Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 17 Aoû 2018, 15:59

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 515 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 35  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 31 Oct 2014, 02:51 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72055
Localisation: Fortress of Writing
En me demandant de quelle manière commencer ce message, ma première pensée fut qu'il me fallait précéder mon avis d'un avertissement et j'ai soudainement pris conscience de la triste réalité : Christopher Nolan génère un tel antagonisme de la part de ses détracteurs que j'en viens à entamer la critique de son nouveau film comme je le fais pour un film de Michael Bay.

Je ne sais pas si Interstellar réconciliera ces gens avec le cinéma de Nolan. On peut sans doute lui reprocher certaines des mêmes choses qu'avant, comme une propension à trop verbaliser certaines idées, et cette impression de "rouleau compresseur" que j'ai pu voir vulgairement évoquée dans l'avis de plusieurs personnes concernant ses précédents films est probablement plus là que jamais, mais je dois avouer que, pour ma part, j'ai adoré me faire écraser par son dernier opus.

Même sur le simple écran pas gigantesque du Gaumont Marignan, projeté en pellicule dans sa copie 35mm (déjà abîmée, ce qui est incroyable, vive la projection numérique putain), Interstellar m'a nanifié.
Tout le long, même lorsque l'on est encore sur Terre, le film n'a de cesse de rendre l'humain tout petit, de le mettre face à l'insurmontable, qu'il s'agisse du tempête de poussière qui s'élève au-dessus des gradins d'un stade de base-ball (il aime bien les catastrophes qui perturbent les matches de sports américains typiques, le père Nolan) aux obstacles rencontrés par delà les étoiles sur les lieux où se rendent nos héros.
Je pense évidemment à la planète océanique, avec ses vagues gigantesques.

Évidemment, l'infiniment grand que représente l'espace est l'obstacle ultime pour l'Homme, la "final frontier" du générique de Star Trek, série optimiste sur un équipage partie pour une mission exploratrice de 5 ans. Et c'est avec ce même optimisme que le récit renverse la donne, en faisant embrasser à l'Homme cet infiniment grand-ci, pour sa propre survie.

Le romantisme du film, dans sa profonde conviction que l'exploration (spatiale) est l'avenir de l'Homme, est palpable à travers tout le film. Il nourrit directement l'optimisme qui se fait le moteur du film, et ce malgré chaque nouvelle situation désespérante. Le programme du film réside là-dedans, jusqu'à la dernière image. En cela, Interstellar poursuit sur la lancée d'Inception et The Dark Knight Rises l'évolution du cinéma de Nolan du pessimisme vers l'optimisme.

En mettant en perspective les choix faits par ses protagonistes dans Memento, Insomnia ou Batman Begins et The Dark Knight, j'étais persuadé que Cobb choisissait de se complaire dans l'illusion à la fin d'Inception, mais après avoir la fin de The Dark Knight Rises et en recoupant d'autres indices laissés par Nolan dans le film, je me suis rendu compte que Nolan avait entrepris sa guérison en même temps que son personnage et qu'il se permettait des issues cathartiques pour ses héros désormais.

Par conséquent, depuis Inception, le cinéma de Nolan s'est également fait plus ouvertement émouvant, abandonnant notamment ses conclusions glaçantes, à l'émotion intellectualisée, pour de l'émotion pure, et cette évolution culmine ici, avec des scènes qui m'ont juste dévasté émotionnellement.
L'intégralité de la scène entraperçue dans le tout premier teaser, avec Cooper en larmes au volant, encapsule tout le film. Nolan met toute l'importance du départ dans cette scène, délaissant complètement la séquence à laquelle tout autre film aurait consacré le plus gros de son temps, et filme ce départ comme la véritable séparation avec notre foyer qu'est la Terre.
Fuck le décollage en soi, on s'en bat les couilles, on l'a déjà vu dans mille films. Nolan fout sa caméra sur le côté du camion, comme c'est généralement le cas sur le côté de la fusée, et j'ai tout de suite compris. Et quand il balance le compte à rebours sur le plan de Cooper, il fait le lien encore plus clairement.

Certaines critiques US ont reproché au film son sentimentalisme mais je n'ai jamais trouvé ça déplacé et ça a marché à merveille sur moi. C'est taillé sur mesure pour ma pomme, clairement, mais c'est aussi totalement le coeur du film. Le coeur. Parce que derrière tout le verbiage, lui aussi réprimandé par ces mêmes critiques, c'est ce coeur qui bat à travers tout le film. Derrière la vulgarisation scientifique digne de Crichton, il y a tout ce discours sur la place de l'amour dans la science.

Dit comme ça, ça peut paraître complètement con, mais c'est presque une réflexion de Nolan sur son propre cinéma. C'est amusant de voir d'ailleurs quel personnage Nolan choisit de transformer en comic relief.
Le HAL9000 du film avec une gueule de monolithe, l'excellent TARS, sans doute l'intelligence artificielle la plus originale vue au cinéma depuis longtemps, tant dans la caractérisation que le design.
On dirait un pied-de-nez à ceux qui lui reprochent d'être trop cérébral.

En choisissant l'univers le plus loin possible de l'humain, l'espace noir et froid et vide, c'est comme si Nolan avait besoin de se priver ainsi pour laisser son coeur parler. Dans l'espace, personne ne vous entend pleurer.
Tout le cinéma de Nolan s'articule autour de la perte de l'être aimé et Cooper est à nouveau un veuf typiquement nolanien même si, dans le cas présent, l'objet de son obsession n'est pas de venger sa femme (comme dans Memento, Le Prestige et The Dark Knight) mais de retrouver sa fille (comme dans Inception, y a vraiment un avant et un après ce film). Ou plutôt la sauver. C'est Armageddon sans l'aspect "sauvons le monde" de blockbuster de base.

Et cet objectif n'est évidemment qu'un prétexte.
Bien que Nolan ait dit qu'Interstellar était une exploration externe là où Inception était une exploration interne, c'est seulement en surface. L'exploration spatiale n'est qu'un McGuffin pour une exploration humaine. Qu'est-ce qui nous anime, en tant qu'humains?

À ce titre, Interstellar réussit ce que Contact et Sunshine peinent à incarner à mes yeux, dans l'émotion du rapport père/fille pour le premier, notamment dans son dernier acte bien moins underwhelming (même si je l'avais vu venir), et dans l'étude de la nature humaine de l'équipage pour le second, qui passe parfois par les mots mais aussi par les actes et transpire surtout visuellement, au travers des décors notamment.
Comme dans Inception ou la prison de The Dark Knight Rises, les décors ont une portée théorique, reflets d'une thématique ou d'un personnage.
Le désespoir cyclique d'une planète en tsunami perpétuel (renvoyant là aussi à une catastrophe naturelle qui menace l'Homme et son habitat), la déshumanisation d'une planète en nuages de glaces, avec son habitant, le Dr. Mann (symbolisme simple), déshumanisé par son instinct de survie on ne peut plus humain, la lumière et la femme de la dernière planète, et, bien évidemment, l'intérieur du trou noir.

Le cinéaste favorise les narrations éclatées - et le film témoigne une fois de plus d'une véritable science du montage parallèle, l'écriture et la mise en scène appuyant la force des événements au travers de cette simultanéité - et pour cause, son obsession majeure semble être le dialogue entre les temporalités, entre passé et présent. C'est pourquoi ses films sont faits de flashbacks et d'allers-retours dans le temps, parce que le passé informe le présent, parce que, comme il est dit dans Batman Begins, memory is poison, la mémoire est traître, la mémoire est moteur de nos actions. Dans Inception, il avait carrément diégétisé cet aspect en faisant de la mémoire un fantôme capable de se manifester, de prendre une forme physique. Ici, il est à nouveau question de fantôme et Nolan diégétise une fois de plus ce dialogue entre passé et présent, d'une autre manière.
Tout ce climax au coeur du trou noir où l'horizon des événements devient autant de moments dans la chambre de sa petite fille avec qui il cherche à communiquer, pour corriger ce souvenir empoisonnant.


Le film a une facture narrative très classique mais peut se faire relativement peu user-friendly dans le temps qu'il prend pour traiter ses thèmes et détourner le principe de set-piece. Je ne nierai pas un léger ventre mou mais j'étais toutefois fasciné tout le long par ce voyage interstellaire, avec son parti-pris encore plus jusqu'au-boutiste que Gravity sur le son, ses designs galactiques conçus à partir d'équations scientifiques authentiques, et je me réjouis déjà de le voir en IMAX 70mm à Londres dans une semaine pour une immersion totale.
Il faut voir ce passage auprès de Saturne et les choix inattendus de la bande sonore.
Les petites touches de piano au début et les sons ruraux pour finir.


D'ailleurs, Hans Zimmer n'avait pas menti, sa composition pour Interstellar n'a rien à voir avec ces précédentes partitions pour Nolan. L'artiste confère toute sa majesté au film en troquant les cordes pour l'orgue d'église, confinant l'expérience au divin. D'ailleurs si, il y en a un bon de set-piece à un moment, avec une séquence d'amarrage absolument incroyable, en partie grâce à la zique tonitruante qui d'un coup explose avec des coups d'orgue qui renvoient presque davantage à du synthé '80s genre Tangerine Dream qu'autre chose. Des frissons, putain.

Des frissons, des larmes, des idées. Cette idée d'une conviction qui traverse les générations, se transmet de pères en filles, assure la perrenité de l'Humanité. Brutalement honnête, empreint d'une certaine noirceur dans la tristesse néanmoins contrebalancée par cette rage optimiste lancinante, au même titre que le poème de Dylan Thomas (un peu trop souvent) rabâché tout le long, Interstellar est d'une densité et d'une beauté, dans le fond comme dans la forme, absolument terrassantes.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 09:33 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Oct 2012, 14:47
Messages: 5947
Localisation: Paris
Je vais aimer tu penses ?


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 09:36 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72055
Localisation: Fortress of Writing
Huhu.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 09:40 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mar 2012, 13:20
Messages: 4718
Ton avis me fait grandement envie mais aussi terriblement peur ( LE COUP DU SENTIMENTALISME ).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 09:45 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Déc 2008, 02:29
Messages: 4630
Je ne comprends pas bien à quoi sert ton préambule. Si c'est pour dire que ceux qui n'ont pas aimé le cinéma de Nolan jusqu'à présent ne l'aimeront pas plus cette fois-ci, admettons; si c'est pour dire qu'il n'y aura pas de débat avec les détracteurs, Interstellar restera un cas particulier, comme n'importe quel film.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 09:52 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18444
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Je lis pas, la version FB status m'a suffit.

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 10:13 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72055
Localisation: Fortress of Writing
Déjà-vu a écrit:
Je ne comprends pas bien à quoi sert ton préambule. Si c'est pour dire que ceux qui n'ont pas aimé le cinéma de Nolan jusqu'à présent ne l'aimeront pas plus cette fois-ci, admettons; si c'est pour dire qu'il n'y aura pas de débat avec les détracteurs, Interstellar restera un cas particulier, comme n'importe quel film.

Première réponse.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 11:08 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Aoû 2005, 23:40
Messages: 16518
Localisation: Lyon
Faut arrêter la fixette sur ceux qui aiment pas là.

_________________
Hashtag Chaton
Dragon Boules


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 11:14 
Hors ligne
Expert

Inscription: 04 Juin 2010, 12:55
Messages: 4394
deudtens a écrit:
Faut arrêter la fixette sur ceux qui aiment pas là.

Grave.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 11:17 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Aoû 2014, 10:45
Messages: 818
Localisation: Une ville de merde
Mr Degryse a écrit:
Ton avis me fait grandement envie mais aussi terriblement peur ( LE COUP DU SENTIMENTALISME ).

ça peut être bien parfois le sentimentalisme


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 11:22 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Aoû 2005, 23:40
Messages: 16518
Localisation: Lyon
Prout Man a écrit:
deudtens a écrit:
Faut arrêter la fixette sur ceux qui aiment pas là.

Grave.


Merde, j'ai rien dit.

_________________
Hashtag Chaton
Dragon Boules


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 13:21 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20728
Comme je vais écrire dessus pour Paris Match dans quelques instants, je vais juste faire les plus et les moins


+
Une foi absolue dans le cinéma qui transcende totalement le genre
Une foi absolue dans l'intelligence du spectateur qui permet d'aborder des choses que je n'avais jamais aussi bien comprises que grâce au film sur les enjeux de la recherche quantique, notamment.
La première heure qui m'a placé dans un état de transe comme rarement cette année, il y a une puissance émotionnelle assez incroyable dans l'installation du récit, le cerveau et le coeur sont sans cesse sollicités
L'émotion surprenante. J'ai écrasé ma larme
Les trente dernières minutes
Avec Batman Dark Knight il condensait une saison de série en un film, là il condense une série entière, c'est un incroyable tour de force narratif.
J'aime comment il place le rationnel au-dessus du divin.

-
Je ne vais pas entrer dans les détails maintenant, mais je trouve que le récit se perd un peu: d'abord au milieu, puis surtout au 2/3 (on en reparlera quand tout le monde l'aura vu)
le perso du fils est trop zappé
trop de climax tue le climax...

5/6

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 13:24 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20728
Hyper impressionné par ton texte, Bob. Faudrait qu'on en parle de visu car j'ai vu d'autres choses dans le film...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 14:31 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23462
Localisation: Arkham Asylum
And here we go :

Citation:
Interstellar c'est une série b qui se prend beaucoup trop au sérieux. A la limite Robert Rodriguez aurait fait mieux.

_________________
Ce que ce critique de cinéma dit de ce film va vous bouleverser...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 31 Oct 2014, 14:32 
Hors ligne
Expert

Inscription: 04 Juin 2010, 12:55
Messages: 4394
Lol c'est qui?


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 515 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3, 4, 5 ... 35  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Prestige (Christopher Nolan, 2006)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 7, 8, 9 ]

Janet

127

9077

06 Nov 2013, 09:00

Cooper Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Inception (Christopher Nolan, 2010)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 25, 26, 27 ]

Film Freak

400

19652

10 Nov 2012, 12:18

deudtens Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Dunkerque (Christopher Nolan, 2017)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 11, 12, 13 ]

Film Freak

185

6658

31 Mar 2018, 09:24

deudtens Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Batman Begins (Christopher Nolan - 2005)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 12, 13, 14 ]

oncletom

196

9850

27 Juil 2012, 18:30

Z Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Dark Knight (Christopher Nolan - 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 78, 79, 80 ]

Qui-Gon Jinn

1194

52342

24 Sep 2016, 10:39

Abyssin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. The Dark Knight Rises (Christopher Nolan, 2012)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 55, 56, 57 ]

Film Freak

848

34740

01 Nov 2013, 14:10

Massinfect Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Everything Will be Fine (Christopher Boe - 2010)

Art Core

1

306

28 Mai 2010, 13:27

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Way of the gun (Christopher McQuarrie, 2000)

Cooper

7

633

20 Nov 2013, 13:13

snaky Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Severance (Christopher Smith, 2006)

Film Freak

11

813

11 Nov 2006, 12:04

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. For Your Consideration (Christopher Guest 2007)

Karloff

12

698

29 Nov 2007, 22:34

Blissfully Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 12 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web