Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 12 Déc 2018, 17:03

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: 13 Sep 2018, 11:50 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1943
On croirait le texte de Serge Daney de Libé vers 1981 essayant de défendre les films de flics d'Alain Delon.

Peut-être que la comédie est devenue dans le cinéma français l'équivalent du film de flic d'alors, finalement.

Sinon Serge, puisque tu es là dans le clavier de Film Freaks, je suis désolé d'avoir défendu Hal Ashby (sur lequel tu n'as jamais écrit) en cherchant dans le film une sorte d'ontologie cachée de la classe ouvrière. Cette dimension est présente, mais n'est pas le sens du film. Elle en est la moitié ratée. C'est moche je sais, et je ne le referrai plus.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Sep 2018, 12:15 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72653
Localisation: Fortress of Writing
Pas de souci, ma gueule. Et n'oubliez pas, les travellings c'est de la bombe.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Sep 2018, 12:26 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23767
Localisation: Arkham Asylum
Gontrand a écrit:
On croirait le texte de Serge Daney de Libé vers 1981 essayant de défendre les films de flics d'Alain Delon.


Hein ? Où t'as vu ça ?

_________________
Mon testament


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Sep 2018, 12:52 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1943
Je criis qu'il ya un texte sur "Choc" qu'il présente comme un film trop expérimental et trop posst-cinéma pour le public (au même titre que PRénom Carmen)


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Sep 2018, 13:17 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23767
Localisation: Arkham Asylum
Ca donne envie de voir le film du coup, mais le texte ne me dit rien, je vais vérifier. Mais je doute que ça ait un rapport avec ce que dit Freak qui semble surtout faire preuve d'une indulgence un peu paresseuse...

_________________
Mon testament


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 13 Sep 2018, 13:23 
En ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72653
Localisation: Fortress of Writing
C'est toujours mieux que de faire preuve de procès d'intention.

Parle plutôt des films que t'as vu genre LES BALOCHES.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2018, 10:46 
Hors ligne
Expert

Inscription: 30 Sep 2016, 19:39
Messages: 702
What are the odds ?

https://www.imdb.com/title/tt6532374/

Ils ont même la même note sur imdb pour le moment.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 08 Oct 2018, 22:59 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 24932
Localisation: Paris
Et Stéphane Giusti avait aussi un projet anglais intitulé THE MERMAID MEN avec notamment Cantona.

_________________
Ma série télé sur la rivalité Jacques Chirac/Edouard Balladur !
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Nov 2018, 12:04 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Fév 2016, 20:06
Messages: 3141
Localisation: - L Y O N -
J'y suis allé parce que Bohemian Rhapsody était complet, et j'avoue que j'avais envie de détester, parce que Gilles Lellouche, sur-casting et bande-annonce horripilante.

Le début en voix-off fait craindre le pire, et la caractérisation des personnages et des situations manque d'empathie... on est à 2 doigts du foutage de gueule par moments. Mais le film arrive ensuite à trouver l'équilibre entre comédie de losers et émotion avec une certaine justesse.
Sur la forme on n'échappe pas aux figures imposées citées plus avant (les scènes d’entraînement par exemple), et il y a une certaine ironie (contre le film) à voir toutes ces stars jouer des rôles des losers ultimes, mais je ne me suis pas ennuyé devant cette comédie populaire feel good car (et je suis le premier surpris) il y a une dose de sincérité indéniable qui rend l'ensemble sympathique. Le happy end vient un peu annuler le choix "audacieux" de faire de certains persos des connards mais bon on va dire que c'est dans l'esprit du film familial...

Amalric est évidemment bonnard, j'ai bien aimé le twist sur Efira, le perso d'Anglade est sans doute le plus réussi... la galerie de personnages arrive à dégager quelque chose qui permet au film de tenir sur ses 2 heures. Par contre c'est honteux que le Paki de la bande ne soit in fine qu'un Paki qui est le seul perso à ne pas avoir de vie (je crois que sa seule seule scène hors de la piscine est d'attendre le bus, une fois, pour montrer qu'il s’entraîne). Bref c'est une comédie faite à gros traits, avec finalement peu de punchlines ou de situations gaguesques, mais dégageant une énergie et une sincérité qui emportent le morceau.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Nov 2018, 20:23 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 02:22
Messages: 1338
Gontrand a écrit:
On croirait le texte de Serge Daney de Libé vers 1981 essayant de défendre les films de flics d'Alain Delon.

Gontrand a écrit:
Je criis qu'il ya un texte sur "Choc" qu'il présente comme un film trop expérimental et trop posst-cinéma pour le public (au même titre que PRénom Carmen)


Non.


J'ai retrouvé sur le net le texte complet de la critique du Choc par Daney.

En gros, il dit que le film est nul, autistique, que sa nullité est le symptôme inquiétant d'une décrépitude du cinéma dit populaire fondé sur les "stars". Il décrit l'horreur de ce qu'est devenu le système "Delon", qui consiste à éliminer physiquement sur la pellicule tout ce qui n'est pas lui.

Il dit que le film a bidé et que c'est bien normal, et conclut en disant qu'au lieu de toujours feindre de se demander pourquoi le cinéma dit "des auteurs" (Godard avec Passion) ne fait pas d'entrées, avec comme réponse toute prête que ce cinéma-là est chiant, on ferait bien de se demander aussi pourquoi un film comme Le Choc rate autant sa cible populaire. Il termine en disant par ironie que le Le Choc est un film aussi expérimental à sa façon que Passion: fragmentaire, sans histoire, bouts de phrases sans contexte, etc, mais parce qu'il n'y a rien d'autre dedans que la star delon.


Citation:
Le Choc

Avec Alain Delon

Tout n’est pas rose dans le cinéma français, puisque même
Le Choc est boudé. Quand Delon gère mal son image, cela
fait aussi partie de la « crise du cinéma français ».

Orson Welles est formel. « La star, rappelait-il récemment,
est un animal entièrement distinct de l’acteur. C’est autre
chose. Ce sont deux vocations différentes. ». Guidé par cette
forte parole, j’ai voulu voir à quoi ressemblait un gros-film-
français-avec-des-stars. Un Delon de 1982, par exemple.
J’ai donc vu Le Choc. Le film est nul ? Oui, mais la ques-
tion n’est pas là. Il m’a semblé que du côté du star-sys-
tem, hexagonalement parlant, ça n’allait pas très fort. Le
Choc est d’ailleurs un échec commercial : fait pour tou-
cher un million de spectateurs parisiens, il plafonne à 400
000 entrées. Toutes choses égales, c’est, comme le Passion
de Godard, un « bide ». Et un bide, parfois, donne à pen-
ser.

Dans le vieux système auquel Welles se réfère,
il suffisait que les stars figurent dans un maximum de gros plans,
dont le nombre était fixé par contrat.
Des « yesmen » géraient avec des talents divers ce capital-image.
Le scénario et la mise en scène se traînaient aux pieds des stars
et il y eut des façons sublimes de se traîner (Sternberg,
Cukor). Mais la star, pour mieux briller, avait besoin
d’un fond sur lequel se détacher et d’un paysage à éclairer.
La star avait besoin d’acteurs pour la faire valoir. Des bras droits,
des jeunes pleins d’avenir, de bons comédiens dans des sales rôles,
des figurants parfois inoubliables. Tout un
petit monde. La star était un animal entièrement distinct
de l’acteur » mais ne voulait pas sa mort. C’était hier. Et
rncmc, avant-hier.

En voyant Le Choc , j’eus soudain le sentiment pénible
que ce vieux star-system avait vécu. Qu’il tournait à vide,
à la démence précoce, à l’autisme. Et que Delon symbo-
lisait tout cela. Le Choc, c’est simple, est un film dans lequel
les stars ne se contentent plus d’éclipser de leur éclat les
non-stars, mais doivent, en plus, les éliminer physiquement.
Les vider de l’écran, les gommer, les tuer un à un. A
Deneuve qui lui demande naïvement ce qu’il fait dans la
vie, Delon répond rageusement : « du nettoyage! » Il met
tout son narcissisme de « pro » peu causant à nettoyer le
film de tout ce qui n’est pas lui. Si Le Choc s’arrête, c’est
qu’il n’y a plus de second rôle à liquider sèchement, de
figurants à tirer comme des lapins, de seconds couteaux à
renvoyer à la cuisine du hors-champ. Et lorsqu’ils trotti-
nent joyeusement vers le petit hélico rouge qui va les tirer
à temps de ce film-corvée et de cette hécatombe sans joie,
Delon (et Deneuve) ont vraiment fait le vide autour d’eux.
Le coucouple survivant pourrait s’écrier : « enfin seuls! ».
J’ai même eu peur que le pilote de l’hélicoptère - un acteur
peu connu, pourtant - ne soit lui aussi flingué à cause
de l’insolence avec laquelle il partage un instant l’espace
du couple vedette.

Car il ne suffit plus que la star ait, comme par le passé,
le monopole des gros plans, il lui faut les plans généraux,
les plans américains, les plans de coupe, tout. Décidément,
(me dis-je), le système vieillit mal. Delon (ou Belmondo)
ont l’air très auto-satisfaits, mais leurs films exhalent la
rage, le mépris, la haine de soi, et même la paresse. Ils met-
tent leur image en jeu avec à peu près autant de généro-
sité que l’équipe d’Italie au cours d’une coupe du monde
de football. C’est dire.


Cela tient à Delon lui-même, dira-t-on. A la façon dont
il entend préserver son image, en la risquant de moins
en moins. Son « honnêteté » est de ne même plus faire sem-
blant. Car le Choc a beau être nul, c'est un film curieux,
inférieur à Pour la peau d’un flic, mais quand même mieux
qu’un Belmondo. Pris un à un, les éléments du film ne
sont pas rédhibitoires : Robin Davis filme convenablement,
la photo est décente, Sarde a commis de pires musiquettes,
les « petits acteurs » (Chicot, Audran, Léotard, Perrot)
se débrouillent, l’histoire vient de Manchette, Deneuve
boit jusqu’à la lie le calice de la figurante de luxe et Delon,
Delon-acteur, continue à intriguer. Qu’est-ce qui ne va
pas, alors? Le reste. Tout le reste : la conception du film,
la minceur de l’histoire et même, oui, son esthétique.

Car Le Choc est un véritable pari. Maître absolu de la
gestion de sa propre image (Clément, Visconti, Losey
ou même Zurlini sont loin), Delon s’ingénie (c’est pathé-
tique) à prouver que, s’il le veut, il peut tout jouer. Qu’il
peut être un peu sadique, un peu nu, un peu drôle, un peu
sensuel, un peu sentimental. Ce qu’il refuse,
c’est de l’être plus longtemps qu’il ne faut. Il y a un tabou dans ce film :
il doit y avoir une facette de Delon par scène, mais jamais
de changement de facette au cours d’une scène. Robin
Davis, cinéaste d’ambiance ( Ce cher Victor) a dû se cas-
ser les dents sur ce tabou.

Delon ne joue pas mais résume ce qu’il pourrait jouer.
Dès qu'il ouvre la bouche, ce n’est pas ce qu’il dit qui
compte (osons le dire : le dialogue est faible), c'est ce qu’il
veut communiquer. Un : qu’il pense plus vite que tout
le monde (nous compris). Deux : qu’il s’est déjà posé toutes
les questions et s’est déjà fait toutes les réponses, et que
s'il a décidé d’avoir recours aux clichés les plus usés, c’est
voulu. Son regard excédé nous intime l’ordre de penser
qu'il sait qu’on sait qu’il pourrait dire ou faire autre chose.



C’est l'inertie, la lenteur, la bêtise des autres personnages
qui l’exaspèrent. Pour un peu, il les tuerait d’être si lents.
Par impatience. Pour aller plus vite. Pour un peu, Le Choc
serait un court métrage.

Jadis, la star tirait son pouvoir de fascination de sa capa-
cité à jouer langoureusement avec le dialogue et le temps,
d’offrir au spectateur un visage changeant comme un paysage,
tout en restant « elle-même ». C’est par ce « ralenti »,
que la star se distinguait du comédien. Aujourd’hui, muré
en lui-même, répugnant à faire entrer tout « autre » dans
son jeu, Delon est condamné à apparaître sans cesse dans
des scènes et des plans toujours plus courts qui sont, au
fond, autant de spots publicitaires à la gloire de ce que
peut l’animal-Delon. Comment faire un film » grand public-
haut de gamme » avec une série de spots ? Grave ques-
tion. Question d’esthétique. Ou de media.

Le polar français ne sied plus à Delon. Il faudrait inven-
ter pour lui un nouveau genre, une série de spots où,
comme à l’époque du burlesque, on le verrait se livrer vic-
torieusement â une seule action. Il y aurait : « Delon prend
une douche », « Delon lance un couteau », « Delon est
sexuel », « Delon fait le pitre », etc. Les fans de l’acteur
seraient comblés et celui-ci n’aurait plus à subir la cor-
vée d’inventer une histoire et de partager une heure et
demie de film avec qui que ce soit.

Quand on parle de la « crise du cinéma français », on la
prend toujours par le même bout. Le bout « politique
des auteurs », « artistes chiants », » masturbateurs d’images
et de sons ». Récemment, l’establishment du cinéma fran-
çais massé à Cannes a hué Godard et lui a signifié qu’il
était inadmissible de continuer à vivre devant tout le monde
le cinéma comme une aventure. Passion a donc été rejeté
dans les marges, du côté de l’expérimental.

Mais pourquoi ne pas poser la même question
(qu’est-ce qui ne va pas dans le cinéma français?)
à propos d’un gros film qui rate sa cible populaire?
Le Choc, par exemple.
Film fait de fragments, sans vraie histoire, avec des
embryons de scènes, des velléités de gestes, des paroles
sans contexte, une image de star qui ne cadre pas bien avec
les exigences d’un film « normal », Le Choc a été rejeté dans
les marges, comme un film expérimental. Comme Passion.
Évidemment, Passion c’est très bien et Le Choc c’est très
mal. Mais il n’est pas déraisonnable de penser que si Delon
savait mieux faire Le Choc, Godard aurait moins de mal
avec Passion. Le caïd et l’artiste parlent de la même pla-
nète. Il y a un seul monde d’images.

Libération, 1982


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Nov 2018, 22:42 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1943
Les quatre dernières phrases sont quand-même une (belle) palinodie du reste du texte, concernant à la fois le système Delon, une sorte d'ontologie wellesienne de la star, et l'opposition (accusée par ce qui est, du coup, aussi et surtout une crise du public) entre cinéma populaire et cinéma intellectuel (pareillement mégalomanes, de façon inintentionnelle, et pareillement réduits à être des symboles de leur propre passé au fond).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 11 Nov 2018, 23:30 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23767
Localisation: Arkham Asylum
Jerzy Pericolosospore a écrit:
J'ai retrouvé sur le net le texte complet de la critique du Choc par Daney.

En gros, il dit que le film est nul, autistique, que sa nullité est le symptôme inquiétant d'une décrépitude du cinéma dit populaire fondé sur les "stars". Il décrit l'horreur de ce qu'est devenu le système "Delon", qui consiste à éliminer physiquement sur la pellicule tout ce qui n'est pas lui.

Il dit que le film a bidé et que c'est bien normal, et conclut en disant qu'au lieu de toujours feindre de se demander pourquoi le cinéma dit "des auteurs" (Godard avec Passion) ne fait pas d'entrées, avec comme réponse toute prête que ce cinéma-là est chiant, on ferait bien de se demander aussi pourquoi un film comme Le Choc rate autant sa cible populaire. Il termine en disant par ironie que le Le Choc est un film aussi expérimental à sa façon que Passion: fragmentaire, sans histoire, bouts de phrases sans contexte, etc, mais parce qu'il n'y a rien d'autre dedans que la star delon.


Citation:
Le Choc

Avec Alain Delon

Tout n’est pas rose dans le cinéma français, puisque même
Le Choc est boudé. Quand Delon gère mal son image, cela
fait aussi partie de la « crise du cinéma français ».

Orson Welles est formel. « La star, rappelait-il récemment,
est un animal entièrement distinct de l’acteur. C’est autre
chose. Ce sont deux vocations différentes. ». Guidé par cette
forte parole, j’ai voulu voir à quoi ressemblait un gros-film-
français-avec-des-stars. Un Delon de 1982, par exemple.
J’ai donc vu Le Choc. Le film est nul ? Oui, mais la ques-
tion n’est pas là. Il m’a semblé que du côté du star-sys-
tem, hexagonalement parlant, ça n’allait pas très fort. Le
Choc est d’ailleurs un échec commercial : fait pour tou-
cher un million de spectateurs parisiens, il plafonne à 400
000 entrées. Toutes choses égales, c’est, comme le Passion
de Godard, un « bide ». Et un bide, parfois, donne à pen-
ser.

Dans le vieux système auquel Welles se réfère,
il suffisait que les stars figurent dans un maximum de gros plans,
dont le nombre était fixé par contrat.
Des « yesmen » géraient avec des talents divers ce capital-image.
Le scénario et la mise en scène se traînaient aux pieds des stars
et il y eut des façons sublimes de se traîner (Sternberg,
Cukor). Mais la star, pour mieux briller, avait besoin
d’un fond sur lequel se détacher et d’un paysage à éclairer.
La star avait besoin d’acteurs pour la faire valoir. Des bras droits,
des jeunes pleins d’avenir, de bons comédiens dans des sales rôles,
des figurants parfois inoubliables. Tout un
petit monde. La star était un animal entièrement distinct
de l’acteur » mais ne voulait pas sa mort. C’était hier. Et
rncmc, avant-hier.

En voyant Le Choc , j’eus soudain le sentiment pénible
que ce vieux star-system avait vécu. Qu’il tournait à vide,
à la démence précoce, à l’autisme. Et que Delon symbo-
lisait tout cela. Le Choc, c’est simple, est un film dans lequel
les stars ne se contentent plus d’éclipser de leur éclat les
non-stars, mais doivent, en plus, les éliminer physiquement.
Les vider de l’écran, les gommer, les tuer un à un. A
Deneuve qui lui demande naïvement ce qu’il fait dans la
vie, Delon répond rageusement : « du nettoyage! » Il met
tout son narcissisme de « pro » peu causant à nettoyer le
film de tout ce qui n’est pas lui. Si Le Choc s’arrête, c’est
qu’il n’y a plus de second rôle à liquider sèchement, de
figurants à tirer comme des lapins, de seconds couteaux à
renvoyer à la cuisine du hors-champ. Et lorsqu’ils trotti-
nent joyeusement vers le petit hélico rouge qui va les tirer
à temps de ce film-corvée et de cette hécatombe sans joie,
Delon (et Deneuve) ont vraiment fait le vide autour d’eux.
Le coucouple survivant pourrait s’écrier : « enfin seuls! ».
J’ai même eu peur que le pilote de l’hélicoptère - un acteur
peu connu, pourtant - ne soit lui aussi flingué à cause
de l’insolence avec laquelle il partage un instant l’espace
du couple vedette.

Car il ne suffit plus que la star ait, comme par le passé,
le monopole des gros plans, il lui faut les plans généraux,
les plans américains, les plans de coupe, tout. Décidément,
(me dis-je), le système vieillit mal. Delon (ou Belmondo)
ont l’air très auto-satisfaits, mais leurs films exhalent la
rage, le mépris, la haine de soi, et même la paresse. Ils met-
tent leur image en jeu avec à peu près autant de généro-
sité que l’équipe d’Italie au cours d’une coupe du monde
de football. C’est dire.


Cela tient à Delon lui-même, dira-t-on. A la façon dont
il entend préserver son image, en la risquant de moins
en moins. Son « honnêteté » est de ne même plus faire sem-
blant. Car le Choc a beau être nul, c'est un film curieux,
inférieur à Pour la peau d’un flic, mais quand même mieux
qu’un Belmondo. Pris un à un, les éléments du film ne
sont pas rédhibitoires : Robin Davis filme convenablement,
la photo est décente, Sarde a commis de pires musiquettes,
les « petits acteurs » (Chicot, Audran, Léotard, Perrot)
se débrouillent, l’histoire vient de Manchette, Deneuve
boit jusqu’à la lie le calice de la figurante de luxe et Delon,
Delon-acteur, continue à intriguer. Qu’est-ce qui ne va
pas, alors? Le reste. Tout le reste : la conception du film,
la minceur de l’histoire et même, oui, son esthétique.

Car Le Choc est un véritable pari. Maître absolu de la
gestion de sa propre image (Clément, Visconti, Losey
ou même Zurlini sont loin), Delon s’ingénie (c’est pathé-
tique) à prouver que, s’il le veut, il peut tout jouer. Qu’il
peut être un peu sadique, un peu nu, un peu drôle, un peu
sensuel, un peu sentimental. Ce qu’il refuse,
c’est de l’être plus longtemps qu’il ne faut. Il y a un tabou dans ce film :
il doit y avoir une facette de Delon par scène, mais jamais
de changement de facette au cours d’une scène. Robin
Davis, cinéaste d’ambiance ( Ce cher Victor) a dû se cas-
ser les dents sur ce tabou.

Delon ne joue pas mais résume ce qu’il pourrait jouer.
Dès qu'il ouvre la bouche, ce n’est pas ce qu’il dit qui
compte (osons le dire : le dialogue est faible), c'est ce qu’il
veut communiquer. Un : qu’il pense plus vite que tout
le monde (nous compris). Deux : qu’il s’est déjà posé toutes
les questions et s’est déjà fait toutes les réponses, et que
s'il a décidé d’avoir recours aux clichés les plus usés, c’est
voulu. Son regard excédé nous intime l’ordre de penser
qu'il sait qu’on sait qu’il pourrait dire ou faire autre chose.



C’est l'inertie, la lenteur, la bêtise des autres personnages
qui l’exaspèrent. Pour un peu, il les tuerait d’être si lents.
Par impatience. Pour aller plus vite. Pour un peu, Le Choc
serait un court métrage.

Jadis, la star tirait son pouvoir de fascination de sa capa-
cité à jouer langoureusement avec le dialogue et le temps,
d’offrir au spectateur un visage changeant comme un paysage,
tout en restant « elle-même ». C’est par ce « ralenti »,
que la star se distinguait du comédien. Aujourd’hui, muré
en lui-même, répugnant à faire entrer tout « autre » dans
son jeu, Delon est condamné à apparaître sans cesse dans
des scènes et des plans toujours plus courts qui sont, au
fond, autant de spots publicitaires à la gloire de ce que
peut l’animal-Delon. Comment faire un film » grand public-
haut de gamme » avec une série de spots ? Grave ques-
tion. Question d’esthétique. Ou de media.

Le polar français ne sied plus à Delon. Il faudrait inven-
ter pour lui un nouveau genre, une série de spots où,
comme à l’époque du burlesque, on le verrait se livrer vic-
torieusement â une seule action. Il y aurait : « Delon prend
une douche », « Delon lance un couteau », « Delon est
sexuel », « Delon fait le pitre », etc. Les fans de l’acteur
seraient comblés et celui-ci n’aurait plus à subir la cor-
vée d’inventer une histoire et de partager une heure et
demie de film avec qui que ce soit.

Quand on parle de la « crise du cinéma français », on la
prend toujours par le même bout. Le bout « politique
des auteurs », « artistes chiants », » masturbateurs d’images
et de sons ». Récemment, l’establishment du cinéma fran-
çais massé à Cannes a hué Godard et lui a signifié qu’il
était inadmissible de continuer à vivre devant tout le monde
le cinéma comme une aventure. Passion a donc été rejeté
dans les marges, du côté de l’expérimental.

Mais pourquoi ne pas poser la même question
(qu’est-ce qui ne va pas dans le cinéma français?)
à propos d’un gros film qui rate sa cible populaire?
Le Choc, par exemple.
Film fait de fragments, sans vraie histoire, avec des
embryons de scènes, des velléités de gestes, des paroles
sans contexte, une image de star qui ne cadre pas bien avec
les exigences d’un film « normal », Le Choc a été rejeté dans
les marges, comme un film expérimental. Comme Passion.
Évidemment, Passion c’est très bien et Le Choc c’est très
mal. Mais il n’est pas déraisonnable de penser que si Delon
savait mieux faire Le Choc, Godard aurait moins de mal
avec Passion. Le caïd et l’artiste parlent de la même pla-
nète. Il y a un seul monde d’images.

Libération, 1982


Ah génial ! Je ne connaissais pas ce texte fabuleux, merci ! Où l'as-tu trouvé ?

_________________
Mon testament


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Nov 2018, 00:15 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Jan 2008, 02:22
Messages: 1338
Tetsuo a écrit:
Jerzy Pericolosospore a écrit:
J'ai retrouvé sur le net le texte complet de la critique du Choc par Daney.

En gros, il dit que le film est nul, autistique, que sa nullité est le symptôme inquiétant d'une décrépitude du cinéma dit populaire fondé sur les "stars". Il décrit l'horreur de ce qu'est devenu le système "Delon", qui consiste à éliminer physiquement sur la pellicule tout ce qui n'est pas lui.

Il dit que le film a bidé et que c'est bien normal, et conclut en disant qu'au lieu de toujours feindre de se demander pourquoi le cinéma dit "des auteurs" (Godard avec Passion) ne fait pas d'entrées, avec comme réponse toute prête que ce cinéma-là est chiant, on ferait bien de se demander aussi pourquoi un film comme Le Choc rate autant sa cible populaire. Il termine en disant par ironie que le Le Choc est un film aussi expérimental à sa façon que Passion: fragmentaire, sans histoire, bouts de phrases sans contexte, etc, mais parce qu'il n'y a rien d'autre dedans que la star delon.


Citation:
Le Choc

Avec Alain Delon

Tout n’est pas rose dans le cinéma français, puisque même
Le Choc est boudé. Quand Delon gère mal son image, cela
fait aussi partie de la « crise du cinéma français ».

Orson Welles est formel. « La star, rappelait-il récemment,
est un animal entièrement distinct de l’acteur. C’est autre
chose. Ce sont deux vocations différentes. ». Guidé par cette
forte parole, j’ai voulu voir à quoi ressemblait un gros-film-
français-avec-des-stars. Un Delon de 1982, par exemple.
J’ai donc vu Le Choc. Le film est nul ? Oui, mais la ques-
tion n’est pas là. Il m’a semblé que du côté du star-sys-
tem, hexagonalement parlant, ça n’allait pas très fort. Le
Choc est d’ailleurs un échec commercial : fait pour tou-
cher un million de spectateurs parisiens, il plafonne à 400
000 entrées. Toutes choses égales, c’est, comme le Passion
de Godard, un « bide ». Et un bide, parfois, donne à pen-
ser.

Dans le vieux système auquel Welles se réfère,
il suffisait que les stars figurent dans un maximum de gros plans,
dont le nombre était fixé par contrat.
Des « yesmen » géraient avec des talents divers ce capital-image.
Le scénario et la mise en scène se traînaient aux pieds des stars
et il y eut des façons sublimes de se traîner (Sternberg,
Cukor). Mais la star, pour mieux briller, avait besoin
d’un fond sur lequel se détacher et d’un paysage à éclairer.
La star avait besoin d’acteurs pour la faire valoir. Des bras droits,
des jeunes pleins d’avenir, de bons comédiens dans des sales rôles,
des figurants parfois inoubliables. Tout un
petit monde. La star était un animal entièrement distinct
de l’acteur » mais ne voulait pas sa mort. C’était hier. Et
rncmc, avant-hier.

En voyant Le Choc , j’eus soudain le sentiment pénible
que ce vieux star-system avait vécu. Qu’il tournait à vide,
à la démence précoce, à l’autisme. Et que Delon symbo-
lisait tout cela. Le Choc, c’est simple, est un film dans lequel
les stars ne se contentent plus d’éclipser de leur éclat les
non-stars, mais doivent, en plus, les éliminer physiquement.
Les vider de l’écran, les gommer, les tuer un à un. A
Deneuve qui lui demande naïvement ce qu’il fait dans la
vie, Delon répond rageusement : « du nettoyage! » Il met
tout son narcissisme de « pro » peu causant à nettoyer le
film de tout ce qui n’est pas lui. Si Le Choc s’arrête, c’est
qu’il n’y a plus de second rôle à liquider sèchement, de
figurants à tirer comme des lapins, de seconds couteaux à
renvoyer à la cuisine du hors-champ. Et lorsqu’ils trotti-
nent joyeusement vers le petit hélico rouge qui va les tirer
à temps de ce film-corvée et de cette hécatombe sans joie,
Delon (et Deneuve) ont vraiment fait le vide autour d’eux.
Le coucouple survivant pourrait s’écrier : « enfin seuls! ».
J’ai même eu peur que le pilote de l’hélicoptère - un acteur
peu connu, pourtant - ne soit lui aussi flingué à cause
de l’insolence avec laquelle il partage un instant l’espace
du couple vedette.

Car il ne suffit plus que la star ait, comme par le passé,
le monopole des gros plans, il lui faut les plans généraux,
les plans américains, les plans de coupe, tout. Décidément,
(me dis-je), le système vieillit mal. Delon (ou Belmondo)
ont l’air très auto-satisfaits, mais leurs films exhalent la
rage, le mépris, la haine de soi, et même la paresse. Ils met-
tent leur image en jeu avec à peu près autant de généro-
sité que l’équipe d’Italie au cours d’une coupe du monde
de football. C’est dire.


Cela tient à Delon lui-même, dira-t-on. A la façon dont
il entend préserver son image, en la risquant de moins
en moins. Son « honnêteté » est de ne même plus faire sem-
blant. Car le Choc a beau être nul, c'est un film curieux,
inférieur à Pour la peau d’un flic, mais quand même mieux
qu’un Belmondo. Pris un à un, les éléments du film ne
sont pas rédhibitoires : Robin Davis filme convenablement,
la photo est décente, Sarde a commis de pires musiquettes,
les « petits acteurs » (Chicot, Audran, Léotard, Perrot)
se débrouillent, l’histoire vient de Manchette, Deneuve
boit jusqu’à la lie le calice de la figurante de luxe et Delon,
Delon-acteur, continue à intriguer. Qu’est-ce qui ne va
pas, alors? Le reste. Tout le reste : la conception du film,
la minceur de l’histoire et même, oui, son esthétique.

Car Le Choc est un véritable pari. Maître absolu de la
gestion de sa propre image (Clément, Visconti, Losey
ou même Zurlini sont loin), Delon s’ingénie (c’est pathé-
tique) à prouver que, s’il le veut, il peut tout jouer. Qu’il
peut être un peu sadique, un peu nu, un peu drôle, un peu
sensuel, un peu sentimental. Ce qu’il refuse,
c’est de l’être plus longtemps qu’il ne faut. Il y a un tabou dans ce film :
il doit y avoir une facette de Delon par scène, mais jamais
de changement de facette au cours d’une scène. Robin
Davis, cinéaste d’ambiance ( Ce cher Victor) a dû se cas-
ser les dents sur ce tabou.

Delon ne joue pas mais résume ce qu’il pourrait jouer.
Dès qu'il ouvre la bouche, ce n’est pas ce qu’il dit qui
compte (osons le dire : le dialogue est faible), c'est ce qu’il
veut communiquer. Un : qu’il pense plus vite que tout
le monde (nous compris). Deux : qu’il s’est déjà posé toutes
les questions et s’est déjà fait toutes les réponses, et que
s'il a décidé d’avoir recours aux clichés les plus usés, c’est
voulu. Son regard excédé nous intime l’ordre de penser
qu'il sait qu’on sait qu’il pourrait dire ou faire autre chose.



C’est l'inertie, la lenteur, la bêtise des autres personnages
qui l’exaspèrent. Pour un peu, il les tuerait d’être si lents.
Par impatience. Pour aller plus vite. Pour un peu, Le Choc
serait un court métrage.

Jadis, la star tirait son pouvoir de fascination de sa capa-
cité à jouer langoureusement avec le dialogue et le temps,
d’offrir au spectateur un visage changeant comme un paysage,
tout en restant « elle-même ». C’est par ce « ralenti »,
que la star se distinguait du comédien. Aujourd’hui, muré
en lui-même, répugnant à faire entrer tout « autre » dans
son jeu, Delon est condamné à apparaître sans cesse dans
des scènes et des plans toujours plus courts qui sont, au
fond, autant de spots publicitaires à la gloire de ce que
peut l’animal-Delon. Comment faire un film » grand public-
haut de gamme » avec une série de spots ? Grave ques-
tion. Question d’esthétique. Ou de media.

Le polar français ne sied plus à Delon. Il faudrait inven-
ter pour lui un nouveau genre, une série de spots où,
comme à l’époque du burlesque, on le verrait se livrer vic-
torieusement â une seule action. Il y aurait : « Delon prend
une douche », « Delon lance un couteau », « Delon est
sexuel », « Delon fait le pitre », etc. Les fans de l’acteur
seraient comblés et celui-ci n’aurait plus à subir la cor-
vée d’inventer une histoire et de partager une heure et
demie de film avec qui que ce soit.

Quand on parle de la « crise du cinéma français », on la
prend toujours par le même bout. Le bout « politique
des auteurs », « artistes chiants », » masturbateurs d’images
et de sons ». Récemment, l’establishment du cinéma fran-
çais massé à Cannes a hué Godard et lui a signifié qu’il
était inadmissible de continuer à vivre devant tout le monde
le cinéma comme une aventure. Passion a donc été rejeté
dans les marges, du côté de l’expérimental.

Mais pourquoi ne pas poser la même question
(qu’est-ce qui ne va pas dans le cinéma français?)
à propos d’un gros film qui rate sa cible populaire?
Le Choc, par exemple.
Film fait de fragments, sans vraie histoire, avec des
embryons de scènes, des velléités de gestes, des paroles
sans contexte, une image de star qui ne cadre pas bien avec
les exigences d’un film « normal », Le Choc a été rejeté dans
les marges, comme un film expérimental. Comme Passion.
Évidemment, Passion c’est très bien et Le Choc c’est très
mal. Mais il n’est pas déraisonnable de penser que si Delon
savait mieux faire Le Choc, Godard aurait moins de mal
avec Passion. Le caïd et l’artiste parlent de la même pla-
nète. Il y a un seul monde d’images.

Libération, 1982


Ah génial ! Je ne connaissais pas ce texte fabuleux, me98rci ! Où l'as-tu trouvé ?



J'ai sué ma mère pour dégotter dans les tréfonds du net un lien, et même deux liens, où l'on trouve rien moins que l'intégralité du cinéjournal, vol I (1981-1982) et vol II (1983-86)

vol I:
https://archive.org/details/SergeDaneyC ... 2/page/n25

vol II:
https://archive.org/details/SergeDaneyC ... 86/page/n1


(consultables on line donc, mais en regardant en bas à droite, tu repères "download options", le texte apparaît alors en version txt. Qu'on peut copier puis coller sur word)

Merci qui? :D


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Nov 2018, 03:52 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23767
Localisation: Arkham Asylum
Super, merci Domi !

_________________
Mon testament


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 12 Nov 2018, 05:35 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1943
En effet le texte est dans un de ses recueils les plus accessibles. Vous siphonnez même les bouquins ?


Dernière édition par Gontrand le 12 Nov 2018, 21:27, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Narco (Tristan Aurouet et Gilles Lellouche, 2004)

Dark Mireille

4

446

28 Oct 2008, 11:25

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Homme au bain (Christophe Honoré - 2010)

DPSR

0

665

07 Oct 2010, 13:28

DPSR Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les infidèles (Dujardin, Lellouche, Courtès, Cavayé, Bercot, Hazanavicius, Lartigau - 2012)

DPSR

12

1825

12 Sep 2014, 09:43

Ozymandias Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Diamant 13 (Gilles Be(h)at - 2009)

Cosmo

0

713

05 Fév 2009, 06:57

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Au pan coupé (Guy Gilles - 1967)

Tom

0

666

02 Oct 2014, 22:49

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Tête d'or (Gilles Blanchard - 2006)

Zad

4

634

18 Nov 2007, 19:54

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. U.V. (Gilles Paquet-Brenner, 2007)

DPSR

2

750

27 Déc 2007, 17:28

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Et Après... (Gilles Bourdos - 2009)

Karloff

0

650

02 Déc 2008, 10:46

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Rue barbare (Gilles Béhat, 1984)

Cosmo

10

1227

12 Mar 2011, 17:59

Vince3d le Belge Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Renoir (Gilles Bourdos - 2012)

DPSR

9

1084

25 Oct 2013, 14:31

Cosmo Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web