Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 18 Oct 2018, 12:42

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Foxtrot (Samuel Maoz, 2017)
MessagePosté: 01 Mai 2018, 20:33 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1812
Dans leur confortable appartement de Tel Aviv, Michael et Daphna Feldmann reçoivent la visite d'une équipe de l'armée. On leur annonce la mort en service de leur fils Jonathan, qui gardait avec d'autres un checkpoint dans la "Seam zone", un No Man's Land au nord d'Israël.
Les militaires sont censés faciliter le deuil des parents mais se comportent de manière particulièrement rude et invasive, mettant Daphna en narcose, et briefant en permanence Michael avec un discours qui mêle psychanalyse et éléments de langage dignes d'un livret de propagande militaire, au point de l'irriter et de susciter son mutisme...


Image


Très bon film, mais qui commence assez mal, avec une mise en scène qui peut rappeler Asghar Farhadi (même type d'appartement-cerveau), avec des effets de styles encore plus appuyés et mécaniques , versant dans la surécriture très signifiante.
On y trouve de systématiques panotages à 90° de la caméra autour des visages, des plongées zénitaux dans les toilettes , le décor psychédélique de l'appartement est sursignifiant (ainsi le carrelage à la Escher qui brouille le repères spaciaux sera immédiatement souligné par un 360°), ainsi qu'un chien aux gémissements post-synchronisés dont les yeux semblent dire :"T'es sûr que tu veux placer la caméra comme ça ?" ou "je n'ai pas besoin que l'on me montre une saucisse pour regarder dans cette direction !". Le soundscape, dans lequel le moindre roulement de tiroir déclenche un bruit comparable à une bombe, anticipe de manière maladroite et trop évidente le twist du film. Moaz semble ne pas faire confiance à ses acteurs (pourtant très bons) et à la situation qu'il a créé, on a parfois l'impression de tenir une pièce de théâtre gonflée au cinéma, mettant en abyme plusieurs huis-clos les uns dans les autres.
Le film donne alors l'impression d'être en permanence dans l'exposition des personnages.
Mais ce sont des faiblesses finalement assez courantes dans le cinéma actuel, même dans des films ambitieux et éloignés de cet univers, comme "Grave" ou "La mécanique de l'ombre", avec lesquels il partagent une même lumière bleu-gris désaturée, et une même fascination pour une architecture moderne impossible à dater, entre Bauhaus et brutalisme.

Mais au fur à mesure que le film avance, ce qui apparaîssait d'abord comme des maladresses involontaires et de l'artifice se révèle être un pari conscient et assumé, qui, poussé au bout, va gagner en légitimité et finir par créer quelque chose qui tient bon, et n'est pas sans force politique.

Je ne veux pas révéler le twist du film, mais disons qu'il consiste en trois segments relativement autonomes dans trois genres différents, bien codés, mais articulés de façon lâche et butant chacun sur un point aveugle. Le dispositif du film est très influencé par le cinéma iranien, notamment Copie Conforme de Kiarostami.

Chacun de ces fragments semble concerner trois générations différentes d'Israéliens, ou, plus exactement, de la gauche israéliennes. Le début est une fiction de gauche mettant en scène la mise en cause l'idéologie d'état par un homme seul, qui a paranoïaquement raison (ce segment articule la mémoire des grands-parents de la génération de la Shoah et son raccord problématique avec Israël comme pays dont l'armée et la capacité à se défendre sont les garants symboliques de l'intégrité démocratique à l'intérieur et de la reconnaissance internationale au dehors). Le second segment est un film à sketch tragi-comique de slackers de 20 ans désoeuvrés et perdus dans le service militaire et une drôle de guerre, où le désir pour l'autre, la jeunesse palestinienne, est à tout la fois présent, et interdit, qui traite de la situation des enfants (la plus forte partie du film, étonnament raccordée à l'esthétique de l'illustration manga, mais sans mièverie).
La troisième partie est un drame érotique du couple, où un homme qui se pense politiquement fort et lucide s'aperçoit de son impuissance et de son traditionnalisme quand sa femme , très belle et juste Sarah Adler, lui objecte qu'avec lui les rôles d'épouse et de mère n'arrivent pas à être distingués, qui rappelle Marco Bellochio (c'est la seule partie du film cadrée sur des corps et des visages qui se déplacent).

L'idée très belle du film est d'avoir placé le segment sur les fils, au combat et plongé dans l'hystérie du contrôle des frontières, dans une position problématique et douloureuse, entre les segments consacrés à la génération des grands-parents et parents, qui quant à eux se déroulent dans les mêmes lieux mais ne communiquent pas directement.

Ces segments sont articulés de manière assez lâche, séparés, mais contiennent la même colère, la même indignation impuissante et sourde, dont le film montre la diffusion, l'absence d'écho puis le retour silencieux (elle est ce dont les parents veulent se désaisir, et qui leur revient avec la mort du fils, qui est aussi la mort d'une gauche à la fois pacifiste et apte aux leaderhip politique).
C'est un film volontairement frustrant sur l'impuissance politique, le fait que rien n'embraye apparemment après la critique du racisme, que l'on peut considérée pourtant comme terminée et objective. Et cela pas à cause d'un mystère ontologique inévitable, mais d'une culpabilité collective, peut-être pas assez dite dans l'espace public et trop dite dans la sphère privée.

Le film raconte une colère politique neuve qui n'arrive qu'à s'exprimer que dans des formes anciennes, et est dès lors comprise avant d'être reconnue. Situation qu'illustre la mère déportée et acariâtre de Michael, qui lui parle allemand quand il s'adresse pourtant à elle en hébreu, mais qui lui confère étrangement un prénom plus hébraïque que le sien : Avigor. Comme pour montrer que l'histoire des parents, qui ont vécu la Shoah, est celle où l'affect et l'identité se compensent exactement et de façon pleinement consciente. Il s'agît d'un maniérisme érigé en système moral et politique, où tout est pareillement intentionnel : le discours patriotico-médical des militaires du début, la colère poltiique humaine du père, qui ne croit pas en l'armée, qu'il afaite aussi, les malaises érotiques comiques et morbides du fils, où la pornographie est une forme de religion échangée au sein de la douleur de la Shoah. Un régime de sens porté par le discours et le décor à l'arrière-plan plutôt que les situations, dans lequel le cinéma n'arrive pas à injecter de l'image, il ne peut que le rompre plutôt que l'incarner, nourissant ainsi un rapport au politique qui se formule en terme de rapport à un objet, où désir et frustration s'accroissent en même temps. Le film est en cela honnête sur l'époque.

Le passage central sur le check-point est particulièrement marquant, le film ne cherche pas à restituer la guerre de façon documentaire, mais crée une situation à la fois comique et ironique, à la Desert de Tartares (mais où les Palestiniens sont figurés), pour en faire comprendre l'injustice. Cela fonctionne plutôt bien. Ce qui est assez émouvant c'est que le dispositif de la fable, malgré ses limites, est très proche de celui des meilleurs films d'Elia Suleiman qui pointe l'autre côté de la situation, et permet de faire circuler et transmettre un malaise qu'il faut comprendre pour dessiner une sortie par le haut du conflit et aller à la rencontre de l'autre.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 03 Mai 2018, 08:28 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1812
Dans le film il est évident
qu'abandonné à sa culpabilité, dont le père veut le protéger, le fils aurait survécu. D'une part la paix ne supprimera pas cette culpabilité, mais la commencera au contraire. D'autre part cette mort possède quand-même le sens d'une élection
.
Au discours nationaliste qui place l'identité à l'intérieur de la politique, le film oppose l'emboîtement inverse (position de repli de la gauche, insatisfaisante bien-sûr). La notion biblique d'élection (et de justification) n'est pas annulée (le film s'inspire à la fois de la scène du petit chien dans Apocalypse Now pour ce que vit le fils, et du livre de Job pour décrire la même situation perçue par le père - on peut penser aussi à la première nouvelle du Mur de Jean-Paul Sartre).

Maoz montre au contraire un monde où elle a le même contenu et est pareillement efficace au point de vue politique et au point de vue religieux. Simplement elle subit alors un double transfert : de la décision vers l'acte manqué, et de la nation vers l'individu, en court-circuitant la famille (elle est donc sans dialectique, et sans ordre).


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Oct 2018, 13:58 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20776
Très bon texte sur l'un des meilleurs films-cerveaux de l'année.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Lebanon (Samuel Maoz - 2009)

DPSR

5

755

30 Juin 2015, 21:18

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'apprenti (Samuel Collardey, 2008)

Art Core

5

534

12 Déc 2008, 11:23

the black addiction Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sparring (Samuel Jouy - 2018)

Qui-Gon Jinn

2

543

13 Fév 2018, 15:15

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Baïonnette au canon (Samuel Fuller, 1951)

Cosmo

2

633

18 Jan 2013, 15:47

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Maison de bambou (Samuel Fuller - 1955)

DPSR

3

552

05 Juil 2009, 22:43

Mr Chow Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Police spéciale (Samuel Fuller - 1964)

DPSR

8

795

09 Avr 2013, 07:34

Tom Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Shock corridor (Samuel Fuller, 1963)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

the black addiction

16

739

11 Mai 2012, 00:32

Jerzy Pericolosospore Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Chez Gino (Samuel Benchetrit, 2011)

Cosmo

8

435

23 Jan 2012, 23:35

Delmore Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Comme un Lion (Samuel Collardey - 2012)

Art Core

0

464

18 Jan 2013, 11:33

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Port de la drogue (Samuel Fuller - 1953)

Tom

14

696

16 Mar 2013, 19:14

Mr Chow Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Exabot [Bot] et 24 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web