Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 20 Nov 2018, 08:35

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Carol (Todd Haynes, 2015)
MessagePosté: 13 Jan 2016, 01:00 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72496
Localisation: Fortress of Writing
Sérieux, c'est moi qui ouvre? Putain que ce forum est mort.

J'ai toujours apprécié les films de Todd Haynes mais je n'en ai jamais revu aucun. Et ce sera pareil pour Carol.

Le récit m'a maintenu bien engagé toute la première heure avant les longueurs de la seconde et, s'il évite certaines scènes attendues du genre "romance homosexuelle d'époque", il ne les évite pas toutes.

Il reste toutefois cette douceur, dans l'écriture (qui ne fait pas dans le pathos ou le dolorisme), dans la photo (l'image me donne envie de la toucher comme on touche un tissu de qualité et agréable), dans les performances des actrices (jamais showy mais qui donne envie de les toucher aussi).

Et cette fin, magnifique.
Les films de ce genre finissent généralement mal, la fin de cleui-ci sonne comme une revendication. C'est possible. Fuck society.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Carol (Todd Haynes, 2015)
MessagePosté: 13 Jan 2016, 10:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18833
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
J'avais trouvé le film totalement dépassionné et beaucoup trop focalisé sur tout l'aspect social de ce que représente l'homosexualité à ce moment là au détriment d'une histoire d'amour finalement banale qui ne s'épanouit pas vraiment. Jamais le film ne me bouleverse (pourtant je suis un immense fan d'histoires d'amour lesbiennes, je vois deux filles s'embrasser et j'ai déjà les larmes aux yeux), je le trouve sans cesse trop sage. Et je crois que je n'aime pas beaucoup le personnage de Cate Blanchett.

Il y a cependant une vraie douceur, une vraie beauté dans la photo chaude et ouatée et dans la délicatesse de la mise en scène et de la reconstitution. Mais pour moi ça reste finalement très académique, je préfère de très loin ce qu'il avait fait avec Loin du Paradis.

4/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Carol (Todd Haynes, 2015)
MessagePosté: 14 Jan 2016, 20:17 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20797
Très beau film, injustement boudé par les Oscars d'ailleurs

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Carol (Todd Haynes, 2015)
MessagePosté: 30 Jan 2016, 22:40 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1844
Très déçu, pour les raisons déjà dites. Carol est en effet très académique, c’est un bel emballage pour un objet creux (j’ai été particulièrement agacé par la musique, sorte de croisement entre les B.O. de Michael Nyman dans les années 80 et "Mon Beau Sapin", particulièrement tire-larme). J’ai eu l’impression que le film était à la remorque sociologico-esthétique d’un épisode de Mad Men pris au pif, et me suis contenté d’apprécier le travail de l’accessoiriste pour ne pas dormir («c’est quoi ça une Cadillac ? L'arrière peut-être, mais pas avec cette calandre trop sobre. Ha tiens non une Packard - au bout d'1h20 le point est fait sur le logo, car il faut bien du suspense...- Oh une deuxième en taxi! Oh mais comment ils ont bien reproduit les vitrines des magasins de l’époque! Est-ce que c'est de la vraie neige?" etc... pendant que les notes du sous-Chronos Quartet moulinent leur mélancolie pour la quinzième fois pour bien faire comprendre que ces gens souffrent).

Pourtant l’histoire pouvait me retenir, Rooney Mara joue une sorte d’Eve, aussi ambitieuse que celle de Mankiewicz, mais plus sympathique car la conscience de sa différence la rend moins cynique et capable d’empathie, apte à distinguer l’opportunisme de la manipulation. Cate Blanchet est de son côté une proto-Petra van Kant aussi paumée que celle de Fassbinder, et le parcours des deux femmes est intéressant
(plus elles se rapprochent amoureusement, plus leurs positions sociales et la maîtrise qu’elles ont de leur destin s’inversent, c’est prévisible, mais pas insignifiant)
mais il est traité comme un élément purement narratif.
L’intensité avec laquelle la tension érotique est enfermée dans la reconstituions historique sans jamais la déborder est impressionnante et décevante de la part de Haynes. J’avais un bon souvenir des films de Todd Haynes que j’ai vus (Poison que j'ai beaucoup aimé, Velvet Goldmine et I’m not There ), inaboutis mais attachants, qui entreprenaient un éclatement de la narration et étaient déjà retravaillés par l’après-guerre américain et l’émergence de la modernité, qu’ils revisitaient de façon singulière. Ils assumaient l’indécision du regard et de la narration, l’arbitraire du dispositif produisait une sensibilité camp sincère et touchante . Mais là c’est mort.

L’aspect historique n’est pas là pour appeler la reconnaissance du spectateur actuel dans les personnages (c’est certes peut-être le cas vis-à-vis de leur environnement, il y a peut-être un vague parallèle dans le regard de Haynes entre le climat d’espionnage et de délation du mccarthysme et l’usage actuel d’Internet, mais cela reste superficiel) , il est plutôt ce qui signifie après-coup que les tensions érotiques, familiales et sociales qui les déchirent ont été naturellement résolue dès le moment où ils ont pris conscience de leur situation sociologique exacte, et ce savoir met fin à l’histoire. Il ne s’agît pas de connaître l’autre, mais uniquement soi-même. Du coup l’idée esquissée quelques fois que tout le monde est à libérer, pas seulement Carol, mais aussi son mari falot à la fois soumis et monstrueux, son avocat, sa belle-même, se retourne en idéologie, dans laquelle l’effort pour assumer sa singularité s’intègre (comme dans Mad Men) dans l’idée de réussite professionnelle, qui offre une sorte de surplomb sur la morale et la société, et est une constante dont la permanence englobe et surpasse le sens momentané des changement historiques. Ils sont plus dépassés que monstrueux, ce qui du point de vue de Haynes, est moralement pire.
Cela fait penser à « the Master » et à « Inside Llewyn Davis » mais surtout « Ida » (aussi un film-prénom sur le passé). L’homosexualité de Carol joue exactement le même rôle que la judaïté d’Ida : une singularité fictive cachée derrière un contexte sociologique (à la fois réel et mort) qui correspond exactement au savoir que le spectateur possède dès le début sur le personnage fictif.

Sur un sujet assez proche, j’ai été récemment bien plus convaincu par « Big Eyes » de Burton qui pour moi est un très bon film, beaucoup plus subtil (il partait du déclassement social que le divorce entraînait alors pour une femme, sans rien en dire, cela serait s'avouer battue. Très belle première phrase: "Mr Ulbrich is out of the picture", là où le Haynes l’évite tout en l'expliquant en permanence). Dans Carol les rôles entre les femmes sont trop clairement partagés et distribués, mais dans le Burton Amy Adams jouait (toute seule et tout aussi bien que Blanchet et Mara) un personnage un peu schizophrène, plus complexe et moins artificiel, parfois pugnace, ferme et lucide, à d’autres moments complètement à côté de la plaque et inconscient de son isolement , sans que le passage d'un état à l'autre soit accusé (il est en effet en-dessous du problème de la reconnaissance de l'autre, et ne devrait pas le conditionner), ce qui rendait l’issue victorieuse de sa lutte très poignante.
Je préfère Buron défendant une mauvaise peintre à Haynes le faisant d'une bonne photographe.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Carol (Todd Haynes, 2015)
MessagePosté: 19 Fév 2016, 17:48 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Déc 2015, 16:00
Messages: 1203
Impression en demie teinte, quelques très belles scènes qui transcendent une œuvre somme toute très (trop) classique pour que l'on soit complètement transporté. J'avais préféré la Cate Blanchett de Blue Jasmine (il faut attendre la scène quasi finale dans le cabinet d'avocat pour qu'elle sorte enfin de ses gonds), par contre je ne connaissais pas Rooney Mara, belle découverte. La photo et la reconstitution d'époque sont vraiment très réussis, mais cela trop académique pour moi


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. I'm Not There (Todd Haynes - 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Qui-Gon Jinn

45

3029

05 Jan 2009, 00:17

Jeremy55 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Safe (Todd Haynes - 1995)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Jericho Cane

23

1536

05 Oct 2018, 13:54

Déjà-vu Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Wonderstruck (Todd Haynes - 2017)

Qui-Gon Jinn

12

956

27 Nov 2017, 00:41

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Homme de Berlin (Carol Reed, 1953)

Le Pingouin

0

493

19 Fév 2007, 16:04

Le Pingouin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. A Christmas Carol (Robert Zemeckis, 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3 ]

David Swinton

30

2651

07 Déc 2009, 11:19

Le Pingouin Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Little Children (Todd Field - 2007)

Blissfully

13

1186

09 Déc 2007, 00:38

Janet Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Another Gay Movie (Todd Stephens - 2007)

Blissfully

0

408

31 Mai 2007, 00:03

Blissfully Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Sweeney Todd (Tim Burton, 2007)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 6, 7, 8 ]

Janet

111

6561

31 Aoû 2017, 07:27

elmergantry Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Old school (2003 - Todd Phillips)

Zad

11

847

29 Déc 2008, 08:36

Noony Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Very Bad Trip (Todd Phillips, 2009)

[ Aller à la pageAller à la page: 1 ... 5, 6, 7 ]

Film Freak

101

5174

17 Oct 2010, 19:18

Arnotte Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web