Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 12 Déc 2018, 17:39

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 22 Sep 2018, 18:48 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1943
Paris, ou sa banlieue, de nos jours. Dans un grand appart un peu décati, zone indécise entre confort bohème d'étudiant attardé et déchéance physique et psychologique, vit Bruno Weintraub, un écrivain dont le premier livre, paru au mitant les années 90, le "Ciel Etoilé au Dessus de ma tête", avait été reconnu et trouvé sin public . A en croire les extraits et les propos de l'auteur on peut imaginer qu'il se situait entre MBK et Tristan Garcia, voire la critique du système à la Naomi Klein. Depuis l'inspiration ne s'est plus renouvelée, la veine politique appelant à un messianisme anticapitaliste et à la route ardue rt resque secrète vers l'épiphanie relationnelle a lassé, il s'est noyé dans des problèmes de cul aussi banals que lancinants, et se terre errant en slip chez lui, entre la cuisine et la chambre, entre sa voisine fuck buddy et sa coloc Femen virginale, ses piles de livres non-lus ou trop relus, la télé et Facebook. Un jour ses parents, inquiets, débarquent, accompagnés d'une mystérieuse brune : Sophie Andreux. Andreux, ce n'est pas un nom juif : ce n'est dont pas une femme de la communauté sur laquelle ils essayent de l'orienter. Mais qui est-elle alors ?

Image


J'hésite à qualifier le film : est-il franc et à fond derrière la singularité des ses personnages et engagé dans une défense sincère de la marge (y compris, les parents car l'imaginaire libertaire mais déjà sceptique des années 80, dont l'échec est une forme de mise en minorité) qui peut faire penser à du Giraudie dans un versant hétéro, ou bien film un peu trop malin et chic, faisant fonctionner la psychose et la peur du déclasselebt socil comme des signes de distinction sociale et de décalage calculés et paradoxaux un clin d'oeil complice au public ?
J'ai souris, le reste du pulic s'y retrouvait, mais j'ai trouvé que le film avait quelque chose d'assez déplaisant, qui rappelle un peu l'humour Canal + ou Bref : le sujet du sketch y dit systématiquement en conclusion lui-même ce qu'il faut penser de lui. Ce bouclage, cette maîtrise du jugemenr de l'autre et cette propension à s'autocommenter se confondaient avec ce qui serait l'objectif d'une lutte politique contre l'aliénation, la maîtrise de son destin, le passage du discours "de" la société elle-même, placé au plan de la consommation et du travail, au discours sur les valeurs (donc dr discours "sur la société") . Mais cette contestation reste elle-même une performance et un jeu. La singularité (et la force du film) est de ne pas chercher à l'articuler à travers des individus, mais driectement au niveau des groupes sociaux (juif, fous, femmes, intellectuels, psy... qui sont du côté du service public en train de mourir, lui-même malade et en quêtre reconnaissance). L'humour nait du caractère informe de ses groupes sociaux, dont les individus particuliers (père, mère, copain, meuf) fonctionnent non plus comme des membres, mais comme des masques et des porte-paroles perpétuellement ventriloquent (rendant le roman inutile, car il ne saurait y avoir là un public), le rapport d''émulation entre la théorie et la psychologie des genes est immédiat et ne permet plus l'art). Face à la dilution des liens sociaux et la vie 2.0, tout peut prendre en même temps l'apparence de la minorité et de l'ordre, ces deux figures ne sont plus incompatibles. Cela ressemble à une réconciliation, mais c'est la peur de disparaître en même temps. Bruno est seul mais regardé: logique individuelle, désirante, qui voudrait voir se cumuler les identités (fou et écrivain, hétéro et célibataire, juif laïc) et le collectif qui les détache, en fait des "phases". Le film ne choisit pas entre les deux, et glisse un peu trop commodément la folie et son cortège d'ombres et de ricannements dans cette hésitation.
Elle n'est plus une difficulté à prendrecen compte l'altérité, mais le fait d'y croire encore comme une valeur morte, au sein même du fantasme et de la séparation.
Ce qui m'a le plus touché dans le film n'est pas tant l'humour, que ce qu'il reste de naturalisme en lui, qui le rattache à un genre de film d'habitude plutôt centré sur le portrait de femme (le très beau "Une Femme d'extérieur" de Christophe Blanc, sorti il y a près de 20 ans, voire Jeune Femme de Séraille, ou encore le dernier Claire Denis, qui partage un peu la même fome et la même lumière, les même situations de danse triste ;on peut penser aussi aux moments les plus fins de Solveig Anspach qui allaient déjà vers la même sorte de burlesque déprimé) mais pris par le versant masculin et en jouant la carte de l'humour cynique (genre Dupieux qui aurait lu Italo Svevo) plutôt que du récit d'initation. De manière ambiguë, toute la morale du film réside dans une seule idée: la conversion au cynisme n'atténue même plus la fragilité sociale de celui qui l'effectue. Mais le film n'appelle que ia reconnaissance du spectateur en lui, laissant intactes, au sein de la psychose et du baroque, les hiérarchies du bon et du mauvais goût (la B.O. est à cet égard incroyablement poseuse).

3/6


Dernière édition par Gontrand le 22 Sep 2018, 21:13, édité 4 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Sep 2018, 21:05 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20810
j'ai trouvé ça à la limite du regardable tant j'ai trouvé ça poseur

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Sep 2018, 21:17 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1943
4 heures après, j'ai un peu l'impression d'avoir vu l'équivalent cinématographique d'une reprise de Morrissey par les Sexy Sushis. Ou pour être plus gentil : le Père Noël est une Ordure filmé par Desplechin.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Sep 2018, 22:08 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72653
Localisation: Fortress of Writing
Gontrand a écrit:
Paris, ou sa banlieue, de nos jours. Dans un grand appart un peu décati, zone indécise entre confort bohème d'étudiant attardé et déchéance physique et psychologique, vit Bruno Weintraub, un écrivain dont le premier livre, paru au mitant les années 90, le "Ciel Etoilé au Dessus de ma tête", avait été reconnu et trouvé sin public . A en croire les extraits et les propos de l'auteur on peut imaginer qu'il se situait entre MBK et Tristan Garcia, voire la critique du système à la Naomi Klein. Depuis l'inspiration ne s'est plus renouvelée, la veine politique appelant à un messianisme anticapitaliste et à la route ardue rt resque secrète vers l'épiphanie relationnelle a lassé, il s'est noyé dans des problèmes de cul aussi banals que lancinants, et se terre errant en slip chez lui, entre la cuisine et la chambre, entre sa voisine fuck buddy et sa coloc Femen virginale, ses piles de livres non-lus ou trop relus, la télé et Facebook. Un jour ses parents, inquiets, débarquent, accompagnés d'une mystérieuse brune : Sophie Andreux. Andreux, ce n'est pas un nom juif : ce n'est dont pas une femme de la communauté sur laquelle ils essayent de l'orienter. Mais qui est-elle alors ?

J'ai halluciné devant l'écriture de ce synopsis, pompeux dès la première phrase, imbuvable dans ses références étalées ensuite, ce qui tranche avec la vulgarité soudaine qui vient après, avec ce terme anglais, et c'est interminable...et j'ai donc été vérifier et ce n'est pas le syno officiel sur AlloCiné.

Donc j'en déduis qu'il est de toi, Gontrand. Et je suis donc moins étonné.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 22 Sep 2018, 22:29 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1943
Tu fais une sorte de (petite) politique politicienne là.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Commissariat (Ilan Klipper, Virgil Vernier - 2009)

Zad

11

822

29 Nov 2010, 18:35

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Le Plaisir de chanter (Ilan Duran Cohen - 2008)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Blissfully

31

2431

08 Aoû 2009, 14:02

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Vol au-dessus d'un nid de coucou (Miloš Forman - 1975)

Tom

6

508

01 Sep 2011, 09:16

Marlo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Première étoile (Lucien Jean-Baptiste - 2009)

Cosmo

0

495

07 Fév 2010, 11:53

Cosmo Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'étoile de Laura (Thilo Rothkirch, Piet De Rycker - 2004)

Zad

2

643

29 Aoû 2005, 13:06

Zad Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Comme une étoile dans la nuit (René Féret - 2008)

DPSR

3

1297

21 Jan 2012, 23:51

Z Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. 7e ciel (Andreas Dresen - 2008)

Blissfully

2

588

06 Nov 2008, 20:42

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cadeau du ciel (Dover Kosashvili - 2003)

Noony

0

742

10 Sep 2005, 19:12

Noony Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Chevaliers du ciel (Gerard Pirès - 2005)

Mufti

11

706

13 Nov 2005, 17:07

Homerlan Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les Moissons du ciel (Terrence Malick - 1978)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

Karloff

44

3410

10 Oct 2017, 10:22

bmntmp Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web