Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 15 Nov 2018, 04:58

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 64 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 01 Déc 2011, 01:18 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10588
Localisation: Previously on Premiere
Film Freak a écrit:
Avec ce plan super long où Krieger conduit en souriant, Luther fait rien, Claire regarde Ethan qui regarde dans le vide.


C'est vraiment le film avec un milliard de détails, dont la moitié sont des leurres.
Ce plan est banal, on ne retient que le sourire de Krieger et Ethan dans ses pensées... mais en sachant le fin mot de l'histoire, tu sais que Ethan suspecte deux de ses coéquipiers, Krieger pense avoir la liste SUR LUI, Luther hallucine d'avoir fait ce qu'il a fait, et Claire se demande si elle est grillée...


Citation:
Alors que dans le 3, après la scène du Vatican, c'est excursion en hors-bord tout sourire.


Je l'aime beaucoup celui-là. Je le trouve un peu inconséquent dans l'ensemble, mais certaines scènes sont fabuleuses. Je vais bientôt me le remater.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Déc 2011, 01:19 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10588
Localisation: Previously on Premiere
Film Freak a écrit:
Oui mais s'il se fait pécho par un lockdown du bâtiment, tout son plan tombe à l'eau.


D'où l'ellipse de bâtards ! L'ellipse anti Jason Bourne, quoi !

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Déc 2011, 01:32 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72487
Localisation: Fortress of Writing
Z a écrit:
Film Freak a écrit:
Avec ce plan super long où Krieger conduit en souriant, Luther fait rien, Claire regarde Ethan qui regarde dans le vide.


C'est vraiment le film avec un milliard de détails, dont la moitié sont des leurres.
Ce plan est banal, on ne retient que le sourire de Krieger et Ethan dans ses pensées... mais en sachant le fin mot de l'histoire, tu sais que Ethan suspecte deux de ses coéquipiers, Krieger pense avoir la liste SUR LUI, Luther hallucine d'avoir fait ce qu'il a fait, et Claire se demande si elle est grillée...

Exactement.

Citation:
Je l'aime beaucoup celui-là. Je le trouve un peu inconséquent dans l'ensemble, mais certaines scènes sont fabuleuses. Je vais bientôt me le remater.

Rematé cet aprèm. Je prépare mon message comme pour les deux autres.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Déc 2011, 01:32 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72487
Localisation: Fortress of Writing
Z a écrit:
L'ellipse anti Jason Bourne, quoi !

Oui ça manque de flashbacks à image saturée et de tueurs à gages aux cheveux ras.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Déc 2011, 01:38 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10588
Localisation: Previously on Premiere
Film Freak a écrit:
Z a écrit:
L'ellipse anti Jason Bourne, quoi !

Oui ça manque de flashbacks à image saturée et de tueurs à gages aux cheveux ras.


Je pensais au premier, le seul le vrai.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Déc 2011, 01:40 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10588
Localisation: Previously on Premiere
Si on s'écrivait un film comme ça à quatre mains, on deviendrait fous.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Déc 2011, 01:54 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5184
Z a écrit:
Film Freak a écrit:
Z a écrit:
L'ellipse anti Jason Bourne, quoi !

Oui ça manque de flashbacks à image saturée et de tueurs à gages aux cheveux ras.


Je pensais au premier, le seul le vrai.


Heureux de voir que je ne suis pas le seul à préférer le premier au deuxième ou au troisième!

Sinon, Mission:Impossible, ouais, revu avant hier donc avec FF, et c'est fou, je comprends pourquoi à l'époque déjà, je l'avais du 2 fois au ciné.

Cette confiance qu'à De Palma dans ses images, se confrontant au ridicule au lieu de l'éviter et créant un film qu'on voit se faire par la force, c'est ouf.

Tout, absolument tout me parle et me charme dans ce film.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Déc 2011, 02:11 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10588
Localisation: Previously on Premiere
Puck a écrit:
Heureux de voir que je ne suis pas le seul à préférer le premier au deuxième ou au troisième!


J'aime les trois, passionnément. Mais le premier a une âme, un rythme et une structure que les deux autres bazardent au seul profit de la caméra portée. Ils surfent admirablement bien sur l'énergie du premier, exploitent le concept du héros invincible et omniscient... mais du coup il devient un Terminator dans la matrice, entouré d'agents de toutes parts, alors que dans le premier, il était humain avant tout (avec ses moments de pause, de dialogues, de rencontres avec des citoyens - ce qui n'arrivera plus jamais). Et puis j'ai un sentiment de vase clos et de répétition dans les Greengrass, tandis que le Liman me donne une bouffée d'air frais à chaque nouvelle vision. Et j'ai un faible pour la poursuite old school du premier par rapport à la superpuissance de la caméra embarquée et du montage frénétique des deux autres...

Citation:
Cette confiance qu'à De Palma dans ses images, se confrontant au ridicule au lieu de l'éviter et créant un film qu'on voit se faire par la force, c'est ouf.


C'est marrant (enfin non, c'est geek à mort, donc risible : attention), à chaque fois que je pense au cinéma de De Palma vs Le Ridicule, je repense à la torpille d'Octobre Rouge que Sean Connery pulvérise avant qu'elle ne soit armée, en fonçant dessus. De Palma fonce dans le ridicule à base de clichés et d'effets voyants ou casse-gueule, pour extraire un truc inattendu, un moment de pure poésie (parfois de la poésie technique, comme les plans qu'évoquaient Tetsuo avec la lentille), une énergie unique, ou une émotion improbable. Je ressens beaucoup ça dans Blow Out, Phantom of the Paradise, L'Impasse et celui-ci. Le spectateur commence à sourire devant le cliché, croyant avoir compris, puis il rit devant le truc grossier... et finalement il termine scotché, bouche bée, parce que l'effet MARCHE et que l'émotion PASSE. Y a pas mal de moments intenses dans Scarface ou Carrie aussi qui te sautent à la gueule comme ça. En plus, un mouvement de caméra de De Palma, quand il part, ça se remarque. C'est parfois optique, c'est souvent physique, c'est toujours voyant (split-screen, ralenti, jeu de focales, plan bancal...). Mais quand il achève son mouvement, c'est souvent orgasmique.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Déc 2011, 02:46 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5184
Z a écrit:
Puck a écrit:
Heureux de voir que je ne suis pas le seul à préférer le premier au deuxième ou au troisième!


J'aime les trois, passionnément. Mais le premier a une âme, un rythme et une structure que les deux autres bazardent au seul profit de la caméra portée. Ils surfent admirablement bien sur l'énergie du premier, exploitent le concept du héros invincible et omniscient... mais du coup il devient un Terminator dans la matrice, entouré d'agents de toutes parts, alors que dans le premier, il était humain avant tout (avec ses moments de pause, de dialogues, de rencontres avec des citoyens - ce qui n'arrivera plus jamais). Et puis j'ai un sentiment de vase clos et de répétition dans les Greengrass, tandis que le Liman me donne une bouffée d'air frais à chaque nouvelle vision. Et j'ai un faible pour la poursuite old school du premier par rapport à la superpuissance de la caméra embarquée et du montage frénétique des deux autres...


Voilà, je suis assez d'accord avec tout ça, dans le sens où j'aime vraiment beaucoup le deuxième (le troisième, je me suis juré de le rattraper, je l'avais vu dans de sales conditions, fatigue, etc.), mais le premier me parle beaucoup plus pour ce côté old school et surtout hyper intime en fait finalement, et intime cinématographiquement aussi, dans la manière qu'à la caméra de suivre ses persos, on sent presque le souffle, les pensées de chacun, alors que dans les autres, cette subtilité est effacée. Puis le côté européen du truc m'avait beaucoup plu aussi.

Z a écrit:
Puck a écrit:
Cette confiance qu'à De Palma dans ses images, se confrontant au ridicule au lieu de l'éviter et créant un film qu'on voit se faire par la force, c'est ouf.


C'est marrant (enfin non, c'est geek à mort, donc risible : attention), à chaque fois que je pense au cinéma de De Palma vs Le Ridicule, je repense à la torpille d'Octobre Rouge que Sean Connery pulvérise avant qu'elle ne soit armée, en fonçant dessus. De Palma fonce dans le ridicule à base de clichés et d'effets voyants ou casse-gueule, pour extraire un truc inattendu, un moment de pure poésie (parfois de la poésie technique, comme les plans qu'évoquaient Tetsuo avec la lentille), une énergie unique, ou une émotion improbable. Je ressens beaucoup ça dans Blow Out, Phantom of the Paradise, L'Impasse et celui-ci. Le spectateur commence à sourire devant le cliché, croyant avoir compris, puis il rit devant le truc grossier... et finalement il termine scotché, bouche bée, parce que l'effet MARCHE et que l'émotion PASSE. Y a pas mal de moments intenses dans Scarface ou Carrie aussi qui te sautent à la gueule comme ça. En plus, un mouvement de caméra de De Palma, quand il part, ça se remarque. C'est parfois optique, c'est souvent physique, c'est toujours voyant (split-screen, ralenti, jeu de focales, plan bancal...). Mais quand il achève son mouvement, c'est souvent orgasmique.


Oui, c'est exactement ça, je m'en était rendu compte assez jeune à ma première vision de Blow Out, déjà à 14, 15 ans, tout te parait abusé, puis ça marche et ça en vient même à te convaincre que ça n'aurait jamais pu marcher autrement, c'est surpuissant. Sentiment confirmé ensuite avec Phantom of the Paradise qui est son film le plus casse gueule sur bien des points, constamment sur le fil, et miraculeusement, ça opère, sérieusement, j'aime pas parler de "magie du cinéma", mais pour De Palma, c'est vraiment ça, le mec est dans l'illusion constante, c'est fou!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Déc 2011, 09:12 
En ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23692
Localisation: Arkham Asylum
Puck a écrit:
Heureux de voir que je ne suis pas le seul à préférer le premier au deuxième ou au troisième!


Tu veux dire que t'es pas le seul à être normal ? Non, on est plusieurs, t'inquiète.

_________________
Ce que ce critique de cinéma dit de ce film va vous bouleverser...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Déc 2011, 09:15 
En ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23692
Localisation: Arkham Asylum
Z a écrit:
C'est marrant (enfin non, c'est geek à mort, donc risible : attention), à chaque fois que je pense au cinéma de De Palma vs Le Ridicule, je repense à la torpille d'Octobre Rouge que Sean Connery pulvérise avant qu'elle ne soit armée, en fonçant dessus. De Palma fonce dans le ridicule à base de clichés et d'effets voyants ou casse-gueule, pour extraire un truc inattendu, un moment de pure poésie (parfois de la poésie technique, comme les plans qu'évoquaient Tetsuo avec la lentille), une énergie unique, ou une émotion improbable. Je ressens beaucoup ça dans Blow Out, Phantom of the Paradise, L'Impasse et celui-ci. Le spectateur commence à sourire devant le cliché, croyant avoir compris, puis il rit devant le truc grossier... et finalement il termine scotché, bouche bée, parce que l'effet MARCHE et que l'émotion PASSE. Y a pas mal de moments intenses dans Scarface ou Carrie aussi qui te sautent à la gueule comme ça. En plus, un mouvement de caméra de De Palma, quand il part, ça se remarque. C'est parfois optique, c'est souvent physique, c'est toujours voyant (split-screen, ralenti, jeu de focales, plan bancal...). Mais quand il achève son mouvement, c'est souvent orgasmique.


Putain, j'aimerai bien qu'il refasse des chouettes films là, Brian !

_________________
Ce que ce critique de cinéma dit de ce film va vous bouleverser...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 01 Déc 2011, 10:08 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juil 2009, 21:22
Messages: 7670
Z a écrit:
C'est marrant (enfin non, c'est geek à mort, donc risible : attention), à chaque fois que je pense au cinéma de De Palma vs Le Ridicule, je repense à la torpille d'Octobre Rouge que Sean Connery pulvérise avant qu'elle ne soit armée, en fonçant dessus. De Palma fonce dans le ridicule à base de clichés et d'effets voyants ou casse-gueule, pour extraire un truc inattendu, un moment de pure poésie (parfois de la poésie technique, comme les plans qu'évoquaient Tetsuo avec la lentille), une énergie unique, ou une émotion improbable. Je ressens beaucoup ça dans Blow Out, Phantom of the Paradise, L'Impasse et celui-ci. Le spectateur commence à sourire devant le cliché, croyant avoir compris, puis il rit devant le truc grossier... et finalement il termine scotché, bouche bée, parce que l'effet MARCHE et que l'émotion PASSE. Y a pas mal de moments intenses dans Scarface ou Carrie aussi qui te sautent à la gueule comme ça. En plus, un mouvement de caméra de De Palma, quand il part, ça se remarque. C'est parfois optique, c'est souvent physique, c'est toujours voyant (split-screen, ralenti, jeu de focales, plan bancal...). Mais quand il achève son mouvement, c'est souvent orgasmique.


C'est bien ce que tu dis là. Je suis d'accord, bien sûr. 100% d'accord.

Et oui, Brian, bouge-toi les fesses !


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Déc 2011, 22:56 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 4944
Z a écrit:
Film Freak a écrit:
Avec ce plan super long où Krieger conduit en souriant, Luther fait rien, Claire regarde Ethan qui regarde dans le vide.


C'est vraiment le film avec un milliard de détails, dont la moitié sont des leurres.
Ce plan est banal, on ne retient que le sourire de Krieger et Ethan dans ses pensées... mais en sachant le fin mot de l'histoire, tu sais que Ethan suspecte deux de ses coéquipiers, Krieger pense avoir la liste SUR LUI, Luther hallucine d'avoir fait ce qu'il a fait, et Claire se demande si elle est grillée...


Je viens de le revoir et n'interprète pas tout à fait la scène de la même façon :
Krieger A la liste.

A ce moment, Ethan n'a pas encore de soupçons, ce sera à Londres grâce à la Bibile


Sinon, le panard.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Déc 2011, 23:34 
Hors ligne
L'impertinent pertinent
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Juil 2005, 01:55
Messages: 10588
Localisation: Previously on Premiere
Billy Budd a écrit:
Krieger A la liste.

A ce moment, Ethan n'a pas encore de soupçons, ce sera à Londres grâce à la Bibile


T'as raison, Krieger a la liste.

Mais par contre Ethan a déjà des soupçons (il a remarqué le couteau). Seulement nous ne voyons la regard sur le couteau que plus tard, au moment où il fait face à Phelps.

_________________
I think we're gonna need a helmet.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 05 Déc 2011, 09:11 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 4944
Z a écrit:
Billy Budd a écrit:
Krieger A la liste.

A ce moment, Ethan n'a pas encore de soupçons, ce sera à Londres grâce à la Bibile


T'as raison, Krieger a la liste.

Mais par contre Ethan a déjà des soupçons (il a remarqué le couteau). Seulement nous ne voyons la regard sur le couteau que plus tard, au moment où il fait face à Phelps.


Je parlais des soupçons sur Claire, qui n'interviendront que bien plus tard; je pense que Ethan n'a jamais fait confiance à Krieger.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 64 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mission: Impossible III (J.J. Abrams - 2006)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 9, 10, 11 ]

Mufti

164

12730

31 Aoû 2015, 23:40

Tetsuo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mission : Impossible - 2 (John Woo, 2000)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Film Freak

21

1570

15 Aoû 2015, 16:18

rotary [Bot] Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mission : Impossible - Fallout (Christopher McQuarrie, 2018)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 11, 12, 13 ]

Film Freak

184

6113

03 Oct 2018, 23:09

Massinfect Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mission Impossible : Ghost Protocol (Brad Bird, 2011)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Film Freak

69

4940

08 Juin 2012, 14:41

Dark Jojo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mission: impossible - Rogue Nation (Christopher McQuarrie - 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 8, 9, 10 ]

DPSR

148

6978

26 Sep 2015, 22:31

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Greetings (Brian De Palma, 1968)

Film Freak

1

159

02 Juil 2018, 10:48

Cantal Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Hi, Mom! (Brian De Palma, 1970)

Film Freak

7

313

08 Juin 2018, 07:06

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Pulsions (Brian de Palma, 1980)

Cosmo

6

1335

18 Juin 2018, 00:02

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Outrages (Brian de Palma - 1989)

Blissfully

3

880

06 Mar 2007, 09:34

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Redacted (Brian de Palma, 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 25, 26, 27 ]

Jericho Cane

396

15369

01 Juil 2018, 11:30

Abyssin Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 6 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web