Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 18 Oct 2018, 13:32

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 27 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2
Auteur Message
MessagePosté: 29 Avr 2016, 05:40 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Nov 2015, 05:09
Messages: 719
À ceux qui ont vu Nostalgie de la Lumière, faut-il avoir vu ce premier film du diptyque avant de se lancer dans le Bouton de Nacre?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Avr 2016, 08:02 
Hors ligne
tape dans ses mains sur La Compagnie créole
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Juil 2005, 10:08
Messages: 18517
Localisation: 26, Rue du Labrador, Bruxelles
Erik Vonk a écrit:
À ceux qui ont vu Nostalgie de la Lumière, faut-il avoir vu ce premier film du diptyque avant de se lancer dans le Bouton de Nacre?

Pas obligatoirement, non. C'est évidemment mieux de l'avoir vu pour voir la continuité (thématique et esthétique), mais El Boton peut s'apprécier parfaitement tout seul, pas de souci...

_________________
Ed Wood:"What do you know? Haven't you heard of suspension of disbelief?"


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 29 Avr 2016, 09:42 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20776
Je les ai découverts dans le désordre, et je considère le bouton de nacre bien supérieur et presque indépendant du premier.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 30 Avr 2016, 01:13 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Nov 2015, 05:09
Messages: 719
Super! Merci.

Je viens de le voir. C'est du 5/6. Je développerai mon avis sous peu

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Oct 2018, 08:21 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1812
J'ai honte, mais je n'ai pas aimé. Chacun des deux sujets aurait justifié un film indépendant, et il me semble qu'ils se neutralisent, il manque un raccord (si ce n'est l'idée avancée par le poète d'une culpabilité collective inexprimable mais foncière en l'homme, mais elle n'est pas convaincante comme dernier mot : l'espace et les éléments sont des seuils maintenant intact l' équilibre entre innocence et violence anthropologiques, et cette dernière devient une explication plutôt qu'un effet). La chute d'Allende et l'élimination de la gauche chilienne prennent alors des allures de mythe cosmologique. Je trouve aussi gênant que tout soit métaphorisé (et donc l'histoire -avec sa grande hache - elle-même) sauf la torture et l'extermination lente des indiens à Dawson. Paradoxalement la poésie et l'esthétisme du film réduisent la torture à une procédure technique.
Mais ce sont des limites peut-être inhérentes au genre documentaire (qui plus est markerien), et le réalisateur, dont on sent encore la colère, a une légitimité énorme, car il a filmé le Chili depuis 50 ans. Le Bouton de nacre a sans doute une fonction de porte d'entrée vers une oeuvre plus vaste et dont l'approche est plus factuelle.


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Oct 2018, 10:57 
En ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23631
Localisation: Arkham Asylum
Gontrand a écrit:
J'ai honte, mais je n'ai pas aimé.


C'est pas vraiment un bon film, donc tu peux assumer sereinement.

Citation:
Mais ce sont des limites peut-être inhérentes au genre documentaire (qui plus est markerien), et le réalisateur, dont on sent encore la colère, a une légitimité énorme, car il a filmé le Chili depuis 50 ans. Le Bouton de nacre a sans doute une fonction de porte d'entrée vers une oeuvre plus vaste et dont l'approche est plus factuelle.


Pour moi la limite c'est clairement le réalisateur et son approche "à la première personne" assumé, dont la dérive cosmologique (chose qui d'ordinaire me parle complètement) me semble une coquetterie maniériste, plutôt qu'un réel vecteur de réflexion et d'émotion, qui entre en concurrence avec le sujet du film plus qu'il ne le complète, un comble ! Grosse déception.

_________________
Ce que ce critique de cinéma dit de ce film va vous bouleverser...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Oct 2018, 11:02 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Déc 2013, 01:02
Messages: 10476
Tetsuo a écrit:

C'est pas vraiment un bon film, donc tu peux assumer sereinement.


C'est aussi nase que son film sur Allende ?

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Oct 2018, 11:07 
En ligne
Schtroumpf sodomite
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 22:43
Messages: 23631
Localisation: Arkham Asylum
Pas vu. Pas très envie du coup...

_________________
Ce que ce critique de cinéma dit de ce film va vous bouleverser...


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Oct 2018, 12:14 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1812
A la limite, cette veine cosmologique un peu new age est légitime, car sa niaiserie est clairement feinte. Le cinéaste ne cache pas qu'elle représente un substitut d'un procès qui n'a pas eu lieu (on retrouve la même obsession sur les dépouilles des disparus en Espagne, que la crise catalane a d'ailleurs atténuée). Mais alors son problème politique est clairement les conditions du consensus social et moral de l'après-dictature plutôt que la dictature elle-même. Pedro Larain est plus cynique et lucide (mais aussi plus jeune) sur ce glissement.
Le défaut du film est de conjuguer l'approche hyper-subjective que tu relèves, avec l'idée que son existence est par elle-même un geste réparateur ou le substitut d'un procès (ou plutôt d'une instruction) qui n'a pas eu lieu.
C'est d'ailleurs le vrai fil qui relie les deux parties, plutôt que le symbolisme de l'eau. Il n'y a eu de Nuremberg ni pour la colonisation, ni pour Franco, ni pour Pinochet, ce qui crée une parenté et une continuité entre ces époques et idéologies Le film est intéressant quand il relève l'opposition agriculteurs/éleveurs ou pêcheurs qui joue à chaque fois un rôle dans ces crises et mouvement de populations: que l'on retrouve d'ailleurs aussi dans les conditions de la guerre d'Espagne ou au Rwanda.

Mais ces deux ambitions cohabitent mal et il en résulte des scènes douteuses. Comme celle où les survivants de Dawson doivent désigner la prison du doigt et crier la durée de leur peine, en répondant aux injonctions du réalisateur. Cela reproduit, involontairement, la situation d'un appel dans un camp de concentration , et rappelle The Act of Killing (qui lui assumait son cynisme et était conscient que le film répétait dans son dispositif le réel qu'il entendait condamner au point de vue moral).

Cela devient particulièrement maladroit quand un avocat décrit le visage d'une des victimes des "crevettes bigeard".
Le témoin essaye de se contenir et est conscient du mélange d'obscenité et de mystère trouble de la situation. Mais le montage devient alors complètement télévisuel et balance (littéralement) la photo de la morte comme pour dire : Incroyable, cette personne ne ment pas !
Par ailleurs à propos des "crevettes bigeard" : le film mentionne un peu ironiquement le rôle des USA dans le coup d'état de septembre 1973 et celui des Anglais dans la fin de l'innocence des Patagons, mais, co-produit par en France avec de l'argent public, omet, fort opportunément, de relever le rôle des gradés français revenus d'Algérie -certes liés à l'O.A.S. donc renégats- dans la répression de la démocratie en Amérique latine, alors qu'il adopte pourtant une approche "généalogique" et "accusatoire" (je ne trouve pas le bon mot) du mal radical.

De plus, le film s'adressant visiblement à un public jeune et extérieur au Chili, il aurait pu contextualiser un peu plus les témoignages, notamment celui du pilote d'hélicoptère. Il me semble que Thierry Michel l'avait fait, dans un film qui décrivait la même situation à propos du Zaïre de Mobutu.


Dernière édition par Gontrand le 04 Oct 2018, 17:28, édité 7 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Oct 2018, 14:00 
Hors ligne
Antichrist
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Juil 2005, 21:36
Messages: 20776
Mais crevez TOUS !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Oct 2018, 14:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Mai 2014, 10:12
Messages: 1669
J'avais préféré Nostalgie de la lumière


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: 04 Oct 2018, 14:16 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Jan 2014, 16:24
Messages: 1812
Non, j'exagère, c'est un film magnifique, malgré quelques approximations historiques. Beau et élégiaque comme une séance au planétarium du Grand Palais un 2 janvier (avec les restes du repas et de l'alcool de la veille dans les intestins).


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 27 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Nostalgie de la lumière (Patricio Guzman - 2010)

DPSR

3

727

18 Mar 2015, 22:16

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Mon roi (Maïwenn, 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4, 5 ]

Baldanders

69

3076

25 Juil 2016, 16:49

Caribou Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Pan (Joe Wright, 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Film Freak

50

2229

16 Déc 2015, 10:14

rotary [Bot] Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. What We Become (Bo Mikkelsen, 2015)

Film Freak

0

405

31 Jan 2016, 17:30

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. We Are Still Here (Ted Geoghegan, 2015)

Film Freak

0

428

01 Fév 2016, 15:49

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Cop Car (Jon Watts - 2015)

Qui-Gon Jinn

2

368

27 Oct 2016, 16:36

Qui-Gon Jinn Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Spy (Paul Feig, 2015)

Film Freak

3

825

12 Juil 2015, 20:06

rotary [Bot] Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. En route! (Tim Johnson, 2015)

Film Freak

2

582

09 Mar 2015, 17:06

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Un Français (Diastème - 2015)

DPSR

4

878

01 Fév 2016, 23:39

Caribou Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. An (Naomi Kawase - 2015)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

DPSR

19

1384

07 Juin 2017, 20:57

Castorp Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 24 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web