cantal Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Cannes 2010

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 45, 46, 47 ]

Karloff

699

32240

19 Mai 2010, 00:49

Z Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Cannes 2011

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 115, 116, 117 ]

Karloff

1746

53412

26 Oct 2011, 10:50

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Cannes 2012

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 43, 44, 45 ]

Karloff

670

27828

12 Juin 2012, 11:02

Prout Man Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Cannes 2013

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 94, 95, 96 ]

Karloff

1429

44678

02 Juil 2013, 09:38

Prout Man Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Cannes 2014

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 114, 115, 116 ]

Karloff

1738

59639

30 Nov 2014, 00:38

grunt Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Festival de Cannes 2046

Déjà-vu

13

894

13 Juil 2013, 10:28

adlena Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web