Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 07 Oct 2022, 07:44

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 135 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: 05 Juil 2007, 13:51 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 20971
Localisation: Paris
Une question bête : David Lynch, c'est le père de Liam Lynch ?


Bon, j'arrête.

_________________
La Vie brève de Jan Palach
(192 pages, 16.50€)
Le Dilettante | Place des librairies | Fnac | Amazon


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Sep 2007, 00:59 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 19:55
Messages: 5459
Zad a écrit:
et le scénario finalement limpide, terre-à-terre et donc foutrement émouvant
(pour moi, c'est simplement le gigantesque zapping d'une fille qui laisse son esprit vagabonder)


J'ai trouvé ca très clair aussi avec la fin. Mais sur les forums imdb, les gens parlent de tout à fait autre chose, une histoire de meurtre de la "lost girl" par Sue et de culpabilité. J'ai du mal à ne pas y voir un film sur l'image et la fiction quand même. En tout cas, comme d'habitude avec Lynch, le film est probablement plus simple qu'il n'y parait et n'a pas à être intellectualisé plus que ça.

C'est le premier film bizarre de Lynch que j'apprécie vraiment pour son côté cauchemardesque et sa radicalité, ainsi que pour son humour, malgré la laideur de certaines choses, certaines choses ratées (on frôle parfois le mauvais film d'étudiant) et la longueur excessive. Ca aurait pu aller plus loin dans l'imagerie aussi. Mais bon.

Par contre, utiliser Penderecki quand l'image suit pas c'est NON.

4,5-5/6

_________________
Nothing and no one can save you! Abandon hope now! Here's what you can do :
1. Admit you are a semi-evolved ape-thing mercifully ignorant of the sanity-blasting truths of the greater cosmos.
2. Die.
3. Rot.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 02 Sep 2007, 12:53 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Déc 2006, 18:16
Messages: 3386
Je sais plus si je l'avais noté (et comme mon pc est lent et qu'il y a 9 pages à lire, je ne vérifierai pas).

Alors, d'aprés mes souvenirs, je n'ai pas compris le film (comme tous les Lynch que j'ai pu voir en fait). Je me souviens qu'il m'a mis mal à l'aise et avoir eu "peur" à quelques moments.

J'arrive à voir que ce monsieur a du talent mais je ne saurais pas l'expliquer. Je comprends que dans ses films il y a toujours de belles et interessantes choses à souligner, mais j'y arrive pas et le fait que je ne comprenne pas ne me permets pas de mettre une note ou même de le juger.

Si demain on me dit que son dernier film vient de sortir, je ne sauterai pas de joie.
Je me les referais surement quand je serais plus grande!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 07 Jan 2008, 22:16 
Conférence sur le cerveau, la création et la méditation à l'université de Berkeley, avec David Lynch en special guest star :

http://video.google.fr/videoplay?docid= ... &plindex=2

A propos, le projet de la Tour d'Invincibilité pour la méditation transcendentale a été refusé tout net par Delanoé qui n'a même pas accordé un entretien à Lynch.

Qu'il aille se faire foutre, ce con de maire socialiste..


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juil 2008, 09:20 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007, 22:25
Messages: 367
Bon, ce post est pour the black addiction. Je ne peux m'empêcher de rebondir sur le prémice de discussion entamé sur un autre topic. Par avance, je m'excuse pour le bordélisme foutraque de ce message, mais (par pure flemme, je l'avoue :oops: ) je me suis contenté de reprendre en vrac l'essentiel de ce que j'ai dit sur un autre forum (fréquenté, je crois, par certains d'entre vous ici). C'est trop long, très (vraiment très) redondant (je dois me répéter cinq ou six fois sur certains points), mais j'espère que ça donnera une idée de ce que je pense d'Inland Empire et des raisons pour lesquelles je le trouve passablement raté.


Stark a écrit:
Le présenter comme un film stérile me fait bien rigoler quand même car c'est à mes yeux une recherche d'intensité à chaque instant. Bref... n'en parlons pas si tel est votre souhait.

Pour répondre à Duck de manière extrêmement rapide: Je suis un peu un vendu à Lynch (un vendu tout court en fait, tu t'en rendras compte) mais je trouve qu'il pousse ses concepts d'écriture au maximum dans ce film. L'oeuvre par excellence où les affects interviennent en premier lieu, ils décident de tout et dirige la narration, le montage ect... Comme toujours chez Lynch mais ici c'est poussé au maximum et très expérimental. C'est toutefois très simple en même temps, une ligne directrice, un trauma mis en scène de l'intérieur...
Après, on peut se pencher sur l'oeuvre de Lynch en sémioticien et apporter du sens à chaque élément du film, moi ça ne m'intéresse guère. La construction affective du film m'intéresse bien plus.

Je préfère Mulholland car il est plus glamour mais les deux films sont sublimes et se complètent parfaitement à mes yeux.



Ce que tu appelles "recherche d'intensité" est pour moi recherche de performance, boursouflure, j'irais même jusqu'à dire (en exagérant un petit peu) "bourrinage". Je trouve IE particulièrement épais dans ses effets. Je vais y revenir un détail, ainsi que sur tout le reste. Je vais notamment essayer d'expliquer pourquoi le film échoue totalement sur le plan affectif, pour moi (et c'est bien là que le bât blesse le plus).


Après une vision en dvd - et deux vision ciné, oui, oui, je m'accroche, on est ici dans le pur masochisme ! - ce film me paraît toujours aussi peu envoûtant, toujours aussi dénué d'émotion, me semble bel et bien marquer la triste dérive d'un cinéaste complètement enferré dans ses tics et ses procédés les plus éculés, incapable de se remettre en question, de mettre son système en crise, de remettre son art en jeu.
Lynch est ici dans l'auto-caricature complète ; autant je pouvais être clément suite à mes visions ciné, autant, désormais, l'impasse dans lequel le cinéaste est ici enfermé me crève les yeux.

Et je trouve que Lynch n'a jamais autant été dans cette position si "dictatoriale", presque "oppressante", de l'Auteur. D'ailleurs - remarque sans valeur mais qu'on peut trouver révélatrice - son film s'appelle Inland Empire, titre bien plus imposant que Lost Highway ou Mulholland Drive, qui exprimaient le voyage, la ligne de crête, le parcours intérieur. Là-dessus Lynch impose à son titre les lettres capitales (caprice ou petite poussée d'ego) : attention, l'EMPEREUR est de retour. Perso, je me refuse à écrire ce titre en majuscules, il ne les mérite pas. 8)

Pour quelques fulgurances de style, combien d'effets boursouflés et amateuristes (ces zooms ralentis sur Hollywood Boulevard, dignes de Peter Jackson, ces passages brutaux en lumière "négative" qui donne l'impression qu'un filmeur du dimanche joue avec son caméscope, ces gros plans hyper exagérés à la Jeunet ?) ?

Une fois qu'on a compris que Lynch donne dans la mise en abyme démultipliée, les miroirs sans tain, les jeux de reflet perpétuels entre réel et fiction, qu'y-t-il de plus à gratter ? J'ai la franche impression qu'un tantinet perdu par l'absence de scénario qu'il s'est imposé, Lynch noie le poisson en pliant, nouant et re-nouant toujours plus les fils de sa fiction, en un jeu de plis et de déplis d'une gratuité totale. Inland Empire, film-concept, film-objet, film vide.

Et puis, je trouve assez court tout ce discours supra lourd et rebattu sur le rapport film/réalité. Une première heure entière basée sur la confusion d'une actrice entre son rôle et son identité - on a vu plus original. Plus tard, le coup de la caméra qui rentre dans le champ après la mort de l'héroïne est d'une balourdise que j'ai du mal à digérer ; Lynch sait-il que Blow up a été tourné il y a quarante ans ?

De manière plus générale, le film m'a donné l'impression d'un recyclage éhonté. Recyclage de tous les procédés lynchiens (identités multiples, décrochages spatio-temporels qui tournent à vide, jeu systématique de la permutation...). Recyclage de tous les motifs stylistiques (on en rajoute dans les grondements sonores, les stroboscopes, les lampes rouges, les rideaux, les étoffes...). Recyclage de la scène d'audition et de la voisine extralucide de MD, des mondes parallèles de Twin Peaks... Recyclage des vieilles ficelles robbe-grilletiennes, de ce que l'on a vu chez Polanski, Bergman, Resnais (le film pille sans vergogne dans Le locataire, Persona, L'année dernière à Marienbad...)

Je serais prêt à passer outre la froideur complète, la sécheresse théorique, l'absence totale d'émotion du film, mon manque d'implication affectif (après tout, c'est un sentiment subjectif), mais voir qu'un cinéaste d'habitude aussi subtil et ambitieux que Lynch s'éloigne à ce point de toute prise de risque pour réutiliser dans l'outrance et la parodie absolument tout ce qu'il a déjà fait, en mille fois mieux, avant, me déçoit au plus au point. C'est un film parfaitement symptomatique de ce qui peut arriver de pire aux grands cinéastes : ce que j'appelerais le syndrome de repli, la fuite de toute ouverture, de toute altérité, de toute respiration (un peu ce que nous offre Burton, par ex, dans son carbonisé Sweeney Todd). Tout y évolue dans un univers "lynchissime", préfabriqué, étouffant, qui ne communique plus du tout avec le monde extérieur, qui n'entretient de rapport qu'avec lui-même. Et je suis assez stupéfait de lire des commentaires récurrents sur la prétendue "liberté" d'Inland Empire alors qu'à mes yeux le rapport que Lynch entretient avec son univers est justement aliénant au dernier degré, dans la mesure où il ne fonctionne que dans l'autarcie la plus complète, complètement refermé sur lui-même.

Pour moi, IE demeure une expérience qui demeure obstinément cérébrale lorsqu'elle se voudrait sensorielle. D'une part parce que le réseau narratif tissé par Lynch, qui ne fait que se répéter sans cesse trois heures durant, m'apparaît à la fois beaucoup trop ostensible, trahissant un cheminement d'artiste moins intéressé par ce qu'il dit que par comment il le dit. D'autre part parce que le langage cinématographique qui le soutient me semble terriblement lourd et affecté. C'est difficile à dire, mais pour moi Lynch devient ici un cinéaste maniériste (on pourrait dire tape-à-l'oeil), tellement soucieux de produire l'effet (donc l'impact sensoriel) qu'il le tue. A titre d'exemple, l'armada stylistique qu'il déploie pour exprimer le trouble de Sue avant sa virée sur Hollywood Blvd (trente secondes de stroboscopes et de hurlements) traduit un sévère manque d'inspiration et une inclination assez triste à la facilité. Idem lorsque la brune polonaise se fait frapper par le Fantôme : gros plans appuyés, rictus, éclairs, hurlements... Et rebelote lorsque Sue se fait se fait à son tour frapper par son mari : même propension au grand-guignol grotesque. De toute façon, à chaque fois que Lynch veut exprimer la terreur, il se contente systématiquement de charger l'écran de stroboscopes et la bande-son de hurlements. Ce ne sont que quelques exemples...
Et je ne parle pas des quelques séquences d'un grotesque achevé : quand Lynch s'attarde au ralenti sur une tâche de ketchup et la filme comme l'indice de la plus pénétrante étrangeté, le ridicule l'emporte définitiement. Franchement, on voudrait faire une parodie de Lynch, on ne s'y prendrait pas autrement. On peut toujours me répondre que le cinéaste s'adonne ici volontairement à l'auto-dérision, je serais presque prêt à le croire... si seulement le rouge de ketchup n'embrayait pas ensuite sur une scène où l'on voit la brune polonaise, visiblement en proie à un tourment profond, en train de prier dans une scène que l'on devine éminemment sérieuse. La voilà, la logique affective passablement ratée de Lynch : c'est l'exemple typique d'un rapport de causalité foireux qui fout tout par terre, pour moi. Le cinéaste filme cette tache, a priori, comme une blague potache (?), puis en fait le moteur purement esthétique d'une scène que l'on devine très grave. C'est la dissonance entre ces deux impressions qui ne fonctionne pas chez moi. Je me retrouve le cul entre deux chaises, trop perplexe pour ressentir le faux humour de l'une (ah ben c'était pas censé être drôle en fait ?...) et la gravité de l'autre (heu... comment puis-je m'émouvoir pour la Polonaise alors qu'elle introduite par un plan de ketchup vulgaire ?). Tu me diras, c'est un détail, c'est ridicule de m'attarder sur des trucs si anecdotiques : certes, tu as raison, mais c'est, à l'échelle microscopique, parfaitement symptomatique du ratage qu'est le film à mes yeux.

Une fois de plus, Inland Empire ne me semble apporter strictement rien de nouveau par rapport à ce que Lynch a fait auparavant. Il ne fait que radicaliser et démultiplier les précédents procédés du cinéaste, pour le simple plaisir de l'exploit, du tour de force. Ceci, associé au fait qu'il me semble avoir abandonné jusqu'à l'idée de chercher de nouvelles formes d'expression pour lui, me semble très dommage.

Ce souci de remise en question, Lynch l'avait auparavant mis sur la table à chaque film, de Blue velvet à Mulholland Drive - et jusque dans les plages contemplatives d'Une histoire vraie (film au passage bien plus audacieux et courageux pour lui). C'est totalement subjectif évidemment, mais l'émotion induite par la mise en scène - celle des images et des sons - me semble plus présente dans les textures duvetées, les travellings soyeux et les jeux de forme et de lumière aussi admirables (et à mes yeux bien plus prégnants car bien moins affichés) des précédents films.

Je crois qu'il y a un malentendu vis-à-vis de IE : on confond la subordination de Lynch à une imagerie plus ostentatoire, plus agressive, avec ce qui serait une forme d'expression nouvelle pour lui. C'est faux, selon moi. C'est surtout un exemple parfait de ce que le "style" (qui n'est ici que caricature et grand-guignol) produit de plus fâcheux lorsqu'il écrase tout le reste. Tout, ici (personnages, atmosphère, intrigue...) est complètement phagocyté et étouffé par la lourdeur de la forme : pas un plan sans un acteur grimaçant, une contre-plongée appuyée, un effet de lumière agressif, une afféterie sonore surlignée. C'est l'un des pires problèmes du film, pour moi : tout se fait bouffer par ce style hyper hyper appuyé qui ne laisse rien respirer, c'est usant. Certains appellent ça de l'expressionnisme, j'appelle ça une charge de la boursouflure, sans la moindre subtilité. D'un bout à l'autre, tout n'est que manifestation d'une propension au tape-à-l'oeil enflé, que je n'aurais jamais imaginé chez le grand formaliste qu'est (était) Lynch. Le film aligne les effets les plus faciles pour faire naître tension, malaise ou terreur, et - à quelques exceptions près - je trouve qu'il se rétame sur toute la ligne. D'innombrables afféteries formelles m'ont paru totalement gratuites et à côté de la plaque : je me demande bien la raison du ralenti sur Dern qui entre chez elle vers le début du film, ou encore cet autre ralenti assez minable sur le visage du Fantôme à la fin de sa première apparition (au passage, le "méchant" le plus grotesque et le moins effrayant de toute la filmo lynchienne). Le manque d'inventivité de Lynch pourrait être illustrée par cette scène (une parmi d'autres) où, en guise de dispositif visuel, il invente un ballet très artificiel de faisceaux lumineux sur les visages des putes apparaissant pour la première fois, agitant comme il peut une demi-douzaine de torches électriques dans la pénombre pour essayer de créer un semblant d'envoûtement et de décalage. Tout IE est là, pour moi : une batterie d'effets sur-appuyés censés masquer une terrible pauvreté esthétique. Percussions associées aux battements de coeur, stridences lumineuses pour forcer le ressenti du spectateur, flashs revenant de façon mécanique : tout cela est vu et revu, et témoigne d'un flagrant épuisement d'inspiration plastique.

Le film me paraît aussi être le plus gratuit et tâtonnant de Lynch. Il gribouille, essaie d'expérimenter sans se rendre compte qu'il redessine grossièrement ses motifs précédemment portés à un niveau d'accomplissement sans égal. Mais je ne suis pas surpris quand je mets le film en rapport avec sa genèse : celle d'un work in progress élaboré au jour le jour, le réalisateur avançant au hasard, cherchant une virginité nouvelle sans se sourcier d'un quelconque projet réfléchi, mais retombant finalement, et le plus inconsciemment du monde (pour cause !) dans tous ses travers. L'expérience ne me semble pas concluante : elle me fait l'effet d'un chantier inachevé et régressif (artistiquement parlant). ll serait temps pour lui de s'imposer de nouveaux défis, de repenser en profondeur son langage et ses moyens (quand je repense au sublimissime Une histoire vraie ! - désolé d'y revenir... ).

J'en reviens à l'une des choses les plus tristes du film : la réutilisation des procédés aux dépends du renouvellement. Le principe est ici le même que pour son précédent film : une femme (la brune polonaise) projette ses angoisses et ses tourments à travers un prisme "psychique", fonctionnant sur le mode de la pulsion, qui révèle son "monde intérieur" (le rêve précédemment, la fiction - cinéma, télévision - ici). Elle s'invente un double (le personnage démultiplié de Laura Dern ici, sa propre image idéalisée dans MD) pour prendre en charge et transcender, sous forme cathartique, son cauchemar.

Lynch se contente juste de multiplier le réseau de mises en abyme (le procédé le plus éculé qui soit : film dans le film, actrice qui confond vie et rôle, etc...), ce qui peut rendre le film a priori plus complexe. Mais il me semble pourtant plus limpide que les autres films du réal', sans doute parce que les procédés qu'il utilise, on commence à les connaître par coeur.

Le film m'apparaît également plus "prévisible" dans sa facture à cause de sa démarche pirandellienne, s'ouvrant à un réseau des hypothèses où tout est possible, détaché de tout enjeu narratif - donc émotionnel - et d'une gratuité complète : ainsi, chaque permutation, chaque "changement de possible" ne trouve aucune tangibilité par rapport à ce que l'on a vu avant, et ne fait que disperser un peu plus le fil d'un récit qui n'a plus de "centre" émotionnel. Plus simplement : Lynch déshumanise ses personnages à un tel point qu’ils peuvent ensuite, dans la deuxième partie du film, changer perpétuellement d’identité et de cadre de vie sans rien modifier profondément ni au film ni au souvenir que nous avons de l’histoire qu’ils avaient commencé à vivre ensemble.

Le programme (devenu systématique) est connu dès le début, le cinéaste se contente cloner un à un, sur le mode de la caricature vaine, tous les motifs qui font son cinéma. De là, un sentiment terrible de surplace, pour ma part, et rigoureusement aucune surprise (encore moins d'émotion), Lynch semblant se contenter de faire EXACTEMENT ce que tout le monde attend de lui (ses fans comme ses détracteurs, d'ailleurs) : toujours plus de failles spatio-temporelles, de dialogues abscons, de climats mystérieux, de personnages bizarroïdes, de rideaux rouges, de bourdonnements sonores... Mêmes principes de déconstruction désormais érigés en procédés normatifs : cette affaire du serpent qui se mord la queue, fait croire à un grand bouleversement, provoque l'attente, et retombe finalement sur ses pattes bien entretenues et rabattues depuis plusieurs films maintenant. Bref, l'impasse totale d'un artiste incapable de se renouveler, tâchant de surpasser ses précédents films en accentuant ses effets et surlignant ses tics. Il se prend le mur en pleine poire, à mes yeux. Une dernière fois (j'espère), je précise que je suis totalement fan d'Une histoire vraie (souvent gentiment snobé par les thuriféraires du cinéaste, tiens donc...), magnifique illustration de ce qu'un artiste arrivé au faîte de son talent peut faire de plus admirable : la recherche de nouvelles formes de fiction et d'expression, sans rien renier de sa sensibilité (parce qu'il y a dans ce film tout ce que j'aime chez Lynch : le lyrisme, le romantisme, l'humanité, une certaine forme de naïveté aussi..., autant de choses désespérément absentes d'Inland Empire).

En forçant un petit peu le trait, j'aurais envie de dire qu'il n'y a pas une scène, un procédé, d'IE qui n'existe pas, sous une forme ou autre, dans ses autres films. Dès la scène avec Grace Zabriskie qui nous refait le coup de la voisine-Cassandre allumée, tout vire à la litanie désincarnée, au musée auteurisant.
On pourrait s'amuser à comter le nombre assez ahurissant de séquences reprises de son précédent Mulholland Drive, par exemple. Déjà citée, la scène inquiétante et torve où Louise Bonner rend visite à Betty est ici celle où Zabriskie avertit Nikki Grace du danger qui la guette (sauf qu'elle est filmée à coup de gros plans hideux, avec l'impression que Lynch se fout de sa propre gueule en lui octroyant un nombre record de répliques absconses sous LSD - quand je parle d'autocaricature...) : bref aucun mystère, aucun trouble, aucun suspense. L'anthologique séquence de l'expresso avec les producteurs mafieux se rejoue ici dans le plans atroces et tremboltants de cette même scène avec Zabriskie. Sommet de trouble, d'ambigüité, d'érotisme, la séquence d'audition de MD est remakée dans le hangar de IE : sauf qu'ici elle ne dégage strictement aucune émotion. La sublime séquence du Silencio de MD, avec ses enjeux métaphoriques sur le réel et l'ilusion et son dévoilement soudain de l'envers du décor (entres autres innombrables niveaux de lecture) est refaite à travers la "fausse mort" de Sue sur Sunset Blvd, la caméra entrant dans le champ tenant le même rôle que le play-back révélé. Et il y a des tas d'autres exemples...

De plus, la narration vire ici au procédé mécanique. Mise en place d'une situation de base avec tout son environnement crypté qui sera décliné par la suite (phrases-codes, indices, symboles à n'en plus finir... attention l'overdose !) : ici, la partie "tournage à Hollywood". Puis traversée du miroir qui remet en question la réalité de ce que l'on vient de voir : ici, les épisodes Sue. Enfin, fusion entre les deux segments : ici, toute la dernière partie, entamée avec le coup à mes yeux assez "téléphoné" de la "fausse mort" de Sue (cette mise en abyme de la fiction qui n'en finit pas d'épuiser toutes les préoccupations post-modernes depuis un quart de siècle au moins) et bouclée avec la révélation finale (Nikki n'est qu'une projection de la téléspectatrice, cinéma=rêve, etc). Je ne nie pas du tout que la façon dont Lynch raconte ses histoires est inhabituelle par rapport à ce qui se fait ailleurs, seulement voilà : elle est devenue totalement normative et programmatique chez lui, et personnellement elle ne me surprend plus le moins du monde. Et il a beau essayer de noyer le poisson en multipliant les niveaux de fiction, les séquences télescopées, et en inventant toute un réseau stérile de mises en abyme, il me semble que ses procédés trahissent désormais une grosse impasse. D'autant plus que Lynch lâche la bride, plus que jamais, à toute une batterie d'indices, de clés, de motifs récurrents qui ne m'ont jamais paru aussi artificiels, comme si, conscient d'être le cinéaste du "jeu de pistes", il fallait qu'il batte tous les records d'os à ronger pour le spectateur. Alors il se lâche dans les phrases-leitmotiv (le "Do you want to see ?", le "Il est 9h45" que répond l'un des persos à quelqu'un qui le lui demande dans la rue - spectateur, te souviens-tu que c'est l'heure dont parlait Grace Zabriskie au début ? *clin d'oeil*), les mots-codes ("Axxon", "47"..), les symboles grossiers (lampe rouge=adultère=meurtre...), ou les effets de montage ultra-signifiants : ainsi, lorsqu'il insère une scène de racolage actif polonais début de siècle en plein milieu de la séquence "Sue en pute sur Hollywood Blvd", afin qu'on comprenne bien que l'histoire de l'une dédouble et répète celle de l'autre... C'est ce genre de gimmick facile qui me saute aux yeux et me navre, ce que je n'avais jamais expérimenté dans ses précédents films.

En terme de ressenti, je n'ai pas éprouvé de trouble, de peur, d'angoisse ou d'inquiétude (bref, d'émotion) face aux procédés grossiers que Lynch utilise ici. Je pourrais simplement dire que je l'ai trouvé assez éprouvant dans son filmage parfois franchement pénible - cette façon atroce, par exemple, de faire quasiment bouffer la caméra à ses acteurs, un peu comme Poiré filmant les dents jaunies de Jacquouille s'esclaffant dans une scène de repas disgracieuse des Visiteurs. Ici, c'est érigé en style : overdoses de gros plans tremblotants sur des visages hystériques, suants, cadrés selon des perspectives plus ou moins nauséeuses. C'est bien simple, le film qui me vient le plus immédiatement pour évoquer la lourdeur stylistique d'IE est l'un des plus laids que je connaisse : le hideux Vidocq. Qu'un immense formaliste comme Lynch tombe au niveau du Pitof, ça me scie. Quand je pense à la façon sublime dont le cinéaste insufflait chair, trouble et sensualité dans les splendides gros plans de Blue Velvet ou Mulholland Drive, la nostalgie me prend...

Mais tout cela ne serait au fond pas si grave si ces motifs éculés (et toute cette esthétique de la laideur) parvenaient à traduire et à se subordonner à la nature de ses personnages, à quelque chose de substantiel : en bref, s'ils n'étaient pas une fin mais un moyen. J'en reviens à ce que je regrettais plus haut : pour moi, IE n'est qu'une petite expérience de laboratoire, un film-concept désseché de tout enjeu humain, où rien d'autre ne compte que la théorie, la forme, la complexité de la construction. Les personnages-pantins n'y sont que les cobayes de Lynch, ils n'existent pas, noyés dans un histrionisme caricatural et vibrionnant. Et personnellement, ces gros plans récurrents ne me font pas davantage ressentir ce qui se passe au plus profond d'eux-mêmes, tant rien ne m'a semblé les caractériser d'autre qu'une hystérie, un grotesque permanents. Quand on a connu ces fabuleux et bouleversants personnages qu'étaient John Merrick ou Laura Palmer (entre autres) pour lesquels on sentait, de la part du cinéaste, un attachement, une compassion infinies, la vision de IE a de quoi laisser amer. Ces films (Elephant man, Twin Peaks...) n'existaient que pour leurs personnages, ils leur étaient entièrement dévoués. Ici, les personnages sont sacrifiés sur l'autel d'une démarche auteurisante et aliénante qui phagocyte la sensibilité affective. Il est d'ailleurs tout à fait symptomatique qu'apparaissent de façon récurrente ces séquences mettant en scène des lapins déshumanisés, voix atone et expressions figées, observés tels des poissons dans un bocal.

Lynch se subordonne exclusivement à sa démarche ultra-conceptuelle au point d'en oublier tout le reste, tout ce qui fait à mes yeux la valeur d'une oeuvre réussie, incarnée, palpitante : la chair, la grâce, l'inspiration, la magie, la poésie... J'ai lu plusieurs critiques qui comparaient la structure du film à une équation. Ben voilà, c'est tout à fait ça : Inland Empire tient plus du théorème mathématique complètement verrouillé sur lui-même, extrêmement théorisé, calculé, intellectualisé, et donc totalement froid, que de l'idée que je me fais d'une oeuvre vivante, avec sa part capitale d'intuitions, d'instincts, ses fragilités et ses "imperfections". Une autre (brève) discussion avec un grand défenseur du film m'a fait comprendre qu'il adorait IE parce qu'il "ressemblait à un disque", et que "l'histoire, on s'en fichait, tout était dans les variations que le réalisateur lui imprimait". Ben voilà, je suis d'accord avec lui en fait : avec ce film, Lynch se fiche de son histoire, de ses persos, de ce qu'il raconte. Ce qui compte pour lui, c'est le procédé, la démarche et l'idée en eux-mêmes. Du coup, je peux comprendre ceux qui concoivent le cinéma comme un art du "geste", de la forme pure, où l'affectif et l'humain n'entrent pas en ligne de compte. Ce n'est définitivement pas mon cas, je suis même dans une réception de spectateur diamétralement opposée. Le plaisir que l'on peut tirer face à une proposition théorique, une "installation", c'est bien (parfois grand), mais ce n'est rien par rapport à l'émotion provoquée par une oeuvre qui va bien de ça au-delà pour toucher à des choses plus cruciales.

Deux semaines avant la sortie de IE, j'avais assisté à une projection de Twin Peaks Fire walk with me et Mulholland Drive au terme de laquelle est intervenu le critique Hervé Aubron, des Cahiers du Cinéma. On l'a interrogé sur IE, qu'il avait vu en projection de presse, bien sûr, et il a fait part d'une certaine forme d'inquiétude qu'il ressentait sur la tournure que lui semblait prendre Lynch avec son dernier film. En gros, il disait que le "style", ce qu'il appelait le "culte" (ceux qui ont lu son livre-essai sur MD comprendront) y prend le pas sur la profondeur et l'écho des personnages, sur leur substance et leur densité. Le procédé y importe plus que la finalité. Pour reprendre ce que je disais plus tôt, Lynch y semble moins intéressé par ce qu'il dit que par comment il le dit. C'est un point de vue que je partage complètement.

Avec IE, Lynch ne s'intéresse qu'au procédé, à la théorie, à l'expérimental. Les personnages, ce qui les meut, le rapport entre eux et le rapport au monde dans lequel ils évoluent (et dans lequel nous évoluons aussi) ne l'intéressent plus. Ce n'est plus l'histoire qui est au centre de son projet, mais la façon dont il va la raconter, dont il tente d'en décliner les multiples variations, les multiples vitualités, à la seule fin d'en tester l'intérêt conceptuel. Cette prééminence de l'expérimentation pure, stérile, sur le contenu et la substance est, à mes yeux, un symptôme d'échec terrible. C'est un cinéma d'alchimiste, de pure forme, un cinéma cérébralisé (oserais-je dire autiste ?), qui ne vaut que pour lui-même, une petite machinerie déssechée de tout enjeu et de toute sensibilité humaine. C'est exactement le contraire de ce qui fait que les films de Lynch, habituellement, me bouleversent. Notamment, donc, Mulholland Drive, dont les sublimes et si émouvants personnages féminins (Betty/Diane et Rita/Camilla) m'accompagnent tous les jours.



VOILA, C'EST LA FIN. :shock:


EDIT :

J'ai une petite question. Tu semblais sous-entendre dans ton petit commentaire qu'Inland Empire est le plus abouti de films de Lynch (celui où il"pousse ses concepts d'écriture au maximum") mais après vérification je me rends compte que tu ne le mets que quatrième de ton top. Pourquoi ?


Dernière édition par Stark le 13 Avr 2009, 01:10, édité 19 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juil 2008, 09:24 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007, 12:27
Messages: 12731
Localisation: Actresses
J'ai pas le temps de te répondre maintenant, je ne veux pas le faire en une phrase bien sur. Mais merci de remonter ce topic car je n'ai jamais écrit sur ce film sur ce forum. Dès que je peux je détruits ton texte point par point. :twisted:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juil 2008, 09:25 
the black addiction a écrit:
Dès que je peux je détruits ton texte point par point. :twisted:

Je compte sur toi, Mr Bulldozer.


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juil 2008, 09:26 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007, 12:27
Messages: 12731
Localisation: Actresses
Jericho Cane a écrit:
the black addiction a écrit:
Dès que je peux je détruits ton texte point par point. :twisted:

Je compte sur toi, Mr Bulldozer.


Tu pourrais te bouger le cul des fois aussi.

Cela dit là je vais vraiment apprécier d'écrire sur ce film.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juil 2008, 09:45 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 21124
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
*Bon j'ai pas tout lu hein* mais d'accord avec toi, Stark. Mais tu aurais pu juste écrire "c'est à périr d'ennui" et ça aurait suffi... :)

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juil 2008, 09:45 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007, 12:27
Messages: 12731
Localisation: Actresses
Arnotte a écrit:
*Bon j'ai pas tout lu hein* mais d'accord avec toi, Stark. Mais tu aurais pu juste écrire "c'est à périr d'ennui" et ça aurait suffi... :)


Chuuuuut. :)

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juil 2008, 09:47 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2008, 19:19
Messages: 8890
Localisation: Ile-de-France
Globalement d'accord avec ce que dit Stark. IE m'a semblé être un exercice de style forcé, et même si l'on doit reconnaître les habituelles qualités de Lynch (contrairement à Stark, j'ai une fois de plus été fasciné par le film, à défaut de l'avoir vraiment aimé), la mayonnaise ne prend pas.
J'aime Lynch mais ce qui empêche d'en faire un de mes real' préférés est ce côté trop démonstratif, trop ouvertement symbolique qu'on retrouve maintenant dans tous ses films. Il tente des trucs, c'est super, par contre des fois on a un peu l'impression qu'il fait de l'original et le dérangeant une fin en soi.
Stark, tu parlais du fait que Mulholland Drive t'avais moins plus par son côté justement dérangeant et alambiqué que par les émotions pures qui s'en dégagent, et je te rejoins à fond la dessus, et alors on peut se demander: si Mulholland Drive avait été plus classique dans sa forme, n'aurait-il pas été le même sur le fond? D’ailleurs, TBA, tu as l’air de le dire aussi quand tu dis que tu t’intéresse plus à la narration affective qu’aux ressorts proprement sémiologiques ou autres. Quant à Inland Empire, Lynch me semble aller trop loin et je pense qu'il n'a pas intérêt à s'enfoncer trop dans cette voie au risque de s'enfermer dans une image de réalisateur obscur (et selon moi abscond).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juil 2008, 10:01 
Stark a écrit:
Les personnages, ce qui les meut, le rapport entre eux et le rapport au monde dans lequel ils évoluent (et dans lequel nous évoluons aussi) ne l'intéressent plus.

Faux.


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juil 2008, 10:02 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007, 12:27
Messages: 12731
Localisation: Actresses
Jericho Cane a écrit:
Stark a écrit:
Les personnages, ce qui les meut, le rapport entre eux et le rapport au monde dans lequel ils évoluent (et dans lequel nous évoluons aussi) ne l'intéressent plus.

Faux.


C'est pas ce que j'appelle se bouger le cul, même si tu as raison.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juil 2008, 10:03 
the black addiction a écrit:
C'est pas ce que j'appelle se bouger le cul, même si tu as raison.

Vrai.


Haut
  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: 03 Juil 2008, 10:18 
Okay...

Pour mieux aborder INLAND EMPIRE, il ne faut pas s'arrêter à son aspect conceptuel, mais se laisser porter par la subjectivité totale qui hante chaque image, comme si c'était un grand voyage intérieur à l'intérieur de nos angoisses les plus intimes et les plus enfouies. Et là, il ne faut plus se soucier d'une quelconque logique narrative, mais ressentir une pure expérience sensorielle et méditative. Il ne s'agit pas de s'attacher à Laura Dern comme si on la trouvait sympa, mais de partager avec elle ses démons intérieurs. INLAND EMPIRE est absolument tout le contraire d'un film-objet, car il nécessite une connexion totalement directe avec l'esprit du spectateur. Nul besoin d'être cinéphile ou de s'intéresser à l'art conceptuel pour aimer ce film, tout n'est qu'une question de sensibilité. C'est pourquoi ceux qui ont accepté le voyage jusqu'au bout sont tous d'accord pour dire que la fin du film va vers une délivrance émotionnelle qui procure une grande joie.

Il faut arrêter de voir systématiquement du "conceptuel" dans toute forme de cinéma expérimental.... Des films avec une narration logique peuvent même s'avérer les films les plus vides et les plus froids qui soient.
Et INLAND EMPIRE est l'un des films les plus généreux et chaleureux que j'ai jamais vus.


Haut
  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 135 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 5, 6, 7, 8, 9  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Absurda (David Lynch - 2007)

Cosmo

1

1482

02 Juil 2007, 19:52

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Elephant Man (David Lynch - 1980)

ForgetMeNot

0

1646

25 Mar 2007, 13:36

ForgetMeNot Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Dune (David Lynch, 1984)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Walt

33

3618

02 Oct 2021, 10:38

Baptiste Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Blue Velvet (David Lynch 1987)

Cosmo

13

1726

07 Juil 2013, 19:19

Mayouta Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mulholland Drive (David Lynch, 2001)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 5, 6, 7 ]

Bronislas

92

9674

15 Juin 2017, 08:37

Le Cow-boy Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sailor et Lula (David Lynch - 1991)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Karloff

30

1120

06 Mai 2021, 13:33

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Détour mortel 2 (Joe Lynch - 2007)

Blissfully

3

1240

15 Sep 2008, 08:36

Royal Seqchoual Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Meurtres à l'Empire State Building (William Karel - 2007)

Blissfully

5

1102

18 Juil 2008, 12:08

Royal Seqchoual Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Inland (Tariq Teguia, 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Jericho Cane

21

1760

17 Nov 2009, 10:53

the black addiction Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Zodiac (David Fincher - 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 19, 20, 21 ]

Janet

301

23482

09 Juin 2012, 15:40

Z Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web