Forum de FilmDeCulte

Le forum cinéma le plus méchant du net...
Nous sommes le 09 Déc 2018, 20:43

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Bodied (Joseph Kahn, 2017)
MessagePosté: 08 Aoû 2018, 22:43 
Hors ligne
Putain, sérieux mec
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Juin 2009, 12:09
Messages: 5197
Jerónimo a écrit:
(parce que le film n'est sans doute pas offensant pour tout le monde).


Sisi, c'est justement le propos du film. Et c'est pour ça qu'il est aussi bon!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bodied (Joseph Kahn, 2017)
MessagePosté: 08 Aoû 2018, 22:53 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Fév 2016, 20:06
Messages: 3141
Localisation: - L Y O N -
Puck a écrit:
Jerónimo a écrit:
(parce que le film n'est sans doute pas offensant pour tout le monde).


Sisi, c'est justement le propos du film. Et c'est pour ça qu'il est aussi bon!


J'ai pas vu le film...

Mais disons qu'offensif dans le sens d'un film qui attaque (son sujet, la bienséance, les spectateurs), qui agresse, qui a l'esprit combatif, je comprends l'idée (même si c'est peu tiré par les cheveux et que ce n'est pas strictement l'opposé d'inoffensif).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bodied (Joseph Kahn, 2017)
MessagePosté: 29 Nov 2018, 13:11 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18942
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Je l'ai lancé chaud comme la braise, content de pouvoir enfin le découvrir, moi qui avait beaucoup aimé Detention et qui aime bien la personnalité de Kahn sur Twitter et... j'ai quasiment détesté.

Dès les premières minutes en fait j'ai eu du mal avec le dispositif du film. Une battle de rap et au milieu un nerd blanc avec sa tête de cul qui vient faire l'explication de texte. Mais bon, je me suis dit que le film allait jouer intelligemment avec ça et que le blanc bec va pas être le héros d'un film sur le hip hop et les rap battle. Mais en fait si. Et c'est pas parce qu'il est constamment self conscious que ça parvient à lui faire éviter d'être un film de blanc sur une culture majoritairement noire ou du moins, "non blanche". Donc déjà j'ai beaucoup de mal avec ce postulat et avec cet angle d'attaque. Encore une fois l'impression d'un film de blanc, qui utilise un personnage "introductif" pour que les novices puissent s'y identifier et lire les codes d'une sous-culture particulière. Et ça me dérange profondément dans le concept même du film qui dès lors avait perdu le combat pour moi.

Surtout que c'est pas l'artificialité absolue de l'intrigue improbable qui va apporter un peu d'authenticité à un film totalement toc. Que le blanc bec, sosie de Ron Weasley (c'est dit d'ailleurs dans une punchline), devienne une légende de rap battle en deux deux, pourquoi pas ? Mais que son crew soit un mix ridiculement inclusif avec un hispanique, un asiat, un black et une meuf c'est juste ridicule (il manque juste un(e) gay). Encore une fois le film est très "self conscious" et une punchline vient dire exactement ce qu'on pense "United colors of Benetton". Mais c'est tout fabriqué, on n'y croit pas une seule seconde. Alors le film a beau avoir beaucoup d'ironie sur lui-même, être sans cesse dans sa propre analyse ça n'enlève pas moins que tout sent l'artifice et que Bodied n'est pas du tout un film sincère et authentique sur la sous-culture des battle de rap. Au contraire même il en représente une version aseptisée et presque insultante en ce qu'il la vide de toute sa dimension sociale et ethnique.

Mais au delà de ça déjà le film (surtout dans sa première partie) aurait pu s'appeler Twitter, the movie tant j'ai eu l'impression d'être devant une TL Twitter remplie de SJW teubées et de débats ridicules sur le racisme, l'appropriation culturelle etc... Au delà de ne pas avoir trouvé ça drôle mais au contraire très lourd dans la caricature (la meuf du héros est littéralement insupportable, tu as envie de l'assassiner dès la deuxième minute), j'ai trouvé cette écriture très dense, très rapide (on dirait du Sorkin 2.0) totalement stérile car tout bonnement incapable de sortir de sa posture ironique pour réfléchir quoi que ce soit. On est vraiment dans une cacophonie twitteresque où chacun y va de son petit statement et où Kahn regarde tout ça avec une distance ironique qui rend absolument stérile toute forme de réflexion. A part deux trois trucs bien vus (comme justement le débat récent sur le N word), je suis incapable de dire où se situe Kahn parce que si les hipsters ridicules sont insupportables (fallait-il être aussi caricatural ?) et qu'ils ne disent que de la merde du coup qu'est-ce qui reste ?

Le film est idéologiquement bordélique mais surtout totalement stérile, incapable de penser ses propres concepts, se contentant de balancer des vannes ironiques sans recul et sans sincérité. Ce n'est pas parce qu'on vocalise la problématique dans les dialogues que ça rend le film intelligent. Au contraire, j'ai l'impression que cette "auto-conscience" finit par jouer contre lui. Car oui les battle de rap sont racistes, misogynes, homophobes etc... Et donc ? C'est bien ? C'est pas bien ? C'est juste de l'humour ? On dit que c'est "an act". Donc ça justifie tout ? Et du coup quand on parle poésie au début, Kahn en pense quoi, est-ce de la poésie ? Le personnage principal qui finit presque comme un super vilain ne sera pas rendu soudain sombre et positivement méchant parce qu'il dit des trucs racistes ou homophobes mais parce qu'il débite des horreurs sur la vie privée de son pote et la maladie de sa fille (encore une pirouette de scénario bien fabriquée). Et surtout qu'au final le mec se transforme littéralement (génial dernier plan avec la chanson derrière)
en Eminem (difficile de pas y voir d'ailleurs la mégalomanie du prod derrière cette pirouette).


En parlant de misogynie, j'ai trouvé le film totalement misogyne. La femme y est le cliché de la vagina dentata, entre l'insupportable blonde SJW et la femme de Benh Grym (on peut aussi rajouter la dean de la fac, cliché de la femme noire éduquée qui a écrit des bouquins sur le féminisme noir - encore un moment ironique que j'ai trouvé mal placé d'ailleurs). Devine est à peine esquissée, c'est un personnage secondaire sans relief. Et la scène avec l'actrice porno est tout bonnement scandaleuse. La meuf est juste un trou, une excuse scénaristique pour justifier le beef entre Che et Mega machin. La scène où ils sont interrompus en train de baiser, elle est totalement ignorée, elle a pas une ligne de dialogue. Ça m'a pas mal gêné et le film ne se relève pas vraiment de ça.

Après le film est très efficace, très rythmé, les battle sont funs, les punchlines font mal. J'ai pas mal pensé à Scott Pilgrim qui a un truc un peu similaire mais qui s'amuse beaucoup plus. Et finalement plus j'y pense et plus le sentiment désagréable qu'il m'a laissé en bouche prend le pas sur tout le reste.

1-2/6

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bodied (Joseph Kahn, 2017)
MessagePosté: 29 Nov 2018, 14:19 
En ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 22 Mar 2006, 12:23
Messages: 4964
Ne revois pas Detention.

_________________
There is no such thing in life as normal


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bodied (Joseph Kahn, 2017)
MessagePosté: 29 Nov 2018, 14:25 
Hors ligne
Garçon-veau
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Juil 2005, 15:48
Messages: 16608
Localisation: FrontierLand
lol

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bodied (Joseph Kahn, 2017)
MessagePosté: 30 Nov 2018, 22:54 
Hors ligne
Meilleur Foruméen
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Nov 2005, 00:46
Messages: 72642
Localisation: Fortress of Writing
Art Core a écrit:
Dès les premières minutes en fait j'ai eu du mal avec le dispositif du film. Une battle de rap et au milieu un nerd blanc avec sa tête de cul qui vient faire l'explication de texte. Mais bon, je me suis dit que le film allait jouer intelligemment avec ça et que le blanc bec va pas être le héros d'un film sur le hip hop et les rap battle. Mais en fait si. Et c'est pas parce qu'il est constamment self conscious que ça parvient à lui faire éviter d'être un film de blanc sur une culture majoritairement noire ou du moins, "non blanche". Donc déjà j'ai beaucoup de mal avec ce postulat et avec cet angle d'attaque. Encore une fois l'impression d'un film de blanc, qui utilise un personnage "introductif" pour que les novices puissent s'y identifier et lire les codes d'une sous-culture particulière. Et ça me dérange profondément dans le concept même du film qui dès lors avait perdu le combat pour moi.

Mais pourtant c'est précisément le propos. Le film n'est pas juste self-conscious, il en fait son sujet. Kahn l'explique bien en interview, il dit qu'8 mile se demandait "can a white guy rap?" tandis que Bodied demande "should a white a guy rap?".

Eminem/son perso dans 8 mile trouvait sa légitimité dans ses origines, son éducation, son milieu social de white trash des environs de Detroit.
Adam c'est un gosse de riche, le fils du doyen de la fac, qui veut juste pouvoir "faire comme les rappeurs". Alors il le fait bien mais en a-t-il le droit? Si on schématise, c'est toute la question posée par le film. Et Kahn n'essaie pas d'imposer un point de vue radical manichéen, il fait un film bien plus ambivalent mais ce n'est pas un hasard si Adam trouve enfin son nom/son identité/sa légitimité une fois qu'il a tout perdu.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Bodied (Joseph Kahn, 2017)
MessagePosté: 01 Déc 2018, 09:54 
Hors ligne
Expert
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Nov 2007, 21:02
Messages: 18942
Localisation: In the Oniric Quest of the Unknown Kadath
Premièrement je trouve que s'attaquer à cette sous culture là par ce biais est d'emblée une erreur, parce qu'au fond on s'en fout de ce blanc et que les personnes qui font vivre ces battle auraient du être les héros du film et deuxièmement l'ambivalence dont tu parles me semble plutôt une espèce d'impasse où Kahn ne dit plus rien parce qu'il ne sait plus quoi dire. Ce qui me dérange c'est que l'image renvoyée par le film sur le monde des battle (que moi je ne connais pas personnellement) est finalement négative, peuplée de mecs qui ont du talent dans l'insulte raciste, homophobe et misogyne mais rien d'autre. Encore une fois cette manière de vider son sujet de toute considération politique et sociale est un peu désolante.

_________________
CroqAnimement votre


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3

Heures au format UTC + 1 heure


Articles en relation
 Sujets   Auteur   Réponses   Vus   Dernier message 
Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Detention (Joseph Kahn, 2011)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2, 3, 4 ]

Film Freak

51

3645

07 Oct 2012, 15:24

sponge Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Only the Brave (Joseph Kosinski, 2017)

Film Freak

2

504

22 Fév 2018, 00:21

Film Freak Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. L'Avion (Cédric Kahn - 2004)

Blissfully

6

1118

22 Juil 2005, 20:18

Canard_WC Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Les regrets (Cedric Kahn - 2009)

noisette 7

0

538

27 Sep 2009, 14:24

noisette 7 Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Une vie meilleure (Cédric Kahn - 2011)

DPSR

8

1373

04 Juin 2012, 11:21

Arnotte Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Une vie meilleure (Cédric Kahn - 2012)

Karloff

0

605

04 Jan 2012, 11:27

Karloff Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Vie sauvage (Cédric Kahn - 2014)

Karloff

11

948

05 Nov 2014, 10:11

Nada Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. La Prière (Cédric Kahn, 2018)

Art Core

0

523

22 Mar 2018, 15:21

Art Core Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Roberto Succo (Cédric Kahn - 2001)

jaimebonlesflutes

4

789

28 Mai 2009, 22:24

Jericho Cane Voir le dernier message

Aucun nouveau message non-lu dans ce sujet. Esther Kahn (Arnaud Desplechin, 2000)

[ Aller à la pageAller à la page: 1, 2 ]

Arnotte

20

1643

16 Mai 2015, 20:35

Tom Voir le dernier message

 


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: deudtens, Google [Bot] et 9 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
Hébergement mutualisé : Avenue Du Web