Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 21 Avr 2018, 01:07

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 352 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17 ... 24  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 22 Nov 2017, 11:57 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23078
Localisation: Arkham Asylum
Image

_________________
Minecraft mon amour


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 22 Nov 2017, 11:58 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 9740
Voilà, c'était ça que je craignais que Film Freak ne poste dans un autre topic.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 22 Nov 2017, 11:59 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18137
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
sponge a écrit:
T'inquiètes que ça serait mis de côté en mode "Oh mais Gégé il est comme ça, c'est un personnage".


C'est clair :| .

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 22 Nov 2017, 12:50 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Oct 2005, 10:23
Messages: 8066
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 22 Nov 2017, 12:53 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Oct 2005, 10:23
Messages: 8066
On en veut à la Cinémathèque... :lol:

http://www.lesinrocks.com/2017/11/21/ac ... 111011886/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 22 Nov 2017, 13:01 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18137
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Bien fait pour ce gros con de Bonnaud dont la défense de Polanski a été pathétique de bout en bout.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 22 Nov 2017, 13:22 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23078
Localisation: Arkham Asylum
Art Core a écrit:
Bien fait pour ce gros con de Bonnaud.


Je l'ai toujours détesté, lui.

_________________
Minecraft mon amour


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 22 Nov 2017, 13:23 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 9740
Tu aimes personne, toi.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 22 Nov 2017, 13:28 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23078
Localisation: Arkham Asylum
Castorp a écrit:
Tu aimes personne, toi.


Je t'aimais bien avant que tu n'écrives ce message.

_________________
Minecraft mon amour


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 22 Nov 2017, 13:29 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 9740
:D

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 10 Jan 2018, 10:54 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 71467
Localisation: Fortress of Writing
J'avais envie de partager la tribune des amies des frotteurs parue hier sur mon cher forum d'hétéros mâles blancs cisgenres :

Citation:
Tribune.

Le viol est un crime. Mais la drague insistante ou maladroite n’est pas un délit, ni la galanterie une agression machiste.

A la suite de l’affaire Weinstein a eu lieu une légitime prise de conscience des violences sexuelles exercées sur les femmes, notamment dans le cadre professionnel, où certains hommes abusent de leur pouvoir. Elle était nécessaire. Mais cette libération de la parole se retourne aujourd’hui en son contraire : on nous intime de parler comme il faut, de taire ce qui fâche, et celles qui refusent de se plier à de telles injonctions sont regardées comme des traîtresses, des complices !

Or c’est là le propre du puritanisme que d’emprunter, au nom d’un prétendu bien général, les arguments de la protection des femmes et de leur émancipation pour mieux les enchaîner à un statut d’éternelles victimes, de pauvres petites choses sous l’emprise de phallocrates démons, comme au bon vieux temps de la sorcellerie.

De fait, #metoo a entraîné dans la presse et sur les réseaux sociaux une campagne de délations et de mises en accusation publiques d’individus qui, sans qu’on leur laisse la possibilité ni de répondre ni de se défendre, ont été mis exactement sur le même plan que des agresseurs sexuels. Cette justice expéditive a déjà ses victimes, des hommes sanctionnés dans l’exercice de leur métier, contraints à la démission, etc., alors qu’ils n’ont eu pour seul tort que d’avoir touché un genou, tenté de voler un baiser, parlé de choses « intimes » lors d’un dîner professionnel ou d’avoir envoyé des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l’attirance n’était pas réciproque.

Cette fièvre à envoyer les « porcs » à l’abattoir, loin d’aider les femmes à s’autonomiser, sert en réalité les intérêts des ennemis de la liberté sexuelle, des extrémistes religieux, des pires réactionnaires et de ceux qui estiment, au nom d’une conception substantielle du bien et de la morale victorienne qui va avec, que les femmes sont des êtres « à part », des enfants à visage d’adulte, réclamant d’être protégées.

En face, les hommes sont sommés de battre leur coulpe et de dénicher, au fin fond de leur conscience rétrospective, un « comportement déplacé » qu’ils auraient pu avoir voici dix, vingt ou trente ans, et dont ils devraient se repentir. La confession publique, l’incursion de procureurs autoproclamés dans la sphère privée, voilà qui installe comme un climat de société totalitaire.

La vague purificatoire ne semble connaître aucune limite. Là, on censure un nu d’Egon Schiele sur une affiche ; ici, on appelle au retrait d’un tableau de Balthus d’un musée au motif qu’il serait une apologie de la pédophilie ; dans la confusion de l’homme et de l’œuvre, on demande l’interdiction de la rétrospective Roman Polanski à la Cinémathèque et on obtient le report de celle consacrée à Jean-Claude Brisseau. Une universitaire juge le film Blow-Up, de Michelangelo Antonioni, « misogyne » et « inacceptable ». A la lumière de ce révisionnisme, John Ford (La Prisonnière du désert) et même Nicolas Poussin (L’Enlèvement des Sabines) n’en mènent pas large.

Déjà, des éditeurs ­demandent à certaines d’entre nous de rendre nos personnages masculins moins « sexistes », de parler de sexualité et d’amour avec moins de démesure ou encore de faire en sorte que les « traumatismes subis par les personnages féminins » soient rendus plus évidents ! Au bord du ridicule, un projet de loi en Suède veut imposer un consentement explicitement notifié à tout candidat à un rapport sexuel ! Encore un effort et deux adultes qui auront envie de coucher ensemble devront au préalable cocher via une « appli » de leur téléphone un document dans lequel les pratiques qu’ils acceptent et celles qu’ils refusent seront dûment listées.

Le philosophe Ruwen Ogien défendait une liberté d’offenser indispensable à la création artistique. De même, nous défendons une liberté d’importuner, indispensable à la liberté sexuelle. Nous sommes aujourd’hui suffisamment averties pour admettre que la pulsion sexuelle est par nature offensive et sauvage, mais nous sommes aussi suffisamment clairvoyantes pour ne pas confondre drague maladroite et agression sexuelle.

Surtout, nous sommes conscientes que la personne humaine n’est pas monolithe : une femme peut, dans la même journée, diriger une équipe professionnelle et jouir d’être l’objet sexuel d’un homme, sans être une « salope » ni une vile complice du patriarcat. Elle peut veiller à ce que son salaire soit égal à celui d’un homme, mais ne pas se sentir traumatisée à jamais par un frotteur dans le métro, même si cela est considéré comme un délit. Elle peut même l’envisager comme l’expression d’une grande misère sexuelle, voire comme un non-événement.

En tant que femmes, nous ne nous reconnaissons pas dans ce féminisme qui, au-delà de la dénonciation des abus de pouvoir, prend le visage d’une haine des hommes et de la sexualité. Nous pensons que la liberté de dire non à une proposition sexuelle ne va pas sans la liberté d’importuner. Et nous considérons qu’il faut savoir répondre à cette liberté d’importuner autrement qu’en s’enfermant dans le rôle de la proie.

Pour celles d’entre nous qui ont choisi d’avoir des enfants, nous estimons qu’il est plus judicieux d’élever nos filles de sorte qu’elles soient suffisamment informées et conscientes pour pouvoir vivre pleinement leur vie sans se laisser intimider ni culpabiliser.

Les accidents qui peuvent toucher le corps d’une femme n’atteignent pas nécessairement sa dignité et ne doivent pas, si durs soient-ils parfois, nécessairement faire d’elle une victime perpétuelle. Car nous ne sommes pas réductibles à notre corps. Notre liberté intérieure est inviolable. Et cette liberté que nous chérissons ne va pas sans risques ni sans responsabilités.

Les rédactrices de ce texte sont : Sarah Chiche (écrivaine, psychologue clinicienne et psychanalyste), Catherine Millet (critique d’art, écrivaine), Catherine Robbe-Grillet (comédienne et écrivaine), Peggy Sastre (auteure, journaliste et traductrice), Abnousse Shalmani (écrivaine et journaliste).

Adhèrent également à cette tribune : Kathy Alliou (curatrice), Marie-Laure Bernadac (conservateur général honoraire), Stéphanie Blake (auteure de livres pour enfants), Ingrid Caven (actrice et chanteuse), Catherine Deneuve (actrice), Gloria Friedmann (artiste plasticienne), Cécile Guilbert (écrivain), Brigitte Jaques-Wajeman (metteuse en scène), Claudine Junien (généticienne), Brigitte Lahaie (actrice et présentatrice radio), Nathalie Léger (écrivaine et directrice générale de l’Institut mémoires de l’édition contemporaine), Elisabeth Lévy (directrice de la rédaction de Causeur), Joëlle Losfeld (éditrice), Sophie de Menthon (présidente du mouvement ETHIC), Marie Sellier (auteure, présidente de la Société des gens de lettres).


Pfoooo.
Paye ton texte qui part dans tous les sens. Autant je veux bien reconnaître, comme on a pu l'évoquer ici, qu'il ne faut pas jeter bébé avec l'eau du bain mais cette "tribune" mélange torchons et serviettes, alterne généralités vagues enfonceuses de portes ouvertes et arguments très très très bêtes et pue le vieux monde, la vieille pensée. "Liberté d'importuner" pitié, "sert les intérêts des extrémistes religieux" mais lol, et le passage sur les frotteurs est cultissime.

Je découvre par la même occasion certaines déclarations de Catherine Millet et :shock:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 10 Jan 2018, 10:58 
Hors ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23078
Localisation: Arkham Asylum
Flemme de lire. J'en peux plus de ce débat de merde...

_________________
Minecraft mon amour


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 10 Jan 2018, 11:03 
Hors ligne
Vaut mieux l'avoir en journal
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 15:21
Messages: 17695
Localisation: Paris
J'ai lu ça hier. Au delà des arguments (où il y a du discutable en effet), rien que la partie mensongère sur Polanski décrédibilise le reste.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 10 Jan 2018, 11:06 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18137
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Je trouve cette tribune tout bonnement révoltante. Il y a vraiment en plus quelque chose de l'ordre de la classe sociale. C'est un tribune de vieilles bourgeoises blanches qui veulent qu'on laisse tranquille leurs vieux mecs riches blancs. Balance les dans la rue, dans des quartiers populaires et fais les se faire emmerder par des mecs qui les traitent de salopes ou leur mettent des mains aux culs, on verra si elles continuent de défendre la "liberté d'importuner". Et le délire sur les frotteurs du métro mais comment on peut écrire des conneries pareilles (a moins évidemment de jamais prendre le métro et de jamais être confronté au problème). Et oui je tombe sur les déclarations de Millet ce matin et bon faut pas déconner (mais Millet est une nympho folle du cul - cf. son bouquin - ce qui explique sans doute cela).

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Devin Faraci
MessagePosté: 10 Jan 2018, 11:15 
Hors ligne
Robot in Disguise
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juil 2005, 09:00
Messages: 24421
Localisation: Paris
Je ne noterai qu'une chose:
Les autrices de la tribune a écrit:
on nous intime de parler comme il faut, de taire ce qui fâche, et celles qui refusent de se plier à de telles injonctions sont regardées comme des traîtresses, des complices !
Film Freak a écrit:
la tribune des amies des frotteurs

_________________
Ma série télé sur la rivalité Jacques Chirac/Edouard Balladur !
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 352 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17 ... 24  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web